«

»

Imprimer ce Article

L’enfermement des liens affectifs

liens-affectifsPour faire suite à Petites Vérités sur les liens familiaux, je vais cette fois-ci vous expliquer avec un exemple différent le pourquoi de la bizarrerie cosmique que nous entretenons sur Urantia Gaia avec nos liens affectifs.

Oui, nous sommes vraiment une humanité très bizarre pour tous ceux qui nous regardent, aussi bien de l’extérieur (les Extra-Terrestres), de l’intérieur (les Intra-Terrestres), mais aussi d’ailleurs, que nous nommons les Ultra-Terrestres.

En effet, les Extra et les Intra restent des créatures visibles et palpables pour nous quand on aura fait le contact, mais concernant les Ultra, ça sera plus difficile, parce que ce ne sera que par l’intérieur que nous pourrons dialoguer avec eux. En clair, ils n’ont pas de corps physique tout simplement.

Bref, en revenant pour l’instant aux liens affectifs que nous portons à nos congénères, et plus particulièrement à ceux qui nous sont liés génétiquement parlant (notre lignée génétique comme nos enfants, nos parents, etc.), il apparait une contradiction flagrante avec ce qui se passe dans les autres dimensions suivant la Loi de l’UN.

En effet, vous savez tous maintenant que nous sommes des zombies, des morts-vivants jouant sur la scène d’un théâtre que nous prenons totalement pour vrai tellement on s’est coupé de tout ce qu’il y a autour. On a oublié le metteur en scène, le scénariste, les caméramans, les costumiers, ainsi que tous les autres corps de métier qui tournent autour.

Et puis, pire que ça, on ne sait même plus que des spectateurs nous regardent via la retransmission de la télé. On aperçoit de temps en temps quelques têtes qui dépassent dans l’obscurité de la salle (l’astral), et on les appelle des Êtres de lumière tellement ils nous semblent brillants (mentalement) et lumineux. Parfois, on leur donne des noms que l’on a lus ou entendus dans des écrits religieux.

Bref, on est en pleine panade quand on a les yeux ouverts, quand on est en conscience de veille. En effet, dès que l’on pique un roupillon, notre Soi inférieur (je ne désire plus employer le mot âme et pour les explications allez voir cet article) sort de la scène principale, traverse les décors pour aller finalement s’assoir dans la cabine de l’acteur que nous sommes.

Ainsi, pendant cette période extérieure d’endormissement physique, notre Soi inférieur va réviser ses textes et surtout faire le point sur le comment il a bien joué ou pas dans cette journée qui vient de s’écouler. On va donc croiser inévitablement le metteur en scène qui va nous dire ses 4 vérités, car lui, il a sa vision à lui de ce qu’il faut jouer. Son nom s’appelle égo.

Bref, une fois l’entretien terminé (dans les couloirs ou la cabine selon les cas et la gravité des écarts), l’acteur que nous sommes va se déshabiller de son rôle, mettre les fringues au placard pour s’habiller avec les vêtements de ville qu’il porte quand il sort dans la vie ordinaire hors du théâtre.

Dès qu’il met le nez dehors, il se retrouve en conscience de rêve. Dit autrement, vos rêves ne sont que votre véritable vie que vous vivez dans d’autres dimensions. Alors selon les cas, vous allez retrouver la famille, sortir au cinéma, aller au resto ou caresser la dame. J’en conviens qu’il y a des rêves qui font chier, tandis que d’autres sont fort agréables.

Bref, nos rêves, que l’on s’en souvienne ou pas, c’est une autre vie dans plusieurs autres dimensions selon nos origines stellaires. Ainsi, par l’approche réelle de la vibration de 5D et plus, nous découvrons cela avec un certain étonnement puisque nous découvrons que nous prenons des décisions dans nos rêves avec notre mentalité et surtout nos croyances de 3D !

Ainsi, nous allons retrouver certaines personnes régulièrement dans nos rêves, mais avec des images extérieures d’eux différentes de la 3D. Dit autrement, les autres acteurs avec lesquels vous êtes en relation sur la scène du théâtre de 3D peuvent être aussi en relation avec vous dans la vie que vous menez dans les autres dimensions.

Bref, et c’est là qu’il est important de comprendre ce qui suit. L’acteur qui est votre fils dans cette vie présente n’est pas votre fils, puisqu’il joue à être votre fils selon le script de la pièce à jouer. Dans l’autre monde, une fois qu’il s’est endormi, il redevient ce qu’il est vraiment, soit un acteur autonome ayant sa propre vie comme toute entité dans l’univers.

Il n’est ni enfant ni adulte, puisque l’âge ne veut rien dire quand on n’est plus dans un temps linéaire. Dit autrement, votre fils sur la scène peut être vieux de plusieurs millions d’années en termes d’expérience et d’entité de l’UN, et il a accepté ce rôle d’être votre enfant dans cette vie.

Il est clair qu’il existe comme une confrérie des acteurs, et que des liens d’amitié naissent entre eux à cause des nombreuses pièces qu’ils ont jouées ensemble sur les planches de la 3D. En effet, combien de gens avez-vous rencontré dans votre vie (copain de classe, vendeurs, familles, collègues de travail, etc. ) et qui ont affecté votre vie ? Des milliers, plusieurs milliers et c’est ainsi que vous comprendrez que chacun dans son unicité a participé à la plus grande pièce de théâtre de l’UNivers qui est celle d’aider l’UN à expérimenter ce qu’il est.

En ce sens, c’est la même entité qui rêve tous les rôles et qui se les joue en boucle, en espérant que chaque interaction lui apportera encore plus de bonheur à découvrir sa propre nature. En ce sens, nous sommes tous l’UN, et c’est à ce titre qu’il est complètement idiot de croire que le petit acteur sur la scène de théâtre est totalement autonome. Ça, c’est de l’illusion pure !

En effet, par l’artifice de la séparation, nous sommes arrivés à croire que la vie réelle se trouve sur les planches du théâtre, alors qu’en fait, c’est tout-à-fait l’inverse. La vraie vie est en dehors du théâtre, en dehors de l’enfermement construit par ceux qui voulaient et qui veulent toujours nous exploiter pour leur propre compte.

Oui, d’acteurs indépendants et libres nous sommes devenus des esclaves, n’ayant même plus le droit d’avoir un avis ou un droit de changement sur le scénario. On en est tombé à croire que l’acteur qui joue avec nous dans la pièce est notre possession parce qu’il est venu à travers notre véhicule biologique.

Hé oui, la vraie vie ne se fait pas dans la matière. Elle est d’abord Esprit, et ce n’est qu’ensuite que l’on essaie de voir ce que ça fait d’expérimenter le scénario que nous avons imaginé, que l’UN a imaginé puisque lui et nous sommes UN. Nous nous sommes donc donné la possibilité de créer artificiellement les décors grâce à la Lumière Authentique.

Oui, nous pouvons tout créer, car nous sommes les co-créateurs conscients de tout ce qui est, sauf que maintenant on est coincé dans un théâtre où toutes les sorties ont été murées par ceux qui nous asservissent. Il n’y a donc aucune issue extérieure au jeu dans lequel nous sommes pris. Ce n’est donc que par l’intérieur que nous pouvons agir véritablement.

Or, que peut faire un acteur pour foutre le bordel dans cette machinerie et se tirer dare-dare ? C’est simple, il faut qu’il s’investisse de moins en moins dans son rôle, et que, progressivement, il ne s’identifie plus au rôle qu’on lui a confié. En coupant l’herbe sous le pied de son égo, trop fier de jouer son rôle d’acteur meilleur que les autres, tout en se déshabillant des habits de la personnalité, il est évident que le metteur en scène va avoir un sérieux problème.

Certes, si vous êtes tout seul, cela ne sera pas un problème pour lui, mais si, comme par magie, l’épidémie se propageait très rapidement et qu’un nombre suffisant d’acteurs commence à ne plus jouer le jeu, on peut comprendre que le metteur en scène va péter les plombs tôt ou tard.

En attendant, il essaiera par tous les moyens, même les plus radicaux, d’enrayer le mouvement de grève. Vous pouvez donc comprendre que quitter les sous-vêtements de l’affectif, c’est tout simplement reconnaitre que ce qui vous unissait sur la scène entre acteurs étaient les rôles que vous jouiez et non la véritable amitié qui règne dans les autres dimensions.

L’amitié (les amis) est un sentiment d’appartenance et de partage, et non un sentiment de possession qui est forcément égotiste. Si vous comprenez que tous ces êtres pour lesquels vous avez de l’affection sont des êtres comme vous, c’est-à-dire des acteurs indépendants et libres, alors vous desserrerez ce qui les étouffe à être ce qu’ils sont.

Ainsi, si vous vous prenez à craindre pour vos proches, que ce soient des humains, des animaux ou même des plantes, cela indique clairement que vous êtes dans la peur, et donc dans la mentalité de l’acteur qui joue encore son rôle selon son habit dans cette vie.

En lâchant prise sur cette possession de l’autre, vous lui donnez la possibilité d’être encore plus lui-même, et donc de lui faire découvrir que tout ça n’est qu’un rêve, qu’une illusion théâtrale créée à l’origine pour s’amuser. Malheureusement, certains en ont profité pour interdire et condamner une à une les portes de sortie pour des raisons de sécurité.

Nous nous sommes tous fait avoir dans le sens que, même si au départ on était d’accord pour expérimenter cet emprisonnement volontaire, il n’était pas prévu que cela aille aussi loin. C’est donc à cet effet que toute pièce a une fin et qu’elle est automatiquement arrêtée à l’heure prévue.

Aujourd’hui, nombre d’entre nous ont entendu le tocsin de la fin du round de la dualité et, petit à petit, chaque acteur découvre la vérité de cette pièce de théâtre en constatant l’épaisseur des couches de croyance et la sombritude régnante. Nos frères de l’espace, par leurs apparitions lumineuses actuelles, ne font que commencer à percer le voile qui nous séparait des spectateurs.

C’est sûr que beaucoup voudront continuer à jouer la pièce parce qu’ils sont sourds à leur petite voix intérieure, et surtout aveugle à la Lumière qui se déverse dans tout notre système solaire. Ils iront donc continuer leur apprentissage selon leur vibration dans un autre théâtre, car celui-ci, le nôtre actuellement, sera complètement retourné.

Oui, le Nouveau Monde est carrément une nouvelle pièce de théâtre avec un nouveau décor, un éclairage nettement plus balaise, et surtout des acteurs requinqués grâce à leur intention d’être encore plus eux-mêmes dans leur volonté de vivre selon la Loi de l’UN.

C’est ainsi que nous ré-unifierons nos différentes parties de nous-même qui correspondent à tous les rôles que nous avons joués depuis 320.000 ans. Oui, en nous déshabillant totalement de ces sous-vêtements qui entretiennent la rouille qui ronge notre Êtreté, nous allons redevenir l’acteur parfait qui vit et vibre l’instant présent comme jamais.

L’improvisation permanente sera donc à l’œuvre grâce à la fluidité de l’Unité. Tout sera synchrone et en syntonie parfaite avec toutes les autres parties, car nous aurons enfin compris et surtout intégré que rien ne nous appartient, car n’étant pas séparé de La Source on ne peut manquer de rien.

Cet état de “grâce” sera alors non plus une idée ou un concept mental mais une chose vécue à chaque instant. Ainsi, l’une des marches les plus importantes est de comprendre, et surtout vivre, que quiconque vous entoure, et encore plus ceux qui vous sont proches, n’ont rien à vous devoir et qu’ils n’ont en rien à suivre vos concepts de vie.

C’est donc en étant dans le respect profond de ce qu’ils sont que vous devez aujourd’hui les laisser répondre à leur appel intérieur. Ne regardez plus le rôle de l’acteur mais regardez ce qui l’anime, et laissez lui la liberté de vivre ce qu’il a envie de vivre.

Il en sera fait selon la vibration de chacun, alors virez toutes vos inquiétudes, car sinon cela indiquerait que vous n’avez pas intégré la Loi de l’UN qui dit que l’autre c’est vous. Faites-vous donc confiance et tout se passera bien pour eux et pour vous. Dans le cas contraire, cela indiquera que vous êtes en résistance, et donc en non abandon à la Lumière qui nous propulsera en 5D.

Laurent DUREAU

Article paru à l’origine sur le blog 5D6D le 31 août 2011 et réactualisé sur le blog 345D le 22 octobre 2012.

Lien Permanent pour cet article : http://345d.fr/lenfermement-des-liens-affectifs/

(1 commentaire)

  1. sidonie lapra

    Bonjour, Laurent, en faisant silence pour essayer de comprendre pourquoi je me fais tant de souci et d’angoisse à propos de liens familiaux (‘ »enfant »), je tombe sur cet article tellement explicite et réconfortant. Un remède que je prendrai à chaque crise.
    Merci de servir de canal à la vraie Lumière.
    Sidonie

Les commentaires sont désactivés.

«

»