«

»

Imprimer ce Article

Un blog pour se faire connaître

 bab1Il est évident que le blog a vraiment pris racine dans notre quotidien. D’abord accaparé par des ados en mal de personnalité et de reconnaissance, le blogging s’est vu progressivement dériver vers des classes d’âge nettement plus conséquent.

Merci aux jeunes d’avoir ouvert la voie en banalisant cet outil. Maintenant qu’il existe une multitude de plateformes pour répondre à cette demande, les personnes nées hors de cette génération Nintendo peuvent à leur tour vanter leur personnalité afin d’être reconnu !

En effet, loin d’être une ânerie, qu’est-ce qui fait que les adultes se soient accaparés cet outil afin de faire de l’auto-promotion ? Qu’est-ce qui fait que l’on soit heureux de bloguer ? La réponse est sans appel : Parce que l’on parle de nous, de nos proches, de nos expériences, de nos vacances, de nos hobbies et de ce que l’on pense.

Dire que le blog est une ouverture vers le monde, c’est vrai mais c’est surtout pour parler de nous et pour montrer que nous sommes quelqu’un. Non pas cet anonyme qu’a été mon père, mon grand-père ou tout autre personnage que le monde ignore.

Aujourd’hui, le 2.0 ou le social Networking n’est ni plus ni moins qu’un cri qui dit « Ecoutez-moi » car j’ai des choses à dire, à montrer, à prouver et je ne veux plus être l’anonyme de service. Tous les blogueurs au fin fond d’eux-mêmes savent que ce que je dis est vrai, sinon qu’est-ce qui nous donnerait l’énergie de le faire ?

Alors, on est plus ou moins atteint. Un petit billet par-ci par-là, ou un tous les jours voire jusqu’à plusieurs par jours. Et puis il y a la constance : beaucoup au début puis un peu moins plus tard pour probablement finir aux oubliettes.

Un blog, c’est d’abord un cri qui pourra probablement devenir une chansonnette, un air de bien-être pour ceux qui ont été au-delà de cette première impulsion. Il est clair que seuls ceux qui tiennent voient aujourd’hui dans leur blog une oeuvre en perpétuelle évolution et construction.

Au départ, un peu paumé, on prend la première plateforme qui nous tombe sous la main et on écrit, publie des photos, etc… sans trop vouloir se prendre la tête techniquement car l’essentiel est de sortir ce que l’on a à dire.

Après un certain recul, un certain apaisement, on découvre que notre blog n’est pas vraiment à notre image, à celle que l’on voudrait voir ou faire voir. Il y a comme un décalage, un fossé qui commence à nous tirailler. Ce blog ne nous semble plus vraiment beau mais plutôt un gargouillis pêle-mêle.

Après ce foisonnement, comme à l’éruption d’un volcan, on aspire plutôt au lit de lave qui s’écoule paisiblement dans l’océan bleuté de l’internet. On a envie de voir du beau, de l’ordonné, du cadré qui afficherait enfin que nous avons atteint un certain stade de sérénité.

Cette période, tragique quelquefois, nous fait comprendre que l’amateurisme n’est plus de mise, alors exit les plateformes « clé en main » si limitantes. Il va falloir mettre un peu les mains dans le cambouis !

En discutant l’autre jour avec un autre blogueur, nous sommes bien tombés d’accord qu’ arrivé à un certain niveau c’est inéluctable, il faut mettre son nez dans la technique. Son blog est sous TypePad et bien qu’il soit hébergé chez TypePad, il lui faut quand même comprendre les méandres du fonctionnement pour faire un peu plus professionnel.

Malgré l’automatisation des tâches, il faut quand même comprendre ce qu’est une TypeListe et pourquoi il y en a 4 sortes. Et puis viennent ensuite les widgets, puis les pings, les trackbacks et nombre de choses pas vraiment compréhensibles par le premier venu.

Alors passons par les FeedBurner, les Technorati, les GoogleAnalytics, les diggs et à la fin vous découvrirez que plus personne ne vous comprend vraiment. Alors, messieurs les blogueurs, ne soyez pas trop modestes et reconnaissez que vous avez déjà l’huile de vidange jusqu’aux coudes !

Alors comment, me direz-vous, vous en êtes arrivé là ? Tout simplement parce que votre envie de crier au monde votre unicité, mais aussi vos peines et vos joies, est suffisamment forte pour dépasser ces limites « techniques » qui certes vous ont pris la tête pas mal de fois.

Soyons honnête avec nous-même, il faut reconnaître que c’est loin d’être simple et limpide. Mais, par esprit du jeu et du challenge en cours, vous avez patiemment éjecté tous les cailloux qui vous empêchaient de marcher correctement jusqu’au jour où vous prendrez la décision de changer de chaussure !

Si cela n’est pas encore fait, je vous recommande fortement l’enseigne WordPress. Ils possèdent une collection impressionnante de couleurs, de tailles, de semelles, de talons et de cuirs. Avec eux tout est possible, et c’est pourquoi il est préférable d’avoir une idée de ce que vous voulez avoir sinon vous allez mourir sous les options.

L’autre grande particularité de cette enseigne c’est que c’est du Tax Free Shop, c’est-à-dire que personne ne viendra vous présenter une facture qui n’a pas lieu d’être. Fini les abonnements payants redondants, fini les hotlines à retardement avec des messages lapidaires, mais bonjour avec l’auberge espagnole.

En effet dans cette enseigne, vous trouverez beaucoup mais il vous faudra donner un peu. C’est du libre échange où, quand vous donnez 10 vous recevez 1.000. A cette vitesse là, vous comprendrez vite que vous allez gagner beaucoup au lieu de vous faire plumer un peu.

En revenant à nos moutons, vous faites un blog pour vous faire connaître d’un maximum de gens et, si possible, d’un futur employeur ou donneur d’ordre. Alors arrêtez de bidouiller et passez à la vitesse pro.

A cet effet, j’ai derrière les oreilles un projet afin d’aider, d’une manière peu chère mais pas gratuite, toutes les bonnes volontés qui voudront passer du stade de bidouilleur blogueur à celui de blogueur professionnel aussi bien sur un plan privé que professionnel.

Qui oserait donner aujourd’hui une carte de visite écrite sur papier d’écolier avec un stylo bille baveux et déchirée à la main ? Improbable, me direz-vous, et pourtant l’autre jour lors d’un grand rassemblement professionnel j’y ai eu droit, étonnant n’est-ce pas ?

Bon, je vous laisse dans l’attente d’une concrétisation qui j’espère ne sera pas trop longue !

Laurent DUREAU

Article paru à l’origine sur le blog Booster Votre Influence le 8 février 2008 et réactualisé sur le blog 345D le 24 mars 2012.

Lien Permanent pour cet article : http://345d.fr/un-blog-pour-se-faire-connaitre/

«

»