«

»

Imprimer ce Article

Management 3 : Ne confondez pas Manager et Entrepreneur

3_manager Manager cela s’apprend alors qu’entreprendre se découvre.

L’un planifie et avance ses pions par rapport au passé, l’autre avance vers l’inconnu. L’un risque son job, l’autre risque tout. L’un calcule, l’autre fonce !

Des managers, il y en a dans toutes les entreprises privées (pour le public j’en suis nettement moins certain) car là où il y a une organisation, il y a forcément quelqu’un qui dirige.

Par contre, les entrepreneurs sont comme les plantes sauvages. Ils apparaissent n’importe où, et surtout pas là où on les attend. Contrairement à leurs homologues, rien n’est véritablement planifié. Cela leur tombe dessus souvent suite à chômage ou autre évènement plus ou moins prévisible.

Tout manager peut espérer découvrir qu’il est un entrepreneur (quelques %) et tout entrepreneur peut devenir un manager (95%). Les quelques entrepreneurs restant sont ceux qui ont un turbo et qui vous pondent des entreprises comme on respire. La routine les ennuie; alors, dès que le bébé marche tout seul, ils repartent à l’assaut d’un nouveau défi. Très indépendantistes, ils ont du mal à se sentir enfermés dans un organigramme.

L’entrepreneur possède une qualité que le manager n’a pas ou n’a pas encore découverte : la capacité de se reconstruire quoiqu’il arrive. C’est comme une force intérieure, une invincibilité qui l’immunise face à la dépression. Il aura, certes, des poussées de fièvre où on l’abandonnera corps et âme tant il est cadavérique, mais il se relèvera. Il est comme inoxydable. Même mort il bouge encore !

Le manager, lui, est plus vulnérable; voilà pourquoi on le retrouve comme cadre dans une entreprise. Il a besoin d’être l’hôte d’une entité qui le rassure. Il saura ,s’il est loyal, se battre de toutes ses énergies pour l’entité qui l’a accueilli. Et puis, s’il y a trahison (souvent après de nombreuses années), il se lancera dans l’aventure de l’entrepreneur.

90% des cadres supérieurs de multinationale qui se lancent dans l’entreprenariat font faillite ! Chiffre peu flatteur, cela a au moins le mérite de démontrer que quel que soit le titre, les diplômes et la paye d’un manager, l’entreprenariat n’est pas fait pour tous.

Si devenir un manager vous tente, pas de problème. Si l’entreprenariat vous tente, alors prévenez vos proches car ils vont souffrir. Autant le manager n’engage que lui, globalement, et accessoirement ses proches, l’entrepreneur implique la galaxie de toutes ses connaissances et surtout ses proches.

Si, au fort de la tempête, ses proches le lâchent, alors il devient comme une âme en errance ne sachant plus à quoi vraiment s’accrocher. Si la situation dure, il s’écroule sur lui-même comme s’il n’avait plus de consistance. Il s’étiole à vue d’œil et la dépression le mine définitivement.

Sans un soutien réel de ses proches très proches (femme et enfants), un entrepreneur n’a aucune chance de tourner les coups de boutoir à son avantage. Fort d’une volonté et d’un ego souvent surdimensionné, le combattant s’écroule quand l’affectif ne le nourrit plus, quand l’instinct de la survie du cercle familial n’est plus en action.

Voici pourquoi l’entrepreneur doit absolument ménager des plages horaires sociales avec ses proches, malgré la contrainte d’un calendrier surbooké.

La notion de « socialisation » est l’une des pièces maîtresse d’une vie d’entrepreneur réussie.

A quoi sert d’être fier de votre entreprise florissante si, à côté, votre vie affective et familiale est un échec total. L’argent et la reconnaissance sociale ne remplaceront jamais les années perdues de votre vie affective et familiale.

Combien d’entrepreneurs (et de dirigeants de société) n’ont pas vu leurs enfants grandir. Leur entreprise leur a volé littéralement des années qu’ils ne pourront jamais compléter. Que dire de ce blanc, de cette inexistence de vie où l’on a été absent.

L’énergie, l’enthousiasme, aiguillés par la volonté font que les entrepreneurs sont des battants dans l’âme. Derrière leur notoriété, leur argent ou leur réussite se cachent des blessures, des manques que personne n’envierait d’avoir.

La réussite professionnelle est importante, mais la réussite d’une vie de partage affectif l’est encore plus.

L’argent n’achètera jamais l’amour et le temps. Par contre, l’amour vous fait passer des moments inoubliables et inestimables. Soyez riche de souvenirs de partage car c’est cela le bonheur.

Alors, si vous découvrez que vous êtes un entrepreneur, partagez avec vos proches, vos salariés et toutes les personnes que vous rencontrerez, et je puis vous assurer que non seulement vous serez riche d’une vie bien remplie mais qu’en plus l’argent viendra à vous comme le soleil apporte la lumière.

Laurent DUREAU

Article paru à l’origine sur le blog Booster Votre Influence le 24 octobre 2006 et réactualisé sur le blog 345D le 16 février 2012.

Article suivant: Management 4 – Les différents types de manager
Article précédent: Management 2 – Où commence le mensonge ?

Lien Permanent pour cet article : http://345d.fr/management-3-ne-confondez-pas-manager-et-entrepreneur/

(1 commentaire)

  1. Energi63

    Merci Laurent pour ces conseils vitaux pour moi qui me dirige vers l’auto-entreprenariat.

Les commentaires sont désactivés.

«

»