«

»

Imprimer ce Article

La conscience de l’UN sinon rien !

conscience1Nous savons tous que sortir du bois n’est pas la même chose que trouver une simple clairière, une simple trouée d’arbre où viennent s’abreuver les animaux qui peuplent la forêt de l’illusion.

Ainsi, si la clairière peut amener un certain repos, une certaine tranquillité, cela ne restera que temporaire car tôt ou tard, nos animaux intérieurs referont surface pendant la nuit ou à l’aube… Nous pensions être sorti de l’auberge, mais en fait, ce n’était qu’une petite pause avant la reprise du chemin menant à la sortie du bois de la division, de la séparation et donc de l’illusion.

Cette forêt, que nous avons prise pour le “réel” tellement nous sommes resté grimpés aux branches du mental où l’intellect n’a pu qu’élaborer des concepts de zones et de propriété sous l’égide d’un roi des animaux appelé égo, n’est en fait qu’une jungle qui nous retient prisonnier.

Ainsi, malgré la puissance lumineuse du soleil, nous vivons dans l’ombre des feuillages touffus appelés croyances, affect et émotions. Nous nous disons humain, alors que nous vivons comme des animaux avec des castes, et surtout des animosités réelles entre les espèces.

Devenus prédateurs par la force des nombreuses peurs qui nous habitent, nous arrivons quelquefois à grimper dans les hauteurs d’un arbre pour contempler un lever ou un coucher de soleil. Notre cœur nous dit que c’est là que se trouve la liberté, mais nous sommes déroutés car le soleil se lève d’un côté pour se coucher à l’opposé.

Nous n’y comprenons plus rien. Nous ne savons plus ce qui est du lard ou du cochon, surtout que tout le monde y met de sa voix pour augmenter la cacophonie ambiante qui, lancinante, nous bassine à longueur de journée. C’est vrai que trouver un instant de répit, un instant de calme, un instant de paix reste apparemment l’apanage de certains gurus enfermés dans leur ashram local ou leur grotte.

Alors, que faire quand tout le monde parle d’amour et de paix alors qu’ils sont majoritairement infoutus de le vivre dans leur quotidien ? Oui, de temps en temps la muse de l’amour les visite, mais leurs filtres instinctifs, affectifs et émotionnels, vous transforment tout ça en une mayonnaise de manque, de prendre, de possessivité et, in fine, en jeu de domination.

Ainsi, quelques gurus bien intentionnés vous enseignent que tout est énergie et cela vous fait du bien, malgré que cela n’améliore pas votre quotidien. Puis fort de cela, la marche suivante s’appelle l’amour avec un grand A. Il est à l’image de la clairière en plein bois. Il vous rassasie sur le moment puis, dès que le soleil se couche, les animaux reviennent à la charge…

Alors on s’efforce d’être amour, de respirer l’amour en se disant que nous sommes amour, mais au final à la longue, cela ne tient pas la route, car notre quotidien nous rattrape comme une nuée de puces à qui on n’en raconte pas… C’est alors que vous décidez d’endosser la capote de l’amour inconditionnel et là, bien que cette protection vous ait semblé parfaite, vous vous étouffez littéralement dans des paradoxes qui vous obligent à prendre sur vous dans la majorité des cas…

C’est alors que vous découvrez qu’une fois en 5ème dimension, vous ne parlerez plus d’amour car vous serez amour, tout simplement. Hé oui, comme vous serez sorti de la dualité, il n’y aura plus de conditions et d’inconditions. L’amour sera, comme l’air est. Ce sera tellement évident et banal que le mot même d’amour sera incongru et rétrograde !

Oui, mais comment en arriver là ? Comment arriver à sortir du bois sans plus se faire piéger par les clairières ? Mon frère, mon ami, la solution est ailleurs que dans l’illusion de l’amour, car nous savons tous que l’amour tel que nous le projetons est une illusion, une projection mentale et affective, qui de toute façon nous fera souffrir à un moment ou à un autre.

Oui, l’amour humain fait souffrir. Nous en avons la preuve au quotidien, car ce qu’il faut savoir c’est que pour avoir un petit morceau d’extase il vous aura fallu en payer dix fois le prix. En effet, l’amour dans lequel nous baignons n’est tout simplement pas le véritable amour, mais seulement une monnaie “astrale” pour engrosser les affamés éternels de ceux qui veulent devenir immortel.

En 5ème dimension, votre essence passera d’un véhicule à un autre sans aucune perte de données, et surtout de conscience. En clair, la vie et la mort reliées au corps n’auront plus lieu dans le sens où nous l’entendons. Pour l’instant, nous pensons comme ça car, à chaque réincarnation, le voile de l’oubli se pose sur nous. En 5D et plus, la réincarnation n’existera plus, car le voile et les valises associées du karma n’existeront plus, tout simplement.

Alors, que faire pour atteindre la 5D qui correspond à la sortie du bois de l’illusion, du faux-réel. La solution est simple. C’est la loi de l’UN. Ainsi, ce n’est pas en voulant fuir le bois pour sauver votre peau sous le couvert de l’amour, au même titre que tarzan avec son string Peace and Love.

Non, la solution consiste à ne plus juger, à ne plus diviser et surtout à ne plus regarder dehors, car sortir du bois n’a jamais voulu dire qu’il fallait prendre ses jambes à son cou. Ce n’est que par l’intérieur que vous pourrez sortir, car l’extérieur n’est qu’un piège illusoire pour tous les gogos appliquant les règles de la jungle données par ceux qui vivent dans l’astral.

En effet, si vous pensez quitter cette forêt par l’amour, sachez que votre mental-égo se fera un délice de vous faire imaginer tous les trucs les plus illusoires possibles. Il est créatif le petit, et c’est normal puisque c’est lui qui a construit les règles de votre fonctionnement. C’est lui qui vous dit de prendre, car c’est lui qui vous dit que vous avez faim, que vous êtes en manque.

C’est lui qui vous dit ce qui serait bien pour vous. C’est lui qui projette votre vie et vos partouzes spirituelles. C’est lui qui vous maintient dans l’illusion d’une possibilité d’évasion de cette jungle. Ainsi, il vous balade de branche en branche, d’arbre en arbre, de clairière en clairière, mais ne vous fera jamais sortir du bois.

Pourriez-vous imaginer une minute une forêt sans aucune forme de vie animale ? Sans aucun ver, aucun micro-organisme pour faire le ménage des détritus et ainsi fabriquer l’humus. Sans aucun herbivore pour tondre la végétation, et ainsi de suite.

Non, la loi de l’UN stipule que toute partie n’est qu’une multiplicité de l’UNique. Pourriez-vous imaginer votre corps fonctionner sans ses organes ? Oui, le foie n’a rien de comparable à un hémisphère cérébral, qui n’a rien à voir avec un rein, l’estomac ou un biceps ! C’est dans la complémentarité, dans l’équilibre, dans la syntonie et l’intégration parfaite d’autres corps que notre carcasse peut respirer et prendre du bon temps.

Ainsi l’amour, tel qu’il est projeté actuellement, est un leurre qui fonctionne assez bien pour prendre dans ses filets tous les aspirants à l’évasion. Nous sommes AMOUR et UNITÉ, alors pourquoi courir après l’amour puisque nous le sommes déjà !

La preuve en est très simple. Par exemple, quand un de vos proches (enfants, parents, conjoints, amis, etc.) a besoin de recevoir une petite dose d’amour, vous vous empressez de la lui donner de tout votre cœur. Cela implique donc que vous aviez de l’amour en vous, alors pourquoi vouloir aller en chercher dehors ?

Ceci est donc le paradoxe du préhumain : il a le coffre-fort de l’amour en lui et il est persuadé qu’il faut qu’il aille faire la manche pour s’en sortir ! D’où lui vient cette attitude du manque d’après vous ? Ou bien serait-il tombé dans l’avidité et la cupidité ? Si oui, alors pour le compte de qui ? Oui, posez-vous la question : c’est qui votre boss ? C’est qui qui s’en met plein les fouilles et qui vous met en esclavage, en dépendance ?

Oui, votre égo, l’illusion d’être séparé des autres, fait que vous n’êtes qu’un bouffon et qu’il vous fait bosser pour le compte d’un autre que vous-même qui se situe dans l’astral. Hé oui, avez-vous déjà vu un égo qui pourrait vivre sans être affilié à une croyance religieuse ? Même celui qui se dit athée se ment à lui-même, car cela voudrait dire qu’il ne reconnait pas en lui sa partie “divine”.

L’athée, c’est le scientifique qui réfute la théorie de la création pour une autre théorie qui est celle de l’évolution. Fondamentalement il a pris le parti opposé mais reste néanmoins dans l’illusion de la dualité. La preuve : il se met lui-même à l’écart. Il est donc bien dans la séparation et le jugement lui aussi.

Ainsi, si nous sommes amour, arrêtons d’abord de lui courir après dehors en allant dans notre intériorité pour y plonger les mains jusqu’au épaules ! “Aimez-vous vous-même et tout le reste vous sera donné de surcroit”, alors pourquoi s’obstiner à vouloir continuer à faire la manche, dites-moi ?

Secundo, je vous ai dit que nous étions aussi Unité (UN-ité) et c’est là que véritablement le bât blesse, puisque l’expérience actuelle (en cours depuis 320.000 ans) est celle de la séparation, celle de la non-UN-ité. C’est donc là qu’il faut agir véritablement : sur notre Unité et nulle part ailleurs !

Ainsi, notre mental étant fort en thème sur l’extériorisation (et le classement par le jugement), en jouant à l’intériorité, il ne comprendra plus rien assurément. Il sera totalement handicapé, et donc à quoi servira son bazooka et ses chars d’attaque pour consoler dame cœur qui a un chagrin d’amour ?

Bref, c’est donc en appliquant la loi de l’UN avec une intention quotidienne que vous allez trouver tout simplement la sortie du rêve que vous vivez actuellement. Ainsi, en affirmant intérieurement que tu es UN, que tu es un enfant de l’UN et donc enfant de l’Unité, tu ne pourras plus juger, classer, séparer et donc t’approprier quoi que ce soit.

La notion de séparation, la notion de manque disparaitra aussi vite que tu découvriras que nous sommes tous uniques mais en même temps appartenant tous à la même origine. Vis ce fameux “In Lakech” (je suis toi) et tu verras que progressivement toute animosité, toute source de séparation sera purement et simplement de l’histoire ancienne.

En vivant de plus en plus dans l’instant présent de ton UN-icité tout en étant dans ton UN-ité, tu sortiras du bois de l’illusion, non pas en tentant de fuir par l’horizontale mais tout bonnement par l’altitude. Ne plus marcher sur le plancher de la jungle de 3D (donc rester sur place car il n’y a nulle part ailleurs extérieurement où aller) et élever sa vibration pour d’abord découvrir la senteur des hauteurs du bois appelée 4D, et enfin aller dans le ciel bleu de la 5ème dimension.

C’est donc en affirmant d’abord, puis ensuite en ré-intégrant toutes ces séparations illusoires que tu te re-connecteras à tes multiples parties. C’est donc l’heure de la ré-UN-ification, l’heure où on inverse le sens de la poussée, l’heure de passer de l’involution (la séparation) à l’heure de l’évolution (la réunification).

Il y a des inspirs et des expirs partout dans l’UNi-vers. L’expir est l’éloignement de La Source tandis que l’inspir en est le rapprochement. C’est comme un élastique que l’on tend jusqu’au maximum et puis arrive un moment il y aura un choix à faire : continuer à être tiré par la force de séparation et auquel cas l’élastique cassera, ou arrêter les moteurs de la séparation et se laisser simplement tirer par la force de rappel.

Le retour à La Source ne demande que peu d’énergie par rapport à son éloignement, et c’est la raison pour laquelle il nous faut lâcher prise afin de ne pas résister à cette force de rappel. Le fluidité est donc de mise, car toute résistance ne fera que séparer encore plus ce que nous sommes.

Cela pourrait aller jusqu’à la rupture proprement dite. On appelle ça la mort, et on repartira alors en tant qu’élastique étiré dans un autre monde de 3D pour repasser de nouveau l’épreuve du retour à la maison. La résistance n’entraine que souffrance et ne glorifie que l’égo qui veut se croire plus fort que celui qui l’a engendré, d’où cette petite phrase biblique “Ne juge pas ton Créateur car il a fait de son mieux” (Du moins un truc comme ça…).

Ainsi, ce qui a été a été et laissez tout ça aux oubliettes, car l’essentiel est que l’acteur du théâtre quitte la scène pour aller se prendre une bière en compagnie des anges et archanges. Il n’y aura point besoin de leur poser la question “Alors comment j’étais”, car étant dans le non-jugement (et parce qu’ils savent que c’est un jeu évolutif via l’égo), ils vous répondront par une autre question “Et toi, tu l’as vécu comment ?”…

C’est alors que vous aurez la larme à l’oeil, parce que vous découvrirez combien cette expérience vous aura enrichi. Vous n’aurez alors que pour réponse cette immense gratitude envers La Source qui a elle-même créé tous les décors, les personnages et le scénario.

C’est alors que vous découvrirez aussi ce que veut dire être UN dans votre plus profonde intimité. Vous aurez découvert ce que fusion veut dire, mais il vous aura fallu aller marcher sur les planches de la dualité dans le théâtre le plus pourri et tordu que l’Univers a engendré…

Merci à toi, mon ami, mon frère de comprendre et de réaliser que tout cela n’est qu’une pièce de théâtre dont le dénouement final se déroule ici et maintenant et à travers toi, à travers nous, à travers Urantia Gaia, à travers notre système solaire et qu’il impacte tous ses autres spectateurs des autres constellations qui sont nos parents biologiques et d’où nous provenons véritablement…

Laurent DUREAU

Article paru à l’origine sur le blog 5D6D le 15 août 2011 et réactualisé sur le blog 345D le 23 octobre 2012.

Lien Permanent pour cet article : http://345d.fr/la-conscience-de-lun-sinon-rien/

(1 commentaire)

  1. Nicole.A

    De tout mon cœur, merci mon frère dans l’UN.

Les commentaires sont désactivés.

«

»