«

»

Imprimer ce Article

Travailleur, Artisan ou Guerrier de Lumière ?

 guerrierÇa va être de plus en plus bizarre, car de plus en plus de gens vont se découvrir être des “quelque chose” de la Lumière. Ça va fleurir sur les blogs et dans les discussions de café comme un truc normal.

D’un certain côté, c’est tant mieux, mais d’un autre ça va être le foutoir, car les mots “spirituels” vont vraiment être mis à toutes les sauces au point que les prétendants à l’illumination vont prendre des vessies pour des lanternes…

Je rappelle qu’une vessie prise pour une lanterne, ça ressemble à une citrouille dans laquelle on met un cierge. Cette espèce de fête américaine n’a pas perduré sur le vieux continent, car on ne voyait pas bien le pourquoi de mettre la sorcellerie au premier plan.

Bref, l’ancien “nouveau continent” est bien en proie à ses démons, et dans la vieille Europe on a déjà donné lourdement concernant le bas astral. On aspire à quelque chose de plus gentil, beau et harmonieux…

Cela n’empêche qu’au fur et à mesure que nous entrons dans le Nouveau Monde, nous allons voir apparaître des illuminés de première qui, forcément, seront en contact avec les meilleures entités du moment.

Quand je vois déjà la faune qui se développe actuellement, on va vivre de grands moments d’égarement, d’illusions et surtout de confusions mentales. Bref, la lumière se fera sombre pour beaucoup…

Je vous propose donc de faire rapidement un tour de la question en commençant par ôter le mot lumière… Il y aurait donc les travailleurs, les artisans et les guerriers. Jusque là, on pourrait comprendre que c’est comme dans notre monde d’aujourd’hui.

Il y a ceux qui bossent pour avoir une vie peinarde (les travailleurs). Puis il y a ceux qui voudront y mettre plus de cœur et de créativité (les artisans), tandis que les guerriers seront là pour assurer une “sécurité”.

Je vois donc régulièrement dans les commentaires quelques travailleurs qui me disent que je fais un super boulot. Ils me complimentent avec sincérité, et puis ils poursuivent leur vie pour devenir plus lumineux.

Ils sont, de loin, les plus nombreux. Je les adore, car ils représentent “le peuple” pour lequel je donnerais ma vie, d’une certaine façon. Ils sont la Vie, tout simplement, et je suis ravi d’être parmi eux. Ils sont mon repos et ils m’apportent cette tranquillité que j’apprécie tant.

En effet, vous l’aurez compris, je fais plutôt dans le guerrier. Je tranche, je coupe, je baffe et passe mon chemin. Pas vraiment de maison, de femme, de gosse, de jardin et de pelouse à tondre…

Je suis le chevalier roulant dans sa Kangoo. Je vais là où il faut aller, comme en croisade, comme un truc qui se trouve partout et nulle part. De lieux en lieux, de places en places, je dégaine à coup de conférences privées ou de petits papiers électroniques pour dire que je suis toujours vivant…

Un truc me pousse à aller de l’avant. Probablement des blessures comme on en reçoit sur les champs de bataille de l’expérimentation. Elles sont là, bien présentes, comme un rappel lors de chacun de mes mouvements.

Une cicatrice par-ci, une par-là, et surtout ce qu’il y a en dessous et qui me fait mal quand je bouge. Grâce à elles, je sais pourquoi je me bats, et surtout elles me font prendre conscience de mes limites et de mes espoirs.

Sans elles, je ne serais qu’un vague soldat ne sachant plus pourquoi il doit aller au front de l’illusion. Un guerrier de Lumière est d’abord quelqu’un qui a pleinement conscience des coups des forces de l’ombre…

Il connaît bien la ruse des forces de l’ombre car, très probablement, il en a fait partie et puis s’est repenti. Parce qu’il sait, parce que ses cellules le lui rappellent, il est animé d’intentions véritables.

Il offre sa vie, ses respirations, sa force et son intelligence pour réparer. Parce qu’il a connu l’obscurité, la séparation d’avec La Source, il est animé d’une foi qui semblerait inébranlable, inépuisable et insondable.

En réalité, derrière sa carapace se cache un être d’autant plus sensible que sa douleur a été profonde. Le guerrier de Lumière est avant tout un être conscient de ses limites et, s’il va au front, il aura la sagesse nécessaire et suffisante pour savoir quand il faut battre en retraite.

Il est là pour apporter cette paix dont les travailleurs et les artisans de lumière ont besoin pour être eux-mêmes. C’est en cela que, régulièrement, certaines personnes viennent lui donner des leçons.

Autant les travailleurs sont dans la gratitude d’être en présence d’un guerrier, autant les artisans, pour un certains nombre d’entre eux, feront dans le jugement et surtout le dénigrement du besoin des guerriers de lumière.

En effet, les artisans, comme le nom l’indique, sont des gens qui grattent, qui sculptent le quotidien, car ils veulent apporter plus de beau, plus d’intelligence, plus de quelque chose de divin.

C’est une tâche noble de vouloir améliorer ce monde. Ils sont donc souvent portés à se mettre au-dessus du “peuple”, car ils sont convaincus que ce qu’ils font est ce qu’il y a de meilleur. C’est tout à leur honneur.

Ils parlent donc dans un langage spécialisé, souvent incompréhensible du peuple, car cela leur donne une contenance. Ils vous parlent de votre karma et de comment le résoudre.

Ils vous trouvent mille et une méthodes pour vous nettoyer, vous soigner vos corps autant physique, énergétique, émotionnel, mental ou spirituel. Ils savent tout sur tout et admettent rarement qu’ils sont à côté de la plaque.

Bref, vous l’aurez compris, leur ego prédomine celui du peuple ou des guerriers de lumière. Ils en sont parfois imbuvables, mais bon, sans eux, on ne pourrait pas savoir que l’on a des blessures intérieures dont il faut impérativement se débarrasser.

Ils auront donc vite fait de vous monter le chou à propos de l’un de vos comportements qu’ils trouveront préjudiciable à la communauté, si ce n’est pour vous-même. Bref, ils se sentent investis d’une mission de réparation…

D’habitude, leur proposition sera rarement gratuite et vous en serez quitte pour revenir régulièrement les voir, tant nous sommes chargés de karma, de mauvaises énergies et le tutti quanti.

En clair, les travailleurs continueront à se faire tondre pour la bonne cause, tandis que les guerriers de lumière se verront remis en cause pour ce qu’ils font. C’est vrai que c’est pas beau la guerre !

Or, ce qu’ils oublient, c’est qu’ils ne peuvent s’épanouir et faire du business que dans un pays en paix… Car là où il y a la guerre, les moutons du peuple des travailleurs sont en repli au niveau du portefeuille…

Dit autrement, s’ils savaient ce que veut dire aller au front de l’inconnu, en face de ses véritables peurs et de se lever de tout son être pour ne plus accepter la pression de l’ombre, ils comprendraient mieux ce qui anime un guerrier de Lumière.

Ils comprendraient que c’est précisément la fameuse “blessure” qui fait qu’un guerrier bouge son cul… Ils comprendraient que c’est précisément le nombre de cicatrices qui fait la valeur du guerrier.

Qui aurait confiance dans un guerrier n’ayant jamais été au combat, et donc au bout de lui-même, de ses forces et de ses convictions ?

Alors, que l’artisan de Lumière comprenne que ici, sur Urantia, on n’est pas dans un monde de Lumière parfait, puisque si c’était le cas, il n’aurait personne à réparer et donc à y faire son business.

Alors qu’ils fassent leur job en répondant aux attentes des “Travailleurs” et qu’ils gardent leurs commentaires à propos des “Guerriers”, car ces derniers, surtout en cas de fatigue lourde, risqueraient de perdre leur retenue.

Un “Artisan” est loin d’avoir poussé ses limites aussi loin qu’un “Guerrier”. Il ne voit donc que la surface et il confond un feu de forêt avec la rivière de lave qui a provoqué le feu de forêt.

On éteint un feu de forêt mais on ne peut arrêter la lave du volcan. Seule leur ignorance de la nature véritable de la lave leur fait croire qu’à coup de méditation et de toutes techniques quelconques on peut arrêter les forces brutes de la Vie.

Bref, je voulais donner ici un petit aperçu que, même si nous sommes tous incarnés dans un corps humain plus ou moins identique, il se cache à l’intérieur 3 natures distinctes où chacune a sa place.

Les trois sont interdépendantes, et si l’une ne fait pas son job, les deux autres ne pourront fonctionner correctement. Souvent, lors du périple sur le chemin de l’éveil, on découvre que derrière le Travailleur de Lumière, il y avait un Artisan de Lumière qui découvrit qu’il était un Guerrier de Lumière.

Nous sommes inséparables et indissociables. Seule notre conscience sur l’avancement de notre propre chemin nous fera découvrir qui nous sommes véritablement.

Et je peux vous dire, que chaque entité incarnée ici sur Urantia est loin d’être l’enfant de cœur qu’il pense être. D’après vous, aurait-on envoyé des branquignoles dans l’expérimentation la plus tarée de tous les Univers ?

Laurent DUREAU

Article paru à l’origine sur le blog 4D5D le 21 juillet 2012 et réactualisé sur le blog 345D le  3 août 2012.

Lien Permanent pour cet article : http://345d.fr/travailleur-artisan-ou-guerrier-de-lumiere/

(3 commentaires)

  1. Christianejoelle

    J’adore ta conclusion !!!

    D’après vous, aurait-on envoyé des branquignoles dans l’expérimentation la plus tarée de tous les Univers ?

  2. Nicole.A

    Magnifique!
    Quels éclaircissements précieux pour avancer sur ce chemin vers la lumière.
    Merci Laurent.

  3. itier christophe

    merci laurent, même si je me sens guerrier dans l âme, parfois je me sens seul dans cette obscurité de la 3d ,j apprécie grandement de lire et de rencontrer d autres guerriers remarquables, c est encourageant

Les commentaires sont désactivés.

«

»