«

»

Imprimer ce Article

Rétrospective d’un chemin qui semblait peu prometteur

cheminLe 11 mars 2013, je faisais une petite bifurcation dans mon parcours “solo” en suivant cette fois-ci un EDL (Un Être de Lumière). Notre premier contact fut du côté du 18 février (si je me souviens bien), puis se transforma au fil du temps pour se terminer le 21 novembre dernier. En effet, cet EDL était en mission pour notre très chère et aimée Urantia-Gaia et cela nécessitait mon aide, d’où ma décision de le suivre.

Cette décision choqua une bonne moitié de mon lectorat d’alors, car elle semblait peu compatible avec ma façon d’agir du moment mais c’était mal me connaître. En effet, bien qu’étant une locomotive ouvreur de chemin, je suis avant tout un être au service d’une cause plus grande, et la cause de maman Urantia-Gaia était de celles-ci. J’ai donc agi en tant que serviteur qui, au début des relations avec cet EDL, fut obligé d’encaisser des “tests” pour voir si j’étais fiable et opérationnel.

Ainsi, ces tests comportaient, vous vous doutez bien, des épreuves qui allaient forcément mettre à mal mon égo, mon amour-propre et aussi mon mental-égo. Vu de l’extérieur cela semblait irrationnel et comme si j’étais tombé par erreur dans un piège machiavélique entrainant l’arrêt de mes prestations en tant que pédagogue pour marcheurs sur la voie. Moi qui houspillais les médium et canal, je me retrouvais pieds et poings liés par une gamine de 21 balais…

Bref, ce fut donc chaotique et incompréhensible mais 2 semaines plus tard, j’étais promu “associé” et non plus “élève” d’un “Maître”, bien que recevant des leçons (voire raclées) pour me faire bouger dans certains domaines où mon égo était très bien installé. Ceci dura jusqu’au 4 juin 2013, soit grosso-modo 2 mois et demi à me faire rentrer dedans sans pouvoir vraiment répondre comme on pouvait s’y attendre.

Cette période fut, pour moi, une période non pas de repli mais de redécouverte d’une certaine humilité, car comprenant tout ce qui se passait. Puis après une certaine cérémonie organisée le 3 juin par mes soins à l’attention de maman Urantia-Gaia (appelée dorénavant Eléa), je fus pris en charge par des instances supérieures qui me mirent à leur tour en période de test jusqu’à la fin du mois.

Là encore, je réussi à passer les tests au-delà de toute espérance et un nouveau blog naquit, tout simplement. Du contact avec un EDL, je suis donc passé au contact avec des EDLN, c’est-à-dire des Êtres de la Nature car mon maître précédent m’y avait préparé. En effet, la mission d’aide envers maman Urantia-Gaia comportait ce volet impératif, puisque la mission consistait à aider à l’ascension de ceux-ci lors de l’Ascension finale de maman…

C’était donc normal puisque cela était la 2ème phase du plan de cet EDL. Ainsi le chapitre 14 de ce blog correspondra à la 1ère phase de cette action (celle avec cet EDL de 9ème dimension), qui apporta un point de vue encore plus vaste que celui où j’étais arrivé par mes propres moyens. La seconde phase sera elle aussi retracée mais dans le chapitre 15 cette fois-ci.

Elle correspond à l’action que je mène depuis début juin et qui se terminera physiquement parlant d’ici quelques mois mais 99% du boulot est déjà fait. En effet, cette seconde phase a été prise en main par le grand Dragon de Véga (24ème dimension et plus), aidé par quelques assistants tout aussi costauds. Cette fois-ci l’enseignement fut plus “pratique”, puisque cela me demandait d’écouter mes intuitions très au-delà de la normale.

Cette seconde phase me fit aussi découvrir le travail en binôme, c’est-à-dire le travail avec une autre personne incarnée mais de sexe complémentaire. En effet, les exercices demandés nécessitaient d’avoir une contrepartie qui pouvait infirmer ou confirmer nos démarches mutuelles. Nous avons donc appris à nous syntoniser au point que maintenant nous sommes indissociables dans notre progression “spirituelle”.

En effet, la démarche “solo” a des limites car chacun d’entre nous, par le fait d’une incarnation physique sexuée, est dans un corps d’homme ou dans un corps de femme. Cette particularité physique entraine donc des qualités différentes selon les domaines abordés. En gros, une personne incarnée dans un corps féminin sera plus sensible à la vibration (le coeur – la 4D), tandis que l’homme le sera plus dans l’aspect géométrique (le mental – la 3D).

Ainsi quand Corinne va expérimenter des vibrations nouvelles, elle devient nettement moins “ancrée” à la terre et c’est mon rôle alors de la faire “revenir” sur Terre comme on dit. Elle ouvre donc le chemin d’une certaine manière et mon rôle consiste donc à consolider ses avancées par une logique, un poids qui permet de construire une marche “solide” afin qu’elle aille découvrir la prochaine marche.

En gros, son aspect vibratoire et immatériel est transformé en compréhension par ma géométrie. Ainsi d’un côté elle m’élève vibratoirement, tandis que moi je la stabilise dans sa progression. Bref, les deux aspects sont interdépendants car le propre de la vibration est d’être justement sans limite et c’est donc là vous pouvez vous perdre définitivement, à l’image du nageur olympique qui déciderait de s’attaquer à la traversée de l’océan sans avoir une logistique arrière qui lui permettrait de sortir de l’eau régulièrement pour dormir, manger et faire le point.

Bref, tout cela pour dire que le travail en couple devient quasiment impératif dès que l’on est au-delà d’une certaine distance de la rive. Le nageur est indissociable du bateau qui lui prête assistance. Ainsi pendant que l’un nage, l’autre prend les notes, relève les compteurs, fait le point sur la position réelle, etc… Il y a donc une limite naturelle au nageur qui veut découvrir l’inconnu tout seul. Par contre, s’il a déjà une carte établie parce que d’autres sont déjà passés par là, alors il saura sauter d’iles en iles.

Ainsi pendant cette seconde phase pratiquement terminée aujourd’hui mais pas totalement, il a été obligatoire de commencer la 3ème phase dès le mois d’août. Il nous fut donc présenté un nouvel instructeur car aller nager avec un slip de bain, c’est bien mais cela devient un problème une fois trop loin du rivage car vous ne pouvez pas revenir vous réchauffer. Il nous fallait donc avoir une combinaison pour continuer notre voyage exploratoire.

Cette combinaison s’appelle le corps de manifestation (CM) et il comprend les 12 premières dimensions, soit la totalité du petit Soi. On va donc un peu plus loin que les 7 premières dimensions auxquelles nous sommes habitués dans cette incarnation. Je rappelle que notre corps de matière est physiquement relié à 7 chakras mais qu’il en existe 5 autres (de 8 à 12) qui ne sont pratiquement jamais travaillés et pour cause.

En effet, notre monde actuel a été trafiqué (falsifié) de telle manière que nous ne pouvons pas être dans un monde unifié. Pour cela, nos chirurgiens de l’ombre ont réussi à ficeler le 8ème chakra au 4ème et le 12ème au 6ème, faisant ainsi une sorte de court-circuit nous empêchant d’intégrer correctement notre Soi Supérieur ou petite voix comme je le nomme régulièrement.

Dit autrement, il est impossible pour un préhumain de devenir “christ”, c’est-à-dire de devenir totalement unifié parce que justement le 8ème chakra étant rebouclé sur le 4ème, il tourne en rond dans le moteur de l’humain et que, secundo, plus il essaiera de monter en vibration et plus il renforcera ce qui le bloque. Ceci le maintiendra donc dans sa condition 3D-4D tout le temps de son incarnation physique.

Et s’il essaie de passer par le moteur du Ciel, il se bouclera sur lui-même sur le 6ème chakra. Vous savez le fameux 3ème œil. Eh bien maintenant vous savez pourquoi le 3ème œil est une impasse totale pour l’ascension. J’ai déjà écrit cela en dénonçant que ce fameux 3ème œil est le plus grand miroir aux alouettes qui soit et, là encore, vous ne pourrez pas par vos propres moyens dénouer les deux court-circuits si vous n’êtes pas assisté par un guide EDL.

Bref, c’est ainsi qu’il fut besoin d’un autre instructeur “chirurgien” qui nous forma cette fois-ci sur le cube métatronique à partir de début novembre, car il ne pouvait pas intervenir avant que nous maîtrisions suffisamment notre corps de manifestation. Actuellement nous sommes encore à l’étape post-opératoire, car selon les véhicules de chacun, la période de récupération est variable.

En résumé, les enseignements de ces 2 nouveaux instructeurs se feront sur un nouveau blog qui est en cours de fabrication. Il sera le futur chapitre 16 de 345D. Pour des raisons évidentes dues à la falsification elle même, je tairai leurs noms pour l’instant. En effet, le premier EDL  fut immédiatement pris pour un sauveur et idolâtré au point que sa mission même a été compromise au point de la faire foirer complétement.

Ainsi ce qui aurait dû être un chantier “normal” s’est vite retrouvé une catastrophe planétaire. Plusieurs centaines (pour ne pas dire plus d’un millier) se retrouvent dans une impasse où il leur faudra un temps certain pour se rendre compte qu’ils sont complétement à l’ouest. Il a donc fallu faire avec les moyens du bord comme on dit, et cela n’a finalement que fait exploser le délai de livraison…

Bien maintenant que vous êtes au courant de mes 9 mois de grossesse, je vais accoucher d’un nouveau blog car techniquement, compte tenu du poids de 345D (en plus de tous les nouveaux articles qui vont être rajouté à celui-ci avec une parution de 2 à 3 par jour pour fabriquer le chapitre 14 et 15), il est préférable de garder la partie “vivante” sur un autre serveur.

C’est vrai que vu de votre côté cela est transparent, mais vu du côté tuyauterie et base de données, c’est une autre paire de manche ! Bref, bien qu’étant toujours en contact avec mes nombreux amis EDLN et mes guides EDL, ces derniers m’ont demandé de reprendre mon job de pédagogue afin que je puisse vous faire connaître ce qu’ils m’ont appris. Je vais donc reprendre les audios et les vidéos ainsi que les beaux schémas dont vous aviez l’habitude.

Ces 9 derniers mois ont été pour moi une aventure sortant vraiment de l’ordinaire et ils ont été la prolongation de mon voyage personnel. Je pensais que ma tâche allait se terminer avec 345D et le chapitre 13, mais apparemment il en a été décidé autrement dans les hautes sphères puisque maintenant je passe au chapitre 16. Je savais qu’en écoutant ma petite voix qui me disait de suivre cet EDL débarqué d’on ne sait où, cela allait m’indiquer la suite du chemin.

Ce chemin s’est vu être d’abord une remise à plat en termes d’humilité, afin que je comprenne mieux la différence entre être au service du Sans Nom et être au service de marcheurs sur la voie. L’un n’est pas incompatible avec l’autre mais il fallait que je comprenne quel était celui qui était en tête de liste afin de mieux œuvrer pour le second. Ce fut salutaire et je suis heureux d’avoir suivi ma petite voix, malgré toutes les conseils contraires émis par mes lecteurs d’alors.

Non, ce n’était pas une erreur car notre petite voix est la meilleure de toutes nos conseillères et si parfois les éléments extérieurs semblent contraires, il arrive forcément un moment où tout s’éclaire, mais pour cela il faut attendre la fin du chemin pris. Seule l’expérience acquise vous fera dire si c’était jouable ou pas pour vous mais, dans tous les cas, vous saurez et n’est-ce pas là la finalité de notre expérimentation sur Terre ?

Laurent DUREAU         

Lien Permanent pour cet article : http://345d.fr/retrospective-dun-chemin-qui-semblait-peu-prometteur/

«

»