«

»

Imprimer ce Article

Tu me tues mais je t’aime… (2)

 couple2Lors du précédent article, j’ai parlé de cette bizarrerie humaine qui dit que “lorsque quelqu’un vous aime bien, les faits démontrent qu’il vous met assez de bâtons dans les roues pour vous cabosser le coeur un peu plus chaque jour.

Derrière cet espèce de “je t’aime moi non plus” se cache un jeu qui fut instillé par des siècles et des millénaires d’enseignements religieux cherchant à vous détourner de la porte véritable du paradis.

La porte du Paradis est en vous et même plus précisément chez votre partenaire. Monsieur possède la porte pour madame et madame celle de monsieur. Il va donc falloir jouer intelligemment pour que chacun (à deux) puisse franchir cette porte nirvanesque.

Rien d’impossible à cœur vaillant car si la belle en vaut le coup, il ira faire les croisades nécessaires pour virer les croyances impies et impures qui souillent sa divine vibration puissante comme un soleil.

Bien sûr, et au-delà des contes, madame a aussi le même job que monsieur en l’aidant à courir encore plus vite, plus fort plus haut grâce à l’inspiration qu’elle saura lui donner. Elle est la gardienne de la vie, de l’amour véritable et du dévouement.

Elle sait alors que lui ne rêve que de savoir et à bon bûcheron, le feu de cheminée n’en sera que plus fort. Le feu brule et crépite tandis que la braise chauffe et rougit.

Mesdames, vous êtes la braise de l’amour alors que monsieur n’est que la flamme qui illumine et se consume.

Il est connu qu’il faut du temps à la braise pour atteindre sa température de fonctionnement et qu’elle met du temps à s’éteindre. Tandis que monsieur s’enflamme plus vite telle l’essence en présence d’une étincelle pour finir tout aussi vite.

Il faudra donc activer l’une et temporiser l’autre. Ce n’est pas simple a priori sauf si…, sauf si les rôles sont inversés au début. En cela, je veux dire que monsieur se mette à vivre ses énergies féminines pendant que madame taquine ses propres énergies masculines.

C’est simple car en voulant donner à l’autre, vous vous oubliez vous-même pour ressentir les énergies de l’autre (qui normalement est votre complémentaire énergétiquement parlant).

Donner, donner de tout son corps, de tout son être, de toute son âme est la clé qui ouvrira le Paradis. Il n’y a qu’une clé faite de l’énergie commune des partenaires. Certes, individuellement chacun peut essayer de frapper à la porte mais cette dernière ne s’ouvrira pas car il faut répondre à la première règle du jeu : dans un jeu sexué, seul les couples peuvent passer.

Vous comprenez bien que nous sommes dans un jeu de groupe et non dans un jeu individuel. C’est important de se le rappeler car malheureusement, par ignorance, chacun par principe essaye de tirer la couverture à soi.

La quasi majorité des couples (mariés ou non) se sont bâtis sur des règles faussées par des religieux et des religieuses en manque d’amour d’eux-mêmes. Je sais c’est dur de dire cela mais ça n’empêche pas de le dire.

Sincèrement, quand vous regardez les curés aussi bien à la télé qu’au quotidien, avez-vous véritablement le sentiment qu’ils sont épanouis, en paix et joyeux. Ils font plutôt dans le tristounet, le sérieux, le profond et surtout dans le verbiage.

Laissez-les donc à leur recueillement, leur austérité, leur séparation, leur culpabilité, leur camembert et leur vin rouge. Laissons-les vouloir dompter l’énergie sexuelle par la négation, par le refus car après tout, logique dans leur raisonnement, ils ne se reproduisent pas !

Il est facile de parler du paradis, il est facile de parler d’amour mais il est largement plus difficile de le mettre en œuvre. La raison principale en est simple car pour éviter qu’un individu aille sans intermédiaire frapper aux portes du Paradis, il suffit de lui dire qu’il est l’enfant du péché, qu’il est déjà coupable dès sa première respiration et qu’il le portera toute sa vie jusqu’à la tombe !

La première de toutes les règles parmi toutes les règles c’est que l’amour que vous vous portez est la clé de votre épanouissement.

Si vous ne vous aimez pas, comment voulez-vous que quelqu’un d’autre vous aime ! Par la simple polarité de l’attraction-répulsion, vous n’attirerez à vous que les gens qui vous ressemblent.

Il est alors clair et évident qu’un aveugle avec un aveugle, ne vous rendra pas plus voyant qu’avant. Au mieux, l’autre aura la feuille moins dure que la vôtre et entendra des choses que vous n’entendez pas (merci les femmes !).

Si le dicton dit “Au royaume des aveugles, le borgne est roi”, je vous propose donc d’arracher dans un premier temps, le verre de lunette noirci par les soutanes sombres des religions “révélées” pour ensuite arracher le second avec la partenaire de votre choix.

Le premier verre est constitué des croyances et des jugements que vous vous portez. Allez donc dans l’Afflelou du coin (mon blog en l’occurrence) pour apprendre à vous aimer tel que vous êtes, ici et maintenant.

N’attendez pas demain car au vu de la pollution ambiante, il neige de la suie par toutes les télés du monde et surtout dans tous les cerveaux du monde. La crise est là ! Ne le savez-vous pas encore ?

Puis en parallèle (c’est pas interdit du tout) vous pouvez commencer à dissoudre les quelques vérités que vous vous êtes faites sur votre partenaire pour que dès maintenant vous commenciez à la voir comme au premier jour (si, si, c’est possible car c’est surtout l’intention qui compte…).

Pour une fois, je recommande de vous servir de cette mémoire cellulaire où quelques émotions et sentiments de haute volée sont emmagasinés à propos de votre partenaire.

Certes, les jours et les années ont passé et l’enveloppe n’est plus tout à fait conforme à la photo stockée là-haut mais cela n’est pas grave car cela s’applique fort probablement à vous aussi n’est-ce pas ?

Redécouvrez la spontanéité de l’intention, la spontanéité du regard sur l’autre sans aucun jugement et la spontanéité du geste qui veut faire du bien.

Ne vous inquiétez pas, au début, votre partenaire va penser soit que vous avez quelque chose à vous faire pardonner, soit que vous avez fumé de l’herbe ou qu’une autre est rentrée dans votre vie…

Laissez-la gamberger car à la longue, elle se dira qu’il vaut mieux en profiter que d’être sur la défensive car après tout c’est tout ce qu’elle recherche. Après un certain temps, elle découvrira la vérité et les braises vont chauffer plus dur puisque vous aurez suffisamment alimenté en bois…

Ici, je m’adresse aux hommes car c’est eux qui se doivent d’être le nourrisseur du futur foyer (allez au boulot !). En effet, la femme malgré tout ce que l’on peut dire sur elle, est déjà dans l’amour inconditionnel puisqu’elle donne de l’amour à ses enfants tous les jours…

Il faut donc que l’homme alimente le foyer en bois de chauffage tout en sachant que c’est avec les brindilles d’attention que le feu pourra commencer à naître pour se propager aux bûches.

Alors messieurs, avant d’enflammer les brindilles, commencez par écrire sur des papiers tous les trucs que vous reprochez à votre partenaire. Sachez que chaque pardon que vous lui accorderez sera un papier qui alimentera le futur feu dans la cheminée.

Je répète donc le mode d’emploi : Vous mettez le feu aux papiers des griefs qui alimenteront les brindilles de votre intention. Ces dernières grâce au nombre pourront enflammer durablement la bûche de votre amour qui naturellement vous donnera un lit de braise. Capito ?

La clé du paradis s’obtient quand la température des braises atteindra le sommet de la cheminée. Alors les Dieux sauront que dans cette maison l’amour prédomine sur la noirceur et le froid du mental.

Ils se prendront alors pour des Pères Noël descendant la cheminée pour apporter des cadeaux, pleins de cadeaux. Et croyez-moi, les chocolats qu’ils apportent ne vous rendront pas obèse physiquement mais alimenteront tous les cœurs présents dans la pièce.

C’est plus qu’angélique car, lorsque vous avez connu cela, alors vous comprendrez que la vie n’est pas le boulot-métro-dodo mais bien éclairer, chauffer et vivre.

Éclairer de votre co-naissance, chauffer de votre amour inconditionnel et vivre pour co-créer une réalité meilleure.

Pour cela, votre partenaire n’est plus un magasin où l’on se sert quand on est affamé. Il ou elle n’est plus ce’”pis-aller’” avec lequel vous faites parce que vous n’avez pas trouvé mieux.

Arrêtez de croire que vous allez rencontrer l’âme-sœur un de ces jours car, selon la loi d’attraction, vous ne faites qu’attirer vers vous ce qui vous ressemble. Alors si vous ne commencez pas par vous-mêmes, nul espoir ne sera devant.

Commencez donc à vous aimer, simplement, comme vous êtes. Coupez la boite à clapet de votre juge intérieur et dites lui d’aller voir ailleurs avec tendresse et compassion et passez votre chemin.

N’accordez aucune importance à ce qu’il vous dit et aux peurs qu’il voudrait faire renaître en vous. Vous avez décidé d’être un homme nouveau à défaut d’être neuf. Notre vie n’est pas celle de notre carte d’identité. L’âge civil n’est qu’une connerie mentale parmi tant d’autres.

Puis à chaque victoire, faites vous plaisir non pas en ingurgitant des choses qui détruisent votre corps physique ou corps mental mais allez plutôt taquiner le/la partenaire en lui offrant un menu digne du Paradis.

Soyez le Bocuse de votre dulcinée en inventant des menus sentimentaux tout en subtilité et simplicité. Vous pouvez faire dans la cuisine française (plat super bien présenté et harmonieux mais pas fait pour combler un estomac dans les talons) ou bien dans le lourd qui implique un temps de digestion incompressible.

Il n’y a pas de menu type comme il n’y a pas de restaurant type. Vous pouvez donc alterner les cuisines connues avec celles totalement exploratoires. Je recommande toutefois de partir du connu et d’aller dans l’exploration doucettement.

Dans les rallyes de l’amour, les sorties de virage sont fréquentes mais c’est surtout grâce à elles que l’on découvre les potentialités de la voiture. Au début, un petit carrosse ira bien pour madame mais si vous l’emmenez dès le départ dans le 4×4 du Dakar, vous risquez de finir au McDo du premier parking rencontré.

C’est con ce que je vais dire mais les lapalissades sont quelquefois de mise pour remettre les bases en place. L’amour c’est à deux et non chacun pour soi. Comme le dit un proverbe africain : “Tout seul on va plus vite mais à plusieurs on va plus loin”.

En résumé, le monde actuel va mal car chacun se la joue solo même sous des apparences de partage. La principale racine du problème provient que les religions nous ancrent dans une croyance faite pour nous éviter de nous aimer nous-mêmes.

Elles racontent qu’il faut pardonner, aider son prochain afin peut-être d’aller au Paradis une fois que vous serez morts. Commencez donc à vous pardonner car cela vous aidera à vous aimer.

Puis quand vous vous aimerez suffisamment alors vous pourrez donner de cet amour que vous aurez en surplus. Et enfin vous pourrez accéder au paradis de votre vivant à chaque instant car vous aurez compris que c’est dans l’instant présent que se trouvent toutes les opportunités de redécouvrir que vous êtes un Dieu qui a oublié qui il était.

N’acceptez plus de donner votre âme à des religieux qui n’en ont plus vraiment. Ils se cachent derrière le verbe, la pauvreté et la misère, car c’est ce qu’ils vivent véritablement au fond d’eux.

Malgré tout ce qu’ils peuvent dire, ils ne cherchent qu’à vous maintenir dans l’ignorance afin de continuer à vous contrôler. Aujourd’hui des jeunes et des femmes se font exploser avec des ceintures de dynamite tellement ils ont été embobinés.

On ne voit aucun quadra, quinqua ou autres car ceux-là ils ont compris que c’était des sornettes. L’âge et le recul calment les ardeurs et la foi aveugle de ceux qui voudraient que le monde change.

Malheureusement pour beaucoup, ils ne trouveront aucune femmes au Paradis car là-haut il n’y a aucune entité sexuée et encore moins un terrain de jeu. C’est sur Terre que tout cela se passe et il faut (excusez moi du terme) être vraiment con pour croire qu’ailleurs c’est toujours meilleur.

Alors messieurs, mesdames, l’amour n’est pas dans le pré d’à côté, dans le lit d’un autre, dans la maison d’un autre mais tout simplement en vous. Allez vous servir, c’est gratos et c’est comme au self, le buffet est à volonté !

Laurent DUREAU

PS : Voici le dernier proverbe qui me vient à la tête : ” Monsieur aime le fond tandis que Madame aime la forme mais quand Monsieur se met à aimer la forme alors Madame verra qu’il n’y a pas de fond…”

Article paru à l’origine sur le blog Booster Votre Influence le 9 février 2009 et réactualisé sur le blog 345D le 14 juin 2012.

Lien Permanent pour cet article : http://345d.fr/tu-me-tues-mais-je-taime-2/

(5 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Energi63

    Superbe!
    C’est tellement simple et évident avec toi, Laurent.
    Reste plus qu’à transposer cette simplicité dans la Vie.
    Et vous savez quoi?
    Et bien, j’ai l’impression que j’y arrive de mieux en mieux!.
    Merci, merci, merci!

    1. violette

      MERCIIIIIIIII!!! Magistrale Laurent…j »adoreeeeeeeeeeeee!!!! 😛 😛 😛

  2. Pierr'Un

    Tu es un vrai et grand poète, mon cher Laurent. Dans ta prose je vois fleurir et s’enraciner ta lumineuse FLEUR BLEUE

  3. magaly

    oui laurent ,
    tout a fait juste , sa fait du bien de relire tes articles , de tant en tant ,

    Proverbe
    Ont vas toujours voire s’y l’herbe et plus verte ailleur , jusqu’au jours ou ont s’apperçois que c’est du syntetique .
    biz biz a tous

  4. Monique

    Allons nous servir au buffet : Cest gratos pour la st Valentin ! 😈 😈 😈

Les commentaires sont désactivés.

«

»