«

»

Imprimer ce Article

15 – 18 Quand les EDLN sont-ils avec nous ?

Edl_02La question peut paraitre futile mais il n’en n’est rien, car les EDLN sont à notre contact dans des cas particuliers qui pourtant nous sont assez quotidiens. La seule chose c’est que, parce que nos yeux physiques ne les voient pas, nous considérons que nous ne sommes pas en contact avec eux ; alors laissez-moi vous décrire quelques situations courantes. Et puis après, je vous dirai comment ils vivent l’Ascension de maman Eléa…

Nous savons tous que les EDLN sont dans la Nature, et plus précisément dans les lieux où la présence humaine est absente, voire la moins forte possible. Cependant il existe toujours des cas particuliers, car certains EDLN sont plutôt curieux dans leur nature, surtout s’ils sont jeunes. Hé oui, il y a chez les EDLN des petits jeunes qui n’ont pas froid aux yeux et qui vont carrément s’enterrer en pleine ville, histoire de voir de quoi il retourne.

Ici, à la maison, j’ai un arbre qui chatouille la fenêtre de ma chambre et il y a quelques mois, il y a eu un changement de locataire. L’ancien est parti car il ne supportait pas un nombre trop important d’humains, et il a laissé sa place à un petit jeune qui habitait un très gros arbre à Neuilly sur Seine. J’ai donc un parisien sous ma fenêtre et avec qui je discute régulièrement.

D’abord, quels sont les différences entre lui et l’ancien ? L’ancien préférait une nature sauvage tandis que le second préfère que la pelouse soit tondue, ses branches taillées et voir beaucoup de monde. Ainsi, suite à mon absence prolongée, le jardin est devenu méconnaissable et le champ un véritable foutoir à mauvaises herbes. L’ancien EDLN n’appréciait en rien le tracteur ou la tondeuse, mais le second n’en fait aucun cas puisque pour lui, seul le résultat compte…

Ainsi, en arrivant à la maison, j’ai commencé par passer la tondeuse partout où je pouvais, puis j’ai fini à la main tout le reste. Et puis concernant le champ, cela a été remis à plus tard car, après une tempête sévère, il a fallu que je m’occupe des arbres aux branches cassées. Non seulement il a fallu que j’utilise la scie dans certains cas, mais il m’a aussi fallu les soigner un par un. C’est bien tout ça, mais ça prend du temps…

Ainsi, pendant que je faisais ces travaux, je me sentais bien, malgré une certaine fatigue et un certain découragement face au chantier. C’est alors que cet EDLN m’expliqua combien on est au contact avec eux, surtout les jardiniers. En effet, si vous jardinez et que votre jardin n’est pas en plein centre-ville, il est de fortes chances que quelques EDLN soient là pour vous aider à cultiver votre jardin.

En effet, ils sont là pour prendre soin de la “peau” de maman Urantia-Gaia. C’est donc grâce  eux et à leur présence subtile que les plantes poussent mieux et donnent de meilleurs fruits. Ainsi, quand un jardinier (même en herbe) aime prendre soin de ses légumes et autres végétaux, vous pouvez être assuré qu’il est accompagné dans son jardinage. D’ailleurs, c’est pour cela que le jardinier aime revenir dans son jardin car il s’y sent bien, et pourquoi il s’y sent bien ?

Parce que, sans le savoir, il est au contact avec un invisible qui le conseille quand il faut faire ceci ou cela afin que ses plantations soient le plus optimum. Ça vous en bouche un coin, n’est-ce pas ? Mais pour que cela arrive, il faut que quelques conditions soient réunies. En effet, si ledit jardinier utilise des pesticides, des engrais chimiques et globalement tout ce qui est issu de fabrications industrielles humaines afin d’être efficace, vous pouvez être sûr qu’aucun EDLN n’est là pour le conseiller.

Par contre, si le jardinier se la joue plutôt écolo et bio et qu’il apprécie son jardin, vous pouvez parier qu’il est assisté régulièrement, même si concrètement il a le sentiment que c’est lui qui décide de tout. Hé oui, ce qu’il faut savoir c’est comment un invisible parle avec vous et comme il interagit avec vous. Vous pouvez vous douter que ce n’est pas par la parole mais par l’intuition.

Un jardinier ayant le cœur ouvert est donc une personne qui s’expose à une aide invisible qui, globalement, lui restera inconsciente, bien qu’il se sente bien quand il œuvre. Il en est de même pour les dames assez friandes de faire des plantations de fleurs et autres. Ainsi le fameux contact avec la Nature n’est, en fait, que le contact avec des EDLN, tout simplement !

Alors mesdames et messieurs qui ne pouvez parler avec les EDLN, ne croyez surtout pas que vous n’êtes pas en contact avec eux parce que vous ne pouvez pas parler avec eux consciemment. Cela est une erreur du mental-égo qui veut se la jouer solo, comme toujours. Ainsi toute personne qui se connecte à la Nature et qui en ressent un bienfait est en fait visité par des EDLN qui marchent à leurs côtés (c’est une façon de parler, car en fait ils montent sur vous !).

Prenons un autre cas : le cycliste, et en particulier le vététiste. Ils adorent prendre le vélo et se faire des randos et pourquoi cela ? Ils diront que c’est parce que cela leur plait, mais en vérité ils sont aussi inconscients que les jardiniers. Hé oui, les cyclistes sont l’amusement des EDLN qui désirent prendre les transports en commun offerts gratuitement par les préhumains qui ne s’en doutent pas un iota.

Du temps de la charrette à cheval, ça prenait du temps mais les EDLN ne sont pas pressés, mais avec les vélos, ils sont aux anges. Par contre, oubliez tout ce qui est motorisé car ils ont en horreur les ondes dégagées par ces engins-là. Dit autrement, si vous voulez faire fuir les EDLN, sortez la tondeuse, la débrousailleuse, le tracteur et tout autre engin mu par un moteur à explosion.

D’ailleurs les EDLN un peu casse-cou aiment participer aux courses de vélo qui se déroulent surtout à la campagne. Le Tour de France n’est donc pas leur favori, bien que sur quelques étapes de montagne ils apprécient regarder tous les glandus au bord de la route… Vous voyez, les EDLN aiment bien s’amuser, et ils le font sans même qu’un préhumain ne s’en rende compte. C’est la classe, n’est-ce pas ?

En résumé, quand vous vous sentez bien en extérieur à faire quelque chose, il y a fort à parier que vous êtes “montés” par quelques EDLN qui vous aiment bien. Le seul truc, c’est que la communication consciente est coupée parce que justement notre mental-égo pue un peu trop fort pour laisser place à un voisinage harmonieux. Il y a donc bien une coupure mais elle peut être réparée si et seulement si vous savez redevenir un enfant avec un cœur ouvert grand comme ça !

Bien, maintenant abordons l’autre versant de ces passagers clandestins qui nous utilisent pour voyager incognito. En effet, de par la destruction constante de leur milieu naturel, les EDLN sont obligés de déménager vers des contrées encore vivables. Dans le passé, ils n’avaient pas ce problème car il y avait toujours une connexion entre les différentes parcelles de terrain par des haies, mais depuis le remembrement entrepris depuis ce dernier demi-siècle, tout a été morcelé.

Puis les constructions humaines ont progressivement détruit les connexions de la grille cristalline avec les vortex. Autoroutes, extensions de lotissement quasiment dans toutes les villes et villages, zones industrielles, etc… ont ainsi fait un super gruyère dans le tissu énergétique. Comme tout ce qui est énergétique, il faut un gardien qui soit là pour réguler le flux, sous peine de voir le vortex s’éteindre de lui-même.

Ainsi en rasant quelques arbres pour y mettre une maison, un centre commercial ou un lotissement, les gardiens se sont retrouvés à la rue et ont donc abandonné leur job par la contrainte imposée. Le résultat logique est que le vortex qu’ils avaient sous leur responsabilité s’est mis en mode “zéro”, tout simplement. C’est donc ainsi que l’on rend un terrain sans âme puisqu’il n’est plus alimenté subtilement.

La civilisation occidentale actuelle est donc une œuvre de désertification totale partout où elle passe. Et après on s’étonne que les EDLN ne veulent pas nous parler ! Cela étant, aujourd’hui il existe d’innombrables poches d’EDLN qui ne peuvent plus communiquer entre eux et surtout voyager via les vortex, parce que justement il y a des coupures irrémédiables. Tous les vortex ne sont pas utilisables en tant que tels, car il faut qu’il y  soit associé une porte dimensionnelle permanente.

Il existe des vortex de toutes les tailles, et il faut un minima d’énergie pour entretenir une porte dimensionnelle. Néanmoins, il est toujours possible d’activer une porte dimensionnelle provisoire à n’importe quel vortex, mais à condition qu’il y ait assez d’énergie aux alentours pour le faire. Or, cela n’est plus le cas pour une bonne majorité d’entre eux. En clair, le réseau est devenu un gruyère tel, qu’il est aujourd’hui incapable de s’en remettre et cela, quels que soient les chemins empruntés.

Alors quand on dit qu’il faut réactiver des vortex pour reconstruire à minima le réseau, cela n’est pas du flan mais une nécessité absolue afin de permettre aux EDLN coincés dans des ghettos d’aller ailleurs, là où c’est encore possible. Mais comme il n’y a que très peu de préhumains au courant de cela, et surtout ayant un contact conscient avec eux tout en ayant l’aptitude de décoincer les blocages énergétiques, la partie est sombre.

Aussi, devant ce constat alarmant, nombre d’EDLN voyagent à leurs risques et périls pour trouver une terre d’asile. Ainsi quand la construction humaine devient trop inacceptable, les EDLN selon leur degré de courage vont sauter sur le premier cycliste passant par là pour finalement atterrir il ne sait pas où. Bref, c’est le dernier voyage, celui de la survie tout simplement. Alors si vous vous surprenez à vous sentir bien lorsque vous êtes en balade, ne vous étonnez pas car un EDLN vous refile du jus afin que vous pédaliez plus fort…

Je sais que c’est un constat triste à dire mais il en est malheureusement ainsi. De plus, le phénomène est amplifié depuis la dernière attaque en date du 21/12/12 envers Urantia-Gaia. La nouvelle a mis du temps pour être acheminée aux ghettos les plus reculés et les plus isolés, mais maintenant le mot d’ordre est “regroupement” sur tous les lieux où un vortex a une porte dimensionnelle permanente ou provisoire.

En d’autres termes, le transit des EDLN commence à prendre une ampleur telle que cela est une migration radicale. Cela a plusieurs conséquences. La négative d’abord : des lieux vont radicalement se vider, et donc devenir morts. Ainsi tout individu vivant dans ces zones ne sera plus nourri de cette présence subtile indispensable à sa joyeuseté mais aussi indispensable au monde végétal qui dépérira d’autant plus vite.

Les conséquences positives sont que les préhumains en balades vont régulièrement être chargés comme des mules au point de sentir leurs présences, et peut-être, s’ils sont ouverts, commencer à taper la conversation bien que les EDLN ne voient pas cela d’un bon œil. En effet, ils ne vous diront jamais où ils vont, car ils ne voudraient en aucun cas voir débarquer des centaines, voire des milliers de gens là où ils se concentrent car justement là, la Nature va rejaillir à fond les manettes.

Ainsi tout coin ayant un portail dimensionnel permanent se verra en surpopulation, tandis que d’autres coins adossés à un vortex suffisamment costaud pour entretenir une porte dimensionnelle temporaire se verront dans la même position. Et tout cela pour quoi, me direz-vous ? Et je vous répondrai pour prendre la poudre d’escampette lors de l’ascension définitive d’Urantia-Gaia vers Eléa.

D’ailleurs on peut dire Eléa maintenant puisque l’ascension d’Urantia-Gaia a déjà commencé dans la 1ère étape appelée “préparation”. Hé oui maman Eléa est en train de faire ses valises et il est assuré que les EDLN seront dedans. Par contre, pour les préhumains, le tri sera vite fait puisqu’il n’y aura quasiment personne (4-5 personnes max). Je sais que cela va vous choquer mais vaut mieux ne pas rêver à ce niveau-là.

Aujourd’hui aucun humain n’est stabilisé en 5D car il aborde à peine la 4D. Tout ce que vous pouvez faire est d’augmenter votre fréquence le plus possible, car les temps s’y prêtent, afin d’aller sur une des 10 planètes promises qui, je le rappelle, sont des couveuses qui ont pour objectif de vous amener à maturation finale. Mais bon, je ne vais pas m’étendre là-dessus puisque je l’ai déjà fait dans d’autres articles.

En résumé, nous sommes régulièrement en contact avec les EDLN quand nous sommes en notre cœur et en contact avec la Nature. Plus vous serez humble dans votre démarche de marcheur sur le chemin, et plus la possibilité de communication consciente sera grande, mais attendez-vous à avoir d’abord des intuitions, des idées qui vous passent par la tête. Ce sera là un bon début et de bon augure pour la suite.

Laurent DUREAU

Lien Permanent pour cet article : http://345d.fr/15-18-quand-les-edln-sont-ils-avec-nous/

«

»