«

»

Imprimer ceci Article

Le saut quantique démystifié, enfin !

 bebe01Comme dans toute chose, il existe toujours un vocabulaire qui reste souvent incompris des gens. En effet, combien d’entre nous ont entendu des milliers de fois le même mot sans savoir vraiment ce qu’il veut dire ?

Plus j’avance et plus je me rends compte que le “basique” pour comprendre une discipline est justement et vraiment très basique en termes de clarté. Il s’ensuit donc un échafaudage de théories et de ressentis sur des fondations construites sur du sable…

De nos jours, nombres de canalisations ou d’interprétations de canalisations parlent de saut quantique, mais  à part pour ceux qui ont fait de la physique quantique, cela reste un flou assez conséquent.

La preuve est simple, car il suffit de regarder le nombre de peurs générées par cette incompréhension. Je vais donc aborder ce concept, sans pour cela vous faire un cours de physique quantique.

C’est vrai que cela ne serait pas un mal, surtout pour bien comprendre encore plus ce que nous sommes. En effet, la physique quantique nous amène dans une autre dimension qui est totalement différente des lois que nous connaissons de la 3D.

En cela, ce serait super, mais avant de tous devenir des Einstein (cf. L’intelligence ne sauvera pas le genre humain), je crois qu’il vaut mieux s’en tenir à plus de modestie en attendant que notre ADN nous débloque les 90% de cerveau inutilisés… (on en aura bien besoin !)

Quantique se prononce “cantique” (étonnant, non ?), ou cou-antique (peut-être pour dire la nuque raide ?). Bref, si vous voulez faire dans le basique, préférez la version “curé”, sinon préférez la version du “paraître” qui est la seconde (d’où ce côté un peu emmanché…).

Ce mot vient de Quanta (non, pas le chanteur violent… peu respectueux des dames),qui est le pluriel de quantum et qui serait la quantité indivisible d’une grandeur physique. Oui, mais encore ?…

Expliqué simplement, comme d’hab, ce serait comme, par exemple, s’il n’existait que les chiffres “entiers”, c’est-à-dire 1, 2, 3, etc. et que l’on ne pouvait pas avoir de sous-divisions du style chiffre virgule quelque chose…

Le plus bel exemple de saut quantique nous est donné par nos amis les anglais. Je les adore, parce que sincèrement ils ont fait des efforts monstrueux pour ne pas être cartésiens. Être anti-français n’est pas simple, croyez-moi !

Je vais donc parler du tennis et de la comptabilité associée. En effet, si vous gagnez le 1er point on dit 15 (fifteen), puis au second point 30 (thirty), puis au 3ème point 40 (forty). En clair, au lieu de dire 1,2 et 3, ils comptent 15, 30 et 40. Vous suivez jusque là? Alors, on peut continuer.

Le 4ème point sera compté différemment selon le score. Si vous êtes à égalité 40 à 40 (soit 3 – 3), ce quatrième point comptera pour 1 et on dira que vous avez l’avantage. Et puis, si vous arrivez à gagner un point supplémentaire à celui d’avantage vous gagnez le set.

Puis de set en set, vous allez gagner des jeux, qui, au final, vous feront gagner le match. C’est simple, sauf que pour un extra-terrestre la logique comptable est quelque peu bizarre. Pourquoi parler de 15-30 ou 40 alors que l’on aurait pu dire 1 balle à 3 ?

Un saut quantique correspond donc, comme dit précédemment, à un saut d’une quantité indivisible. Donc au tennis le 1er saut quantique passe de zéro à 15 (0+15), puis de 15 à 30 (15+15), et allez savoir pourquoi il n’est plus que de 10 pour le prochain coup, soit 40 (30+10) !

Bref, quelles que soient les raisons historiques (beuveries au pub local ?), nos amis les anglais ont fait du saut quantique sans le savoir. Ils ont démontré avec élégance que l’on peut être bizarre tout en étant logique.

Eh bien concrètement, il en est de même pour le mouvement des planètes autour des soleils, tout comme des électrons autour des noyaux des atomes. En effet, vous êtes-vous posé la question pourquoi les planètes restaient sur leur orbite ?

Oui, pourquoi la Terre reste-t-elle toujours sur le même chemin ? Vous allez me dire parce que… parce que quoi ? A vrai dire, vous n’en savez rien mais cela ne vous a pas empêché de dormir jusque là…

En tout bon humain basique (scientifiques y compris), on se dit tous que nos planètes du système solaire se baladent dans le vide intersidéral comme en suspension parce que c’est ainsi. La vérité est toute autre.

Ce que nous prenons pour le vide est en fait plein à ras bord d’une autre énergie (vous savez les 90% de la masse manquante de l’univers). Eh oui, nos scientifiques n’y voient que dalle avec leurs télescopes, bien que les équations disent que c’est bien là…

Oui c’est là, et nous, nous les appelons les dimensions. Eh oui, la 4D5D est aussi réelle que la 3D, sauf que nous ne pouvons pas la voir avec nos yeux physiques puisque ceux-ci appartiennent à la 3D ( cf Révélations tardives sur notre schéma initiatique).

Dites à un morceau de ferraille enfoui depuis des millénaires sous 1 km de terre qu’il existe de l’air. Il ne vous croira pas un instant, car la ferraille ne peut voir que la ferraille… Il va lui falloir faire un petit saut quantique.

En cela, je veux dire qu’il ne pourra concevoir l’air qu’à la seule condition qu’il oublie son raisonnement linéaire de ferrailleur. Il a plusieurs manières pour comprendre cela.

La première sera de passer de l’état solide à l’état liquide, puis de l’état liquide à l’état gazeux. Mais pour les plus kamikazes, ils pourraient passer de l’état solide à l’état vapeur instantanément. Cette dernière étape s’appelle (fait du hasard) la sublimation.

En clair, du dur peut passer à l’inconsistant en quelques millièmes de seconde comme le fait n’importe quel fusible électrique métallique. Il a fait un saut quantique. Généralement, il ne s’en remettra pas…

Mais comme tout est parfait, le retour arrière est possible au niveau atomique, mais seulement pour les électrons déjantés qui roulent sur les pistes extérieures. En clair, ils peuvent passer d’une piste à une autre moyennant quelques conditions : ils doivent rendre ce qu’ils ont pris quand ils ont pris la tangente.

En effet, quand un électron passe à un niveau supérieur d’énergie (la piste au-dessus), cela veut dire qu’il a accumulé une énergie suffisante pour le faire. Cette quantité est équivalente à un quanta d’énergie. Puis, lorsqu’il redescend sur sa piste d’origine, il redonnera ce quanta d’énergie sous la forme d’un photon qui est la particule lumineuse que nous connaissons.

Traduit dans notre langage de tous les jours, le passage dans la 4D correspondra à sauter sur la piste dimensionnelle supérieure grâce à l’acquisition d’une énergie thermique et/ou lumineuse minimale. (cf. Jésus, 2012 et l’amour solaire)

Le thermique est apporté par le cœur, tandis que le lumineux par l’esprit. En chauffant l’eau liquide, vous lui donnez bien la possibilité de devenir vapeur. Elle est toujours eau, mais dans un état différent.

Eh bien, cela sera pareil pour vous quand vous passerez en 4D5D. Vous sentirez que vous serez toujours le même, sauf que vous vous sentirez léger et que toutes les impuretés seront restées dans la casserole.

La chaleur vous aura donc donné la possibilité de faire le tri en vous, mais aussi ne vous ne donnera pas le choix d’emporter ce que vous voulez. Dit plus clairement, quand vous allez ascensionner, tous vos trucs de préhumain vont rester dans la casserole.

Quand on vous dit de lâcher prise, voilà ce que cela veut dire. Vous comprenez alors que plus vite vous abandonnerez vos vieilles conceptions, vos peurs et appréhensions, et plus vite l’eau va bouillir… et plus vite vous décollerez !

C’est à 100 °C que hop, vous passerez dans l’autre état. En clair, on pourrait dire (sans trop faire hurler les scientifiques pointilleux) que l’eau nous montre à sa manière qu’elle peut prendre 3 états dimensionnels en suivant des paliers quantiques.

L’eau ne commence pas à geler à 20°, ni même à 10°, ni même à 5°, tout comme elle ne commence pas à bouillir à 50°, 60° ou 80°. Non, entre 3° et 97° elle semble très linéaire, mais (en termes d’état) d’un seul coup tout bascule.

C’est comme un point de rupture brutale, autant quand elle commence à geler que quand elle s’ébullitionne. Il n’y a pas de demi-mesure, car elle suit la loi quantique qui lui correspond.

Alors, quand vous sentez que plus rien n’avance pour vous dans votre chemin spirituel et que vous sentez que les lourdeurs de la 3D vous plombent, en fait vous êtes probablement plus prêt de l’ébullition que du glaçage.

Le poids des impuretés vous semblera plus lourd à 80° qu’à 20°, mais chaque degré gagné par la chaleur de votre amour et la compréhension de ce que vous êtes vous fera parvenir au seuil du saut quantique qui vous propulsera vers votre nouvel état.

C’est quand tout semble perdu qu’en fait le nouveau apparaît. L’aube n’arrive qu’après une nuit qui peut nous sembler interminable. La nuit peut durer des heures, et pourtant le jour n’en met pas une pour tout éclairer.

Comprenez que lorsque l’on dit que quelque chose est quantique, cela veut dire que ce n’est que lorsque l’on est au bord que les choses se passent très très vite. Ce n’est pas au milieu du chemin que l’on peut se rendre compte du changement que l’on va subir. A ce stade, on ne peut qu’avoir la foi.

La foi n’est que l’acte d’une volonté déterminée qui a compris qu’elle est dans un état transitoire où l’incertitude et le doute ne sont pas permis.

L’amour est ce qui réchauffe et fait avancer, alors que la peur est ce qui refroidit et freine la progression (cf. Entre l’amour et la peur). Si vous avez le cul gelé, alors cela veut dire que vous n’êtes plus beaucoup en mouvement.

Des glaçons, nous en croisons tous les jours, alors prenez plaisir à leur envoyer tout votre amour comme un soleil qui prend malin plaisir à leur faire couler des larmes de gratitude.

Réchauffez-les de votre compréhension, réchauffez-les de votre non-jugement, réchauffez-les de votre ouverture, réchauffez-les de votre respect, de votre joie et de votre envie de partager votre lumière.

La Terre se réchauffe, car il est temps que les cons-gelés se les dégèlent. Les calottes glaciaires fondent pour nous montrer que nos certitudes ancestrales ne sont plus d’actualité.

La météo change, car notre météo intérieure change elle aussi. Pourquoi aimez-vous quand il fait soleil, et que vous n’aimez pas quand il fait froid ou humide ? Nous et la Terre faisons UN, et ce que je vous dis là est loin d’être juste du baratin (cf. Notre corps et sa connexion à l’univers).

Urantia Gaia a décidé d’ascensionner, et nous serons obligés de faire avec. Si nous ne le faisons pas, alors nous allons prendre encore plus de baffes météorologiques, plus de tornades, plus d’incendies, plus de tempêtes, plus d’ouragans.

Maman a décidé d’aller retrouver papa, alors nous, la marmaille, on suivra ou on ne suivra pas. Nous n’avons plus le choix, et épargnez-moi le chapitre du libre arbitre (cf. Libre arbitre: croyances et incompréhensions) et les sensibleries enfantines.

Si vous avez été parents et que vous avez été obligés de déménager dans un autre lieu, vous avez probablement écouté les jérémiades de vos enfants qui ne voulaient pas changer d’école parce qu’ils y avaient leurs copains et copines.

Est-ce pour cela que vous avez annulé votre déménagement ? Non, vous avez fait vos valises en vous disant qu’au final, tout sera mieux qu’avant et que vos enfants se feraient de nouveaux copains.

Eh bien, un déménagement, c’est aussi du quantique. Ça ne se prépare pas 20 ans à l’avance mais en quelques semaines ou mois. En êtes-vous mort ? Apparemment non, alors dites-vous bien que c’est ce qui va nous arriver dans les semaines, mois ou années à venir.

Alors, si votre maison est pleine à craquer de bordel, de souvenirs ou d’antiquités, sachez que le prochain camion de déménagement sera du style billet d’avion avec une valise de 20 kg maxima.

Commencez donc à déblayer le terrain en virant tout le superflu, tout l’inutile, et toutes les conventions qui vous bouffent votre vie maintenant, car plus vous serez light et plus vite vous serez aux premières loges.

Vous savez que prendre l’avion sans passer par les attentes interminables des hall à bagages fait que le voyage se passe beaucoup plus sympathiquement et rapidement. C’est ça l’art du déménagement quantique !

Même pas un slip de bain dans le sac à main… J’arriverai dans le nouveau monde comme je suis arrivé dans celui-là : avec le sourire, la bonne humeur, le zizi à l’air, et même pas les mains dans les poches ! C’est écrit dans les conditions générales de vente : tout est fourni et gratos !

Laurent DUREAU

Article paru à l’origine sur le blog Booster Votre Influence le 24 août 2009 et réactualisé sur le blog 345D le 15 août 2012.

Lien Permanent pour cet article : http://345d.fr/le-saut-quantique-demystifie-enfin/

2 commentaires

  1. Elisa

    :lol:

  2. tara

    Comme toi cher Laurent: Dur-Eau :grin: et fusion :idea:
    Bizous

Les commentaires sont désactivés.

«

»