«

»

Imprimer ce Article

L’Education et le chiffre 4, un hasard ?

 quatreBon, ces derniers temps, j’ai beaucoup parlé du 3, de la trinité et de son importance dans notre compréhension de l’univers. Et si on passait au 4, histoire de continuer l’arithmétique divine ?

C’est vrai qu’il reste encore pas mal de chemin pour aller jusqu’à douze, mais on n’est pas pressés, on a jusqu’à Noël ! Pourquoi Noël ? Je n’en sais rien, mais je pense que d’ici là on aura vécu de grandes choses…

4 petits mois qui risquent fort de laisser des traces dans notre monde de la 3D ! En France, nous sommes habitués aux rentrées “sociales”, où les syndicats ont besoin de se remettre en jambes pour se savoir encore vivants après les vacances d’été.

Je suis sûr qu’ils vont demander le plein emploi, des augmentations, et surtout plein de nouveaux fonctionnaires notamment dans l’Education Nationale, car il faut bien que le mammouth continue de survivre.

Je parle de cela histoire de me chauffer un peu car, quand on regarde les résultats en fonction des moyens déployés, on peut, sans prendre de risques énormes, énoncer que le rendement est déplorable.

En effet, l’éducation d’un individu suit une mécanique céleste dont l’Education nationale devrait s’inspirer. Seulement voilà, avec les salaires qu’ils ont, il est clair que ce ne sont pas des flèches qui ont été recrutées…

Pourtant, il y a tant de gens biens et de bonne volonté, mais malheureusement ils sont broyés par un système qui relève de Jules Ferry, sans compter toutes les énormités “éducationnelles” qui sont venes alourdir le bateau depuis 140 ans.

Je vais donc en profiter pour vous faire découvrir quel est le carnet de route, ou plus précisément la méthode utilisée par le Sans Nom, pour faire que des bouts de chou angéliques deviennent des archanges ! Rien que ça !

En effet, après avoir créé la dualité et avant de s’essayer à la trinité, le Sans Nom a vite compris qu’il y allait avoir un problème d’évolution. Alors pour agrandir le cercle des possibilités, il fabriqua le 4.

Il partit donc de ce qu’il connaissait, le 2 (le 0 et le 1, ou le blanc et le noir, ou le masculin et le féminin, etc.) et décida de diviser le 2 par 2. Le résultat ne se fit pas attendre, car il était en territoire connu !

Ainsi naquit le 00, 01, 11 et 10. Dit autrement, le féminin-féminin, le féminin-masculin, le masculin-masculin et le masculin-féminin. Bref, un petit dessin va vous faire comprendre tout de suite la chose…

cycle-3 Le Sans Nom partit donc d’un petit tableau identique au 1er, où il mit les 2 polarités en lignes et en colonnes afin de fabriquer les 4 couples dont il avait besoin. Galanterie oblige, il commença par le féminin à gauche pour la première ligne et en haut pour la 1ere colonne.

Ceci décréta ainsi que le cercle de la Création commencerait par le féminin-féminin. Le second tableau représente la même chose mais avec des chiffres, car, rappelez-vous, la Création est d’abord mathématique.

Le féminin est le cercle, tandis que le masculin le segment de droite. Tout rapport avec nos organes reproducteurs est totalement fondé. C’est donc très facile à se rappeler, tout comme celui des symboles rouge et bleu.

Le rouge (Vénus – l’amour) est un cercle sous lequel la croix représente la Vie (croisement des principes masculin et féminin, soit le vertical et l’horizontal). Le symbole bleu (Mars – l’action) est un cercle avec une flèche “montante” et qui décrit très bien les attributs masculins…

Maintenant, si vous venez à superposer les deux symboles, vous obtiendrez un 8 debout où le cercle supérieur se fait pénétrer par la flèche tandis que le cercle inférieur se voit avec une croix à l’intérieur.

La Vie est donc dans le cercle inférieur (femme enceinte) et qui est le symbole astrologique d’Urantia Gaia, soit le cercle avec la croix à l’intérieur. Et puis, pour ceux qui n’y connaissent rien en astronomie et astrologie, la Terre se situe entre Vénus et Mars. Bref, aucun hasard là-dedans….

Le second tableau représente aussi les couleurs de la dualité. Le blanc au féminin, et le noir au masculin. La rangée supérieure correspond à la femme, tandis que la rangée inférieure est celle de l’homme.

Ce dernier est la fondation qui soutient le féminin. Il est donc extériorisé dans la matière, le dense, le visible (c’est le costaud, la brute qui protège), tandis que madame est à l’étage (le subtil, l’invisible) qui lui dit comment construire la maison afin d’assurer un foyer confortable à elle-même et à la descendance….

Voyez, avec un simple schéma, comment on peut vraiment expliquer beaucoup de choses. C’est qui qu’a dit que la Création était compliquée ? Bref, pour des raisons de facilité de langage, je vous ai mis le 3ème tableau qui exprime les doubles polarités simplement.

Alors au lieu de dire féminin-féminin, ou blanc-blanc ou 00, on préférera dire le Yin Féminin. C’est franchement plus classe, surtout dans les canalisations où les anges ne peuvent se permettre des trivialités bien de chez nous….

Donc, fort de cette double dualité, le Sans Nom a pu continuer son œuvre avec majesté, car maintenant il avait enfin un processus clair d’expérimentation. En effet, vous avez maintenant sous les yeux le véritable processus d’apprentissage de toute entité créée dans l’univers.

En comprenant ce processus, c’est une véritable grille de lecture qui s’offre à vous. Vous pourrez la décliner dans tous les sens, et vos yeux s’écarquilleront tant vous étiez aveugles auparavant.

Dans Le ver est dans la pomme, car nous le portons en nous, j’ai déjà abordé le sujet des cycles qui partent d’un point zéro (la naissance) au bouclage du cercle qui est la mort. Cette dernière n’étant, en fait, que la renaissance à un nouveau cycle évolutif.

Bref, tout tourne en rond, sauf qu’à chaque fois on grimpe ou on descend d’un niveau (la spirale). L’évolution et l’involution sont donc des processus normaux basés sur les 4 phases essentielles d’expérimentation. Voyons donc cela en détail…

cycle-4 Nous pouvons donc constater que c’est très simple comme processus.

Si vous l’intégrez correctement, vous allez alors pouvoir comprendre tout plein de choses.

Quand l’Education Nationale aura compris tout ça et qu’elle l’intégrera dans sa réalité pédagogique sans faire appel à des tordus des neurones, le camp des cancres sera fortement décimé !

Phase 1 – J’APPRENDS
C’est la première marche qui vous mènera obligatoirement sur un chemin d’apprentissage. Vous êtes un nouveau-né à quelque chose et la curiosité-nécessité va vous pousser à aller à la recherche des informations.

Qui dit information dit savoir, et qui dit savoir dit manipulation. On comprend donc la très haute mainmise par toutes les institutions pour faire en sorte que vous n’ayez accès qu’à l’information qui les arrange.

Même dans les campagnes reculées, n’importe qui est avide d’apprendre des choses d’ailleurs. C’est ainsi que naissent les rumeurs, et les médias sont très forts à ce niveau-là. C’est carrément de l’intox, et on ose dire que c’est du journalisme au nom de la liberté, au nom du droit à savoir !

Bref, dit autrement, si tu veux compter tes biftons (et pas te faire arnaquer dans le rendu de la monnaie), tu vas te fader les tables d’addition et de multiplication. Tu n’as pas vraiment le choix.

Cette étape, toute naturelle, est fortement d’essence féminine, puisqu’il faut vraiment être ouvert à tout l’environnement et même aux infos douteuses. Bref, vous voyez la dame du village qui épie tout de derrière son rideau de cuisine… Elle apprend (elle prend à soi).

Phase 2 – Je COMPRENDS
Là, après avoir accédé à l’info, il va falloir la traiter pour savoir si c’est du lard ou du cochon. La partie masculine se met alors en œuvre en charcutant et évacuant ce qui doit l’être.

C’est la phase organisationnelle de l’info. En clair, autant la première phase on disait “je sais”, là on sera dans le “j’ai compris”. C’est une nuance très importante, disant qu’il y a eu un traitement quelque part.

On n’est plus dans la phase du savoir mais dans celle de la co-naissance. En effet, on va faire que cette information ait été vécue par une mise en pratique. On est donc dans le domaine de l’expérience, et donc de l’expérimentation matérielle.

C’est comme on dit du feedback. Prenons un exemple… Vous apprenez à l’école de conduite qu’il ne faut pas griller les feux rouges. Vous le savez bien, mais pas forcément compris véritablement, car cela restera du virtuel.

Par contre, si effectivement vous grillez un feu rouge et que vous emboutissez un panier à salade qui passait justement par là, vous allez comprendre très vite votre douleur….

En supposant que vous soyez encore en vie (les paniers à salade ça ne roule pas vite pour cause de prise au vent très forte – probablement les odeurs de sainteté de ceux qui sont assis à l’arrière), vous allez comprendre ce que veut dire de plier de la tôle, d’avoir un retrait ou suspension de permis, d’avoir un malus chez votre assureur, etc.

Cette phase 2, celle du “j’ai compris”, correspond vraiment à du vécu, et non à de l’abstrait comme dans la phase 1, celle du “je sais”.

Phase 3 – J’AMELIORE
Une fois que vous avez vécu vraiment l’information et vérifié sa valeur, vous aurez à coeur d’améliorer la situation. D’abord vous achèterez une voiture plus costaude avec de bons airbags, un anti-radar intégré et le tout immatriculé dans un pays étranger.

Ainsi, la maison poulaga vous fera banquer sur place, mais vous repartirez quand même avec votre permis de conduire et ceci sans contusion (merci les airbags).

Cette phase correspond donc vraiment au cran au-dessus de la compréhension, car cette fois-ci vous y avez mis de l’intelligence dans un but particulier. Vu sous un autre angle, essayons le style : je sais qu’il faut que je paie des impôts (phase 1), je comprends que l’on me prélève automatiquement sur mon compte (phase 2) et je vais donc frauder…(phase 3).

C’est juste un exemple pour vous dire que, même sans savoir les 4 principes du processus de l’apprentissage, vous le faites au quotidien tout naturellement.

Phase 4 – J’ENSEIGNE
Forcément, puisque maintenant vous avez amélioré les techniques existantes, vous allez être très fier de pouvoir en parler au bar du coin, de bloguer ou carrément d’écrire un livre. On a tous un ego qui nous dit que l’on est toujours plus intelligent que les autres et les systèmes existants.

Dit autrement, si vous voulez qu’un élève médiocre devienne un bon, demandez-lui d’enseigner à pire que lui et vous verrez ses notes exploser. Il n’y a pas de cancres véritablement, il n’y a que des personnes qui ne veulent pas en foutre une, et souvent cela est dû à un manque de motivation (largement émané par le prof en question)…

Démontrez à un cancre qu’il est loin d’être nul, en lui demandant d’enseigner à d’autres, et vous verrez qu’il sera difficile de trouver des mauvais. Ah, si l’Education nationale savait cela…!

Nous savons tous qu’enseigner demande d’avoir à minima compris. C’est le propre de tous les profs, mais malheureusement la grande majorité a sauté l’étape 3, celle de l’amélioration, alors il est normal que leur pédagogie soit déplorable.

Ce n’est que lorsque quelqu’un essaie véritablement d’améliorer les choses qu’il fera preuve d’intelligence véritablement. Grâce à cela, il saura comment s’y prendre pour expliquer simplement les choses. Il sera donc un super pédagogue. C’est simple, n’est-ce pas ?

Or, le mammouth étant inamovible dans ses méthodes, on peut comprendre que derrière, c’est du massacre à la tronçonneuse. En effet, si on laissait faire les profs en fonction des élèves et de la classe, les résultats seraient nettement meilleurs et cela, sans être obligé de recruter de l’aide supplémentaire.

Bon bref, je ne suis pas là pour tailler un short à l’Education Nationale, mais j’espère que vous avez bien compris les quatre phases successives de l’apprentissage, parce que ce schéma va souvent revenir dans mes propos mais sous des angles différents.

En effet, le Sans Nom a décliné ce nombre 4 sous bien des angles dont celui des hommes et des femmes, mais aussi des 4 éléments. Sans oublier les 4 saisons, les 4 directions, les 4 membres du corps physique, etc.

La liste est longue, et sachez que généralement là où vous voyez la dualité, il y a en fait une double dualité en œuvre. Là où vous voyez les forces de l’ombre il y a aussi de la lumière, et là où vous voyez de la lumière une partie d’ombre y habite.

Tout n’est pas blanc ou noir, car nous savons qu’il y a aussi des zones grises comme le fait apparaître le 2ème dessin de la 1ère planche. Certes, dans les débuts c’est toujours plus simple de ne voir que 2 états, mais rapidement il faut se rendre à l’évidence qu’à 4 états les choses incompréhensibles s’expliquent très bien.

Bref, pour respecter la logique, mon prochain article vous parlera de la naissance des 4 éléments et de leur polarité respective. Vous découvrirez ainsi les couples divins primordiaux… Y’a pas à dire, ça fusionne dur quand on est près de l’ile Centrale…

Laurent DUREAU

Article paru à l’origine sur le blog Booster Votre Influence le 2 septembre 2009 et réactualisé sur le blog 345D le 1er août 2012.

Lien Permanent pour cet article : http://345d.fr/leducation-et-le-chiffre-4-un-hasard/

(6 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Didier

    Laurent,

    Tu dis :
     » Maintenant, si vous venez à superposer les deux symboles, vous obtiendrez un 8 debout où le cercle supérieur se fait pénétrer par la flèche tandis que le cercle inférieur se voit avec une croix à l’intérieur.  »

    La flèche du symbole masculin est orientée à 45°. Donc si on superpose les deux on a bien la croix du féminin venant s’insérer dans le cercle masculin. Mais la flèche masculine montante restera en dehors du cercle féminin. En clair j’ai mis une image (je ne sais pas si elle s’affichera dans le commentaire, sinon copier/coller l’url dans le navigateur pour la voir) :

     » La Vie est donc dans le cercle inférieur (femme enceinte) et qui est le symbole astrologique d’Urantia Gaia, soit le cercle avec la croix à l’intérieur.  »

    Donc la vie (la croix) se retrouve dans le cercle inférieur qui est celui du masculin. Homme enceint (ce qui lui ferait peut-être pas de mal d’ailleurs, 😆 ) ?

    Je vois bien une autre explication plus « trinitaire ». La croix du symbole féminin (la vie donc) venant s’unir au principe masculin (la matérialisation) donne lieu au trois (la flèche montante hors des deux principes de base).

    Docteur, dites-moi si j’ai abusé du boulgour …

    Merci encore et bonne journée à toutes et tous 😀
    Didier

    1. Brigitte

      Voilà, j’ai fait apparaitre l’image … 😉

      Bizzz et à bientôt …

      1. Didier

        Merci tout plein Brigitte 😈

        Bises.

  2. Béatrice D

    « …les syndicats ont besoin de se remettre en jambes pour se savoir encore vivants après les vacances d’été.
    Je suis sûr qu’ils vont demander le plein emploi, des augmentations, et surtout plein de nouveaux fonctionnaires notamment dans l’Education Nationale,… »

    On pourrait peut-être faire tous ensemble une pétition qu’on leur soumettrait, à charge pour eux de l’ajouter en tête de leurs revendications auprès de l’Education Nationale : inclure dans les programmes, à partir de la maternelle, un cours d’éveil sur le sens de la vie, à partir des enseignements de Laurent, qu’en pensez-vous???

    Au moins, ils justifieraient à bon escient leur rémunération et ça ferait réellement avancer le Schmilblick! 😉
    « Qui dit information dit savoir, et qui dit savoir dit… »…adieu la manipulation, dans ce cas.

    On peut rêver, non? Là contre, ILS ne savent encore rien faire!

    Pour le reste de l’article, TB, Laurent, comme d’hab… et merci.

  3. celine

    Ben moi j’en fait partie de l’éducation nationale, et en maternelle. Sûr que j’essaye d’enseigner autrement, mais surtout de leur donner confiance en eux, aux élèves, mais pour eux, une qualité, c’est d’avoir une grosse voiture… 😯 à 5 ans!! alors j’essaye juste d’être moi, et de les respecter, c’est déjà le minimum, sans oublier de leurs apprendre les bases pour lire, écrire, et compter! un métier qui remet beaucoup en question, comment allier ma vision 4d de la vie et mon métier? si y’en a qui ont des idées, je suis preneuse! bises à tous

    1. Frederic

      Bonjour Céline,

      Moi j’étais consultant pour de grosses sociétés. J’ai jamais réussi à concilier ma vision « 4D » avec le travail. C’est d’ailleurs pour cela que j’ai arrêté de travailler, c’était une torture psy ! Si tu trouves une solution je suis preneur… pcq la il me faudrait trouver quelque chose rapidement quand même.

      Cordiales Salutations

      Frédéric

Les commentaires sont désactivés.

«

»