Entre l’Amour et la Peur…

 Pour une grande majorité d’entre nous, la vie est confuse car nous aimerions vivre dans l’amour et la paix et nous ne faisons que récolter la méfiance, le jugement et les guerres. Nous aimerions imposer notre choix mais il semblerait qu’un certain libre arbitre permettrait que le pire et le meilleur s’épanouissent dans notre réalité.

Comment se fait-il que nous en soyons arrivés là ? Où se trouve la source de ces insatisfactions ? Comment est-il possible de s’en sortir sans outrepasser cette loi incontournable du libre-arbitre, de la libre expression, d’une certaine notion de liberté, et sans tomber dans le despotisme, la dictature d’un pouvoir, d’un parti politique, d’une loi, d’une mode, d’une culture, d’une éducation ou d’une religion ?

La question semble sans réponse au vu du bordel qu’est devenu le monde et de toutes les souffrances endurées. Où est cet amour qui ferait que la Terre devienne un Paradis, un havre de paix où chacun s’épanouirait dans un milieu propice à son unicité ?

La réponse est tellement simple qu’elle serait presque impossible à accepter. L’expression  » C’est trop simple pour être vrai  » prouve encore une fois ici sa véracité. Alors, voulez-vous vraiment connaître cette réponse qui tient en un seul mot ?

Un seul petit mot, un ridicule petit mot d’une longueur de 7 lettres. Non ce n’est pas possible, des milliers de chercheurs, de philosophes, de religieux se sont penchés sur le sujet pendant des siècles, des millénaires et pourtant presque 7 milliards d’humains aujourd’hui ne savent toujours pas le pourquoi et le comment on en est arrivé là.

Où est l’erreur ? Il tient dans un autre mot de 7 lettres, le mot POUVOIR. Verbe d’action par excellence, il se teinte d’une autre couleur quand il est utilisé comme nom : le pouvoir. Nous avons le pouvoir, la capacité pour avoir le pouvoir. Mais avoir le pouvoir sur quoi, sur qui ?

A l’origine, cette capacité fut donnée pour prendre le pouvoir sur des aspects obscurs de nous-même mais par on ne sait par quel tour de main, cela est devenu de prendre le pouvoir à l’extérieur, sur l’autre, sur la Nature. Ce qui devait se faire à l’intérieur de nous s’est propagé à l’extérieur de nous.

Ce qui était un attribut pour nous faire grandir est devenu une arme pour contrôler les autres. Alors au lieu de nous battre avec nos démons intérieurs, nous avons imaginé des démons extérieurs. C’est ainsi que, ce qui était une aubaine au départ, est devenu une catastrophe par la suite.

Certains humains ont fait croire aux hommes que le « mal » était à l’extérieur d’eux. Il était dans l’autre, le voisin, les autres tribus, les autres peuples, les autres religions. Pour cela on a inventé les Dieux, ceux de la paix mais aussi ceux de la guerre. Il y avait les saints et puis les démons. Il y avait Dieu et le Diable.

Fort de cette croyance, des centaines de millions d’individus sont morts au nom de Dieu ou de la liberté. Ils sont tous morts pour combattre le Mal. Et puis, tous les autres, les survivants ont souffert de ces guerres répétitives, interminables et qui les faisaient terriblement souffrir. La croyance aujourd’hui qu’il existe des entités maléfiques, des anges déchus, des dieux vengeurs qui nous veulent du mal, est tellement évidente que nous sommes devenus aussi peureux que des moutons.

Depuis l’existence des hommes, certains ayant compris le mécanisme disaient : « Ce qui se passe à l’extérieur de toi n’est que la projection de ce qui est en toi « . Le monde, ton environnement et tes amis ne sont que la projection de ton monde intérieur. D’où la seconde citation incontournable « Aide-toi et le Ciel t’aidera ». Apparemment la solution donnée resta majoritairement incomprise et donc inapplicable.

Nul autre que vous-même ne peut supprimer les peurs et les croyances qui vous habitent. Nul autre ne pourra vous aimer aussi fort que vous vous aimerez. Nul autre ne pourra vous faire vous sentir en confiance sinon vos croyances en vos propres qualités.

Alors, que chacun s’accepte tel qu’il est. Qu’il change ce qui peut être changé en lui par sa propre volonté car il le peut, il en a le pouvoir. Et puis, ce qu’il ne peut pas changer, alors qu’il l’accepte et qu’il soit en paix avec.

Si vos parents sont rouquins, alors acceptez le fait que vous ne pourrez changer la couleur de votre peau et de ses innombrables taches de rousseur. Ne dites pas au potier que le pot que vous êtes est mal fait. Il a fait de son mieux avec les éléments qu’il avait.

Aimez vos parents pour ce qu’ils sont. Ils vous ont donné ce qu’ils pouvaient vous donner mais vous n’êtes en aucun obligé de suivre leurs croyances, leurs limitations, leur religion. Vous pouvez reprogrammer pratiquement tout quand vous serez devenu adulte et autonome.

Si l’on vous a infligé des limitations, alors allez au-delà et foutez-vous du « c’est la tradition ». La tradition n’est qu’un art de vivre du passé qui aujourd’hui est probablement obsolète. C’est à vous de prendre acte de ce qui est bon pour vous et de ce qui ne l’est pas. Vous n’êtes pas le prisonnier des systèmes qui vous ont fait grandir. Vous le resterez seulement si vous ne faites rien !

Alors aimez-vous vous-même entièrement, même si vous êtes obèse, bigleux ou chauve. Changez de nom ou de prénom si nécessaire. Votre vie vous appartient. Vous n’avez pas à abandonner votre pouvoir personnel au nom de je ne sais quelle croyance. Vous pouvez aller au-delà de cela si vous le voulez. Qui veut, peut !

Donc quel est ce mot qui expliquerait la misère et l’utopie de ce monde ? Ce mot est : Dualité. Nous vivons dans un monde polarisé, un monde où une chose et son contraire existent en même temps. S’il y a un +, il y aura un -. L’univers que nous connaissons n’est qu’un déséquilibre permanent menant à un équilibre de vie, de changement.

Quand vous marchez, vous semblez être en équilibre, alors qu’en fait ce n’est que la succession de déséquilibre dans un mouvement. La vie n’existe que par le mouvement. Tout est mouvement sinon tout serait figé et nous ne serions pas là pour en parler.

Nous recherchons la paix parce que la guerre et l’insécurité sont là. Nous désirons le jour, la lumière parce que la nuit et l’obscurité sont là. Nous implorons l’amour parce que nous sommes pleins de peurs. Nous apprécions l’intimité car la méfiance existe. Nous aimons les gens honnêtes parce qu’il y en a plein qui ne le sont pas.

Votre libre arbitre ne s’exerce qu’entre choisir une polarité plutôt qu’une autre. Alors, aimez-vous vous-même d’abord et le monde vous aimera. Mais si vous haïssez des parties de vous-même, elles se présenteront en face de vous en permanence par la simple force d’attraction.

Ce que vous repoussez le plus se présentera en premier. Ce que vous craignez le plus se réalisera d’abord. Vous êtes le créateur des malheurs et des bonheurs qui vous arrivent.

Si votre pensée ou votre action est basée sur l’amour et le don, alors vous recevrez amour et gratitude. Et vous serez heureux d’être là, ici et maintenant. Par contre, si vous pensez méfiance, suspicion et que vos comportements sont basés sur la peur, alors vous recevrez de même en retour. Les gens vous rejetteront et vous deviendrez aigre, acide et quémandeur d’amour (ce qui n’arrangera pas vos affaires).

L’amour se donne quand d’abord on en possède en nous. Vous ne pouvez distribuer ce que vous n’avez pas. Alors si vous récoltez des insultes, des blessures de l’âme sachez que c’est ce que vous offrez aux autres. En effet, on ne peut recevoir d’insultes quand on distribue des compliments et vous ne pourrez recevoir des blessures de l’âme quand vous respectez et aimez les gens pour ce qu’ils sont véritablement.

La loi d’attraction et de résonance fonctionne à plein régime et croyez-moi, oubliez qu’il existe un Dieu qui vous juge car franchement, il ne vous aimera pas plus quand vous ferez du bien, il ne vous aimera pas moins quand vous ferez des fautes, car Dieu ne met aucune condition à l’amour qu’il vous donne. Il vous aime tout simplement parce que vous êtes tout simplement Lui !

En reconnaissant sincèrement que c’est vous qui décrétez vos choix, c’est vous qui créez votre monde. Bien sûr quelquefois, nous n’avons pas le choix de la route. Quand la ligne droite de la route tourne, nous prenons le choix soit de continuer tout droit et de se prendre le fossé avec toutes les pliures de tôles associées, soit de tourner afin de suivre la route.

Cette route est votre destin et ce destin ne vous veut que du bien. Il veut tout simplement vous faire découvrir des paysages, des contrées que vous ne connaissez pas encore, alors ne vous entêtez pas à vouloir toujours rester dans le chemin de votre compréhension humaine limitée.

Acceptez que votre petite voix intérieure soit la plus grande amie qui vous veut du bien. Mais soyez vigilant car la voix de votre mental, de votre ego, a depuis longtemps imité celle de votre coeur. Certes, il est vrai que dans les débuts, faire la différence est difficile. Par l’apprentissage et le nombre de fois que l’on a été au garage, on acquiert une expérience certaine, mais encore faut-il s’en souvenir !

C’est comme à l’extérieur, il y a des arnaqueurs professionnels. Alors ne soyez pas suffisamment naïf pour croire qu’en vous il n’y en a pas. Soyez vigilant comme vous devez l’être quand vous conduisez votre voiture. L’alcool n’est pas votre ami. Le téléphone non plus. Et puis pour la vitesse, on ne compte plus les « jeunes » qui sont morts, ou tout simplement handicapés à vie parce qu’ils voulaient vivre à 200 à l’heure !

Ajustez-vous au terrain et aux conditions météorologiques du moment. Tout le monde ne peut s’appeler Sébastien LOEB. Pour quelques élus, des milliers de gens perdent la vie ou prennent celle des autres parce que leur ego, leur petite voix mentale régnait en dictateur absolu.

Si vous ne voulez plus des souffrances alors choisissez la voie du discernement en regardant d’abord en vous, et en répondant correctement aux messages qui émergent en vous. Soyez capable de discerner ceux qui sont issus de la peur afin de les comprendre et de pouvoir ainsi mieux vous connaître et déconstruire le patchwork incroyable laissé par nos ancêtres, notre culture et tous les enseignements erronés qui nous habitent.

Si vous n’êtes pas très clair entre la peur et l’amour, voici quelques pistes.

La Peur L’Amour
La peur est l’énergie qui :
contracte, referme, attire, cache, entasse blesse et fuit.
L’amour est l’énergie qui :
s’étend, s’ouvre, envoie, révèle, partage, guérit et reste.
La peur enveloppe nos corps dans des vêtements L’amour nous permet de rester nus
La peur s’accroche et se cramponne à tout ce que nous avons. L’amour donne tout ce que nous avons.
La peur retient L’amour chérit
La peur empoigne L’amour lâche prise
La peur laisse de la rancoeur L’amour soulage
La peur attaque L’amour répare

Il est de fortes chances que vous ne soyez pas totalement d’accord avec ses caractéristiques alors posez-vous la question du pourquoi. Il y a de fortes chances que la peur soit à sa source car grâce à ce tableau vous allez enfin pouvoir tordre le cou, ou du moins rabattre le caquet à cet usurpateur, à cet imitateur qui vous a fait passer tant de mauvais moments.

Vous seul avez la force de faire le ménage à moins que vous ne préféreriez continuer à rouler dans une voiture qui n’a jamais été nettoyée depuis que vous l’avez acquise. Alors ne venez pas vous plaindre des odeurs, de la radio merdique et du bordel intérieur. Vous êtes le maître des lieux !

Laurent DUREAU

Article suivant : Vous êtes un agent double, le saviez-vous ? (1)

Article paru à l’origine sur le blog Booster Votre Influence le 23 janvier 2008 et réactualisé sur le blog 345D le 15 mai 2012.

Cet article a été visité 9 006 fois.

Lien Permanent pour cet article : http://345d.fr/entre-lamour-et-la-peur/

(1 commentaire)

    • Soleille on 15 mai 2012 at 8 h 12 min

    Un chaleureux MERCI!
    Tous les matins, je commence ma journée par lire vos mots de sagesse et me mettre ainsi
    dans les vibrations de joie et d’acquiessement à notre seul « pouvoir » d’Amour!
    Grâce à votre Don de Soi, vous contribuez à ma joyeuse » ascension » et à nous unir tous dans un seul but de retrouver notre héritage divin: l ‘ultime !

Les commentaires sont désactivés.