Vous êtes un agent double, le saviez-vous ? (1)

 yinyangNous avons vu lors d’un article précédent que nous vivions dans un monde de dualité où le jour s’oppose à la nuit, le blanc au noir, le vide au plein, etc. Nous vivons dans un monde appelé de 3ème dimension, c’est-à-dire où existe l’unité et deux de ses enfants qui représentent la dualité (la fameuse Trinité).

Pour reprendre l’image du jour ou de la nuit, vous pouvez apprécier le jour et détester la nuit. Vous pouvez aimer la chaleur du soleil sans pour cela rejeter la beauté d’une pleine lune. Tout est bon à prendre quand on se place à la 3ème position : celle d’un satellite géostationnaire.

En effet, si vous avez la chance un jour de vous trouver en orbite autour de la terre, vous découvrirez que la Terre est unique, qu’elle est une mais possédant 2 polarités qui s’alternent dans un ballet aussi régulier qu’une horloge.

Une fois là-haut, vous comprenez que la nuit est aussi nécessaire à la Terre que le jour. Ni la nuit, ni le jour sont supérieurs l’un à l’autre. Ils sont seulement une variation permettant l’alternance et donc la vie.

Au bout du compte, chaque être vivant sur cette planète recevra autant d’énergie de l’une comme de l’autre. Il en est de même pour tout. Une fois que vous avez compris cela et que vous le vivez en pleine conscience, alors une paix intérieure fait place car vous avez compris cette règle qui dit :

« Il n’y a rien en trop, rien en moins, tout est juste et tout est en équilibre. Vous n’avez rien à changer sinon vos propres perceptions, car ce sont elles qui sont à l’origine de vos soucis. Vos croyances fabriquent vos jugements qui fabriquent votre réalité. Si vous voulez changer votre réalité, alors commencez par changer d’abord vos croyances et vous transformerez ainsi un enfer, une jungle, un malheur en un paradis, un lieu d’épanouissement et de bonheur ».

Alors, regardons en nous et nous verrons que contrairement aux apparences nous sommes des androgynes, c’est-à-dire des entités possédant des énergies masculines et féminines en même temps. Pour des raisons de reproduction et surtout d’expérimentation dans une énergie spécifique, nous nous incarnons dans un corps sexué pour toute une vie humaine.

Et puis, à chaque réincarnation, nous alternons de sexe. Nous sommes donc homme dans une vie mais femme dans l’autre et ainsi de suite. Cette expérimentation a pour objectif de nous faire découvrir les qualités habitant dans chacune de ces polarités.

Aucune des deux n’est supérieure à l’autre, elles sont aussi complémentaires et opposées que le jour et la nuit. Supprimez-en une et l’autre disparaîtra dans les mêmes proportions. Abusez de l’une et l’autre vous rendra la pareille. Un courant électrique ne peut exister que s’il y a un pôle + et un pôle -.

Alors ne débranchez pas un câble sinon la vie s’arrêtera. L’ignorant débranchera ce qui lui déplait (ce qu’il n’a pas compris) et recevra en retour une punition qu’un vilain méchant, qu’un diable imaginé lui veut du mal. Avec un peu de recul, on peut en sourire et pourtant chacun d’entre nous, chaque jour, oublie cette règle fondamentale.

Chaque incompréhension avec l’autre sexe débouchera sur un comportement incorrect et inadéquat qui entraînera inéluctablement des perturbations énergétiques, émotionnelles et donc ultimement biologiques. Comprendre sa véritable nature c’est aussi comprendre que l’autre sexe est une « moitié » dont nous ne pouvons nous passer.

La Terre ne serait pas la Terre s’il y avait toujours la nuit ou toujours le jour. Sa beauté et son rayonnement parmi ses frères et soeurs du système planétaire ne nous seraient pas aussi évident. A l’âge des satellites, nous avons la chance d’avoir ce recul pour voir sa véritable magnificence, sa force et sa rareté.

Mon grand-père ainsi que tous mes aïeux n’ont jamais eu l’occasion de voir de leurs yeux cette force dégagée par notre planète. Ils étaient seulement cloués sur le plancher des vaches et y faisaient attention car ils ressentaient, ils savaient mais ne pouvaient l’expliquer. Nous, on sait mais on continue à la saccager comme jamais l’homme ne l’avait fait.

Alors coincés entre les énergies masculines de Mars et les énergies féminines de Vénus, nous, Terriens, sommes emmurés dans un corps de matière. Temple pour certains, prison pour d’autres, nous lui cultivons souvent peu de respect et d’amour, à l’image de notre mère la Terre.

Cette incompréhension de notre voyage temporel dans un corps donné fait que nous allons connaître bien des soucis et des tracas. Chaque erreur nous coûtera une énergie correspondante à développer. Connu sous le nom de karma, je viendrai à nuancer ce concept qui maintient une nation entière dans une fatalité où le pauvre restera toujours pauvre, où l’intouchable restera toujours un intouchable.

A chaque fois que nous élevons une frontière entre une énergie et son complémentaire, nous érigeons un mur qu’il nous faudra abattre un jour ou l’autre, dans une vie ou dans une autre. A l’image du mur de Berlin, la peur fait construire des atrocités rapidement et il faut beaucoup de temps pour réparer quand cela est réparable.

Nous sommes énergie en mouvement car nous sommes une partie de l’expression de la vie. Croire qu’un homme n’est mu que par les énergies masculines est aussi idiot et péremptoire que dire que la mer n’a pas besoin du vent pour fabriquer les vagues.

Un homme qui n’expérimente pas ses énergies féminines (c’est-à-dire les voies du coeur) n’est qu’un mental qui coupe et tranche la vie avec sa pensée puis son bras. Une femme qui ne suit que son coeur et ses émotions, sans passer par le raisonnement et la sagesse se fera avoir, et deviendra une esclave des lois masculines.

A chaque fois qu’un homme porte la main sur une femme, un enfant traumatisé sera engendré. A chaque fois qu’une femme s’abandonnera aux forces brutes masculines, elle laissera les saletés s’installer, la beauté se flétrir et la douceur agoniser. L’anguleux a besoin d’être arrondi et l’arrondi ne sert à rien si l’anguleux n’existe pas.

J’aborderai dans le prochain article quels sont les traits caractéristiques des énergies masculines et féminines. Ce qu’il vous faut bien comprendre, c’est que l’autre personne qui vit avec vous n’est pas là pour remplir vos manques mais pour vous aider à découvrir et exprimer ce qui est en vous.

La femme a besoin de l’homme pour développer ses propres énergies masculines et réciproquement, l’homme a besoin d’apprendre et de faire sien les qualités féminines qu’il a en lui et qu’il trouvera chez sa compagne.

La loi d’attraction et de résonance ne jouent pas sur le sexe mais sur l’attraction des énergies émanées par chacun (l’aura). Un homme exprimant ses qualités féminines ne sera pas efféminé comme on veut bien le faire croire mais sera un homme harmonieux en peine possession de ses moyens intellectuels, émotionnels et physiques.

Il en est de même pour les femmes car elles dégageront une autorité, une aura, une puissance, non pas basée sur l’ego ou la personnalité, mais sur cette harmonie qui fait qu’un être humain est respecté pour ce qu’il est.

Femmes, levez-vous et arrêtez d’être l’esclave des hommes car les hommes se meurent de votre acceptation passive. Frustrés, ils rejettent leur souffrance sur la Terre Mère par des lois, des religions et des règles économiques qui mènent l’humanité entière au suicide.

L’homme déclare des guerres parce qu’il ne connaît pas la douleur de l’enfantement. Il ne connaît pas la souffrance du corps qui peut être transcendé par l’extase d’avoir donné la vie. Il est prêt à donner sa vie pour sauver sa femme et ses gosses. Aidez-le à comprendre mais surtout à vivre en lui cette énergie féminine qui rapproche, partage et réunit la création.

Par cette déficience, ce manque il est devenu un tyran, un macho. Alors mesdames, mesdemoiselles, développez vos énergies masculines afin de relever la tête et ne plus accepter les marchandages et les traditions qui vous maintiennent au-dessous de lui.

Vous n’êtes ni inférieures et encore moins supérieures à eux mais vous avez l’avantage unique de savoir et de ressentir la vie qui peut se développer en vous, dans votre ventre. Faites-lui ressentir cela et il vous respectera avec un amour qui vous laissera bouche bée.

Il est capable de tout pour une femme qui saura combler son vide intérieur. Il remuera ciel et terre extérieurement car vous, vous savez déjà remuer le ciel et la terre intérieurement dans votre ventre pour construire la vie. Aidez-le vivre ses énergies féminines et il vous construira le grand cocon extérieur que vous appellerez maison car pour lui vous êtes la vie, sa vie !

Laurent DUREAU

Article suivant  : Vous êtes un agent double, le saviez-vous ? (2)
Article précédent : Entre l’amour et la peur

Article paru à l’origine sur le blog Booster Votre Influence le 30 janvier 2008 et réactualisé sur le blog 345D le 16 mai 2012.

  Fichier mp3 à télécharger

Cet article a été visité 5 746 fois.

Lien Permanent pour cet article : http://345d.fr/vous-etes-un-agent-double-le-saviez-vous-1/

(2 commentaires)

    • DomiLuce on 26 mai 2012 at 9 h 31 min

    « L’homme déclare des guerres parce qu’il ne connaît pas la douleur de l’enfantement. Il ne connaît pas la souffrance du corps qui peut être transcendé par l’extase d’avoir donné la vie. Il est prêt à donner sa vie pour sauver sa femme et ses gosses. Aidez-le à comprendre mais surtout à vivre en lui cette énergie féminine qui rapproche, partage et réunit la création. »

    Laurent, j’avais déjà lu ce texte et j’ai mis ci-dessus la phrase qui m’avais touchée en plein coeur. Je le relis avec bonheur. C’est vrai que les femmes à une époque ne voulaient plus faire de gosses pour éviter de « fabriquer » de la chair à canon… J’ai ressenti aussi ton cri du coeur dans la deuxième partie de paragraphe. On peut dire que ce cri a de quoi mettre fin à la soi-disant guerre des sexes (en 3D, ça va de soi). Et cadeau suprême, comme c’est doux de lire quelqu’un qui connaît si bien l’énergie féminine !

    MERCI à toi pour cette magnifique série et à Brigitte pour sa contribution à la réédition ! 🙂

    • Nora on 20 janvier 2013 at 10 h 15 min

    Merci.

Les commentaires sont désactivés.