«

»

Imprimer ce Article

Tais-toi et regarde !

 tetardIl est impressionnant de voir comment l’humain s’est volontairement mis dans le bourbier émotionnel et matériel. Certes, cela avait une raison hyper valable mais, comme d’habitude, on a fait du zèle !

En effet, la particularité du terrien que nous sommes est d’être un rebelle totalement hors norme. D’ailleurs, c’est à ce titre que nous nous sommes retrouvés sur cette planète.

Dans Origine et histoire de l’âme humaine 1, j’ai écrit que notre âme et celle de la terre ne faisait qu’une. C’est vrai tout en n’étant pas totalement vrai… Ce qui est vrai, c’est que nous appartenons tous à l’âme collective appelée humanité.

Il y a donc une affinité toute particulière entre la Terre et l’humanité. C’est la même chose que nous disons à la maternelle aux enfants. On leur dit qu’il y a des minéraux, des végétaux, des animaux et des humains.

Faire partie de la famille des animaux est une chose, mais cela n’implique pas que tous les animaux sont identiques. Il en est de même pour les humains. Ils sont compatibles entre eux génétiquement parlant et cela prouve qu’ils ont une même origine “biologique”.

Par contre, leur origine, en tant qu’âme, ne suit pas tout à fait le même chemin. En effet, dans l’univers que nous connaissons, il existe des infinités de formes de vie différentes qui suivent des règles précises d’évolution.

En cela, il y a un Grand Constructeur qui, aidé par des myriades de volontaires, s’amuse à exercer sa créativité tous azimuts pour découvrir qui il est. Il y a donc des pistes d’explorations diverses et variées, et nous appartenons à l’une d’elle.

Comme toute invention, elle n’apparait pas spontanément de nulle part en un claquement de doigts. Ça, c’est pour les gosses à la maternelle que nous sommes qui veulent croire que “Dieu” est un magicien hors pair.

D’une certaine façon, c’est vrai (puisque le temps n’existe pas) mais d’une autre manière, il y a eu des milliards de bonnes volontés pour construire le monde que nous connaissons.

Notre biologie actuelle avec ses 6 plans d’évolution est l’œuvre de 6 technologies différentes issues de 6 civilisations ou voies d’expressions.

Forcément, ces civilisations n’habitent pas la Terre puisque cette dernière est le labo (la cage) où se déroule l’expérience. De ce fait, nos “parents” se verront étiquetés par le label “ExtraTerrestre”. Logique, non ?

Pour assouvir votre curiosité (caractéristique de l’humain parce que les animaux s’en foutent, ainsi que toutes les plantes et les minéraux), voici la liste de nos géniteurs qui sont à l’origine de notre code génétique.

Ils sont des Pléiades, de Sirius, d’Antarès, d’Arcturus, d’Orion et d’Andromède. N’étant pas partis de rien, ils se sont contentés de prendre le meilleur chez chacun d’entre eux afin de faire un super guerrier de lumière.

Nos parents sont donc globalement du type androïde et présentent donc des similarités plus ou moins importantes avec notre physiologie. Des variantes existent mais cela, nous le découvrirons quand nous regarderons avec amour ce qui vient de l’extérieur de la “cage”.

En effet, pour des raisons de manipulation, quelques “faux dieux” font tout pour nous faire croire qu’un E.T. est forcément un méchant qui nous veut du mal et qu’il n’est pas assez intelligent pour vaincre l’humain avec ses balles en plombs et ses avions pas vraiment rapides incapables de s’arrêter en vol, de tourner à 90° ou tout simplement de quitter l’atmosphère.

Bref, je vous la joue Stargate car c’est vraiment le cas ! Bref, devant la bérézina qu’est devenue l’expérience humaine, un certain nombre se sont retirés du suivi du projet humain, tandis que d’autres essaient de rafistoler le tout pour se faire pardonner.

Sans aller dans le détail, nos “parents” sont en train de revenir vers nous, car nous sommes à la veille d’une transformation radicale. C’est du style du têtard qui devient grenouille.

En effet, le têtard (le “t’es en retard”) nage en pleine mare émotionnelle et en a singulièrement marre de nager dans ses propres cochonneries. La mare est devenue subitement trop petite depuis la “mondialisation”.

Bref, la cage étant devenue une poubelle hautement toxique, quelques têtards ont pris de l’avance et se sont transformés en grenouille alors qu’ils ne s’y attendaient pas. C’est le miracle de l’ascension !

Enfin la grenouille va pouvoir monter sur l’échelle pour indiquer la météo. Cette dernière sera donc intrinsèquement liée à notre capacité à nous relier aux étoiles, et surtout à ceux qui désespèrent depuis si longtemps !

Nos frères les Pléiadiens sont donc en première ligne actuellement, car ce sont eux qui ont eu la charge du plan n°4 (rappelez-vous les 6 lignes de mes schémas) qui correspond au chakra du cœur.

Il faut dire qu’il en faut un paquet de cœur et d’amour pour nous sortir du merdier mental et égotique dans lequel nous sommes coincés. Nos copains d’Andromède ne pensaient pas qu’on allait autant utiliser le super microprocesseur binaire qu’ils nous ont fabriqué avec une telle assiduité.

Bref, et en clair, nos parents géniteurs se sont remis autour de la table des discussions pour réactiver leur projet devant les quelques têtards inattendus qui ont muté pour et vers un monde meilleur.

Donc, sous le feu nourri d’un rayonnement qui va remettre tout le monde d’accord (la remise des compteurs à zéro par le Grand Soleil Central), l’expérience est en train de renaitre de ses cendres.

Comment cela a-t-il été rendu possible ? La réponse est simple et évidente… Chaque civilisation a gentiment envoyé quelques bataillons de kamikazes dans la cage. La Terre s’est donc trouvée en présence de plusieurs types d’âmes ayant déjà bien vécu (expérimentées dirons nous) avec la flopée de nouvelles âmes qui étaient spécifiquement dédiées à l’expérience humaine.

En résumé, parmi la grande masse de nouvelles âmes, il y a eu des taupes placées pour savoir ce qui se passait dans la cage. En clair, c’était comme des marqueurs “radioactifs” qui permirent de lire l’état de l’évolution humaine.

Bon an, mal an, ces vétérans se réincarnèrent au même titre que les humains d’origine. Ils en apprirent les souffrances, les limitations et se chopèrent aussi toutes les maladies. Bref, ils devinrent des cicatrisés spécifiques.

En effet, il y a une différence entre celui qui n’a pas de mémoire et celui qui en a déjà beaucoup. Le premier se prend une baffe et se dit que c’est intéressant, et donc il ira en balancer une à son copain histoire d’avoir expérimenté les deux côtés de la chose, tandis que le second prendra cette baffe très au sérieux parce que lui, avant, il a connu la caresse dans un autre espace-temps.

Ceci est juste un petit aparté pour faire comprendre à certains d’entre vous qui me lisez que tout le monde n’a pas la même histoire à son actif. Alors d’après vous, avec qui vont commencer à causer nos ‘parents” de l’espace ?

Eh bien, vous l’aurez compris, ce sera avec ceux qui auront su se sortir de la mare en devenant des grenouilles… Il est clair que seuls ceux qui ont déjà été des grenouilles pouvaient savoir au fin fond d’eux-mêmes qu’en suivant leur petite voix, ils allaient découvrir un autre monde.

Quant au têtard de base, lui, il ne pense qu’à remuer de la queue tout en se prenant pour une grosse tête. C’est vrai que même dès notre origine, nous avons tous été des spermatos d’abord avec papa, puis ensuite avec maman…

Je dis tout cela avec humour, mais c’est d’une vérité absolue et surtout très “sérieuse”. En effet, c’est en pénétrant dans l’ovule du cœur que nous pouvons devenir une grenouille avec des petits pieds, puis des petites mains, puis…

Donc, sortir de la mare aux têtards, c’est d’abord vouloir autre chose. C’est vouloir voir ailleurs, car nous savons qu’un ailleurs est possible. Des millions de spermatos (papa est généreux !) rêvent d’un monde meilleur, d’un monde divin mais peu s’en donnent les moyens !

Nous sommes ici, maintenant sur Terre parce qu’il y a eu au moins un spermato qui a su aller au bout de ses rêves. Il a pu s’éclater grâce aux retrouvailles de son complémentaire, et puis ensemble ils se mirent à développer un truc bizarre qui n’avait ni queue ni tête (au départ) mais c’était ainsi.

Nous sommes tous des grenouilles qui, le soir de pleine lune, coassent intérieurement pour prier les “Dieux” de remplir notre cœur d’un élan de gratitude envers leur formidable idée de nous avoir créés !

En écoutant notre petite voix, nous ne faisons que capter les messages qu’ils nous envoient et ils nous disent : “Allez les petits, sortez les mimines et aventurez vous sur la plage de la connaissance, car nous avons mis les serviettes et les couverts pour un festin divin.”

Je vais donc vous donner un tuyau pour faire que votre parabole intérieure puisse amplifier ces messages extérieurs à notre bocal terrien. Nos “parents Pléiadiens” nous disent d’aller dans notre cœur pour établir la communication avec eux, mais qu’est-ce que cela veut dire pour un mec ?

En effet, les femmes ont déjà cet énorme avantage d’être dans le cœur, mais il leur manque généralement le discernement. En clair, elles reçoivent le message mais il n’est pas décodé tant il est noyé dans plein de choses. Alors elles pleurent sans savoir pourquoi… Ça nettoie quelque chose mais on ne sait pas trop quoi…

Pour les hommes, le décodage c’est de l’enfance de l’art, mais il n’y a pas de signal ! Bref, on est tous plus ou moins handicapés. Certains hommes ont quand même pu développer quelques caractéristiques féminines et des femmes réciproquement.

Avec tout ça, on arrive quand même à reconstituer les messages originaux mais c’est un peu long. Donc, pour décrasser la parabole du cœur et décoder un peu mieux les grésillements qui nous étreignent, voici l’astuce du jour…

Pour mieux voir avec le cœur, il faut commencer par mieux voir avec les yeux. Or, pour mieux voir avec les yeux, il faut commencer par mieux voir avec notre tête ! Or, mieux voir avec notre tête, c’est d’abord virer les émetteurs de pensées (comme pour les téléphones portables) qui brouillent largement les signaux captés par les yeux.

En clair, en comprenant que le positif-négatif, que l’ombre-lumière ne sont que la même chose s’exprimant de deux manières différentes, il vous faut arrêter de juger. On arrêtant le programme du jugement, vous allez découvrir une autre vision des choses.

En redonnant une fluidité à votre regard, vous redonnez une fluidité à l’énergie de ce qui EST et lui permettez de se révéler à vous.

Cette fluidité engendrera en vous humilité et tolérance. Regardez sans poser aucun jugement. Acceptez ce qui EST en essayant seulement de ressentir ce qui se passe en vous.

De cette façon, il viendra à se révéler en vous des choses qui, par résonance, vous feront prendre conscience de ce que vous êtes. Ouvrir son cœur, c’est d’abord fermer la porte du jugement afin d’être.

En désactivant le jugement, vous désactivez le paraître.

Fort de ceci, je vous propose d’en faire l’expérience le plus tôt possible, mais aussi le plus souvent possible. En acceptant ce que vous voyez, vous vous permettez d’être le parent qui regarde affectueusement l’enfant.

Vous comprenez que c’est un jeu. Un jeu de rôle où l’un dit “C’est pour de vrai”, tandis que l’autre dit “C’est pour de faux”. Ni l’un ni l’autre n’ont tort ou raison, car c’est un jeu ou une pièce de théâtre.

Grâce à ce regard nouveau, vous allez découvrir où se dissimule l’amour et combien il est là, partout. Les faux-pas du têtard vous sembleront alors un mouvement de grâce, car vous ne verrez plus la maladresse mais l’envie du têtard à se tortiller le derrière pour mieux avancer.

Votre regard deviendra compatissant et sera ressenti comme enveloppé d’amour, de tendresse et de compassion. Un regard amusé est souvent un regard provenant d’une paix intérieure, d’une sérénité retrouvée.

Quand on voit les bébés à quatre pattes tortiller de la couche-culotte pour atteindre une destination où une prochaine bêtise les attend les bras ouverts, on redécouvre ce que l’on a été.

On redécouvre l’innocence, l’insouciance et la volonté d’essayer des trucs, même si la couche-culotte déborde de nos anciennes beuveries biberonnesques et que l’on a le derrière tout rouge de honte.

Assis dans ses propres “emmerdes”, un simple grand sourire montrant 4 malheureuses dents de futur prédateur suffit à attendrir le moindre parent ayant retrouvé la fluidité de son regard.

Ouvrir son cœur est aussi simple que cela. Le faire vis-à-vis de tout ce qui nous entoure est LA porte d’entrée d’un nouveau monde, et donc la porte de sortie de l’ancien…

Les Pléiadiens nous regardent par la fenêtre de leur cœur, tandis que les autres concepteurs attendent de mesurer sur l’échelle de l’amour la météo des petites grenouilles qui hurlent aux autres têtards qu’il fait beau sur les plages de la félicité…

Laurent DUREAU

Article paru à l’origine sur le blog Booster Votre Influence le 6 mai 2009 et réactualisé sur le blog 345D le 13 septembre 2012.

Lien Permanent pour cet article : http://345d.fr/tais-toi-et-regarde/

(2 commentaires)

  1. Nicole.A

    Merci Laurent,

    On ne voit bien qu’avec le cœur.

  2. florence

    dis Laurent, c’est normal quand tu fais un sourire à quelqu’un qu’il te demande ce qui te fait sourire ou alors carrément si t’es pas en train de te moquer ??

Les commentaires sont désactivés.

«

»