«

»

Imprimer ce Article

Symptômes perso transition 5D – juin 2011

symptomesNous savons tous que plus le temps passe et plus l’essoreuse prend de la vitesse. Où et quand s’arrêtera-t-elle ? La réponse est simple : Elle ne s’arrêtera qu’au moment final de l’explosion de la 3D. La machine s’est emballée et chaque configuration planétaire lui donne une énergie supplémentaire…

En clair, que ce soient des éclipses, des éruptions solaires, des coucou de comètes -surtout celle qui est prévue comme Elénin (ou tout autre nom)- tout cela ne fera qu’amplifier le mouvement vers le Nouveau Monde, et donc l’extinction de l’ancien. Voyons donc un peu ce qui dégage en ce moment…

Pour en faire la liste, point besoin d’aller lire les prévisions données par quelques personnes spécialistes de la météo “planétaire”, car il suffit simplement de regarder ce qui se passe en nous pour comprendre ce qui est en train de se tramer véritablement.

L’observation de nos ressentis et de nos comportements nous indique clairement qu’il n’y aura aucun retour en arrière possible et que, dans tous les cas, il ne sert à rien de se poser des questions. Rester fluide et surtout zen semblent être les seules choses à faire…

Ainsi, ce matin, une idée m’a traversé la tête en me faisant voir combien j’étais “chanceux” de savoir ce qui se tramait en ce moment. En effet, qu’en est-il de ces millions, voire milliards, de personnes de 3D qui n’ont absolument aucun repère afin d’avoir du recul ?

Pendant un instant, je me suis mis à leur place et devant moi se sont déroulés quelques scénarios ou façons de réagir typiques de la 3D. Cela a fait lever en moi une sorte de compassion car, vraiment, pour beaucoup ça doit être une panique certaine qui reste dissimulée derrière l’écran du paraitre habituel.

Il semblerait que tout le monde continue de faire comme d’hab. Il semblerait que les conversations et attitudes soient toujours les mêmes, mais je ressens, lorsque je suis à leur contact dans la vie de tous les jours (lorsque je mets le nez dehors), qu’ils sont ouverts à autre chose. C’est subtil, mais c’est là !

Autant avant j’avais l’impression de dénaturer sur le milieu ambiant, autant maintenant je sens qu’un contact plus subtil, plus intime, plus fluide est en train de se mettre en place naturellement. La contrepartie à ce dialogue, c’est qu’il me faut beaucoup plus de temps pour récupérer.

En effet, par exemple, à chaque fois que je vais faire des courses, je constate qu’il me faut beaucoup plus de temps pour m’en remettre. D’ailleurs, dès que j’arrive à la maison, je range les choses à leur place et je vais directement pioncer tellement je suis vanné !

Ce qui est caractéristique, c’est que ce n’est pas une petite sieste tranquillos mais un réel sommeil comme si je faisais une nuit complète ! Avant, je m’en prenais pour 30 mn à 1 heure mais maintenant, c’est 2 à 3 heures minima et avec des rêves costauds !

Là aussi, ça fait déjà bien longtemps (au moins 1 an) que je me rappelle presque tous mes rêves (que j’oublie généralement dans les minutes ou le quart-heure qui suit pour la plupart), et je constate qu’ils sont de plus en plus “réels” tout en étant de plus en plus lourds à porter.

Ça va de la leçon à apprendre, tambourinée de multiples fois, ce qui fait que je sors du sommeil tellement j’en ai marre, aux rêves costauds en action qui font qu’au réveil je suis encore plus crevé que si j’avais fait des courses pendant une journée entière !

Bref, pour moi, aller au lit pour dormir est loin d’être un plaisir. Et dire que beaucoup d’entre vous se plaignent de ne pas se souvenir de leurs rêves… Hé bien, soyez bénis et dites vous que vous échappez pour l’instant à d’autres vies parallèles qui sont d’une pénibilité autre que celle que nous vivons quand on a les yeux ouverts ! Bien sûr, il y a quelques rêves nirvanesques mais ils restent rares !

Sinon, que dire d’autre à part les innombrables symptômes physiques habituels (pertes de mémoires, mal à un endroit puis ça disparait, tube digestif en feu,…), j’ai remarqué une pénibilité à l’effort qui devient vraiment handicapante. En effet, le moindre effort musculaire devient quasiment handicapant les jours suivants…

J’ai remarqué que dès qu’un muscle sort du minima qu’on lui demande, il devient une source de douleur réelle pendant plusieurs jours. On ne peut même pas le masser tant il est sensible. Et puis, des fois, j’ai l’impression qu’une bestiole est en train de casser la croute sur moi et quand je regarde, il n’y a personne… C’est probablement un point d’énergie qui se fait dégager les bronches pour mieux respirer !

De plus, on dirait que les nerfs s’en prennent pour leur grade, eux aussi. Ainsi, un effort un peu soutenu (par exemple visser une vis dans un bois un peu costaud comme l’autre jour) a fait que mes doigts se sont recroquevillés-contractés au point de ne plus pouvoir tenir le tournevis et de me faire hurler de douleur !

Bref, ça devient grave dans le sens où j’ai l’impression que je suis devenu un vieillard proche de l’instant final… sur le plan physique du moins. Par contre, sur d’autres plans, là encore, des choses ont changé. C’est surtout sur le plan de l’intention et celui de la prise de décision.

Sur le plan de l’intention, j’ai constaté que sa vitesse d’exécution et sa puissance ont nettement grimpé. Par exemple, prenons un truc auquel vous êtes sensibles que sont les moustiques affamés… Avant hier, à l’heure de me coucher et à peine étendu sur le lit, j’entends la douce mélopée de l’un d’eux me disant qu’il allait me faire chier toute la nuit…

Ma réaction, empreinte d’un calme olympien à l’extérieur (aucun son, aucun grognement ou aucun énervement sonore n’est sorti de moi) fut telle que j’ai senti comme un tsunami éthérique se propager dans la pièce disant tout court et fermement “Je vais te faire la peau”. Donc fort de mon respect de la Vie, je me suis levé et j’ai ouvert la fenêtre le temps de descendre le store… Et le temps que je fasse cela, ledit préposé avait déguerpi !

Ça été pareil dans plusieurs autres cas et c’est ce qui m’a mis la puce à l’oreille. Il semblerait que le “vivant” soit plus sensible à mes états de bien-être… D’une certaine manière, c’est plus agréable pour moi car cela me permet d’être en accord sur mes notions de respect et de la loi de l’UN.

J’ai aussi remarqué un autre phénomène qui est dans ma façon de dire non quand l’affectif est en jeu. En effet quand ce n’est pas affectif, dire non n’est pas un problème, mais quand ça peut blesser quelqu’un que vous aimez bien, voire beaucoup, c’est pas si simple. D’habitude, j’y allais avec des pincettes en faisant des pirouettes afin de blesser le moins possible l’autre dans son attente…

Maintenant, il semblerait que la ligne droite soit le plus court chemin. En temps normal, cela aurait fait des dégâts des eaux assez importants… Et pourtant ces derniers temps, mon aptitude à exprimer directement un NON presque contre moi n’a fait aucun dégât ! Je mets ça sur le fait que les autres personnes encaissent plus rapidement et passent à autre chose avec la même vitesse.

Cela devient impressionnant, comme si la sensiblerie habituelle avait fait place à une objectivité neutre et respectueuse. C’est peu dire que c’est agréable de pouvoir exprimer ce que l’on pense ou ressent sans avoir à se soucier de la facture associée à la casse de la porcelaine. Dit autrement, le paraître est en nette perte de vitesse et l’Etre devient plus présent dans l’instant.

Bref, à travers les côtés physiquement désagréables mais dont on comprend le mécanisme nécessaire pour ascensionner, je suis assez content de voir que le côté immatériel devient de plus en plus facile à vivre. Ainsi, même si sans le vouloir je lance une pique à ma partenaire suite à un rêve à la con et qui m’a foutu les boules, il est possible de voler au-dessus de ça et de n’y prêter plus aucune attention.

En effet, une certaine forme d’irascibilité se fait sentir chez moi quand je me lève après quelques rêves plutôt pénibles. J’en veux à personne, mais la première qui passe se ramasse la décharge ! Je sais, ce n’est pas gentil mais ce n’est qu’après que je me rend compte du truc. Ce serait comme de l’électricité statique, et en quoi en est-on vraiment responsable véritablement ?

Dit autrement, il n’y a pas de quoi en faire un plat car il y a de fortes chances que, tôt ou tard, l’autre personne fasse de même. Empathie et compassion sont donc de mise pour nous permettre d’avancer vers cet état vibratoire de 5D qui nous pousse au derrière, qu’on le veuille ou non.

Autre point qui, des fois, me désespère un peu, c’est que je me réveille avec des mains qui ressemblent plus à des battoirs en formes de raquette de tennis dont le tamis serait des parpaings… Il m’est presque impossible de plier les doigts et ils sont gonflés comme des boudins de chez Michelin ! Si on devait jouer au jeu de paume, je pourrais me permettre d’être une brute épaisse qui frappe comme un bourrin !

Et puis, dernier point et non des moindres, il m’est impossible de faire une journée sans aller faire 1 ou 2 roupillons costauds (2 à 3 heures) et de me lever à chaque fois comme si c’était le matin. Ma notion du temps est donc devenue très élastique au point que, dans la même journée physique, j’ai, en fait, vécu 2 ou 3 jours à cause des roupillons.

Ainsi si vous me posez la question du “qu’as-tu fait hier”, il faut que je réfléchisse lourdement pour recadrer mes cycles de réveils avec les jours concernés. En clair, les jours passent tellement vite (entre chaque roupillon) que je vis 15 ou 20 jours dans la semaine… Ainsi, tout retour dans le passé me demande une énergie importante pour tout recadrer.

Alors, ne me demandez pas ce que je ferai demain ou après-demain, car je ne saurai pas vraiment quand ça sera puisque je ne peux prévoir quand mes paupières vont se fermer et pendant combien de temps ! En clair, je suis devenu complètement inapte à la 3D, et si je devais rendre des comptes à un conseiller de l’ANPE, il me mettrait immédiatement dans les rebuts catégorie non-recyclable définitif… et irrécupérable !

Vivement la fin de l’essorage sinon je vais avoir les couleurs qui vont se tirer. D’ailleurs, restera-t-il quelque chose de réutilisable ? La question est intéressante mais trop lourde pour moi. Je n’ai même plus la force de penser, je suppose que c’est l’adoucissant 5D qui fait ses effets… Espérons seulement que le linge sentira suffisamment bon à la sortie pour ne pas trop indisposer…

Laurent DUREAU

Article paru à l’origine sur le blog 4D5D le 20 juin 2011 et réactualisé sur le blog 345D le 7 septembre 2012.

Lien Permanent pour cet article : http://345d.fr/symptomes-perso-transition-5d-juin-2011/

(2 commentaires)

  1. jachal

    Excellentissime ! Je comprends pourquoi depuis quelques temps il me prend des envie de dormir qui font que si je ne m’allonge pas je n’arrive même plus à tenir debout. Et aussi ces rêves qui paraissent plus que réels…
    Super cet article.

  2. Nora

    Merci.

Les commentaires sont désactivés.

«

»