«

»

Imprimer ce Article

Quand l’amour humain évoluera (9) Réconcilier les polarités

 sens-4C’est fou à dire, mais le sujet sur l’amour humain est tellement vaste que je pourrais en raconter encore des pages et des pages. Cependant, je vais terminer la série en vous donnant quelques infos supplémentaires.

L’évolution de l’amour humain dépend totalement de l’âme humaine. C’est une lapalissade à première vue, mais elle est comme les trains : elle en cache une autre juste derrière, qui risque de faire plus mal que le premier train…

En effet, nous avons constaté que l’âme humaine se trouve coincée entre le corps et l’esprit ou, vu différemment, entre la matière et la non-matière, le visible et l’invisible. A cet endroit précis, il n’y a pas de touche noire, c’est-à-dire pas Mi dièse ou Fa bémol.

Ainsi, il n’y a pas de pont intermédiaire pour passer d’une note à l’autre. On peut donc dire que le fossé est 2 fois plus large à cet endroit, et c’est à celui-ci que l’humanité est profondément bloquée depuis quelques siècles.

Il y a donc, à gauche du clavier, une matière avec l’amour-physique, l’amour-maternel et l’amour-émotion, tandis que de l’autre côté l’amour-sentiment, l’amour-tendresse et l’amour-énergie semblent être les parents pauvres dans l’histoire.

C’est comme les éclairs. Tout le monde pense que l’éclair part du Ciel pour aller s’abattre sur la Terre d’une manière arbitraire et faire des dégâts. Dans la réalité, la science a démontré que c’est tout le contraire.

C’est la Terre qui lance un mini-éclair vers le ciel qui, trouvant un chemin, déverse sa toute puissance. Il en est de même pour l’homme. C’est l’énergie sexuelle du chakra racine (le 1er, la note Do) qui en remontant jusqu’au 7ème chakra va déclencher les enfers…

Dans le 7ème chakra règne l’amour-unité ou l’amour-fusion. Cela chauffe tellement que ce qui est séparé fusionne pour redécouvrir l’état d’unité originel où toute dualité n’existe plus. C’est l’androgynie parfaite, comme celle des anges.

En effet, les anges n’ont pas de sexe car, de l’autre côté, puisqu’il n’y a pas de matière, il ne peut y avoir de reproduction d’un corps. Un ange est donc une entité non-sexuée, et donc débarrassée de cette envie relevant de l’instinct. On peut donc comprendre qu’elle est en paix sur ce plan-là. Ce qui n’est pas du tout le cas des humains…

On comprend maintenant le pourquoi du mythe de l’abstinence des religieux ou religieuses qui veulent toucher le Ciel. Seulement voilà, c’est que c’est nettement plus dur d’être un androgyne sur Terre qu’au Ciel puisque l’on est dans un corps sexué qui désire se reproduire…

Et puis, on ne leur a pas tout dit, car les grands chefs n’ont pas envie de voir tous les moinillons devenir des êtres exceptionnels. Cela serait vite ingérable et la population serait soudainement nettement moins obéissante.

Imaginez que vous puissiez prendre votre pied tout seul. La théorie du couple, de la famille s’écroulerait totalement. Alors pour bien cloisonner les possibilités, il a été annoncé que le sexe ne servait qu’à la reproduction et non pas au plaisir.

Mais apparemment, cela n’a pas suffi pour maintenir les pêcheurs, issus du péché, hors du chemin du vice, du mal et de la fornication. Alors nos chers chefs religieux ont sorti l’arme fatale appelée culpabilité. Ils ont presque gagné la partie mais une poignée d’irréductibles « gauloises » ont su s’y prendre pour que l’homme ne se fasse pas complètement berner.

On brûlait beaucoup de sorcières pendant l’inquisition car elles savaient déclencher les feux de l’amour chez les mâles. Elles étaient donc possédées par le mal, par les démons à queue de bouc… on peut en sourire maintenant, mais les souffrances ont été énormes et notre âme se rappelle !

En revenant aux notes du clavier et des amours, nous comprenons que les femmes avec l’amour-sentiment ont déjà un pied du côté du Ciel. Il leur est donc plus facile d’aller taquiner l’étage au-dessus mais, pour cela, elles avaient besoin des mâles.

Heureusement, sinon nous, les mâles, nous serions encore dans les cavernes. Et à vrai dire, nous y sommes encore beaucoup quand nous regardons quelques religions très coincées sur le sujet. Ils entendent le « multipliez-vous » mais pas le « prenez-y votre pied ».

Les plus virulents imposent même l’excision afin que le mal ne soit plus dans la femme, car elle se doit d’être une pondeuse et non une débaucheuse. C’est sûr que lorsqu’on coupe le cordon électrique, le courant ne passe plus.

380 millions de femmes dans le monde sont ainsi devenues des handicapées biologiques au bon vouloir des mâles qui peuvent en avoir jusqu’à 4 selon les écritures. Là, je reconnais qu’ils ont fait plus fort que le Vatican, et pourtant ce dernier n’est pas un débutant dans l’affaire !

L’homme, se retrouvant coincé dans les 3 premiers chakras, n’entrevoit que 3 choses dans la vie : l’argent, le sexe et le pouvoir. L’argent d’abord, car c’est l’équivalent de l’énergie de survie (1er chakra), puis le sexe pour la reproduction (2ème chakra) – et surtout le plaisir mais ça il ne faut pas le dire – et enfin le pouvoir au 3ème chakra.

Donc, la première touche noire regroupe les deux versions possibles, le Do dièse et le Ré bémol. Le Do dièse correspond à tous ses blocages concernant l’argent ainsi que le Ré bémol qui correspond aux blocages sexuels (je suis trop jeune, trop vieux, impuissant, etc..).

La seconde touche noire (Ré dièse et/ou Mi bémol) va se prendre tous les blocages sexuels liés à l’autorité ou à une forme de pouvoir du style « j’en ai une petite » pour les hommes ou « j’ai pas de sein ou un cul énorme » pour les dames.

Mon vocabulaire est ici populaire, mais cela veut exprimer très clairement le type de blocage. De tout cela, il en résulte un capharnaüm complet où le riche essaiera de prendre du pouvoir tout en ayant quelques call-girls bien roulées sous la main.

Avec des sous (1er chakra), on peut acheter au second étage et puis ensuite aller faire le guignol au 3ème. Après, c’est point barre ! La raison est que, comme il n’y a pas de pont intermédiaire et que l’on a fait que les femmes n’ont pas voix au chapitre , on se retrouve coincé dans la matière.

On comprend assez vite que l’homme étant coupé du Ciel, il faut bien qu’il s’occupe. Alors il boit, il viole, il tue, il pille, il se reproduit, il bouffe et il meurt. Vaste programme qui mène tout simplement l’humanité à sa destruction.

Alors si la femme arrivait à faire que l’homme puisse aller taquiner l’amour-tendresse, l’amour caresse qui est en lui, alors il s’adoucirait au point déjà de reconnaître que la femme est bien l’avenir de l’homme.

Alors, occupé à conter fleurette à sa tendre et chère, il découvrirait enfin que construire en harmonie est plus rentable que construire en brut de décoffrage. Il découvrirait que le monde du ciel, le monde de l’invisible est tout aussi peuplé que celui du visible.

Cela lui ferait aussi comprendre que la vie n’est pas d’accumuler indéfiniment des richesses matérielles mais, surtout, d’accumuler un max au Ciel tout en minimisant ses prélèvements matériels à leur juste mesure.

Ainsi l’amour-émotion pourrait enfin pleinement comprendre l’amour-sentiment pour aller s’envoler vers cette terrasse où le barman vous sert du nirvana sans aucune modération. Ce serait cool, surtout que là-haut, on voit toujours sa compagne comme une déesse. Cela doit être forcément ce mal des hauteurs qui nous rend la vue si trouble…

En résumé, le monde d’aujourd’hui tourne en boucle dans le 1er trigramme (les 3 premiers chakras) parce que l’homme (le mâle) a peur d’expérimenter ses sentiments complètement et ainsi de découvrir l’amour-tendresse dont il rêve tant.

Allez messieurs, un pas en avant ! Et puis, vous mesdames, allez coucher les marmots car monsieur a besoin de vous. Laissez tomber les gamelles, le ménage et les courses, au moins le temps nécessaire pour que monsieur verse une larme chaude et poétique au creux de votre cou (et plus si affinité…!)

Ainsi vous rendrez le monde meilleur pour vos enfants, votre couple, votre famille et indirectement l’humanité entière. L’homme a aussi besoin d’une épaule où il peut se relâcher, se confier et verser quelques larmes.

Ne comptez pas sur la confesse avec le curé local, car ce dernier vit encore dans l’âge de l’inquisition où la pauvreté matérielle s’associe à toutes les autres pauvretés des étages supérieurs. Seuls leurs chefs roulent en grosses voitures avec des fringues qui ne sont pas vendues chez tati.

Ne les écoutez pas, car ils sont des castrateurs professionnels. C’est normal puisqu’ils se sont auto-castrés ! Ils savent de quoi ils parlent, et c’est en cela que je prie pour eux car ils sont de bonne foi et sincères, mais pas dans la bonne direction…

Laurent DUREAU

Article précédent : Quand l’Amour Humain évoluera (8) Les notes de musique et les peurs (3)

Article paru à l’origine sur le blog Booster Votre Influence le 24 septembre 2008 et réactualisé sur le blog 345D le 23 juillet 2012.

Lien Permanent pour cet article : http://345d.fr/reconcilier-les-polarites/

(2 commentaires)

  1. Didier

    Bonjour et Merci encore 😈

    Je me suis demandé pourquoi j’en arrivais à la conclusion que le 7ème accord (Si-Ré-Fa) n’était pas stable (qu’il « attendait autre chose »), comme dit dans mon commentaire sur l’article précédent, alors qu’ici tu considères (justement) cet état comme un aboutissement, un état fusionnel qui par définition est en équilibre (même s’il est temporaire car la suite dans la prochaine octave…).

    Quand on joue seulement un do et un si (au-dessus de ce do), sans aucune autre note entre les deux, cela provoque des grincements de dents. Ce demi-ton manque cruellement à l’octave parfaite et ces deux notes jouées ensemble sont parfaitement indigestes.

    Par contre, si on ajoute, entre les deux, une ou plusieurs autres notes (comme mi et sol par exemple et pas tout à fait par hasard) là ça devient nirvanesque. Cet accord ayant maintenant 4 notes porte le doux nom de Do Majeur 7ème, tout un programme. Et c’est pas non plus par hasard si les accords M7 sont si souvent présents dans les musiques relaxantes.

    Mon « pourquoi » initial est toujours là, mais ça fera peut-être avancer le schmilblick, qui sait… Comme par exemple de considérer que le passage par les différentes notes doit fonder l’individualité sur des bases solides indispensables pour arriver entier sur la 7ème marche. Si jamais Mi et Sol se sont envolés en route, ça marchera pas. Et les notes féminines Ré, Fa et La se doivent d’être présentes en filigrane dans l’histoire sinon le reste se dissout et on recommence à Do. Mais dissout c’est pas cher…

    Bon je finis mon tube de Prozac et je vais au lit.

    Bonne nuit à toutes et tous !! 😛

  2. Didier

    Laurent,

    Plus je te lis et plus j’ai de flashes en correspondance avec mon expérience musicale, c’est magique. Je me permets donc de la ramener encore un peu pour la partager.

    Figure-vous que :

    Do-Mi-Sol-Si forment un accord Majeur 7 (accord majeur + 7ème majeure), ça je l’ai déjà dit.
    On part d’une polarité masculine pour arriver sur une féminine. Cet accord porte en son sein la force initiale masculine (3 notes « masculines » Do-Mi-Sol) et trouve sa quintessence avec le « Si » féminin. Sa couleur est une sorte de quiétude tellement sûre de sa force qu’elle n’a plus besoin de l’extérioriser.

    Si on part maintenant de Ré, ça donne :
    Ré-Fa-La-Do, qui est un accord mineur 7 (accord mineur plus 7ème mineure) ou m7.
    D’essence féminine sur les 3 premières notes, l’accord est complété au 4ème niveau avec un Do masculin. Sa couleur est celle de la grâce dans toute sa splendeur.

    En résumé, la symbolique Yin/Yang.

    On pourrait continuer …

    Ça fait pourtant un bail que je fais de la musique, mais je n’en avais jamais pris conscience à ce point.

    Merci tout plein 😈

Les commentaires sont désactivés.

«

»