«

»

Imprimer ceci Article

Qui veut encore sauver son âme ? (2)

ame-zoziauOn a vu, lors du précédent article, que la confusion entretenue entre notre frère atomique et notre âme est bien la source de nombreuses incompréhensions qui font que nous nous auto-alimentons en noirceurs…

En effet, il y a une autre facette dont je n’ai pas encore parlé et qui, justement, nous dit aussi le pourquoi de l’impossibilité de sauver notre âme. Même en remontant dans vos mémoires, vous verrez que personne n’a pu le faire, même les super reconnus “initiés”…

On ne peut sauver quiconque, et encore moins ce qui n’existe pas. Oui, votre âme, vous savez cette vessie inventée par la religion pour vous flouer dans votre recherche de vous-même, hé bien, vous n’en avez pas une qui vous appartient.

Aucun préhumain n’a d’âme mais chacun a un frère atomique, ça c’est sûr. Alors, vous attendez sûrement que je vous dise pourquoi vous n’avez pas d’âme individuelle.

Hé bien, c’est simple à comprendre. Vous êtes comme le moineau (l’ange) qui, en s’incarnant sur Terre, a été obligé de traverser l’astral très lourd et très dense de l’humanité. Ce fameux pétrole dont je parle dans l’article précédent.

Alors d’abord, ce pétrole ne vous appartient pas, même si vous l’avez sur le dos. Donc tout ce que vous pensez faire avec reste de l’ordre de l’illusion. D’après vous, sur quoi règne votre mental-égo ?

Il faut bien qu’il vous fasse peur pour vous mener par le bout du nez, n’est-ce pas ? S’il n’y avait pas cette tromperie, il ne pourrait pas vous tromper et vous faire courir dans l’illusion et la nuit la plus totale.

Ben oui, être un illuminé, c’est tout d’abord avoir mis un coup d’aile sur les yeux pour être sûr qu’on voit bien ce que l’on voit. Il s’avère donc qu’un illuminé, c’est seulement quelqu’un qui voit quelque chose de lumineux là où les autres sont encore aveugles comme des taupes.

Vous avez donc le choix : ou prendre pour argent comptant que votre couche de maquillage sur vos lunettes intérieures est noire (comme le pétrole), ou d’essayer de les essuyer avec la chiffonnette de la pureté.

Ainsi, depuis des millénaires, on nous a mis dans le crâne que l’on était noir de par nature, et ça c’est normal puisqu’on est les enfants du péché. Or, que peut faire un oiseau mazouté qui s’ébroue sinon refaire la peinture en noir autour de lui ? L’égo n’entraine que des problèmes d’égo !

Ainsi, la croyance que le mazout qui nous colle aux plumes est notre fardeau est vraie, mais cela ne veut pas dire que le mazout est nôtre ! Ainsi, le simple fait de croire que l’on peut se démazouter tout seul alors qu’il ne coule que le mazout en nous, s’avère très problématique.

Oui, votre âme, celle que les curés disent la plus puante, la plus sale et la plus indigne, n’est autre que le langage de ceux qui tiennent la pompe à pétrole. Ainsi, d’après vous, pour qui travaillent-ils ?

C’est sûr qu’ils ne travaillent pas pour la lumière, sinon on aurait dû être propre depuis belle lurette. Le simple fait de voir que plus on avance et plus on est dans la mouise démontre que le mazout a une très bonne consistance.

Vous me direz que c’est normal puisque cela enrichit seulement quelques-uns (les actionnaires du pompiste) et puis, bien sûr, le pompiste qui au passage s’en met quand même un peu dans les fouilles de l’égo.

Imaginez qu’il faut dire « mon père » à n’importe quel pèlerin qui porte une bure ? D’ailleurs, pour les reconnaitre, c’est facile car ils ont la couleur de l’emploi, comme tout garagiste qui fait son job.

En effet, avez-vous un garagiste tiré à quatre épingles et avec les mains propres pendant les heures de travail ? Non, ça n’existe pas et vous le savez tout comme moi. Un peintre en noir ne peut être immaculé !

Bref, en revenant à l’info principale, le mazout qui vous colle à la peau ne vous appartient pas à vous, le misérable petit ange qui a voulu s’incarner dans cette marée noire que l’on nomme l’humanité.

Alors, tout ce que vous voyez dans votre âme n’est que le reflet de votre être véritable. C’est sûr que vos plumes ont leurs formes, leur spécificités, mais n’allez pas croire que c’est la forme du mazout qui vous définit.

Un aigle reste un aigle, un moineau un moineau, mais ils sont dans la même marée noire, et donc dans la même merde. Le problème n’est donc pas personnel, mais global.

Autant vous pouvez avoir l’espoir de vous purifier, autant vous ne pouvez à vous seul nettoyer le monde. C’est pour cela qu’il est impossible de purifier votre âme, car elle n’est qu’une infime partie d’un tout qui est très largement au-dessus de vos moyens de nettoyage.

Chacun peut y aller de son petit sac plastique à la main pour ôter ce qu’il peut, mais où allez-vous déposer vos petits sacs ? En effet, vous ne pouvez les mettre ailleurs que dans l’immense marée noire de la Terre devenue une poubelle.

Elle, elle n’y est pour rien, comme à chaque naufrage d’un pétrolier. Elle ne fait que subir et encaisser, car elle a accepté de participer à cette expérience sans précédent. Mais maintenant la partie se termine, maman va prendre sa douche très bientôt grâce à l’aide bienveillante de nos frères de l’espace…

Oui, je vous ai déjà dit que la flotte Intergalactique a décidé de passer au karcher tout l’astral. Ils avaient déjà fait le nettoyage à l’étage (l’astral supérieur) mais, depuis fin septembre 2010, ils sont descendus au rez-de-chaussée (l’astral inférieur) – Dis-moi Soleil, super ton lifting matriciel ! .

Vous comprenez maintenant pourquoi il y a des fois on a l’impression de se prendre un savon physiquement parlant. L’essorage se fait de plus en plus sévère, surtout depuis qu’ils utilisent les rayons cosmiques et cristallins pour nous décrasser (Christ à l’Un ou cristaline, c’est comme vous voulez).

C’est vrai que se faire secouer l’ADN, ça vous remet un gaillard en état, à la seule condition, bien sûr, que ce dernier soit au courant du nettoyage. Apparemment, ce n’est pas le cas pour la majorité des mazoutés…

Bref, si vous pensez encore que vous pouvez vous purifier afin d’atteindre les hautes sphères de la spiritualité, je vous recommande le programme “à sec” afin que vos croyances s’effritent rapidement.

Moi, j’ai pris le programme “vapeur”. Comme on dit, ça vous les cuit, mais ça va beaucoup plus vite. Dit autrement, je ne lis que du texte canalisé en me disant que le reste n’est que du refroidi trop souvent resservi.

J’ai donc arrêté de croire que j’avais quelque chose à sauver, car la seule chose que l’on peut sauver c’est notre espoir et non ce goudron noir de la souffrance, de la peur et de l’incompréhension.

Il y a même des dérivés gazeux coriaces qui s’appellent le doute et l’incertitude. C’est vrai que, lorsque l’on respire ça à pleins poumons, il est normal que l’on tousse fort au point d’en devenir rouge comme un poivron à chaque éternuement. Le seul truc intéressant, c’est que ça vous secoue le thymus à fond !

Comprenez donc bien qu’à chaque fois que vous parlez de votre âme, vous ne faites que parler de l’habit noirâtre qui étouffe votre frère atomique. Vous feriez donc mieux de changer de vocabulaire en étant clair dans votre définition de ce que vous êtes véritablement.

Parlez à votre cœur, ayez le langage du cœur et oubliez le mot âme, car il n’est qu’un très pâle reflet de votre lumière intérieure. Ainsi, foutez-vous littéralement des remontrances que peuvent vous faire les autres concernant votre âme.

Pour les mazoutés de service, il est inenvisageable que vous soyez d’une couleur différente du noir de l’égo. Ils vous diront que vous marchez dans les ténèbres et l’inconscience, et qu’un démon quelconque vous a asservi.

Ils ne font que projeter sur vous ce qu’ils voient dans leurs propres paires de lunettes. Tout corbeau hurle s’il voit un moineau qui fait des virevoltes dans le ciel de l’espoir.

A cet effet, n’avez-vous pas remarqué que l’on ne voit plus qu’eux sur les bords des routes et des champs ? Il y en a partout, alors que tout le reste est quasiment en absence. Cette analogie est tout à fait véridique entre les humains et les corbeaux en tant qu’oiseaux…

La période est sombre, mais le mazout n’étendra pas sa couleur dans l’océan et les plages du Nouveau Monde à venir. Nous, les zoziaux infidèles, avons décidé de prendre notre envol.

Certes, on fait souvent du piqué quand le vent de l’espoir s’essouffle, mais globalement on arrive à tenir la marée comme on dit. Heureusement que régulièrement les embruns du Nouveau monde nous ravivent le cœur.

Je sais, c’est pas évident de faire la navette entre le haut et le bas, entre la 5D et la 3D, mais le temps joue pour nous. Soyez-en certain, sinon on va se prendre des vents de travers pas piqués des vers.

En effet, quand on vole au-dessus ou dans les couches superficielles de la marée noire, nos pensées deviennent encore plus vite réalité. Ne vous a-t-on pas dit que le voile se déchire ? Ne vous-a-t-on pas dit que tout ce que vous penserez se réaliserait encore plus vite ?

Redevenir créateur demande donc de reprendre pleinement conscience que c’est nous qui créons notre propre réalité. Ainsi régulièrement, moi aussi je baigne dans des ras-le-bol pas possibles.

Des fois, la monture traine les pieds, car on nous dit que la ligne d’arrivée est proche, très proche, et on ne voit toujours rien à l’horizon sinon des trucs vagues qui dansent comme des illusions.

Mais bref, depuis que j’ai quitté l’idée que j’avais une âme à sauver, j’ai pu découvrir que c’était un fardeau de moins et non des moindres ! Et puis, vous savez, il existe une maladie de peau due à ce mazoutage : ça s’appelle la culpabilité !

Ainsi, si vous en avez encore de cette culpabilité irritante, cela indique que la couche de pétrole dessus est encore très présente. Secouez-vous alors sans vergogne afin que ces démangeaisons du cœur s’aèrent au vent de l’être.

Lâcher prise donne plus d’aisance dans les virevoltes et on gazouille plus facilement. Voyez, j’écris encore ! Cela est, d’un certain côté, bon signe, car cela veut dire que la nuée de moineaux s’agrandit à mes yeux.

Sinon, pourquoi continuerais-je à écrire des délires. Un moineau chante parce qu’il sent son cœur chanter. Il ne chante pas pour voir si les autres vont aimer ou pas. Il chante, et puis le reste ne lui appartient plus.

Néanmoins, il reste conscient que son chant peut effectivement être agréable à certains et totalement ignoble pour d’autres. Mais bon, ce n’est pas son problème puisque, de toute façon, chacun choisit l’interprétation qu’il veut !

Ainsi, même si le pétrole reste une saloperie en soit, il est. C’est ce que nous en faisons qui fait toute la différence. En cela je veux dire que ce merdier-bourbier dans lequel nous nous trainons depuis des millénaires et des millénaires présente bien des points positifs.

Dans le Nouveau Monde, on en fera l’essence de la sagesse, le gasoil de l’exemple et le super des plastiques. Sinon, d’après vous, qu’est-ce qu’on va glander quand on sera en 5D ?

Laurent DUREAU

Article paru à l’origine sur le blog 4D5D le 10 décembre 2010 et réactualisé sur le blog 345D le 18 octobre 2012.

Lien Permanent pour cet article : http://345d.fr/qui-veut-encore-sauver-son-ame-2/

«

»