«

»

Imprimer ce Article

Blogging : Catégories et Tags – 8 règles

bloggingAméliorer la navigation dans un blog est primordial afin que d’anciennes notes puissent ne pas se perdre dans les méandres du passé. Tout blogueur patenté n’a pas envie de toujours ré-écrire sur les mêmes sujets afin de contenter les nouveaux venus.

A cet effet, les plateformes de blog ont successivement introduit un classement par catégorie puis, plus tard, par tags (ou mots-clés en Français). Cela devait simplifier la vie mais, au final, cela a introduit une confusion aussi bien pour le blogueur que pour l’internaute.

Voyons comment nous pouvons démêler cette espèce de pelote de laine ayant de nombreux bouts à tirer. D’abord dans un premier temps, la confusion provient d’une pensée linéaire où tous les mots retenus semblent importants mais où la classification reste une prise de tête.

Je vous propose donc de penser en 2 dimensions, l’une sera la catégorie et l’autre les tags. Visuellement, cela se présentera tout simplement sous une forme de tableau comme sous Excel. Les colonnes sont attribuées aux catégories et les lignes aux tags.

La catégorie à l’origine avait été prévue comme devant représenter un thème général (la cuisine, la famille, les copains). Elle devait aider l’internaute, d’une manière rapide, à aller mettre son nez là où ça l’intéressait.

Puis rapidement le problème se posa quand un sujet pouvait appartenir à plusieurs catégories. Devant le nombre de plus en plus important de catégories ou d’articles, l’idée d’ajouter des mots-clés se fit jour.

Une fois l’idée acquise par les fournisseurs, le blogueur que je suis a commencé à se mélanger les pinceaux entre catégorie et tags. Si je mets un nouveau tag, comment pourra-t-il être vu par l’internaute car il n’apparaîtra pas dans la liste des catégories. Réciproquement, s’il n’apparait pas dans les catégories, comment peut-il savoir qu’il existe ?

Bref, à la fin, on en arrive à mettre le mot-clé en Tag et en Catégorie. Ce genre de solution à la va comme je te pousse s’émousse très vite quand les tags deviennent nombreux car la liste des catégories devient vite très lourde.

A l’image d’un bras (la catégorie) les tags représentent les doigts. Adepte des divinités hindoues aux milles bras, cela n’empêche pas les doigts de se rejoindre. En clair, cela veut dire qu’une note peut avoir plein de doigts qui vont chatouiller partout tout en n’ayant qu’un seul bras.

Voici donc les règles que j’ai adopté et qui je pense devraient clarifier votre compréhension à ce sujet.

1 – Tu n’attribueras qu’une seule catégorie à chaque note
La catégorie doit rester une classification par thème général. (1 note = 1 ramification = 1 bras)

2 – Tu n’auras pas plus de 25 catégories sur ton blog
En ce moment, je suis en train de regrouper afin d’atteindre cet objectif. (Synchroniser 2 bras c’est déjà dur mais imaginez 25 ?)

3 – Tu tagueras systématiquement chaque note
Importante ou pas, il ne faut déroger en aucun cas à cette règle sous peine d’avoir des orphelins en quantité (Qui voudrait d’un bras sans main ? au pire 1 doigt c’est mieux que le moignon)

4 – Tu seras sobre en nombre de tag par note
3 en moyenne, 5 au maximum (2 = 1 doigt + le pouce ce qui demande à l’image des baguettes de la dextérité. A partir de 3 c’est bien et puis 5 c’est le summum car après cela ne sert plus vraiment à quelque chose !)

5 – Tu affineras la précision de tes tags en fonction du nombre de notes déjà publiées sur le sujet
Afin, qu’à une note donnée, le nombre d’articles en relation ne soit pas trop grand sinon l’internaute ne verra que les 5 ou 6 notes au-dessus du panier reléguant les autres aux affres de l’oubli. (Si chaque note est un joyau monté sur une bague et à raison d’une seule bague par doigt, il est idiot de laisser autant de bagues dans les coffres !)

6 – Tu ajusteras régulièrement tes catégories afin de suivre l’évolution de ton blog
Au fil du temps, le blog s’éloigne de ce qu’il a été. Il faut donc ajuster les catégories en conséquence afin que le blog ne devienne pas un has been. (En d’autres termes, il faut couper les branches mortes)

7 – Tu classeras et déclasseras tes notes en ajustant tes tags de temps en temps
Les notes écrites il y a un an sont soient périmées car liées à l’actualité alors que d’autres resteront toujours jeunes. En regardant le nombre d’article par tag, tu peux détaguer complètement les anciens sans pour cela les décatégoriser ni les supprimer ! Par contre pour d’autres tu peux leur redonner un coup de jeunesse en leur redonnant un tag plus précis. (Se refaire une manucure n’a jamais nuit à personne)

8 – Tu choisiras le meilleur outil de taggage dont tu pourras disposer sans omettre de lire le mode d’emploi
Sinon cela va être extrêmement difficile de respecter les points 5,6 et 7 qui sont pourtant capitaux pour avoir un bon blog qui résistera aux assauts du temps ! (En bref, il ne faut pas se tromper d’institut de beauté !)

Les points 5 à 8 ont été les points les plus décisifs dans ma décision de migrer sous WordPress. Sa dernière version 2.3 qui intègre les tags en mode natif (c’est-à-dire complètement intégrés au logiciel et non une rustine) est divine mais il devient phénoménal quand il est associé au plugin Simple Tag. Quand on me propose de rouler en Rolls gratuitement, j’achète !

Pour clore avec ce sujet, que vous soyez un simple visiteur ou un blogueur patenté, j’espère que l’idée du tableau Excel vous fera visualiser plus clairement qu’une note peut appartenir à une seule colonne (les catégories) mais être présente dans plusieurs lignes (les tags).

Juste à vous de vérifier que les tags ne soient pas la copie conforme des catégories. Dans ce cas, rappelez-vous l’image des bras et des doigts. Les bras ne sont pas étudier pour s’entrecroiser alors que c’est la fonction première des doigts…

Laurent DUREAU

Article paru à l’origine sur le blog Booster Votre Influence le 28 décembre 2007 et réactualisé sur le blog 345D le 26 mars 2012.

Lien Permanent pour cet article : http://345d.fr/blogging-categories-et-tags-8-regles/

«

»