«

»

Imprimer ce Article

Vaincre la peur ou mourir plus vite ? (2)

 plage-1Comme d’habitude, un sujet important entraîne toujours des rebondissements, des remous et des bienfaits. Mon dernier article sur la peur était une ode à la liberté, une ode à la paix et une ode à l’amour de soi comme j’aime le faire.

Cependant, je n’ai pas pu tout dire à son propos, et notamment sur les quelques réalités que nous traversons pendant notre discussion / appréhension avec notre locataire, qu’il soit un locataire ancien ayant plusieurs vies à son actif ou un petit nouveau qui vient de s’installer depuis notre dernière honorable réincarnation en ce monde d’expérimentation.

Notre comportement vis-à-vis d’une peur ancienne ou nouvelle n’est pas vraiment la même mais le processus de fabrication reste identique. Cela commence, on pourrait s’en douter, par l’esprit qui viendra activer des mémoires émotionnelles qui graveront tout cela ensuite dans notre corps physique.

A ce propos, lorsque nous nous incarnons dans un corps, sachez que ce dernier est tout particulièrement adapté afin de permettre à l’âme de vivre ce qu’elle désire expérimenter. C’est-à-dire aux combats qu’elle doit mener vis-à-vis d’elle-même pour se libérer de ses propres incompréhensions.

Le Design Humain est la science qui le démontre pleinement. Elle permet de décrire votre véhicule terrestre et donc de savoir par extension pour quel genre de terrain vous avez été fabriqué.

Si vous êtes un 4×4 et que vous m’annoncez que vous désirez faire de la F1, il me sera alors facile de vous dire les problèmes que vous allez rencontrer outre le fait que vous allez être à côté de vos pompes…

Dans Quand la peur rôde prête à frapper, je décris comment la peur commence à envoyer les invitations, les sbires qu’elle vous envoie. Cet espèce de corps diplomatique qui pue le mensonge à pleine dent a pour étendard le doute.

Le doute, c’est le froid qui fait geler les émotions incrustées dans votre confiance en vous. Aussi dur que vous soyez, quand le doute s’infiltre et se cristallise, il fera des dommages souvent irréparables mais pris dans le bon sens, il décapitera aussi vos croyances les plus saugrenues.

C’est donc une arme au même titre qu’un corps diplomatique. De votre façon de vous en servir, vous déciderez de la guerre ou de la paix. Il est clair qu’à ce jeu, la volonté et le pouvoir de négociation tiennent une place évidente.

C’est aussi la raison pour laquelle un Maître, ou un bon coach (pour ne pas affoler les croyances reliées aux Maîtres), est nécessaire. C’est surtout valable dans les débuts, et puis après, en bon soldat très expérimenté, vous n’aurez plus besoin du général pour sauver votre peau…

Alors comme je vous le disais, les peurs possèdent une polarité comme toute énergie en ce monde. Si vous savez aller au-delà de l’apparence et du désagréable, vous allez trouver une pépite, voire un diamant, de taille proportionnelle à l’adversaire concerné.

Les petites peurs sont vite vaincues à la condition d’avoir bien cerné leurs origines (âge et identification du nid). C’est un peu à l’image d’une abeille qui vous butine. Il est préférable de détecter la ruche le plus rapidement possible… parce qu’en en tuant une ou deux par là vous risquez d’être occupé pendant longtemps !

Chaque piqûre peut faire mal et c’est là qu’il est important de savoir faire la différence entre la douleur et la souffrance. J’explique cela dans mon article Quand la souffrance nous tue. Sans ce distingo, vos chances de succès se restreignent.

Puis, la seconde étape est de ne pas se tromper de guerre. A cet effet, j’ai écrit un autre article La souffrance et moi, et moi qui dénonce le poids absolument colossal de nos croyances culturelles qui nous étouffent complètement.

Les croyances, c’est dire, suite à une piqure d’abeille, que toutes les abeilles sont des ennemies potentielles. Cela ne vous vient pas du tout à l’esprit que c’est vous-même par votre ignorance qui avez obligé l’abeille à se défendre quitte à ce qu’elle y perdre sa propre vie !

Vaincre ses peurs, c’est d’abord affronter son ignorance sur un plan frontal.

Nous sommes à l’origine de tous nos malheurs, de toutes nos peurs parce que nous ne savions pas ! C’est parfaitement normal car expérimenter, c’est découvrir l’inconnu et donc c’est aussi collectionner les erreurs. Ce n’est qu’ensuite, quand nous délions nos peurs, que nous découvrons ce que nous sommes véritablement. C’est la noirceur qui nous fait découvrir notre lumière.

A la question “qui suis-je ?” vient tout naturellement la réponse “la somme de toute mes peurs”. Et chaque peur est un cadeau de lumière ! En effet, si vous n’aviez aucune peur, vous ne pourriez être incarné et faire l’expérimentation de ce que vous êtes puisque vous seriez déjà !

Alors pourquoi l’Un aurait-il créé la dualité ? L’univers n’aurait aucune raison d’exister alors. L’Univers est le paradis pour découvrir qui l’on est. Être dans ce corps pour un temps donné est le plus grand cadeau que l’Univers ait pu vous offrir et c’est aussi la raison pour laquelle vous devez veiller à votre temple et l’aimer inconditionnellement.

Vos cicatrices sont en fait vos galons ! Et si les généraux et consoeurs portent autant de décorations et de médailles sur la partie gauche du poitrail, c’est parce que le coeur y est juste en -dessous.

Mais ce ne sont là que des décorations extérieures qui expriment ce que vous aviez à l’intérieur. Les actes de courage ne peuvent venir que d’un seul endroit et ne sont jamais issus de la peur mais plutôt d’un acte de don, d’amour quitte à y perdre sa vie.

Sincèrement, votre âme se fout de vos décorations extérieures car seul votre ego s’en fait une joie et en abuse quelquefois. Par contre, votre confiance en vous sera directement proportionnelle aux décorations intérieures que votre âme aura su gagner.

Personne ne pourra vous les ôter, car ces décorations, ces victoires sont vôtres pour l’éternité. En termes humains, nous appelons cela des talents !

En effet, chaque talent que vous possédez a été acquis dans des vies antérieures. Si vous n’avez pas peur du vide, c’est que vous l’avez vaincu auparavant. Idem pour le noir, la claustrophobie, les araignées, etc…

Chaque victoire en cette vie est un gain pour la prochaine. Si vous savez parler en public, c’est que vous l’avez déjà fait et que cela ne vous fait plus rien. C’est comme si la peur que vous avez vaincue avait laissé un vide rempli de lumière, d’aisance et de joie.

A la rigueur même, il vous est difficile d’imaginer pourquoi une personne n’arrive pas à s’exprimer en public. Cela vous semble un problème qui n’en est pas un. Vous avez l’impression que l’autre vous fait du cinéma mais quand vous le regardez dans la prunelle des yeux, vous voyez littéralement le spectre de la peur briller de sa noirceur (excusez-moi, je veux dire de sa non-lumière !).

C’est aussi pourquoi, après quelques bonnes vieilles campagnes de guerre, vous apprenez à être tolérant et à respecter les peurs et les limitations des autres. Vous apprenez à reconnaître leur unicité façonnée par les valises de peurs qu’ils tiennent à bout de bras.

C’est alors que vous commencez à les aimer pour ce qu’ils sont et non plus en fonction de votre jugement. Vous êtes le vétéran qui en a vu beaucoup et qui, dans le silence de son coeur, donne de l’énergie à tous ceux qui en ont besoin.

Vous ne cherchez plus à les améliorer, à les faire se mettre au travail. Vous êtes là, bardé de toutes vos cicatrices et tatouages, prêt à sourire et à transmettre votre expérience à ceux qui oseront vous demander.

Votre force tranquille en dit suffisamment long pour que quelques vaillants viennent se renseigner avant d’aller au combat. Vous savez que ceux-là iront loin car ils savent se préparer et utiliser leur intelligence avant d’aller au combat.

Ils pressentent que leur jeunesse et leur vigueur au combat ne suffira pas toujours à vaincre l’ennemi qui est en eux. Ils ont fort probablement essuyé des défaites sanglantes pour avoir déjà cette sagesse en eux aujourd’hui !

Il n’y a point de hasard en ce monde et encore moins d’injustice. Il n’y a que nous-mêmes en face de nous-mêmes et les choses se déclenchent quand il faut au même titre qu’un fruit mûr qui tombe de l’arbre.

Nous sommes venus en ce monde pour offrir nos lumières et nos talents tout en sachant que quelques sombritudes nous attendent afin que nous puissions les mettre en oeuvre. En ce sens, nous avons une prédestination mais l’issue de notre vie ne se fait qu’en fonction de nos décisions.

Notre âme n’a pas de finalité ultime dans cette vie d’être humain. Il n’y a pas de barre minimale à franchir. Il n’y a qu’un nombre illimité de choses à expérimenter en fonction du corps que l’on vous prête dans cette vie.

Votre corps ne vous appartient pas, il n’est qu’un prêt par notre mère la Terre afin que l’esprit vienne y semer la lumière du divin. Spiritualiser la matière ne veut rien dire d’autre que seulement vivre votre vie de la manière la plus lumineuse et brillante possible. Vivre la non-dualité dans la dualité est le combat suprême de votre vie.

Comprendre que la peur n’est qu’un non-amour, une rupture entre l’Un et la Matière, est un grand pas vers l’illumination.

Être illuminé, c’est voir la lumière là où les autres ne voient que la noirceur ou l’absence de lumière. C’est dire je Suis, humblement, et le vivre pleinement de tout son corps, de toute son âme et de toutes ses dents !

Laurent DUREAU

Article paru à l’origine sur le blog Booster Votre Influence le 23 septembre 2008 et réactualisé sur le blog 345D le 21 juin 2012.

Lien Permanent pour cet article : http://345d.fr/vaincre-la-peur-ou-mourir-plus-vite-2/

(2 commentaires)

  1. oh ho

    bonjour Laurent

    tes écrits(permet moi de te tuttoyer, j’ai l’impression de te connaitre depuis des lustes!) bizarre
    tes écrits tombent tjrs à pic chaque matin quand j’ouvre ma bte, et me « recadre merveilleusement) au sujet de la peur, je n’arrive pas à contrôler celle ci, j’en ai plusieurs que j’arrive à contrôler, mais celle ci pas du tout, c’est la peur suite (il a 3 ans) ou mon conjoint s’étaitmis ds une colère noire (suite à une histoire vraiment banale) mais qu’il a pris de très haut, se sentant trahi etc etc, j’ai eu très peur ce jour là, d’ou un traumatisme je pense assez profond car j’ai compris ce jour là, que j’étais « prisonnière » de cet être, bref
    donc souvent j’ai cette peur ou angoisse qui arrive, surtout le matin quand je me réveille, alors qu’à ce jour, tout est rentré ds l’ordre, bien que lui rumine encore parfois cette histoire, je qui veux dire, qu’à l’heure actuelle, je ressens bien cette « ascension » ds le sens que je n’arrive à aller au travail, cela me barbe au possible, avec les amis, bien que j’ai tjrs été très solitaire, je n’arrive plus à les supporter, et je trouve que tt ce qui m’entoure n’a plus d’intérêt sauf la nature, les oiseaux, les arbles le ciel ou là je suis en extase chaque jour, donc j’en viens, à ce que je souhaite bien entendu mais que cette peur me bloque literralement, mon souhait est de ne plus vivre en couple, je veux vivre ma vie ss lui, afin de pouvoir vivre ce dont j’ai envie de vivre, en paix déjà! j’ai réellement envie de tout balancer, couple, travail, lieu de résidence etc mais cette peur, cette angoisse elle est terrible tu sais, comment la « traiter » ds mon cas? je te remercie de tout coeur d’être là et d’ouvrir nos oeullières bien collé par l’éducation à tout les niveau,
    bisous

  2. Nora

    Bonjour a tous et a toutes .

    Merci de tout cœur . 👿

Les commentaires sont désactivés.

«

»