«

»

Imprimer ce Article

Que la joie soit avec vous ! (4) : La Paix Intérieure

 Lotus1Précédemment, nous avons vu que la première règle pour être en joie est de s’aimer inconditionnellement, c’est-à-dire reconnaître toutes les parties qui nous composent sans les rattacher à un jugement.

En ne vous jugeant plus, vous serez naturellement moins porté à juger les autres, ce qui sera une très bonne chose pour votre entourage. La seconde règle ou paramètre découle presque automatiquement de la première. Voyons ce qu’il en retourne.

2 – La joie nait d’un sentiment de paix intérieure

Après avoir reconnu vos zones sombres et de les accepter tout bonnement sans jugement, vous pourrez prendre du recul afin de mieux les considérer.

Vous trouverez que certaines proviennent de faits anciens qui vous sont restés en travers de la gorge. Souvent de nature émotionnelle, ces rejets non biodégradés vous pourrissent la vie par leur pestilence, et surtout les myriades de pensées moustiques gravitant autour.

Loin d’aller voir un psy, commencez par découvrir quelles sont les caractéristiques fondamentales que vous pourriez utiliser afin de les transformer en d’autres formes plus bénéfiques.

Par votre lucidité, vous commencerez à faire du tri entre ce qui est changeable et ce qui ne l’est pas. Ne perdez surtout pas du temps et de l’énergie à vous évertuer à changer quelque chose que vous savez inchangeable ou au-dessus de vos forces.

Ce simple tri est suffisant pour apporter une bonne partie de paix « mentale » car il évacue l’insoluble au profit de ce qui l’est. Il s’en dégagera un sentiment de force suffisant pour commencer à entrer en action.

La force de l’action est le catalyseur qui permet d’entreprendre, et donc d’accumuler de la confiance. Elle donne la possibilité de planifier et de mettre en oeuvre des rêves que l’on pensait irréalisables.

Ces rêves, que vous chérissez depuis des lustres et sur lesquels vous vous étiez résigné, plus l’impossibilité de les réaliser se faisait grande et plus vos joies s’estompaient avec ce sentiment.

En effet, vos rêves, ceux qui vous tiennent à coeur, sont en fait les expérimentations que votre âme a envie de vivre. Vos rêves sont vos carnets de route dans cette vie.

Alors, comment faire pour séparer le bon grain de l’ivraie ? En effet, la majorité de nos rêves sont des rêves fabriqués par notre culture, notre éducation, notre style de vie et n’appartiennent pas forcément à notre feuille de route.

Alors, comment faire la différence ? C’est simple. Le rêve fabriqué, quand il se réalise, semble vous donner satisfaction dans l’instant et puis, ce qu’il semblait vouloir donner comme joie est tout simplement absent. Vous avez eu du plaisir mais pas vraiment de la « vraie » joie.

A contrario, le vrai rêve dès le départ, avant même sa réalisation, commence à vous insuffler une force, non pas une envie qui vous pousse à agir pour l’appât de quelque chose mais c’est comme si une main invisible vous poussait dans le dos.

Vous sentez que c’est par là qu’il faut aller mais vous ne savez pas vraiment pourquoi. C’est flou au départ, puis progressivement vous passez de la simple marche au pas de course, pour ensuite monter sur un vélo, emprunter une voiture, un voilier, un avion, voire une fusée.

Vous vous sentez porté et une certaine forme de joie vous envahit. Vous y prenez plaisir sans même vous rendre compte de l’énergie et du temps que vous y passez. C’est comme si vous étiez sur des rails.

Un certain nombre de gens refusent que notre destinée soit écrite et, en cela, ils ont raison et tort à la fois. Ils ont raison sur le plan physique. Il n’est écrit nulle part que vous aurez une BMW noire, un compte en banque bien rempli et que vous allez rencontrer votre âme-soeur à la fête du 14 juillet.

Par contre, là où ils ont tort, c’est d’omettre la destinée de l’âme. Une âme s’incarne pour vivre certaines expériences émotionnelles mais pas pour acquérir des biens ou décider de votre métier et de votre cursus professionnel.

La joie est l’instrument indiquant la corrélation entre les émotions que vous vivez avec la feuille de route de votre âme.

Si vous sentez qu’il vous faut prendre un risque afin de « vivre » quelque chose, l’âme se fout éperdument que ce soit assis sur une moto, accroché à un parapente ou à signer un chèque qui rachètera votre concurrent. Elle veut tout simplement expérimenter cette émotion.

Alors, en paix mentale par la connaissance de ce que vous pouvez changer et ne pas changer, la paix du coeur s’obtiendra par la « communication » que vous aurez avec votre âme.

Ainsi en améliorant votre écoute intérieure, et tout particulièrement de votre coeur, vous augmenterez de ce fait la probabilité de réaliser votre contrat. Le résultat sera un cash flow de joie sans égal.

Laurent DUREAU

Article paru à l’origine sur le blog Booster Votre Influence le 2 juillet 2007 et réactualisé sur le blog 345D le 10 mai 2012.

 

  Fichier mp3 à télécharger

Lien Permanent pour cet article : http://345d.fr/que-la-joie-soit-avec-vous-4-la-paix-interieure/

«

»