«

»

Imprimer ce Article

Naissance de l’auto-sabotage et épilogue…

 adameveDécouvrir comment l’on s’auto-sabote est déjà une bonne chose, mais savoir par quel processus l’être humain a été mis en esclavage est tout aussi intéressant.

Certes, certains pourront toujours chercher à discutailler mais ce qui suit va probablement vous mettre en lumière comment, chaque jour, vous creusez votre tombe en termes de liberté, et donc d’épanouissement personnel.

Nous savons tous que pour mieux régner il faut diviser, alors que pensez-vous qu’ont fait ceux qui voulaient être aux commandes ? Certes, faire circuler des rumeurs divise les hommes entre eux ,mais la crème de la crème est de diviser l’individu lui-même.

Cela fût simple, car l’être humain vit déjà dans un monde de dualité. Il suffisait donc, seulement, de l’amplifier au point que cette même dualité, au lieu de coopérer, se fasse la guerre dans une confrontation sans fin.

Par exemple, en politique, l’Etat serait quand même nettement mieux géré si véritablement les partis de gauche travaillaient en bonne intelligence avec ceux de droite, et réciproquement. N’être pas d’accord ne veut pas dire être en confrontation !

Si vous désirez inviter votre homme au restaurant et qu’il refuse, cela ne veut pas dire qu’il ne vous aime plus et qu’il vous en veut. C’est seulement que ce soir-là, il y a une finale de foot à la télé…

Donc, en revenant à l’époque où ni la télé ni le foot existaient, il fut mis en opposition le masculin au féminin. Ce qui, à l’origine, ne faisait qu’un va donc devenir au fil du temps une guerre larvée où l’un va essayer de dominer l’autre.

L’histoire de l’humanité (pas celle des manuels scolaires) démontre que dans les premiers temps, les femmes étaient au pouvoir, car, suite à la séparation d’avec les anges (la chute), les hommes étaient en adoration devant ces êtres doués de capacité médiumniques. Les “déesses” étaient reines !

L’homme vouait un véritable culte aux femmes qui, au fil du temps, commencèrent à en abuser jusqu’au jour où l’homme profita de sa force physique pour asservir celle qui l’avait asservi. Il lui rendit la monnaie de sa pièce.

C’est ainsi que les hommes vinrent au pouvoir et qu’ils s’y tiennent encore, mais l’époque actuelle va redonner aux femmes la place qu’elles doivent avoir afin (et enfin) que les deux énergies retrouvent leur équilibre et recommence à coopérer pour le bien de tous.

Le nouveau monde ne pourra être sans cette condition minimale : le plein respect réciproque des polarités. Si l’égalité des sexes fait sourire actuellement, cela n’empêche que de plus en plus de femmes prennent les commandes, et puis ensuite tout le monde recevra les mêmes traitements (droits, salaires, etc.).

Alors laissez-moi maintenant vous décrire comment cela commença dans la tête des deux polarités. Par principe, je prendrai les fameux prénoms d’Adam et Eve, juste pour faire un clin d’œil à ceux qui initièrent la chose pour nous dominer.

Adam, totalement subjugué par la beauté, la grâce et la pureté de son Ève, commença à se poser la question de ce que ferait Ève s’il n’était pas là. Ce genre de questionnement débuta grâce à une espèce d’entité appelée “serpent” (un truc tordu et insaisissable).qui s’insinua dans ses neurones

La petite voix lui dit ainsi : “Et si tu t’absentais un peu afin de voir si Ève t’aime véritablement ?” Adam, complètement coupé de la connexion avec les anges, commença à se laisser persuader car il dépendait tant d’elle. Sans elle, il n’était rien, sinon un enfant abandonné des Dieux !

Il commença à observer le comportement de sa Belle. Puis lui vint l’idée que si “sa petite voix” lui susurrait de prendre du recul, c’est que peut-être c’était elle, sa divine, qui voulait se débarrasser de lui.

En effet, dotée de tous les pouvoirs subtils comme la télépathie, il se dit que c’était elle qui lui parlait dans sa tête. Alors commença l’escalade des questions sous la pression du doute qui prenait de plus en plus d’ampleur.

Il en vint à la conclusion que son adorable “complémentaire” voulait l’asservir, le rendre insignifiant (puisqu’il ne pouvait parler aux Dieux) et peut-être même de l’annihiler complètement.

C’est ainsi que progressivement Adam se vit atteint d’une maladie de confiance envers sa bien aimée, son double, sa déesse, sa raison de vivre, son nirvana. Depuis des éons, il s’esquintait l’échine à lui construire le plus beau des châteaux dans ce monde de densité.

Il était fier de démontrer sa force physique, sa capacité à construire, à faire des projets et à dominer la matière afin qu’elle se sente en sécurité et à l’abri de toute chose. Il voulait que son château soit parfait, car totalement à l’image de son intelligence.

Mais cette idée qu’Eve essayait de prendre le dessus pour l’asservir commença à lui donner moins d’allant pour construire la demeure parfaite. Il commença à se demander si finalement Ève allait trouver son œuvre assez bien.

Adam commença à douter, sa défiance en lui et en ses capacités commencèrent à saper son enthousiasme et son intégrité. Car, tout au fond de lui, une indestructible question le minait : “Si je l’invite en ma demeure, va-t-elle l’accepter ?”.

C’est ainsi que naquit la première peur de l’homme qui est l’autre partie de moi, va-t-elle m’accepter ?” C’est ainsi que de la coopération, Adam commença à glisser dans la confrontation.

Cette opposition, basée sur une projection du mental, en vint à lui faire oublier la voix de son cœur. Son ego-mental le coupa progressivement de cette aire de paix où il se sentait aimé et totalement accepté.

Son ardeur à construire le château parfait déclina mais il n’arrêta pas, car un autre doute subsistait en lui. “Et si c’était moi qui me montais la tête moi-même ?” se disait-il quand il arrivait à se rebrancher à mère Nature.

Devant tant de beauté, il ressentait à sa manière sa connexion au cosmos, alors il prit la décision de continuer à bâtir le château parfait au cas où…. Cela lui permit, d’une certaine manière, d’éviter la question première en frontal : Est-ce que Ève me mérite puisque je doute de son amour ?

Ce changement de comportement, et surtout de vibration, d’Adam commença à interpeler Ève qui se demanda : “Qu’arrive-t-il à mon homme ? Pourquoi ne m’appelle-t-il plus pour me montrer sa construction en cours ?”

C’est alors qu’un doute commença à surgir dans son esprit : “Est-ce que mon homme m’aime encore ? Peut-être qu’il en a trouvé une autre ? Peut-être qu’il m’a trahie ? Peut-être essaye-t-il de prendre de mon pouvoir ?”

Peut-être veut-il m’asservir, m’annihiler parce qu’il ne me trouve plus assez belle pour lui ? Peut-être a-t-il découvert quelque chose dont il ne veut pas me parler parce qu’il m’en trouve indigne ?

M’aime-t-il encore ? Suis-je encore à la hauteur de ses espoirs et espérances ? Suis-je encore digne pour être sa muse ? Alors que dois-je faire, lui qui me protège de par sa force physique ?

Alors pour cacher sa peine, Ève commença à pleurer pour dissiper toute cette anxiété. Elle découvrit l’autre versant des larmes, celui de la douleur non dite, non exprimée. C’était sa façon à elle de ne pas affronter sa peur d’être quittée et abandonnée.

Alors, bon-an mal-an, Adam continua à construire le château (le monde et son économie) prétextant des impératifs “extérieurs” pour ne pas être au foyer, tandis qu’Eve continuait à pleurer en cachette dans l’humble foyer qu’elle essayait d’entretenir.

Alors, qui est le coupable, Adam ou Ève ? La réponse est tout simplement les deux… Car vous le savez, un couple ne vit que par sa capacité à entretenir une communication vraie et sincère entre eux.

Alors quand Ève arrêtera de se poser les questions suivantes : “Est-ce qu’Adam m’appellera dans son château ? Serai-je de nouveau la bienvenue pour lui ?” et qu’Adam fera de même avec “M’aime-telle encore malgré l’imperfection de ce que j’ai construit ? Suis-je encore celui qu’elle désire vraiment ?”, alors Adam et Ève pourront redécouvrir l’âge d’or.

L’âge d’or n’est pas l’opulence des biens matériels mais l’opulence d’une confiance totale en l’autre, en notre opposé, notre complémentaire et notre moitié.

Voici comment commença l’auto-sabotage, car chaque être humain possède aussi bien l’essence masculine que féminine en lui. Un homme reconnaissant et épousant sa partie féminine (son coeur) sera alors aussi épanoui qu’une femme qui se mariera avec sa propre essence masculine (son intellect).

Un homme a le droit de pleurer pour exprimer son essence féminine, tout comme une femme peut démontrer son côté entrepreneurial en s’immisçant dans la construction de son propre château.

Alors arrêtons de croire que nous ne sommes pas assez ceci ou pas assez cela pour être digne de recevoir l’amour et l’attention d’une autre personne. Commençons par nous-même, et par l’effet résonance, nous rencontrerons cette fameuse “âme soeur” à laquelle nous aspirons tant.

Un être équilibré et épanoui attirera à lui quelqu’un de similaire. Faites-vous confiance en déconnectant cette petite voix du doute par rapport à vous même et à vos capacités.

Ainsi vous ne vous poserez plus ces questions et construirez le plus beau château que vous pouvez en vous-même, car cela sera la résidence de votre divinité. Votre Soi viendra s’y installer quand vous aurez fait la paix avec vous-même (votre ego-mental avec votre cœur).

Jusqu’à quand allez-vous vous sentir indigne de recevoir le meilleur ? (cf. L’indignité et nous, et nous … ) Jusqu’à quand allez-vous vous poser la question que votre étincelle divine ne vous appelle pas au royaume de la félicité ?

Tant que vous vous dénigrerez, tant que vous vous rabaisserez, tant que vous vous sentirez indigne d’être tout simplement vous-même, comment voulez-vous que votre divinité vous parle ?

Ce n’est pas elle qui a coupé la ligne de téléphone, c’est vous qui avez balancé le téléphone dans le marécage de vos peurs. Vous pouvez vous sentir trahi(e) par elle, alors qu’en vérité c’est vous-même qui vous êtes monté la tête…

C’est comme l’histoire du mari qui boit parce qu’il pense que sa femme la trompe. Arrivé à la maison, il insulte et bastonne probablement une femme qui l’aime profondément malgré les coups.

Il en est de même pour la femme qui a le verbe toujours acéré contre son mari et qui ne loupe aucune occasion de le rabaisser aux yeux des autres. Un autre poison lui coule dans les veines.

Un père cogneur, une mère acerbe, c’ est malheureusement un spectacle peu enclin à l’épanouissement des enfants. Bref, ces derniers ne feront que reproduire en se disant que c’est tout à fait normal…

Tromperie et séparation ne sont que l’œuvre du malin qui s’est insinué dans notre mental-ego. C’est sa manière à lui de vous dominer, alors si vous faites confiance seulement à votre intelligence mentale, à votre logique et à votre rationnel pour vivre, vous savez ce qui vous attend.

Il en est de même pour celle qui ne vit que dans la rêverie, le prince charmant, l’amour, le romantisme, les coup de cœur, la mode, les promotions, etc.

La logique ne comprend pas le cœur et le cœur se fout du rationnel. Faites alors en sorte que les deux mondes cohabitent ensemble en instaurant une communication maximale entre les deux.

Est-il rationnel de faire l’amour : oui pour les religieux parce que cela permet la reproduction, mais aussi non parce que cela donne du plaisir. Vous comprenez pourquoi je ne suis pas allé au monastère…

Avoir le derrière entre deux chaises n’est pratique que lorsque l’on a des petits besoins à faire. Il n’en sort que les résidus, et il semble logique de se servir des écrits “religieux” comme PQ. On lit d’abord (instruction) puis on passe à l’action de nettoyage.

Alors faites l’amour sur l’autel en taquinant le bénitier ! Si la musique est bonne, l’orgue (de barbarie !) viendra appuyer la chorale polyphonique dans le cœur de l’église. Point besoin d’articuler, car le Bon Dieu ne connait que le langage du cœur; alors, allez-y du gloussement au miaulement sans trop aller dans les cris, car cela risquerait de réveiller le curé et son fameux jugement…

Laurent DUREAU

Article paru à l’origine sur le blog Booster Votre Influence le 26 juin 2009 et réactualisé sur le blog 345D le 1er septembre 2012.

Lien Permanent pour cet article : http://345d.fr/naissance-de-lauto-sabotage-et-epilogue/

(4 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. thileli

    et lilith alors ?????

  2. kamala

    REINE KAMALA pour vous servir MON SEIGNEUR !

  3. doxin catherine

    ho merci !!! ce message est un baume pour moi !!! 😈

  4. SOPHIE

    Je confirme par expérience intérieure que cela fonctionne exactement comme tu le décris. le plus fort, c’est que juste avant de lire ton article, j’ai fait un ménage intérieur et une réorganisation des étages afin que le mental/ego laisse sa place usurpée de directeur à ce que j’ai vu comme une commission angélique qui a rallumé l’étage d’un gratte-ciel style Empire state building avec surtout l’antenne…
    Je venais de lire aussi avant l’article sur les anges que j’ai décidé de completement réhabiliter et tester leur travail précurseur chez les hotes… ❓

    Tes articles sont vraiement nourrissants pour moi,
    Avec gratitude,
    S

Les commentaires sont désactivés.

«

»