«

»

Imprimer ce Article

Subir ou réagir n’est pas impulser ! (partie 2)

 idee10Beaucoup se croient dans l’action alors qu’en fait, ils sont dans la réaction. Pour le savoir, c’est simple. Si les gens vous suivent de leur plein gré et deviennent enthousiaste, alors vous êtes un impulseur et cela vous motive.

Si par contre, ils traînent les pieds et que vous abusez (consciemment ou inconsciemment) de votre autorité et que vous ressentez que vous donnez de votre personne, alors vous êtes dans la réaction.

Suite à mon précédent article sur les impulseurs d’idées, il existe une autre sorte d’impulseur. Ils sont nés et bâtis pour cela. Ils ont comme un charisme naturel qui leur permet de tirer la foule en des zones inconnues, en des zones inexplorées. Ils n’ont pas peur du risque, car le risque est ce qui les fait vivre.

Pionnier dans l’âme, ils explorent inlassablement. Ils se prennent des vestes, tombent genoux à terre mais une force incroyable leur permet de se relever, toujours et encore. Invincible en esprit, ils peuvent vaciller sous le poids de la fatigue mais vite ils se reprennent. Même au fond du puits, au plus profond des cachots, la lueur de l’espoir brille dans leurs yeux.

Ils voient la laideur du monde, la méchanceté, l’avarice, les envies, les jalousies des gens et cela ne les rebute pas. Ils ont foi dans l’avenir, même si le présent est en train de les broyer ,car ils savent en eux-mêmes que quelque chose d’indéfectible est avec eux. Ils savent qu’ils sont protégés et qu’une sorte d’invincibilité les habite, alors ils vont au front en se disant que si une balle leur est destinée alors ils la recevront.

L’impulseur d’idée œuvre dans la pensée, l’invisible, le sonore, la parole. Il écoute, il suggère afin d’amener la pensée de l’autre en terrain inconnu. Ce n’est seulement qu’après que le passage dans la matière, dans l’action demande un impulseur au changement.

En effet, aussi brillante que soit une idée, un concept, sa mise en œuvre va provoquer des réactions, des résistances au changement. Autant le mental d’un individu peut accepter des idées nouvelles (comme devenir végétarien), autant la pratique sera juchée d’innombrables réticences inconnues du mental analytique (fini les barbecues, fini la bonne bouffe traditionnelle, etcetera, etcetera…).

Impulseur au changement, impulseur du changement, c’est autre chose qu’accompagnateur du changement. De nombreuses personnes, notamment les consultants et toute une autre frange de professionnels, se disent expert en accompagnement, je les crois et Dieu sait combien les gens sont inquiets quand le bateau a quitté la berge.

Le rôle de l’impulseur au changement est de faire que le bateau quitte le port, largue les amarres et non forcément de faire le voyage avec les apprentis marins. Vaincre l’inertie, le poids mental et physique d’abandonner la zone des habitudes, du connu vers une zone inexplorée pleine de promesse.

La dépense d’énergie est colossale, mais n’est rien en comparaison de la foi qu’il faut avoir pour surmonter tant de résistances mentales, émotionnelles et physiques. Voilà pourquoi personne ne peut devenir un impulseur au changement. Il ne peut que le découvrir au fil de ses expériences de vie.

Mozart n’a pas attendu d’apprendre le solfège pour jouer. Il en est de même pour l’impulseur. Cela se découvre, et ensuite il s’appropriera les techniques existantes pour mieux jouer son rôle. Alors, sans vouloir fâcher quiconque, procéder à l’inverse ne donnera jamais le résultat escompté.

Apprendre Photoshop ne fait pas de vous un graphiste, au même titre qu’apprendre le solfège ne fait pas de vous un compositeur. Vous pourrez être un bon musicien à force de travail mais vous serez vite dépassé par ceux qui ont cela dans la peau.

Chacun de nous est unique, alors trouvons chacun notre voie en écoutant notre voix intérieure. Méfiez-vous du mental qui veut vous faire croire ce que vous êtes. Vous serez ce que vous pensez être, et là commenceront tous vos problèmes. Soyez tout simplement en sachant que par l’observation, vous saurez ce qui vous convient ou non. La technique pour savoir si vous êtes dans le vrai ou le faux est très simple.

Si vous vous surprenez à chanter, à avoir la « pêche » pour quelque chose et que le temps passe vite, alors vous saurez que vous êtes dans le vrai. Si, par contre, la chose à faire vous embête, vous bouffe la vie, que vous traînez les pieds pour le faire et que le temps vous fait souffrir, alors soyez courageux, faites-le si vous n’avez pas le choix, et passez votre chemin. Vous aurez au moins appris ce que vous n’aimez pas.

Nous savons qui nous sommes par ce que nous aimons, mais surtout par ce que nous n’aimons pas.

Donc pas de panique, tout va bien, car c’est un processus d’apprentissage auquel les humains ne peuvent échapper. Alors, ne perdez pas votre temps, rappelez-vous ce que vous aimiez faire, ce que vous aimez faire et virez tout le reste. Cette étroitesse de pensée vous permettra de concentrer ainsi vos facultés afin de sortir de la zone sous les nuages pour découvrir l’étendue inégalée et la beauté d’un soleil toujours brillant.

Il y aura des réactions autour de vous, c’est normal. Mais votre soleil intérieur sera toujours plus fort que les orages, les pluies, le vent et le froid. Après un certain temps, les autres retourneront leur veste car ils auront découvert quelqu’un qui les booste, qui les réchauffe, qui les rassure et ils seront prêt à prendre le prochain avion pour découvrir pourquoi vous avez les yeux qui brillent.

Vous commencerez avec un deltaplane pour aller jusqu’à l’airbus A380. Développez votre compagnie de bien-être et de l’espoir et vous saurez alors que vous êtes un Blériot, un Mermoz. Voilà ce qu’est un impulseur au changement, c’est un visionnaire avec le derrière bien calé dans le siège de sa destinée.

Laurent DUREAU

Article paru à l’origine sur le blog Booster Votre Influence le 11 septembre 2006 et réactualisé sur le blog 345D le 14 mars 2012.

Lien Permanent pour cet article : http://345d.fr/subir-ou-reagir-nest-pas-impulser-partie-2/

«

»