«

»

Imprimer ce Article

Les 3 lois qui gouvernent tout l’univers !

 poissonEncore des fadaises derrière un titre trompeur fait pour attirer les mouches ! Vous pouvez le penser, mais une fois que vous serez arrivé à la fin de cet article, vous vous direz : « je ne pensais pas que cela était aussi simple !« 

Mais oui, car pour mieux vous contrôler, des flopées d’egos démesurés se sont relayées pendant des siècles pour vous faire tourner en rond en utilisant la technique de noyer le poisson dans l’eau. L’expression en elle-même est connue mais rarement véritablement comprise.

La première pensée qui nous vient à l’esprit est que l’autre nous inonde de plein d’autres choses afin que nous perdions le fil principal de la discussion. Cette technique est utilisée quand on perd pied, c’est-à-dire que l’on sent qu’il vaut mieux changer de sujet avant que l’autre ne découvre nos limites, ou notre incompétence, à avoir une réponse correcte et viable.

C’est donc une technique fortement répandue ce qui explique que tout le montre la connaît sauf que si on reprend les termes employés et que l’on analyse cela au second degré avec un peu plus de recul cette technique nous dit tout simplement : « Je vais t’asphyxier avec ton propre oxygène ! »

Devant l’absolutisme des religieux qui proféraient « les voies du seigneur sont impénétrables », il y a eu quelques rebelles notoires pour essayer de contrer le bourrage de crâne qui rendaient les gens si « mouton », et donc obéissants. C’est d’ailleurs pourquoi on assimilait la connaissance au pouvoir. Qui savait dominait !

Aujourd’hui, on pourrait presque dire que moins on en sait et plus on a de chance de s’en sortir. C’est notre différence qui fera que l’on se fera repérer, car être l’anonyme de service dans les bataillons de petits soldats de plomb sortis du même moule cela passe de moins en moins bien…

Alors, quelles sont ces 3 lois qui régissent le monde ? Je m’en vais vous raconter une petite histoire dont j’ai le secret…

Le bon Dieu, dans son ultime sagesse et connaissance, s’est dit un jour : « Si je suis le tout puissant qui sait tout, qui est tout, alors pourquoi je m’emmerde autant ? A quoi servent l’éternité, la puissance et le pouvoir si je me les glande à ne rien faire ?

Mais comment faire pour me connaître sans pour cela créer ce qui n’existe pas? Comment puis-je être quelque part puisque je suis partout ? L’idée (et je pense qu’il a dû y passer quelques éternités) a été de pouvoir se localiser parmi l’inlocalisable. Comment ? En appliquant la première loi :

La loi de la gravitation

Cela a consisté à créer, en un point d’abord, une force suffisante qui compenserait la non-force tout autour. Rappelez-vous, tout doit être en équilibre, et c’est ainsi que naquit la première notion de dualité.

C’était génial, mais comme d’habitude, l’opérationnel a montré des insuffisances conceptuelles. En effet, comment était-il possible de faire la différence entre une force et une force complémentaire et opposée ? Il fallait forcément qu’il y ait une frontière quelque part ! Il fallait qu’il y ait un espace identifiable afin de savoir celui qui ne l’était pas !

L’idée donc de l’intérieur fit émerger celle de l’extérieur. La première dualité identifiable était née, mais un autre problème est apparu rapidement : Comment peut-on séparer ce qui n’existe pas ? Bien oui, tout cela était conceptuel, de la théorie, du virtuel, alors à l’évidence il a fallu aller au stade 2 : créer ce qui n’est pas virtuel – en clair créer la matière.

Mais comment créer la matière puisque je suis énergie pure ? C’est là que la solution suivante arriva : Séparons mon énergie en deux polarités égales et opposées comme j’ai fait pour le vide et le non-vide ! Lumineux, n’est-ce pas? Oui, mais pas encore suffisamment !

Parce que où vais-je créer cette matière puisque l’espace n’existe pas ? Il faut donc associer l’espace à un champ d’énergie polarisé. Je vais donc partir du point central où je vais pouvoir concentrer mon énergie, il va falloir qu’à une certaine distance il se trouve une quantité équivalente d’énergie mais polarisée inversement à celle du centre.

C’est ainsi que naquit la notion de l’épaisseur, du dedans et du dehors.

Pour résumer, vous imaginez l’atome d’hydrogène. Un noyau simple au centre (polarisé positif) maintenant dans une orbite sphérique sa contrepartie énergétique (polarisée négative) que l’on appellera électron. Le premier atome était né !

Mais cela était encore très insuffisant mais pour vous faire grâce des détails techniques et historiques, il s’avéra que pour éviter un bordel monstre, il fût « convenu » qu’il fallut mettre en place la notion de temps afin de comprendre qu’une réaction en entraînait une autre.

Donc dans les univers matériels, la notion de temps est présente, alors qu’en dehors de ces sphères de matière, le temps n’existe pas (puisqu’il n’y a pas de matière !). Donc la loi de gravitation est la première loi cosmique qui dit : Chaque particule de matière (ou atome) sera plus ou moins proche du centre de gravitation selon sa densité, c’est-à-dire le poids électronique (tableau de Mendeleïev) et donc incidemment du volume d’espace qu’il occupe.

Un atome est dit lourd quand il possède de nombreux électrons (et leurs contreparties dans le noyau). Voici pourquoi les métaux sont dits lourds alors que les gaz sont plutôt légers.

Pour éviter des tonnes de commentaires par des lecteurs outrés de mes connaissances physiques, je leur rappellerai seulement que je suis un physicien essayant d’expliquer simplement et que les raccourcis pris sont plus que castrateurs ! (je supprimerai donc tous les commentaires scientifiques en conséquence – merci de votre compréhension).

La seconde loi est celle de l’attraction

Elle découle du principe de dualité mis en place ci-dessus. Ne seront attirés l’un vers l’autre que les atomes ayant à partager quelque chose et appartenant à la même « famille ». On n’essaiera donc pas de marier, à ce niveau, la carpe (poisson dans l’élément eau) et le lapin (animal terrestre évoluant dans l’élément air).

La troisième loi est celle de la résonance

Cela veut dire que le mouvement de l’énergie de l’un va accélérer le mouvement de l’énergie de l’autre lui donnant ainsi une énergie supplémentaire sans pour autant que l’autre perde de l’énergie. C’est donc le style de formule 1+1=3 mais pouvant aller jusqu’à l’infini, c’est-à-dire matériellement jusqu’à l’autodestruction du système lui-même. Ce phénomène est connu sous le nom populaire de l’éclatement).

Bien, mais dans tout cela, en quoi cela me sert-il dans la vie de tous les jours ? Eh bien, voilà en gros comment cette trinité de lois (connue sous le nom de la justice de Dieu) fait son job afin de régler les problèmes majeurs du chaos généralisé.

Petite parenthèse, si vous croyez qu’un dieu vous regarde, note tout ce que vous faites ou pensez, croyez-moi qu’il a d’autres chats à fouetter et que virtuellement c’est totalement ingérable. C’est pourquoi ces 3 lois sont appelés la justice de Dieu. Ce sont simplement ces lois qui gouvernent de l’infiniment petit à l’infiniment grand !

Si vous contrevenez à ces 3 lois en faisant des mélanges sans respecter la hiérarchie, vous serez tout simplement broyés. On ne peut être plus fort que l’univers lui-même. Cela rappelle une citation de quelqu’un de très célèbre qui a dit : « Qui n’est pas avec moi est contre moi ».

Ce n’était que pour dire, entre autres, que la création n’aime pas les tièdes et les non-déterminés. Vous êtes obligé de faire un choix car, en n’en faisant pas, vous ne pouvez continuer à exister. L’univers est duel tout comme le 0 et le 1, le oui ou le non. Si vous ne vous décidez pas, la mécanique décidera pour vous !

En revenant au quotidien, par les lois de la gravitation vous serez sur le plan correspondant à votre densité. Puis sur ce plan, vous serez attiré ou non par des entités compatibles à votre densité. Une fois attiré, la loi de résonance pourra rentrer en action avec un nombre encore moins grand qu’avant. Regardons cela par l’exemple sur un plan professionnel.

Si votre secteur d’activité est l’électricité, vous chercherez du boulot dans ce secteur. Vous y rencontrerez des gens parlant le même langage que vous et pourtant il n’y aura qu’une minorité vers lesquels vous vous sentirez attiré. Puis enfin, parmi ceux-là, vous aurez peut-être l’opportunité de rentrer en résonance et ressentir des affinités réelles (en clair, vous faire des copains/copines de première.)

Maintenant si vous essayez d’attirer quelqu’un qui fait dans le littéraire, vous ne vous sentirez pas à la bonne place et il ne faudra pas espérer avoir de l’attraction et encore moins de la résonance.

En gros, l’être humain étant un tout petit peu plus compliqué qu’un atome dans sa conception, il existe des tas de possibilités que je ne peux aborder pas ici. Mais les symptômes sont clairs :

Si vous n’êtes pas à la bonne place et avec les bonnes personnes, vous allez le payer cash: d’abord en termes énergétiques (la santé), en termes émotionnels (frustration, colère, amertume, et j’en passe), en termes professionnels (donc financiers), en termes intellectuels et en termes philosophiques.

L’harmonie d’une personne n’est en fait que l’harmonie de ces 5 plans primordiaux non seulement entre eux mais aussi en fonction de l’extérieur. Il s’agit donc de ressentir, dans un premier temps sur chaque plan, si on est dans la bonne « densité » afin de faire les bonnes rencontres et d’obtenir quelques résonances « jouissives » (qui apportent de la joie).

Et puis dans un second temps, de voir si chaque plan est compatible vibratoirement avec votre structure génétique. Car à chaque fois que vous essaierez d’être à une fréquence qui n’est pas prévue pour vous, il s’ensuivra inévitablement une perte d’énergie et donc une autodestruction plus rapide.

Être en paix veut dire tout simplement être à l’écoute de chacun de ses plans et de faire en sorte qu’ils coïncident avec ce qui a été prévu pour votre véhicule. On ne donne pas un 4×4 ou une 4L à celui qui veut expérimenter la formule 1.

Il vous faudra donc écouter votre corps (ressenti, instincts), votre coeur (émotions, pulsions) et vos intuitions afin que votre mental puisse accorder ces différentes demandes.

Alors, arrêtez de croire que c’est votre mental qui décide de tout et que c’est le grand chef qui ordonne. Non, il n’est que celui qui enregistre, se rappelle et coordonne afin d’être au service d’un corps, d’une âme et d’un esprit dans un environnement en perpétuelle évolution.

Votre mental est votre pire ennemi. Ceux qui sont à l’extérieur ne sont que des amis qui vous veulent du bien mais, à croire le contraire, on appelle à nous ceux qui pensent la même chose (loi 1, loi 2 et puis malheureusement la 3 quand vous y croyez fort).

Vous attirez à vous ce que vous craignez le plus, alors maintenant que vous connaissez les 3 lois, vous n’aurez plus l’excuse du « je ne savais pas ». Si vous voulez ne plus vous prendre des claques, allégez-vous pour changer de densité. En avion, l’épée du gladiateur ne peut rien vous faire !

Si vous ne savez pas nager, n’essayez pas de vous prendre pour un poisson. Essayez le lapin, le cheval et puis si cela ne roule toujours pas alors prenez-vous pour une mouche, une coccinelle ou un aigle. Ne cherchez pas à vivre dans un milieu qui n’est pas fait pour vous car vous allez y laisser votre peau ! C’est le niveau de la densité.

Après, si vous êtes un poisson d’eau douce dans le genre de l’ablette ou du gardon, vous ne vous sentirez pas attiré par le brochet ou le sandre (loi n° 2 – l’attraction). Et puis enfin, si vous êtes un parmi les autres dans le nuage de poissons, vous trouverez bien une résonance avec un autre afin d’échanger ce qui vous tient à coeur (loi n°3).

Mais si vous l’ablette, vous essayez de copuler avec le brochet ou la carpe, vous comprendrez que c’est difficile mais si en plus vous voulez vous faire le lapin ou l’oiseau qui se désaltère à votre mare, on peut comprendre que vous allez au devant de graves problèmes existentiels !

Alors prêts à régulariser quelques situations qui vous viennent à l’esprit ?

Laurent DUREAU

Article paru à l’origine sur le blog Booster Votre Influence le 13 février 2008 et réactualisé sur le blog 345D le 12 mai 2012.

Lien Permanent pour cet article : http://345d.fr/les-3-lois-qui-gouvernent-tout-lunivers/

(3 commentaires)

  1. Philippe MOUSSELON

    Bonjour Laurent,
    Merci du fond du coeur pour ta prose, mélange de connaissances scientifiques, de philosophie, d’Amour et de Tendresse … Cela fait quelques années que je lis tes élucubrations existentielles avec une délectation (pas morose du tout !) et un plaisir qui peut aller jusqu’à la jouissance quand un de tes textes entre en résonnance avec Moi, et donc mon intimité ! Tu lèves le voile pour nombre d’entre nous.
    Ton planning est sûrement surchargé, aussi peux-tu me dire comment se rencontrer les yeux dans les yeux ? Cela fait bien longtemps que j’y pense et ça sort maintenant. Le hasard n’existant pas …

    1. Brigitte

      Bonjour Philippe,

      pour rencontrer Laurent, il faut profiter de son passage près de chez toi lors de l’une de ses balades en France. Elles se préparent sur 5D6D; seulement, pour l’instant, aucune date n’est encore fixée …
      Il ne reste donc que les web-conf pour profiter de l’échange en direct.

      Bizzz

  2. Yannick.

    Bonjour à tous,

    pour continuer dans cette droite ligne, ce petit partage sur mon aspiration, et qui semble très en phase avec ce principe des 3 lois ; effectivement, je me plais à penser à l’avènement du nouveau PAC ! (au « singulier », puisqu’en phase avec ce retour à l’Unité ! 👿 )
    Mais c’est quoi ce « nouveau » PAC ?
    Et bien laissez-moi vous conter…

    P comme… Partage !
    Et oui, mon aspiration commence par un monde où toute relation sera basée exclusivement sur la volonté de partage avec l’autre.

    A comme… Affinité !!
    Ainsi, au fil de nos multiples partages, faits dans le respect total de ce qu’est l’autre, va forcément naitre des… affinités !! Affinité qui ne demandera qu’à grandir pour…

    C comme Complicité !!!
    Devenir la plus belle des complicités ! C’est là la plus belle réalisation d’une affinité naissante.

    Il me plait donc d’imaginer que notre progression dans notre connaissance puisse avoir comme cadre une multitude de partages, partages qui donneront naissances à certaines affinités ressenties entre deux êtres (voir groupe), et pour éclore dans la complicité de tous les instants (ce qui sera élément à booster la découverte de l’autre, tout comme notre propre découverte de « qui nous sommes »).

    Un petit mot de la fin ? Et bien, peut-être ce : « A consommer sans modération ! ».
    Bien à vous, Yannick. 😉

Les commentaires sont désactivés.

«

»