«

»

Imprimer ce Article

Profession : Urgentiste (partie 3)

 urgo3Dans quel cas fait-on appel à un urgentiste ? Quand l’accident, l’imprévu a eu lieu répondra la majorité. Oui c’est vrai, mais c’est tout aussi faux !

Autant l’urgentiste est taillé pour l’urgence, autant il excelle dans la prévention. Son objectif n’est pas de vaincre la mort mais de prolonger la vie – petite nuance lourde de conséquence…

Du même acabit on peut dire : Devenir riche n’est pas vaincre la pauvreté ! Notre monde nous montre la triste réalité de cet adage.

Alors, pour éviter le syndrome de la fatalité, notre responsabilité commence bien avant le drame.

La maladie n’arrive que parce que le terrain est prêt !

Alors apprenons à jardiner correctement notre corps, notre esprit, notre famille, notre entreprise, notre nation et notre Terre de telle manière de ne point déclencher des maladies, des colères, des ruptures, des licenciements, des guerres et des changements climatiques.

Intervenir sur un malade en phase de cancer avancé n’est plaisant pour personne, alors faisons que le terrain ne se prête pas au cancer. Certes, cela fait tourner l’industrie de la recherche, du médical, de la chimie et de la pharmacie, mais doit-on gagner sa vie au détriment de celle des autres ?

L’économique est important car c’est un équivalent énergétique pour un organisme vivant. Toute entité a besoin d’énergie pour survivre et se développer. Certes, mais à quel prix ? Préférons le photovoltaïque au charbon, l’éolien au pétrole, l’hydraulique au gaz. Préférons la salade à la viande, les céréales aux hamburgers, le frais au surgelé. Préférons la douche au bain, le gilet au thermostat, la tenue légère au climatiseur…

Quand une entreprise est malade, c’est parce que des choix d’organisation ou de fonctionnement ne sont plus appropriés au contexte. L’habitude, la peur du changement ou simplement le manque de trésorerie ont conditionné des règles et des procédures obsolètes.

Quand une personne s’évanouit, il y a tant de raisons possibles, de l’anodine à la très grave, qu’il est quelquefois difficile pour l’intervenant extérieur de remonter les causes du symptôme. L’urgentiste doit aller au-delà des apparences et ressentir très vite la gravité de la situation afin de prendre la procédure de recouvrement la plus adéquate.

Or, dans toute entreprise, la source première de toute information est l’être humain. Quasiment la totalité de tout ce qui arrive a pour source les humains, et c’est sur eux que doit se concentrer l’urgentiste d’entreprise. Certes, on peut regarder des tableaux de bord, des comptes de résultats mais ce ne sont que des clichés.

Le spécialiste saura les lire et tirera quelques axes de recherche, mais il lui faudra quand même aller s’adresser aux cellules elles-mêmes que sont les individus de l’entreprise. Chacune d’entre elles possède l’histoire de l’organe où elle officie. Une écoute sincère et objective permet d’analyser très finement le phénomène qui a déclenché la maladie.

Les hommes sont au centre de tout. Ceux qui vous diront le contraire avoueront simplement leur méconnaissance des rouages du vivant et, partant de là, leur incompétence au management.

La manière dont un patron parle à ses employés suffit souvent largement à présumer des symptômes des dysfonctionnements de son entreprise. Seulement ensuite vient son niveau de connaissance « managérial » et technique.

Redynamiser une entreprise pour qu’elle redécouvre la joie de vivre et d’avancer, se fait avec l’existant dont il faut changer un peu, ou beaucoup, les règles de fonctionnement.

Quand vous allez voir le docteur et que vous avez une bronchite, il ne vous changera pas les poumons. Il vous donnera des conseils et probablement une posologie pour vous faire gagner du temps.

Si vous êtes à l’article de la mort, il ne vous donnera pas un nouveau corps – seulement l’adresse de la paroisse locale… car les miracles ne s’achètent ni se vendent.

Et si vous rencontrez quelqu’un qui vous dit qu’il peut le faire, alors assurez-vous seulement que vous le paierez uniquement sur le résultat…

Eh oui, on demande souvent aux urgentistes de faire des miracles et souvent on est surpris des prouesses qu’ils accomplissent !

Essayez c’est l’adopter !

Laurent DUREAU

Article paru à l’origine sur le blog Booster Votre Influence le 26 octobre 2006 et réactualisé sur le blog 345D le 16 mars 2012.

Lien Permanent pour cet article : http://345d.fr/profession-urgentiste-partie-3/

«

»