Quand nos enfants nous accuseront…

 dev-durable-3Il est vrai qu’à bien y regarder, jamais l’humanité n’a été si proche d’une destruction aussi radicale. Au nom de nos enfants et de l’héritage « naturel » que nous leur laisserons, une vague de Développement Durable secoue les consciences.

Les jeunes s’investissent à fond tandis que les vieux s’en foutent. Eux, ils auront vu plus d’espèces vivantes que leurs descendants n’en verront jamais. Eux, ils sont à la retraite et désirent profiter de la vie au max car avant, ce n’était pas le cas.

Les vieux et les quelques moins vieux, qui n’ont pas viré dans l’écologie depuis 20 ans, se foutent vraiment de ce qui se passe. Extérieurement, ils sont d’accord avec tout le monde mais rien au monde ne leur fera changer leur mode de vie.

Ils en ont trop bavé avant, surtout s’ils viennent après la vague du papy-boom. Les autres en ont profité à mort et eux ils doivent se serrer la ceinture de nouveau. Alors ils se disent, après tout, je ne suis qu’un grain de sable et cela ne va pas changer grand chose.

D’un certain point de vue, ils ont raison mais d’un autre, ils ont tort. Alors, on voyage en 4×4, en mobile-home, en avion et on consomme à fond comme n’importe quel touriste en mal de bien-être. Après tout c’est la vie !

Et puis, certains se rendent compte que les générations d’aujourd’hui sont plus malades, moins résistantes que les anciennes et que le monde est devenu une prison empoisonnée. Maintenant on parle de bio car tout est empoisonné !

Avant tout était bio, alors on n’en parlait pas vraiment. Maintenant, pour faire l’écolo de service ayant des principes de développement durable, il faut manger bio, mettre un récupérateur d’eau pluviale pour les salades et quelques cellules photovaltaiques sur les loupiotes du jardin (pour faire beau la nuit !).

On se donne bonne conscience mais on n’éteint toujours pas les lumières. Les poubelles sont toujours aussi pleines. La climatisation est entrée dans la maison. Le frigo est plus grand, le congélateur aussi. Quant à la voiture, plus c’est gros mieux c’est !

On parle d’énergies renouvelables qui auront peine à juste couvrir l’augmentation de la consommation électrique. On est sincère, on a vraiment pris conscience du danger pour la planète, mais elle est si grande, si vaste, si immense qu’il ne vaut même pas la peine de réduire véritablement son train de vie.

Son steack, ses hamburgers, ses produits laitiers, tout cela c’est normal, sauf qu’en termes de poids, les vaches sur Terre pèsent plus que tous les humains réunis: 2,4 milliards de bovins pour assurer la bonne bouffe. A 650 kg en moyenne l’unité, on voit bien que l’humain n’est pas la race qui prédomine.

Rien qu’en Suisse, la première place pour la pollution en termes de gaz à effet de serre ne revient pas au parc automobile mais à celui des vaches qui broutent paisiblement ! Alors, les spécialistes rigolent un peu quand on leur dit qu’il faut baisser l’émission de CO2 pour les voitures.

D’un côté on va gagner 10%, tandis que l’autre on augmentera par 50% et plus en augmentant le nombre de vache au mètre carré. Depuis que les chinois se sont convertis au yaourt, il y a pénurie de lait dans le monde. Même les allemands en 2008 commencent à grogner devant la montée des prix laitiers.

Derrière des marchés commerciaux anodins se cachent de véritables bombes à retardement écologiques. Mais cela on s’en fout parce que « business is business ». Aux politiciens d’organiser des grenelles de l’environnement pour amuser la galerie car le combat est vraiment ailleurs !

Je vous soumets donc une petite vidéo au titre évocateur « Nos enfants nous accuseront » où vous découvrirez que les générations futures sont mal barrées pour soi-disant trouver la solution qui sauvera la planète Terre. (Suite à des problèmes techniques, le serveur de ce site semble peiner durement pour délivrer la vidéo correctement. A la demande donc de certains lecteurs et lectrices, voici le lien pour télécharger directement la vidéo.)

Pour enfoncer le clou, voici un petit mémo sur notre alimentation industrielle. Voici la liste des produits classés par l’hôpital de Villejuif :

Les produits cancérigènes :
E 63, E 123, E 131, E 142, E 211, E 213, E 214, E 215, E 217, E230,

Les toxiques :
E 220, E 221, E 222, E 224, E 321, E 338, E311, E 312 (attaque le système nerveux);
E 330, E 339, E 340, E 341, E 407, E 450, E 461, E 463, E 465,
E 466 E 230, E 231, E 232, E 233 E 200 (suprime vitamine B12); E 320,

Les suspects :
E 102, E 110, E 120, E 124, E 125, E 141, E 150, E 171, E 172, E 173, E 240, E 241, E 477

Maintenant voyons quelques chiffres significatifs. Pour alimenter le bétail, la France dédie 35% de ses surfaces cultivables, les USA 57%, la Suisse 72 % et l’argentine 84 %. 45% des céréales produites dans le monde servent à nourrir le bétail. Rien qu’en redistribuant cela aux humains, la famine disparaitrait totalement de la terre !

Pour fabriquer 1 calorie animale, 11 végétales auront été nécessaires ! La France importe 1/4 de sa production annuelle de céréales pour nourrir ses animaux car cela revient moins cher que d’utiliser les céréales locales. C’est une façon de dire que nous pillons les pays du tiers-monde pour manger notre steack.

L’Europe utilise 7 fois sa superficie agricole en terres du tiers-monde pour produire de quoi nourrir son bétail ! Voici un petit tableau évocateur :

vegetarien-1

Si on mangeait tous comme des américains, 4 milliards d’êtres humains devraient mourir de faim ! Si on se met à manger à la japonaise, le monde mangerait à sa faim. Nous sommes en tant qu’européen entre les deux et cela indique que nous mangeons au détriment des autres…

Pour en savoir plus, je vous recommande ce petit pdf « Quand la vache du riche affame le monde » 5 pages de lecture pour bien comprendre qu’avec notre banal steack ou hamburger, on est loin d’être dans le développement durable !

Et puis profitez-en pour faire un détour sur ce site plein de ressources à propos de la nourriture où une documentation complète et générale est en téléchargement. Allez, je vous mets aussi un autre petit lien évocateur « Par-delà les champs de massacres… »

Si après cela vous vous demandez si je suis végétarien, la réponse est oui. Et cela fera 30 ans en octobre de cette année. Je suis même allé plus loin mais cela est une autre histoire et chacun ajuste son éthique personnelle selon ce qu’il lui plait de vivre ou non.

Allez, je vous laisse car la petite vidéo est vraiment sympa et quelques pdf vous attendent pour lecture.

Laurent DUREAU

Article paru à l’origine sur le blog Booster Votre Influence le 31 juillet 2008 et réactualisé sur le blog 345D le 4 mai 2012.

Cet article a été visité 6 536 fois.

Lien Permanent pour cet article : http://345d.fr/quand-nos-enfants-nous-accuseront/