«

»

Imprimer ce Article

Lexique annoté- Manager, Excuse et Compliment

lexiqueManagement

Art de prendre les choses en main

Manager

        ·Prononcé comme un verbe en Français
Verbe d’action poli pour dire que l’on est au front avec aucune logistique arrière. Décliné en conjugaison, cela veut dire que le responsable s’est effectivement approprié la situation et qu’il n’a plus les mains propres.

·Prononcé comme un titre en Français [mana-djeur]
Cela indique qu’un fusible a été trouvé et qu’il fera de son mieux pour ne pas sauter.

·Prononcé à l’anglaise
Censé donner du prestige à celui qui le prononce. Il induit que le personnage a fréquenté une école de management et qu’il est persuadé que cette connaissance fait de lui le meilleur des meilleurs et que sa rétribution sera donc conséquente.

·Prononcé à l’américaine
Cela indique que l’individu a déjà du métier et qu’on ne le roulera pas dans la farine. Peut quelquefois tomber dans la parano (choc post-traumatique).

·Précédé par un verbe
Alors là, ça ne sent pas bon. La situation n’est plus « under control »… Ex ; faut manager, doit manager, savoir manager, apprendre à manager, y’a qu’à manager,…

 

Compliment

Petite phrase faite pour valoriser quelqu’un et augmenter son capital confiance.

Donnez-le avec sincérité, et son effet sera d’autant plus renforcé.

Donnez-le avec l’idée de manipuler et le receveur sera non seulement sur la défensive mais cela érodera le capital confiance qu’il avait en vous. Voir aussi « Commentaire négatif / critique »

Commentaire négatif / critique

Autant un compliment, c’est une tape amicale dans le dos qui vous fait avancer un peu et augmente votre capital confiance, autant s’il est répété par un trop grand nombre de personnes, il peut vous faire perdre votre équilibre égotique et le sens des mesures.

Par contre, les remarques négatives ou critiques, c’est vraiment de la dynamite ! Leur effet déflagrant sur notre capital confiance est instinctivement considéré comme négatif sauf… pour les battants !

Être un battant, c’est profiter du souffle pour se propulser plus fort. C’est à l’image du moteur thermique à piston. Quand cela explose dans un cylindre, cela aide à en compresser un autre. Reste à savoir si vous avez un moteur à 2 ou 4 temps. Pour les vétérans, on parlera en nombre de cylindres.

Un compliment c’est comme quand on descend une colline, cela donne de la vitesse et c’est dans le bon sens. Tant que la vitesse reste en rapport avec la tenue de route, on n’ira pas dans les décors. Par contre, quand on est dans la montée et que l’on a épuisé l’élan de la descente et que le moteur peine, une bonne critique augmentera le taux de compression.

Une utilisation négative des critiques, c’est comme utiliser le frein moteur. Dans la descente cela freine (bénéfique pour ne pas dérailler égotiquement), mais dans la montée aussi.

Alors à vous de voir si vous savez utiliser correctement les critiques…afin d’augmenter votre capital confiance et donc votre performance.

Excuse – Chercher des excuses

Venant de Ex Causa ou cause extérieure, ce mot véhicule à lui tout seul la faiblesse intérieure d’un individu. Certes, des évènements extérieurs viennent modifier nos plans et ce qui compte c’est notre aptitude intérieure à réagir afin d’apprendre de ces évènements.

Celui qui s’excuse longuement n’apprend rien car, en clamant son incapacité, il ne fait que s’appauvrir encore plus. Un bon « désolé», franc et direct, suffit largement pour conserver la confiance de ses troupes. Un chef qui commet des erreurs, c’est normal car après tout c’est un être humain et donc faillible. Seulement lui, il a appris de son erreur et maintenant il est encore plus fort. Il saura encore mieux protéger ceux qui ont confiance en lui. Nous sommes tous des chefs, des guerriers en puissance et le nombre de cicatrices est un réconfort certain pour les moins aguerris.

Excuse – Faire des excuses

Si quelqu’un vous réclame des excuses, il y a deux situations :

1 – Vous êtes fautif et vous savez que cela va chauffer pour votre matricule, alors plaidez coupable. Faites vos excuses promptement, du fond du cœur et avec la plus grande dignité. Ainsi tout le monde sera sauf, même si vous avez détourné 100 Millions d’euros, la peine sera plus clémente… et l’on dira que « sous le stress, il a craqué », « la tentation était trop grande », « il a pété un câble », « sa danseuse lui a monté la tête », « ses problèmes familiaux ont troublé sa lucidité », etc.

2 – Vous n’êtes pas fautif et le demandant vous fait un coup de calgon, à ce stade, prenez tout votre courage à deux mains, regardez-le droit dans les yeux, fixement, la tête bien droite et le corps décontracté. Même si le temps vous parait interminable, votre concentration est telle qu’un battement de paupière est impossible. Il y a de fortes chances que le plaignant baisse les yeux le premier. Une fois cela fait, restez en paix, ne souriez pas et laissez-lui une porte de sortie pour qu’il sauve la face. Hochez la tête pour accepter son deal et, toujours en silence, sortez de la pièce dignement et sans emphase. Après, vous constaterez avec quelle rapidité ledit réclamant minimisera l’incident pour le faire oublier au plus vite…

Laurent DUREAU

Articles parus à l’origine sur le blog Booster Votre Influence en juillet et août 2006 et réactualisé sur le blog 345D le 21 février 2012.

Lien Permanent pour cet article : http://345d.fr/lexique-annote-manager-excuse-et-compliment/

«

»