«

»

Imprimer ce Article

Que je t’aime… que je t’aime meuh…

je-taimeCe matin, cette fameuse chanson de notre indéboulonnable Johnny est venue me caresser les quelques neurones fébriles qui restent encore en activité dans cette boite crânienne qui n’en finit pas de résonner creux…

Il y en a qui ont le nez creux, alors que moi, ça a l’air d’avoir pris des proportions inquiétantes au point que bientôt je vais devenir une radio locale, sans grande prétention mais une radio quand même !

En effet, dès que mon attention se dirige sur un truc, il me vient des tas d’images qui font que le cinéma de minuit sent l’antiquité à plein nez. D’ailleurs, ça fait si longtemps que je n’ai pas regardé un film que je me pose la question si j’en reverrai un, un jour…

Ça sent tellement le fabriqué, l’irréel à plein nez, que je me dis que ça ne vaut même pas le coup de regarder. Pour le vrai cinoche, il suffit de regarder ceux que nous croisons dans la vie pour voir que c’est nettement plus palpitant.

Certes, il n’y a pas des bagnoles qui explosent ou des méga ninjas invincibles et indestructibles, mais il y a des sourires, des regards et des soupirs qui en disent suffisamment longs pour rester à trainer en incarnation sur Terre !

C’est vrai que nombre d’entre nous aimeraient bien prendre la tangente pour aller dans un monde meilleur, mais moi, je n’ai pas du tout cette envie-là. Je trouve qu’il y a encore pas mal de petits trucs sympas à vivre malgré le bordel ambiant.

Je trouve cela marrant de rencontrer certaines personnes tout en ressentant que l’on se connait déjà depuis belle lurette, où nous avons fait je ne sais quoi dans des vies antérieures. Ainsi quelquefois, des flashs apparaissent et on en discute.

C’est passionnant de voir que l’on est tous des recyclés de première, et que, derrière notre étiquette de maintenant, on a fait les 400 coups ! Même le scénariste le plus déjanté n’arriverait pas à suivre le scénario tellement il y a d’intrigues historiques.

Bien sûr, conceptuellement parlant, si on se dit que tout se vit au présent, ça veut dire que l’on est un sacré mille feuille qui se tient dans tellement de dimensions qu’un trou noir ne suffirait pas à l’avaler !

Alors aujourd’hui, quel délire vais-je vous pondre ? Je n’en sais rien du tout, sauf que cette petite rengaine de Johnny est venue me dire bonjour et que j’ai bien hésité dans la façon d’écrire le titre, parce que plusieurs versions se sont présentées à moi… En voici quelques-unes :

Que je t’aime que je t’aimeee !
Que je t’aime que je t’aime..heu !
Que je t’aime que je t’aime..meuh !

La 1ère version m’a semblé logique tant normalement, l’amour vous transporte et que la linguistique nationale vous pousse à suivre ce chemin (à l’exception du correcteur orthographique qui hurle un peu !).

La seconde version, le « je t’aime..heu », indique probablement que l’on devait avoir franchi la dose d’alcool préconisée dans le sang pour ne pas avoir d’accident de la route. Et donc là, ça ressemble plutôt à une période de retour à la réalité où on se demande pourquoi on a raconté ça à l’autre…

La 3ème version, le « je t’aime…meuh », est l’étape suivante après le déssaoûlement, où l’on est tombé dans la répétition méthodique du mouton ou de la vache qui regarde passer le train tous les jours à la même heure… Donc quelque chose de pas vraiment enthousiaste mais qui rassurera l’autre sans vraiment le ou la rassurer.

Je pense que le message que l’on a voulu me refiler ce matin, c’est que l’amour du préhumain est d’une banalité assez affligeante qui suit la logique d’un vrai petit je t’aime au début, suivi d’un étonnement à s’entendre dire je t’aime, qui tombe enfin dans une routine où l’émotion n’y est vraiment plus.

L’usure, mon ami, l’usure, voilà ce qui arrive à l’amour du préhumain. Au début, c’est tout beau et tout joli, puis avec le temps, tout part en lambeaux jusqu’au rabâchage inconscient qui ne vous titille même plus ce qui pourrait encore bouger…

Bref, je pense que de ce côté-là, on va vraiment évoluer dans le Nouveau Monde puisque, parait-il, on sera si transparent à la vue des autres que le moindre mensonge sera vu à des kilomètres. On peut donc affirmer que le “meuh” va disparaitre durablement…

Par contre, on risque fortement de se faire chambrer quand on sera au stade du “heu”. Je vois très bien le regard de l’autre me dire “déjà tu déssaoûles de moi !” alors que l’on est à peine aux préliminaires…

Je pense donc sincèrement que le “je t’aimeee” va carrément disparaitre au profit du silence qui, lui, dira la simple vérité. Ainsi je peux comprendre que le verbe (la gouaille) sera progressivement abandonné au profit d’une luminosité aurique qui pétillera comme des néons en pleine nuit.

Ç’est sûr, ça va nous changer les soirées au bord de la plage où nous n’entendrons plus des cris ou exclamations à droite ou à gauche, mais où on se fera arroser par des vibrations doucereusement jouissives. Je ne sais pas si les murs pourront arrêter ça !

Bon, après ce petit délire futuriste, voyons en quoi nos projections sur l’amour entre deux êtres en ce monde de 3D vont se faire tailler un costume pour passer de la taille du 3 pièces au string le plus riquiqui qui soit.

En effet, en 3D, puisque nous étions encore en pleine dualité, il était concevable que l’autre avait pour fonction de compléter l’humble moitié que nous pensions être. Moi Tarzan, toi Jane. Si pas Jane, Tarzan pas bien du tout, et si pas Tarzan alors Jane mourut…

En gros, voilà l’histoire en raccourci de l’amour du préhumain. Deux moitiés qui périodiquement s’attirent puis se repoussent, et ainsi de suite. Ces successions de rapprochement et d’éloignement ont ainsi permis de remplir des milliers de bouquins d’histoire d’amour et d’intrigues dans toutes les chaumières du monde.

En 5D, ça va être un brin différent parce que, par définition, chaque individu ayant ascensionné aura équilibré ses polarités internes. Dit autrement, moi Tarzan bien tout seul, tout comme Jane bien toute seule…

Ainsi, pas d’emmerdes ou d’obligations vis-à-vis de quelqu’un d’autre. C’est sûr que l’on va avoir une autre notion de la liberté. En 5D, on appelle ça le respect de l’autre ou de toute autre forme de vie. Seule (e) chacun chez soi, et ce n’est qu’ensuite qu’on verra si des opportunités de partages temporels et énergétiques sont possibles.

Dit autrement, priorité au communautaire (on casse la croûte ensemble), mais chacun vit dans son igloo individuel (une piaule, en somme). Ainsi, par la fréquentation répétitive autour de la table ou des autres activités liées au communautaire, certaines personnes pourront s’essayer à des rapprochements divers et variés.

La logique sera donc pleinement inversée par rapport au mode de vie du préhumain. Ça, c’est normal puisque c’est connu depuis l’aube des temps que nous faisons tout à l’envers. D’ailleurs, c’est pour ça que l’on est venu ici sur Terre, parce que l’on en avait un peu marre de faire comme tout le monde !

Ben oui, il suffit de voir comment le préhumain voit la vie. Il essaie d’aimer quelqu’un d’autre que lui, parce que lui même ne s’aime pas vraiment ou pas du tout. Il voudrait que le monde soit beau, alors qu’il est une vraie poubelle. Il est donc évident que ça ne marche pas terrible son histoire, puisqu’il a oublié que ce qu’il y a dehors n’est que la projection de ce qu’il a dedans.

En clair, il a vécu pendant des millénaires sans avoir de miroir. Ce n’est que depuis peu que le commun des mortels peut se regarder en face et voir qu’il n’est pas ce qu’il pensait être… Cela n’a fait qu’amplifier son jugement négatif par rapport à son image extérieure d’où l’importance qu’a prise la peinture de la poubelle (le paraitre) !

En 5D, si on y est, c’est que l’on aura appris et compris qu’il faut d’abord s’aimer soi-même et qu’ensuite, quand il y aura du rab, on pourra l’offrir à l’extérieur. On ne sera donc pas à la recherche d’une autre moitié, parce que tout simplement les autres ne seront plus des moitiés aussi…

Un demi plus un demi ça fait un, mais UN plus UN ça fait combien ? Ben non, ça fait pas une personne deux fois plus grosse ! Ça fait toujours 2 personnes. Alors, que feront-elles quand elles seront ensemble ? Elles chercheront à être Un en esprit, et c’est là que tout change véritablement.

En effet, si c’est seulement quand on a du rab d’amour que l’on va vers l’autre, ils vont se retrouver tous les deux avec encore plus de rab d’amour. Alors, que vont-ils en faire ? Y avez-vous pensé ?

La réponse est simple, ils l’offriront à l’univers, à tout ce qui les entoure, à tout ce qui bouge ou pas. Ainsi d’après vous, est-ce que la relation entre les deux individus va ressembler à nos projections de 3D ? Je ne pense pas vraiment…

Nos relations dans le couple ne seront plus ce qu’elles sont ici et maintenant, elles seront un véritable partage pour un véritable but. Ça ne sera pas de faire des gosses et d’afficher une vie de couple selon les normes établies. Non, ce sera un état vibrationnel où seule l’harmonie pourra être et s’épanouir.

La vie de couple en 5D ne sera pas l’appartenance à quelqu’un, et donc une forme de soumission aux besoins de l’autre, mais plutôt une aide réciproque basée sur un profond respect de l’unicité de l’autre.

Cette vie de couple en 5D sera le creuset pour mettre en œuvre la loi de l’UN en action et non pour se prémunir de la solitude.

La vie de couple n’aura pas pour objectif de faire des marmots au nom de la reproduction du peuple, car il y aura un contrôle hyper strict de la population, et ce ne sera qu’après avoir atteint un certain taux vibratoire que le couple sera autorisé à faire 1 ou 2 enfants. Je dis un ou deux mais pas dix…

En effet, individuellement, vous n’aurez le droit de faire qu’un enfant dans votre vie. Alors, si vous partez sur la base d’une vie de 1.500 ans, ce n’est pas à 20 ans que vous allez être papa ou maman. Il faudra bien quelques siècles pour maturer le projet.

De plus, ce n’est pas vous qui fixerez la date, car il vous faudra attendre que l’un des frères de la communauté casse sa pipe… d’une manière totalement volontaire et naturelle. Rappelez-vous, aucune magouille ne sera possible puisque l’on sera totalement transparent au regard des autres.

On ne pourra cacher l’énergie et les couleurs de notre aura, alors il vaut mieux que vous vous fassiez à l’idée que votre petit jardin secret restera totalement en 3D et n’ira nulle part ailleurs. Ça en sera fini des cachoteries…

Ce qui nous sera accordé, c’est un endroit, un lieu, une habitation où nous pourrons être en intimité avec nous-même afin de pouvoir nous rapprocher de notre propre source intérieure. Mais une fois le nez dehors, la moindre pensée ou sentiment sera capté par tout le monde…

Quand on vous dit d’être en paix et de vous aimer inconditionnellement, ce n’est pas juste des mots pour faire bien et new-âge. C’est une vérité vers laquelle il faut aller… tranquillement mais sûrement !

Ainsi Johnny n’aura plus à chanter dans un micro son “Que je t’aime, que je t’aime” pour exprimer ce qu’il ressent et faire vibrer les gens. Il n’aura plus qu’à s’assoir sur le podium en silence et sourire comme un bébé de quelques jours ! C’est sûr que ça sera moins fatiguant pour lui et qu’il n’y aura pas à monter toute la sono !

Bon, je vous laisse là-dessus en espérant que vous aurez capté le nouveau parfum des relations de couple en 5D. D’ailleurs, ce que je vous propose, c’est de le mettre en application ici et maintenant le plus tôt possible. Le but de l’échauffement, c’est d’éviter les claquages… afin de ne pas se retrouver sur le banc de touche comme un con qui croyait pouvoir griller les étapes… Ha, ce putain d’égo, encore lui !

Laurent DUREAU

Article paru à l’origine sur le blog 4D5D le 7 février 2011 et réactualisé sur le blog 345D le 5 octobre 2012.

Lien Permanent pour cet article : http://345d.fr/que-je-taime-que-je-taime-meuh/

(1 commentaire)

  1. Micheline T.

    Bonjour Laurent,

    Ya une chose que je ne saisis pas bien. Je comprend très bien que la vie de couple doit évoluer individuellement vers notre propre liberté intérieure mais quand je regarde et je le sens très bien, la relation entre notre Esprit intérieur et nous, je la considère UNique, fiable et fidèle à ses différentes incarnations. Il y en a certe quelques-unes mais il ne vagabonde pas au-delà. C’est ce qui fait aussi que je peux avoir complètement Foi car je sais qu’Il ne m’abandonnera jamais. Aussi, n’est-ce pas pourquoi nous recherchons tant la stabilité dans le couple en prenant comme premier modèle notre relation avec notre Esprit supérieur ou directeur?,,,

    De là aussi viendrait peut-être le fait qu’un homme puisse choisir quelques épouses… Mais faut dire que le mot homme a aussi été galvaudé et on sait aujourd’hui qu’en parlant de l’homme on par de l’homme et de la femme ayant harmoniser leurs deux côtés, féminin et masculin. N’est-ce pas une façon détournée de l’homme pour se permettre de vagabonder de fleurs en fleurs sans impunité?…

    Mais oui, je me pose encore cette question car même si ça fait longtemps que je suis seule; j’espérais toujours trouver la bonne personne mais cela m,a mené à quoi sinon vivre de fortes déceptions. Ah! L’espoir, je sais, je saisis très bien que cela a fait beaucoup de ravage. Je comprend aussi que c’est encore l’ego qui essaie de me retenir.

    Ouais! Désolé si je ramène çà sur le tapis mais j’ai besoin de l’exprimer et d’ailleurs en écrivant, je vois la réponse en moi. Je comprend que j’ai fais un sacré bout de chemin mais y a encore çà et le doute qui me tracaissaient encore l’esprit. Mais voilà que tes derniers articles et celui-ci me rentre en plein dedans. Je dois dire que ça nettoie, ça purge de l’intérieur ces temps-ci et je sais que je dois tout mettre çà de côté car ce n’est plus nécessaire; j’ai bien compris la leçon, S’agit de l’appliquer maintenant.

    Je fais une entière confiance en mon Essence intérieure et c’est en Elle, L’Esprit que je met toute ma vie et qui guide mes pas.

    Merci laurent pour tous ces articles qui nous guident,
    Micheline

Les commentaires sont désactivés.

«

»