Quand l’amour humain évoluera (8) : Les notes de musique et les peurs (3)

 amour-9Pour en finir avec ce fameux clavier de piano qui n’en finit pas de nous révéler les secrets de la partition humaine, j’espère en finir avec les dernières bribes concernant les touches noires de nos peurs 3 à 5.

Autant les peurs 1 et 2 sont ancrées dans notre biologie, dans notre corps physique, autant ces autres peurs appartiennent au domaine du Ciel et donc d’un invisible, d’une non-matière qui a de profondes répercussions sur les autres, car transpersonnelles.

En effet, autant chacun peut détruire son corps sans trop affecter les autres, autant nos vibrations coincées dans le domaine de la non-matière vont considérablement influencer notre prochain. Parce qu’il n’y a pas de matière, ces peurs se communiquent très facilement. Nous sortons du domaine « personnel » pour passer dans le  » transpersonnel « .

Alors laissez-moi rire un peu quand quelqu’un essaie de cacher sa vie privée (ce qui se passe en elle), alors que tout en elle le crie si fort à tous. Quelques observations extérieures recoupées avec vos ressentis intérieurs donneront cette fameuse première image qu’il sera très difficile d’effacer ensuite.

Que vous ne soyez pas d’accord avec cela ne changera pas le fait que ça existe. La gravitation a toujours existé, même si pendant des millénaires, personne n’avait rien compris de la chose. Cela n’a pas empêché de s’en servir.

Une personne ayant fait assez le ménage en elle (quelques bonnes lessives…) sera comme un linge blanc face à un autre linge nettement moins blanc. Et comme la nature n’aime pas le vide, votre linge blanc va se faire polluer systématiquement par l’autre.

C’est connu la crasse, ça colle ! Donc, si globalement vous êtes aussi crasseux que les autres, vous n’arriverez pas à décoder la crasse ambiante. Si, par contre, vous avez commencé à faire du ménage, vous réalisez qu’il faut le recommencer régulièrement sous peine de se retrouver à la case départ.

Et basta, re-méditation, re quelque chose pour se dégager. Le côté positif, c’est que vous allez pouvoir lire, voir, entrapercevoir, ressentir ce que l’autre veut cacher. Un blanc dans une tribu noire peut toujours arriver à devenir noir, mais un noir dans une tribu blanche s’éclaircira tout au plus mais sera toujours visible malgré lui.

Alors cher lecteur, n’essayez pas de vous imaginer que vous avez des boucliers performants afin que l’on ne puisse pas vous lire. C’est une illusion totale, car plus vous avancerez dans la lumière de ce que vous êtes, et plus vous découvrirez votre puissance lumineuse.

Beaucoup de gens sont aussi lumineux qu’une allumette en pleine nuit, où des rafales de vent ou courant d’air peuvent survenir n’importe quand. Par contre, un marcheur vers la lumière sera passé depuis longtemps à la lampe à huile, voire carrément à la pile électrique auto-rechargeable.

La puissance du faisceau lumineux de la pile électrique sera toujours capable de dévoiler l’ensemble du bouclier ‘merdique » des autres. Alors imaginez quand vous avez la puissance d’un quartz de 500W ! L’obscurité ne peut rien faire contre la lumière, et surtout pas se planquer.

Ce qui explique que plus un être s’illumine de l’intérieur et plus il éclaire à l’extérieur. Donc les voleurs, ou tous ceux qui agissent dans la nuit, vont avoir du fil à retordre. N’avez-vous pas remarqué que lorsqu’un individu s’illumine, il n’a pas peur de montrer qui il est ?

Il sourit à tout vent. Il est ouvert à tous et ne cherche pas à cacher quelque chose. Il est plus crédible, bien que l’on se pose la question du pourquoi de cette transparence anormale. Malgré tout, il inspire confiance et on a envie de faire comme lui. Il sert de modèle, d’exemple, bien que cela ne soit pas sa préoccupation première.

Alors admettons que vous avez commencé à faire du ménage dans la matière en mangeant mieux, en vous aimant plus et donc en supprimant ou en diminuant toutes ces drogues qui vous tuent. Enfin bref vous avancez à votre rythme sur ce plan-là. Voyons donc la suite dans les étages supérieurs.

Peurs n° 3
Ce sont celles qui sont liées à l’amour-sentiment. A chaque fois que votre âme se fait secouer, elle émet une émotion mais aussi un sentiment. L’émotion (masculine) rentre dans le tas (par exemple une bonne colère), tandis que le sentiment (féminin) grave comme sur un CD.

Puis quand le CD est plein, il se vide à sa manière. Soit lors de ladite colère (et là on passera son temps à recoller les morceaux en disant que ce n’était pas ce que l’on voulait dire ou même pire, ce que l’on pensait), soit lors d’un fait anodin.

Cela peut se produire n’importe où, n’importe quand et en présence de n’importe qui. Quand le vase est plein, la petite goutte supplémentaire coûte très cher. Certes sur le moment, cela fait du bien à l’un pendant que l’autre essaye de se relever de la baffe.

Ce petit vidage ne sera qu’une cicatrice supplémentaire inscrite dans votre âme ainsi que dans celle de l’autre. Je ne vous dis pas quand la personne qui se trouve en amour-sentiment taquine l’énergie féminine, c’est-à-dire une énergie qui conserve, rumine, attache, colle au même titre que l’amour-maternel.

Il va s’en dire que c’est du tenace, de l’indélébile, mais aussi d’une cruauté qui fait plus mal que celle de l’énergie masculine qui oublie tout après l’éjaculation, excusez-moi, je veux dire l’orage énergétique.

La peur n°3 contient tout ce qu’un individu peut ruminer en silence mais qui tôt ou tard s’exprimera, même si c’est dans une autre vie. C’est une bombe à retardement qui mine profondément les relations humaines.

Par exemple, sur un plan professionnel, vous ressentez pour votre concurrent des sentiments pas très amicaux car il vous a raflé quelques marchés cruciaux avec des méthodes très très discutables.

Alors imaginez que lors d’un banquet, d’un salon, vous êtes amené à le rencontrer. Rien qu’à le voir, vous commencez à prendre des couleurs mais, politesse oblige, vous allez afficher le sourire de service avec un « comment allez-vous » complètement contradictoire.

Votre sourire ressemblera plutôt à celui des « dents de la mer », votre poignée de main lui écrasera probablement les doigts, votre mental le traitera d’enfoiré, pendant que vos cordes vocables émettront des fausses notes ou un glissement vers les octaves supérieures.

En tant que tel, ceci n’est pas une peur mais un blocage qui vous ruine la santé mentale ainsi que votre bonne humeur. Au lieu d’être détendu et de s’engouffrer quelques mignardises sympathiques, vous allez être sur les dents et un brin nerveux.

Si l’amour-émotion fait des dégâts, ce n’est rien par rapport à l’amour-sentiment. L’un fait dans l’explosif alors que l’autre fait dans l’acide. Si le premier, une fois l’explosion faite, vous pouvez ramasser les morceaux; dans le second cas c’est impossible.

L’acide, ça bouffe tout le temps, à toutes les heures, et même si vous essayez de vous laver, il y en aura toujours. D’ailleurs, c’est une incompréhension permanente entre les femmes et les hommes dans leur mode de fonctionnement.

En cas de désaccord entre les deux, l’un cognera tandis que l’autre vous empoisonnera la vie. Je ne vous dis pas qui gagne à ce jeu-là, mais les statistiques donnent une espérance de vie plus longue à la femme. Intéressant, n’est-ce pas ?

Peurs n°4
Décidément, ce mot peur ne me semble pas forcément adéquat car j’aimerais plutôt dire les blocages entraînant des peurs. Cela serait beaucoup plus juste à ce niveau de vibration ou plan d’harmonisation.

Nous arrivons donc dans l’amour-tendresse, l’amour-caresse qui n’arrive pas à s’exprimer. C’est cette forme de timidité légendaire que rencontre l’homme dès qu’il s’agit de déclarer sa flamme ou encore de vivre et montrer sa féminité.

La société veut qu’il soit fort, alors il ne désire pas exprimer sa sensibilité, sa tendresse, sa capacité de pardonner, de se laisser attendrir. Donc il se rigidifie et en faisant cela, il s’assèche car la rivière de l’amour-énergie ne peut plus descendre dans les étages plus bas.

C’est la note Sol comme solitude, solitaire. Cela ne résonne pas vraiment dans la communication, le partage. Populairement, on dirait qu’il est raide comme un piquet, aussi droit qu’une énergie masculine qui se tient debout ou couchée mais qui voudrait onduler.

Des blocages lourds et importants sont emmagasinés à cet étage, aussi bien chez les hommes que chez les femmes. Parce qu’à l’opposé, si on accorde à une femme de vivre sa féminité, la société lui dénie le droit d’être aussi dure qu’un homme, aussi insensible.

Être un chef d’entreprise, un chef d’état, etc. demande une certaine insensibilité, c’est-à-dire un traitement purement mental d’une situation où les sentiments n’ont pas leur place. C’est bête à dire, mais la femme deviendra l’égale de l’homme (du moins à ce niveau-là) lorsque, en fait, ce sera l’homme qui se permettra de vivre pleinement ses énergies féminines.

C’est la raison pour laquelle, malgré toutes les lois votées, la parité homme-femme ne pourra se faire que quand l’homme aura vaincu ses propres blocages. Quant aux dames, je ne fais pas de souci car elles n’attendent que cela pour prendre les affaires en main.

Peurs n°5
C’est la note Si comme le mot si. Si les hommes n’étaient pas bloqués à l’étage du dessous, alors l’amour-énergie pourrait se développer sur la Terre à une vitesse folle. Ce serait vraiment l’expansion de ce que nous appelons la fraternité.

Mentalement, nous nous disons tous frères mais le racisme existe encore, et pour cause. C’est à ce niveau que cela se joue, et non dans les autres chakras. Les blocages que nous entretenons sur ce plan d’harmonisation correspondent à la non-acceptation de la différence des autres et de leur unicité.

Quand un individu reconnaît sa propre unicité et qu’il la vit véritablement, alors il dégage cet amour-énergie tout naturellement. Notre racisme intérieur est la vanne, le robinet qui empêche le flux d’énergie divine du 7ème chakra de s’écouler.

Nous sommes tous racistes quelque part. Certes, les premiers niveaux peuvent être relativement vaincus, comme la couleur de la peau, les différences culturelles et comportementales.

Par contre, cela devient plus délicat quand ce sont des différences de religion, de vision du monde ou pire encore de mode de pensées. Certains parlent démocratie, droits de l’homme pendant que d’autres parlent d’ordre et de rigueur.

A ce niveau, les choses sont loin d’être réglées. Alors ne parlons pas des autres règnes de formes de vie comme les animaux, les végétaux ou les minéraux. Ceux-là, on les exploite sans vergogne et sans vraiment aucune retenue.

Comment voulez-vous qu’un oiseau vienne se poser sur votre main quand la vôtre regorge de toutes les vibrations négatives des poulets que vous avez mangés ? Est-ce que vous feriez copain-copain avec des anthropophages qui pourraient vous bouffer quand ils le veulent ?

En résumé, l’humanité a encore un très long chemin avant d’avoir pu lessiver toute sa vaisselle. C’est pour cela que nous nous réincarnons chaque fois avec un grand plaisir, car nous savons que nous sommes tous en puissance un agent actif pour le nettoyage.

Malheureusement, beaucoup l’ont oublié en traversant le voile de l’oubli lors de la naissance, mais tout est possible dès lors que l’on commence par soi-même. En décidant de vous améliorer, de vous nettoyer, vous aidez l’humanité entière.

Alors point besoin de s’appeler Gandhi, mère Térésa ou tout autre personnage incontournable de l’histoire humaine. Faites tout simplement votre chemin et vous verrez que les quelques sourires distribués dans la journée sont comme le levain dans le pain.

Ils donnent cette fermentation qui allège la matière en l’aérant d’un bien-être qui fait que ce pain est frais et croustillant pour les nouvelles âmes à venir. Nous sommes un maillon de la chaine, une cellule parmi d’autres, mais quelle cellule !

Une cellule autonettoyante et, qui plus est, qui aide à faire le ménage autour. Alors soyez heureux, ici, maintenant sur Terre car vous avez la chance d’avoir un ordinateur pour me lire et donc d’accéder à ce savoir qui appartient à tous, et même à ceux qui l’ont planqué pendant des millénaires !

Regardez dans la direction d’un futur meilleur en commençant dès aujourd’hui à être et vivre ce que vous êtes véritablement. Et laissez tomber toutes les casseroles du passé. Elles vieilliront d’elles-mêmes et seront recyclées par les futures âmes qui n’attendent que cela. Elles, elles voient tout de là-haut parce que nous, on a le nez dans le guidon !

Laurent DUREAU

Article suivant : Quand l’Amour Humain évoluera (9)  Réconcilier les polarités
Article précédent : Quand l’Amour Humain évoluera (7) Les couleurs

Article paru à l’origine sur le blog Booster Votre Influence le 17 septembre 2008 et réactualisé sur le blog 345D le 23 juillet 2012.

Cet article a été visité 4 532 fois.

Lien Permanent pour cet article : http://345d.fr/les-notes-de-musique-et-les-peurs-3/

(1 commentaire)

    • Didier on 23 juillet 2012 at 22 h 18 min

    Merci Laurent,

    Petit exercice à l’usage de ceux qui n’ont jamais fait de piano mais qui savent quand même reconnaître les touches.
    De votre main gauche, jouez des accords de 3 trois notes en sautant à chaque fois une note. Ça vous donne Do-Mi-Sol, puis Ré-Fa-La, puis Mi-Sol-Si, etc. Notez en passant que selon le cas les accords seront majeurs ou mineurs. Je vous ferai pas de cours sur pourquoi et comment ils sont ainsi, essayez juste de saisir leur couleur quand vous les jouerez.

    Dans votre main droite, choisissez un doigt… (c’est bon ? ok.) et jouez la même note que la plus basse de l’accord mais une ou deux octaves au-dessus.

    Faites en sorte que l’ensemble ne soit ni trop dans les graves, sinon vous allez faire dans la purée, ni trop dans les aigus, ou vous vous casserez les oreilles ainsi que celles de vos proches.

    Ainsi sur Do-Mi-Sol vous jouerez un Do avec votre main droite, sur Ré-Fa-La jouez un Ré, etc.

    Voici quelques ressentis sortis de ma cuisine, comme un parfum qui se dégage de ces agencements vibratoires. Jouez les d’abord une fois puis alternativement.:

    Do Ré (Do majeur, Ré mineur) : L’exploration. Do fier comme un bar-tabac (…) sort de sa caverne et se fond dans le féminin du ré, non agressif car arrondi par son côté mineur.

    Ré Mi (Ré mineur, Mi mineur) : Béatitude somnolente. Quelque chose qui tourne un peu en rond, dont on sent qu’il a besoin d’autre chose pour se réveiller.

    Mi Fa : (Mi mineur, Fa Majeur) : Interrogation. Comme si l’essence du Do (*) adoucie par son côté maintenant mineur s’interrogeait sur ce qui se passe de l’autre côté, là-bas vers le Ciel.

    Fa Mi : On redescend. Calme. La féminité de Fa caresse les interrogations de Mi et le rassure (oui, t’es beau !!) Mi-Fa et Fa-Mi glissent tous seuls, naturellement l’un vers l’autre. Pas de touche noire, donc (bien vu Laurent 😉

    Fa-Sol : Mais enfin ? Suspens, le Sol arrivera-t’il à se sortir de cette forte affirmation de Fa ?. On frémit en attendant la suite… Notez que c’est la seule succession où les 2 accords conjoints sont majeurs.

    Sol-La (Sol majeur, La mineur) : Première transfiguration. On passe de l’essence du Do (Sol, 1ère harmonique naturelle de Do (*)) à une autre dimension, assurément féminine et qui va transformer Sol profondément. C’est le signe que l’on perçoit un horizon beaucoup plus vaste et immensément serein.

    La-Si (La mineur, Si demi-diminué) : Dernières marches, mais qu’elles sont raides. On sent l’aspiration Divine à plein tube. Appelle de toutes ses forces le Do de l’octave supérieure. Le demi-diminué n’est pas un état naturel, en équilibre. Il appelle forcément quelque chose.

    Si-Do (Si demi-diminué, Do majeur) : Deuxième transfiguration. Ding de l’ascenseur. La boucle est bouclée. Rendez-vous désormais dans l’octave suivante. Comme Mi-Fa, Si-Do est d’une telle évidence qu’il n’y a plus d’effort à fournir, ça glisse tout seul.

    Tiens, une dernière :

    Do Sol (Do majeur, Sol majeur) : Attente. Sol reste en suspension dans l’attente d’un do ou d’un la. Choisira-t-il le La (mineur) pour s’expanser et monter une marche plus haut ? Ou le Do pour revenir se terrer en sa caverne en attendant sa prochaine sortie ?

    (*) Quand je dis que Sol est la première harmonique naturelle de Do (et Mi la deuxième), c’est pas une erreur de calcul. Le Sol dont je parle est une octave et demie au dessus de Do, et le Mi en question encore une octave au-dessus. On a montré ça avec les cordes de piano qui résonnent par « sympathie ». Faites vibrer seul un « Do 1 », disons , et bien « Sol 2 » et « Mi 3 » vont résonner naturellement avec ce Do.

    Bien à vous et bonne soirée 😉

Les commentaires sont désactivés.