«

»

Imprimer ceci Article

L’arithmétique sensorielle (2)

 sens-2Dans le précédent article, nous avons abordé la classification antédiluvienne des sens, ainsi que du formatage quasi automatique du moindre cerveau humain. Vouloir évoluer entraîne obligatoirement une meilleure connaissance de nos outils intérieurs.

Par l’approche mentale (le savoir), nous allons pouvoir les découvrir et en prendre véritablement connaissance, grâce à l’attention que nous leur porterons à chaque fois que nous en aurons l’occasion. Être, c’est d’abord vivre ce que l’on est et, dans cette vie, un corps nous a été donné pour l’expérimenter.

Notre civilisation occidentale n’est que l’aboutissement d’une détérioration de la véritable Connaissance. Aujourd’hui, le savoir est porté aux nues alors que la Connaissance est agonisante.

L’homme blanc, aveuglé par son propre orgueil, a apporté aux autres civilisations “la modernité”. Cette maladie, née de la vanité et de l’ignorance, n’est que l’aboutissement d’un enseignement despotique, aussi bien religieux que scientifique.

A coup de téléphone portable, de fax, de voiture et de tout bien faciliteur de vie, l’homme s’enfonce dans le déni de ses propres capacités d’évolution. Il porte en lui la croyance que les biens matériels (extérieurs à lui-même) lui apporteront le bonheur et la joie.

Il n’a pas encore compris que ce qui est pour lui un progrès n’est, en fait, que le signe d’une dégénérescence de ce qu’il est. Coupé de lui-même par une écoute presque nulle de ses capteurs intérieurs, il erre comme un zombie dans un monde qu’il ne comprend plus.

Les philosophies “orientales” enseignent que l’écoute intérieure est la plus importante ressource donnée à l’homme pour trouver sa voie en ce monde. Je vais donc aborder quels sont ces outils qui sont à notre disposition, tout en vous demandant de ne pas les comparer avec la science officielle mais plutôt de les ressentir en vous.

La Connaissance s’acquiert par le vécu alors que le Savoir ne s’acquiert que par le mental. L’un a besoin de l’autre, mais aucun ne s’exclut mutuellement. L’ignorant peut connaître, découvrir et vivre sans avoir pour cela à placer des mots pour calmer un mental qui veut prendre toute la place et tous les honneurs.

L’humilité d’un connaissant est d’être ce qu’il est, sans honte et sans jugement aucun, car il a rencontré en son for intérieur la divinité qui l’habite. Il se sait unique tout en étant universel, un et relié à l’univers entier et cela, quel que soit son niveau d’éducation.

Il n’y a pas d’ordre dans les sens que je vais vous donner ci-dessous. Certes, certains sens sont plus primordiaux que d’autres pour votre survie, mais si vous désirez vivre et non plus survivre, il vous faudra les découvrir tous.

Afin que cela puisse vous être plus facile à retenir et donc plus profitable, je vais commencer par les sens que vous pouvez rencontrer d’abord dans la matière, et puis ensuite dans la non-matière.

Pour commencer, imaginez que vous êtes dans une position allongée, les yeux fermés dans un endroit très calme et posez-vous la question : Quels sens ai-je en action maintenant ? Visualisez la chose…

Normalement, le scénario devrait se passer comme cela. “Je suis – j’existe – je suis en vie – je suis dans un corps – je sens un mouvement – oui, c’est ça, je respire ! Puis je sens mon coeur battre, la chaleur du soleil, le faible vent, la fraîcheur du pré, la dureté du sol, etc. “.

En suivant le scénario qui vous semble le plus naturel, vous allez découvrir que votre perception au monde se fait dans un ordre d’importance qui correspond à celui de la “survie”, pour ensuite aller vers d’autres états qui, eux, appartiendront à la “vie”.

Vous allez ressentir l’essentiel de l’accessoire. Et si un jour, un chirurgien vous pose la question, suite à un accident de la route par exemple, ” Préfères-tu être aveugle ou être dans une chaise roulante ? “.

Il y a beaucoup de combinaisons possibles, mais avoir ressenti chaque sens en vous-même ainsi que de leur relative importance, vous permettra de prendre conscience de ce qui est important pour vous de ce qui ne l’est pas.

Pour un danseur, être tétraplégique c’est la catastrophe alors il préfèrera être aveugle mais pouvoir continuer à danser dans une pièce sécurisée, alors que le peintre prendra la décision inverse.

Ce que j’écris ici ne sont pas seulement des mots pour alimenter votre mental, c’est surtout une méthodologie pour vous découvrir véritablement. Si cela ne vous intéresse pas, alors zappez tout de suite sur un autre article, celui-ci ne vous concerne plus.

Si, par contre, vous désirez tenter l’aventure de vous découvrir en découvrant vos sens, alors welcome on board, you’re at the right place ! Je vais donc commencer par ce qui se passe en moi, car honnêtement je ne sais pas ce qui se passe en vous….

Imaginez maintenant que vous étiez sur votre VTT et que, dans une descente d’enfer, vous vous êtes pris une vénérable grosse branche en plein visage, puis extinction totale… Imaginez maintenant votre processus de recâblage pour revenir dans cette réalité qui vous tient à coeur… (du moins je le pense !)

1 – Le sens du “Je Suis “

C’est la sensation d’un “je suis là angélique”. En cela je veux dire que c’est comme une présence. C’est ce quelque chose qui me dit que j’existe, que je suis bien là dans un corps. Vous sentez votre propre présence et puis, progressivement, vous ouvrez les écoutilles à la découverte de ce monde étrange…

2 – Le sens de la ” Vie “

Toujours à moitié dans les vapes et sans avoir encore ouvert les yeux, vous sentez votre respiration, ou plus précisément un mouvement lent et rythmé qui déplace quelque chose que vous interprétez comme un corps. Puis, peut-être, vous ressentez un autre battement, plus rapide celui-là, et que vous supposez être votre coeur. Vous en concluez donc rapidement que vous êtes en vie !

C’est une bonne nouvelle en soi, mais l’inspection est loin d’être finie ! Le sens de la Vie est le sens qui nous permet de savoir où nous en sommes avec notre santé énergétique.

3 – Le sens de la ” Chaleur “

Vous sentez alors que vous avez un peu frisquet. Vous sentez quelques influx nerveux vous parcourir la moelle épinière, et malgré ces petits chatouillements, vous ressentez la chaleur du soleil sur votre visage. C’est comme si on vous lançait des flèches qui se piquent dans votre peau, et pourtant vous ne ressentez aucune pression.

4 – Le sens de la ” Pression “

Quelqu’un vient vous mettre une couverture, et soudainement, vous prenez conscience de l’étendue de la carcasse dans laquelle vous êtes incarné. C’est une pression qui vous renseigne du dur et du mou, du Ok à celui qui fait mal. Par cette pression, vous découvrez que votre corps réagit et qu’il vous parle.

5 – Le sens du ” Mouvement “

C’est alors que vous allez essayer de remonter une jambe afin de savoir si vous êtes encore capable de bouger. En faisant cela, vous découvrez comme une mécanique avec des articulations, des muscles et, au passage, s’il y a de la casse… C’est par essence votre sens “spatial” qui vous enseigne dans la 3D.

6 – Le sens de ” l’Ouïe”

Et puis un truc bizarre, une sorte de “aïe” qui sort de nulle part, vous fait découvrir que vous êtes capable d’émettre des sons. Cette action vous fait aussi prendre conscience qu’une espèce de bruit articulé essaye d’atteindre votre cerveau. Vous comprenez que quelqu’un essaye de vous parler mais un petit “reset” de la banque de données linguistiques doit se faire rapidement.

7 – Le sens de la ” Vue “

Devant le son agréable de cette voix qui vous semble féminine, vous faites une tentative d’ouverture des yeux pour voir cette plantureuse infirmière dont vous avez toujours rêvé ! (Mesdames, vous pouvez mettre cela au masculin, bien sûr). En attendant, vous sentez la brûlure de la lumière et vous vous sentez obligé de rabaisser les volets plusieurs fois de suite.

8 – Le sens de ” l’Odorat “

Vous voyant légèrement ouvrir les yeux, ladite infirmière se penche très près de vous au point que vous découvrez un nouveau truc que l’on appelle les odeurs. Et puis, presque instinctivement, cette odeur vous rappelle un truc pas très agréable. C’est comme celle des hôpitaux, vous savez ce machin qui fait virer de l’oeil !

9 – Le sens du “Goût “

Et puis vous sentez que l’on tente de vous faire boire quelque chose. Compréhensif, vous laissez le liquide vous envahir et qui vous coule partout et pas seulement dans l’œsophage. C’est alors que vous vous rappelez ce qu’est un liquide et qu’il n’a pas forcément le goût du whisky !

10 – Le sens du ” Toucher “

La tête ne pouvant pas bouger, une tentative du bras pour vérifier que le portrait est encore entier me renseigne que quelque chose de rugueux côtoie une barbe de 3 jours qui me paraît si douce….

11 – Le sens du ” Langage “

C’est alors que l’on découvre avec effroi que prononcer une parole intelligible n’est pas forcément donné à tout le monde. D’ailleurs, on dit bien “être sonné”, mais ceci n’est rien comparé à la symphonie des carillons intérieurs…

12 – Le sens du ” Penser “

Une fois alignées 2 phrases et 3 tirades, c’est là qu’on découvre que notre balade sur la grande muraille de Chine fait que votre honorable secouriste n’a pas les yeux bridés à cause du désespoir qu’elle contemple mais qu’elle ne comprend rien de ce que vous dites.

C’est alors qu’il vous faut rassembler toutes vos forces pour penser comme elle et faire quelques idéogrammes verbaux afin de la rassurer pour pouvoir finir la course que vous avez commencée.

13 – Le sens du “JE “

C’est alors qu’intervient le sens du “Je”, ce sens qui nous permet d’afficher notre unicité aux yeux de tous. Au nom de l’ego, au nom de l’orgueil, on se relève car on ressent bien, à ce moment-là, que notre honneur est en cause.

14 – Le sens de ” l’Equilibre “

Alors, banderolé comme une momie égyptienne en fuite, vous découvrez un sens qui vous renseigne sur une certaine densité spatiale. C’est alors que vous réalisez que, pour vaincre cette force de gravitation, il vous faut pédaler avec une certaine vitesse afin d’atteindre un équilibre qui nous semble réel à nos yeux, mais est totalement virtuel pour ceux qui vous regardent. Comme le dicton nous le confirme : Chacun voit midi à sa porte !

Bon, cet article commence à se faire long alors je m’en vais vous couper le film. C’est l’heure de l’entracte ! Dans le prochain article, vous allez pouvoir découvrir les autres sens (au moins 7) qui appartiennent au monde du soi-disant 6ème sens. C’est dire la vision étriquée que l’on a du monde et de notre monde intérieur !

Et puis, si le courage ne s’enfuit pas, je vous ferai un tableau récapitulatif afin que vous ayez les définitions exactes car ici, j’ai plutôt fait dans la pédagogie appliquée en vous racontant une simple histoire d’un vététiste qui s’est pris une claque d’arbre sur la muraille de Chine… A bientôt,

Laurent DUREAU

Article paru à l’origine sur le blog Booster Votre Influence le 26 juin 2008 et réactualisé sur le blog 345D le 30 juillet 2012.

Lien Permanent pour cet article : http://345d.fr/larithmetique-sensorielle-2/

«

»