«

»

Imprimer ceci Article

Pétrole et Uranium, même combat !

 carrire-uraniumPlus le temps passe et plus l’homme « moderne » sort les crocs pour s’assurer l’accès à l’énergie sous toutes ses formes. Une grande majorité des conflits de ce monde sont dus à cette course vers cette nécessité d’avoir accès aux ressources nécessaires.

Et puis, bien sûr, plus la rumeur de pénuries ou de futurs manques se fait jour, et plus les prix flambent sur les places de marché. Devant ce boursicotage absolument détestable où quelques-uns essayent de se garnir les poches au passage, il y a d’autres vérités que l’on ne nous dit pas.

Quand l’ampoule électrique est née, les sociétés pétrolières de l’époque ont eu des sueurs froides dans le dos parce que plus personne n’achetait de lampes à pétrole. Puis, par miracle, quelques mécanos talentueux se mirent à fabriquer des voitures à essence.

Aujourd’hui, nous savons où cela nous a mené : une presque totale dépendance à l’or noir. Ces quelques millionnaires du pétrole qui étaient au bord de la faillite sont devenus depuis des milliardaires qui se sont transformés en multinationales intouchables.

Quand on voit le nombre de gouvernements qui bénéficient de cette manne, on peut aussi comprendre la corruption et les manoeuvres politiques en tous genres pour s’approprier cette denrée devenue vitale à chaque état.

Seulement voilà, la ressource n’est pas infinie et le nombre d’utilisateurs grandit à vue d’œil. Les questions environnementales mises de côté, on sent que maintenant la guerre du pétrole a bien lieu et qu’elle se livre à visage découvert.

Les experts se cachent derrière bien des mensonges pour ne pas jeter de l’huile sur le feu. Certains disent que l’on aura du pétrole encore pour un siècle tandis que d’autres annoncent tout le contraire. C’est donc bien un débat d’expert !

Le problème, c’est que dès qu’il y a un débat d’experts porté sur la place publique, cela veut tout simplement dire que l’on veut noyer le poisson dans l’eau car le problème est grave et que l’on ne peut plus le cacher au public.

Le cas le plus typique est celui du réchauffement de la planète. Ce sont les gaz à effet de serre qui sont les coupables, sauf que toutes les rizières du monde en dégagent ainsi que le cheptel en totale explosion démographique, toutes les centrales thermiques à charbon et on nous cause de pots d’échappement….

Donc pour éviter la panique des foules et de quelques gouvernements fébriles, la désinformation bat son plein. C’est de bonne guerre me direz-vous, car on fait de même quand on est en situation délicate : noyer le poisson dans l’eau en espérant que l’autre n’y comprendra plus rien !

Depuis au moins 20 ans, des pros du pétrole disent que le pic d’extraction du pétrole est derrière nous. En gros, cela veut dire que, bien que nous pompions plus de pétrole qu’avant, nous sommes sur la courbe descendante des réserves de pétrole connues.

En clair, on est en train de flinguer nos dernières munitions et qu’il n’y aura pas de réapprovisionnement avec de nouveaux chargeurs. Il va donc falloir commencer à tirer au coup par coup plutôt qu’en rafale !

Alors tout content d’être des pros du nucléaire, l’état français pousse en avant la construction de centrales nucléaires qui, bien sûr, sont la réponse idéale à l’effet de serre. On nous ferait presque croire que le nucléaire est inoffensif et surtout propre comme de l’eau cristalline !

Seulement le problème de l’approvisionnement en uranium est pire que celui de pétrole. Les réserves connues nous amèneraient au maximum à 2020. On comprend alors le pourquoi de la tentative des surgénérateurs et les visites de notre Président à un petit pays se terminant en …stan.

Ouzbékistan, Kazakhstan, Afghanistan cela ne résonne pas beaucoup comme Géorgie, Ossétie mais cela est quand même bizarre qu’il y ait autant de monde qui se font des coups bas pour de vulgaires montagnes désertiques pleines de terroristes présumés.

On nous la joue tribu x contre tribu y mais en fait, il faut diviser pour mieux régner et mettre la main sur les trésors que l’on ne nomme pas. Les ricains nous ont fait le coup avec les armes de destruction massive mais là, je ne sais pas trop ce qu’ils vont trouver comme prétexte.

Quelques histoires de guerres tribales où un dictateur local se tape contre un autre futur dictateur. Tout cela au nom de la liberté des peuples, de la démocratie ou du bout de terrain ancestral spolié par des envahisseurs tortionnaires…

Pour en savoir plus sur la problématique de l’uranium et de son approvisionnement, je vous suggère d’aller lire l’article  » La pénurie à venir d’uranium condamne le nucléaire  » qui dit tout simplement que les centrales nucléaires en fonctionnement consomment plus que ce qui est possible d’extraire aujourd’hui .

En clair, là aussi on tire les dernières cartouches et devant le coût exorbitant des centrales, les gouvernements ferment leur gueule de peur de ne pas se faire réélire ou tout simplement se faire renverser. Beaucoup sont contre le nucléaire mais tous pour avoir de l’électricité à pas cher.

Alors vient l’inévitable réponse : il faut développer les énergies alternatives. Ok, très bien mais avant que l’on arrive à remplacer les centrales nucléaires et à pétrole, il n’y aura plus assez de ressources naturelles pour nous faire vivre jusque là.

Le problème est surtout dans notre capacité à diminuer notre consommation énergétique, mais comme les autres pays en voie de « richesse » ne voudront pas arrêter leur croissance tant qu’ils n’auront pas rejoint notre niveau matérialiste, je vois mal comment on va faire.

Il y a des solutions mais malheureusement elles seront radicales ! Je ne vais pas m’étendre sur le sujet sinon on va me traiter de tous les noms, mais cela n’empêchera aucunement qu’elles soient mises en œuvre dans un avenir pas si lointain que cela.

Ca va pleurer dans les chaumières. Pas besoin de faire de grands sermons sur la montagne pour comprendre qu’aujourd’hui l’homme est devenu trop nombreux et beaucoup trop prédateur pour que son hôte puisse tenir le coup.

Je crois qu’il va falloir s’habituer à des taux de croissance négatifs et à une inflation très positive. L’homme n’accepte de baisser son niveau de vie que dans la contrainte. D’abord cela commencera par les prix sur les étiquettes, et puis le reste appartiendra à l’histoire et à ce qui fabrique les nations.

Laurent DUREAU

Article paru à l’origine sur le blog Booster Votre Influence le 19 août 2008 et réactualisé sur le blog 345D le 5 mai 2012.

Lien Permanent pour cet article : http://345d.fr/petrole-et-uranium-meme-combat/

«

»