«

»

Imprimer ce Article

Nos peurs fabriquent notre mort ?

 bb2Reçu parmi mes nombreux emails, j’ai trouvé intéressant ce texte qui décrit par quel moyen nos peurs se matérialisent dans notre corps provoquant ainsi maladie, dégénérescence et mort… Instructif !

« Mourir de peur ou Mourir à la peur »
(conf. de Ghislaine St-Pierre Lanctôt, janv 06) :
 
Toute maladie du corps provient d’un conflit à l’intérieur de nous (médecine nouvelle du Dr R.G. Hamer):
Le conflit du manque touche aux systèmes : respiratoire, digestif, urinaire, de reproduction.
Le conflit de la menace touche : le derme, le péritoine, les bourses, les seins, la plèvre, le péricarde, les méninges.
Le conflit de la dévalorisation : le sang, les veines, les artères, les vaisseaux lymphatiques, les ganglions.
Le conflit de la séparation : l’épiderme, la rétine, le cristallin, les oreilles internes, la thyroïde, les coronaires, les bronches(larynx), les voies biliaires, le pancréas, le duodénum, l’estomac, la vessie, le rectum, le vagin, le col de l’utérus, les nerfs moteurs, le système nerveux.
Tout conflit à l’intérieur de nous provient d’un besoin :
– Le manque provient d’un besoin de survie (conservation de l’espèce)
– La menace provient d’un besoin de protection (sécurité, confort)
– La dévalorisation provient d’un besoin de valorisation (estime, considération, amour, appartenance)
– La séparation provient d’un besoin d’être en relation (contact)
Tout besoin provient d’une peur :
– Le besoin de survie provient de la peur de la mort (extinction de l’espèce)
– Le besoin de protection provient de la peur de l’inconnu (extérieur, l’ennemi)
– Le besoin de valorisation provient de la peur de l’anéantissement (disparition, rejet)
– Le besoin d’être en relation provient de la peur de la solitude (abandon, proie)
La peur est une illusion. Elle n’existe que lorsque l’amour n’est pas là.
Elle est comme l’ombre. L’ombre n’a pas de réalité ; elle n’existe qu’en absence la lumière, quand cette dernière est arrêtée par un objet.
En fait, les 4 conflits cités au dessus sont issus d’un seul conflit :
le conflit de séparation entre la Réalité et l’Illusion (entre le Créateur et la Créature).
Nous ne sommes pas victimes des évènements qui nous arrivent (Illusion), nous les avons créé (Réalité). Nous sommes des créateurs. Mais pour en prendre conscience, il faut sortir de nos rôles : Celui de la victime (mouton), du bourreau (loup), ou celui du sauveur (qui n’est pas plus enviable, car il est la victime de la victime).
La solution à nos problèmes de société (le tableau n’est pas rose, et cela ne va pas en s’améliorant…), à notre problème de survie de l’espèce, se trouve au niveau de L’INDIVI-DUALITE.Elle se trouve au niveau de la prise de conscience individuelle que la dualité (Réalité/Illusion) est indivisible , que la créature est à l’image du créateur qui se trouve à l’intérieur de nous. 

renvoi fait par Laurent DUREAU

Article paru à l’origine sur le blog Booster Votre Influence le 26 septembre 2006 et réactualisé sur le blog 345D le 2 mai 2012.

Lien Permanent pour cet article : http://345d.fr/nos-peurs-fabriquent-notre-mort/

«

»