«

»

Imprimer ce Article

La pensée, notre force et notre faiblesse…

 penseeTous les écrits le disent : notre pensée est créatrice ! Mais seulement voilà, là où cela devrait être clair et ordonné, c’est le foutoir, le chaos, quand ce n’est pas la panique !

Alors, imaginons un peu quand la locomotive se trouve poussée par des tas de wagons, pleins à ras bord d’émotions diverses et variées qui ressemblent plus à un troupeau d’animaux plutôt malodorants.

La loco, ou plutôt celui qui essaie de la conduire, se trouve donc confronté à jouer du sifflet à vapeur pour prévenir qu’il ne maîtrise pas vraiment le convoi, et qu’il vaut mieux traverser la voie le plus rapidement possible et d’aller poser ses miches le plus loin possible.

En effet, comme les vieux trains à vapeur, ça crache noir et bien dense, et ça tousse régulièrement autour de nous. Mais le truc que l’on oublie souvent, c’est qu’il y a de plus en plus de tunnels dans notre honorable vie…

En clair, non seulement on s’étouffe dans nos propres rejets atmosphériques (nos modes de pensée de 3D), mais nous en profitons aussi pour donner du boulot aux gens qui gagnent leur vie à nous ramoner…

Bien sûr, c’est une lapalissade de dire que l’on nourrit les forces de l’ombre à la simple vue de nos couleurs… La loco est noire, le wagon à charbon est noir, le chauffeur est noir, sauf sous la paire de lunettes, et dans tout ça il essaie d’avoir des wagons de couleur…

Bref, à part le côté touristique du style « petit train dans la montagne des Andes », on comprend rapidement que ça relève plutôt du tape cul que de la 1ère classe que l’on voudrait afficher.

Dit autrement, nos pensées relèvent plus du bordel permanent, où l’incohérence et surtout l’imprévisibilité nous amènent forcément à cracher des énergies qui font le bonheur de ceux qui en font leur business.

Ces derniers, généralement peu connus tant leur discrétion est grande, se gavent littéralement de toutes nos pensées mal alignées, et donc souvent porteuses d’émotions dont le curé raffole à confesse…

En effet, la pensée n’est pas, à l’origine, un truc qui fait tout ce qu’il veut mais elle est le fruit d’un organe qui a pour objectif de gérer et digérer un certain nombre d’informations et d’en faire un concept compréhensible…

Votre organe de pensée s’appelle tout bonnement le cerveau. Il est là pour capter l’info afin que votre intellect ou mental puisse en faire quelque chose afin que vous deveniez encore plus conscient de ce que vous êtes.

Aujourd’hui, votre cerveau n’est que la pauvre loco livrée à elle-même et qui ne reçoit aucun entretien depuis sa naissance quasiment. Ce fameux entretien appelé méditation a été tellement déformé qu’aujourd’hui, on pense qu’il faut des dizaines d’années pour arriver peut-être à quelque chose.

C’est vrai que, dans l’expérimentation de la 3D, il était surtout prévu que l’on ne comprenne pas grand chose afin de pouvoir vivre et expérimenter la noirceur. L’ignorance fut donc notre lot, et tout prétendant à la lumière se vit carrément enfermé dans des monastères ou assimilé.

Comme dans des articles précédents je vous ai parlé des 3 voies d’expression (le sang, notre système de méridien et la Kundalini), on comprend mieux maintenant pourquoi nous en sommes arrivés à ce point.

On a donc commencé par emmurer notre Kundalini en déclarant que le sexe était mauvais pour l’illumination, d’où la croyance profonde des curés et des nonnes et de bien d’autres religions que le sexe interdit l’accès au ciel…

Ensuite, on a flingué notre système de méridien en considérant que nous étions un assemblage de pièces détachées (merci monsieur le médical), alors que nos ancêtres allaient plutôt voir le rebouteux ou le magnétiseur. Mais bon, tout cela n’était que sorcellerie !

Enfin, pour le dernier véhicule appelé le sang, on s’est épris de le charger avec toutes les merdes possibles, y compris et surtout en le mélangeant avec d’autres (ceux de nos frères les animaux) et qui nous est totalement incompatible.

D’ailleurs, avant que le corps médical prenne son emprise sur les humbles demeurés que nos sommes, le seul truc que savaient faire nos ancêtres, c’était les saignées afin d’évacuer du lourd et que du neuf vienne fluidifier l’existant…

Après tout ça, on comprend mieux que notre organe de pensée (qui bouffe 45% de l’oxygène contenu dans notre sang) se voit ramolli au point de devenir une loco à vapeur, là où avant il était l’un des ordinateur les plus raffinés du Grand Constructeur.

Dit autrement, en effectuant le chemin à l’envers en commençant par ne plus surcharger notre sang en toxines diverses, puis en reprenant conscience de nos chakras et de la circuiterie associée, il se peut que l’énergie de Vie contenue dans la Kundalini puisse enfin se déverser dans notre corps tout en profitant d’aller revigorer le grille pain là-haut….

En effet, le Feu de la Kundalini (outre les petits claquages de fusibles que cela peut occasionner) est la centrale électrique qui permettra de nous débarrasser des énergies fossiles que nous utilisons au quotidien (charbon, essence et gasoil…).

C’est vrai que passer d’un mode polluant à un mode propre et sans émission de CO2 (vous savez ce truc qui nous asphyxie), cela devrait pouvoir faire que nos pensées seraient plus alignées avec notre volonté, et surtout celle du Ciel…

Bref, aujourd’hui, ce qui nous est demandé au quotidien, c’est surtout de ne plus émettre de pensées parasites (et donc malsaines), car en effet elles alimentent des “formes-pensées” bien réelles que nous appelons des égrégores.

Comme tout est énergie, votre pensée est comme une entité qui va essayer de se rapprocher de celles qui sont sur la même fréquence. On appelle cela la loi de l’attraction qui mettra à son tour l’effet résonance.

Dit autrement, la petite pensée que vous avez à propos de ce connard de voisin et dont vous pensez que personne ne sait, vient littéralement alimenter un égrégore totalement opposé à celui du respect de l’unicité d’autrui.

Pour bien me faire comprendre, chaque pensée que vous émettez et qui n’est pas en accord avec vos principes supérieurs ira obligatoirement alimenter les rangs des énergies qui vous empêcheront de vivre ces mêmes principes…

Dit d’une manière plus directe, chaque pensée non alignée sur vos principes supérieurs sera littéralement une aiguille à tricoter qui vous transpercera le cœur d’une manière ou d’une autre. C’est comme si vous vous tiriez une balle dans le pied à chaque fois.

Sur le coup, on dit que ce n’est rien, mais la répétition engendre le nombre, qui engendrera à son tour l’étouffement de votre retour à vos pleins pouvoirs. Donc sans aller loin, juste seulement dans votre vigilance, voyez combien au quotidien vous vous flinguez vous-même dans votre propre avancement vers le bonheur tant désiré.

Une pensée, cela ne se voit pas, car c’est comme la radioactivité, mais au final, il suffit de vous regarder en face pour voir que vous êtes loin de l’aura multicolore et scintillante, et donc de la pensée maîtrisée.

Alors, que faire devant toutes ces pensées plus ou moins sympathiques qui vous collent aux neurones comme des parasites faisant leurs choux gras ? La solution est simple : ignorez-les !

En ignorant, et surtout en ne donnant aucune énergie à ces pensées parasites, l’égrégore ne sera plus alimenté dans un premier temps, et en plus par conséquent vous irez de moins en moins le visiter.

L’oubli par la non-attention vous mènera alors tout doucettement vers d’autres égrégores plus attractifs comme le respect de l’autre, l’amour du prochain, l’amour inconditionnel.

Ce à quoi vous pensez fabrique votre monde, alors faites en sorte de faire le ménage à chaque instant et croyez-moi, vous allez sentir la différence assez rapidement.

Laissez donc tout votre vocabulaire d’insultes aux oubliettes. Ne faites plus aucune remarque quand quelqu’un vous offense. Souriez tout simplement et faites en sorte que votre “petite personnalité humaine” ne vienne y mettre son nez en affirmant la limite de son pré-carré par des bouquets de fleurs en fils-de-fer barbelés.

Combien je vois et j’entends des gens qui envoient chier les autres, juste histoire d’affirmer leur petite personnalité de préhumain.

En cela, n’ayez plus aucune colère, et si la moutarde vous monte au nez, regardez plutôt comment monte la mayonnaise en vous afin d’extirper la mauvaise herbe qui vous donne le rhume des foins !

Profitez-en pour remercier “l’autre”, car grâce à lui vous aurez pu mettre la main sur ce qui vous empêche d’être en paix avec vous-même. Même si vous ne le dites pas verbalement par manque de courage, pensez-le, tout simplement.

Ainsi, de pensée en pensée, vous allez progressivement trier le blé de l’ivraie. D’un côté, l’égrégore du blé vous fera sentir le pain frais et la platée de pâtes, tandis que l’ivraie ira se perdre dans le fin fond de l’oubli total…

Votre pensée est force quand vous en êtes conscient. Elle est destruction quand vous la laissez livrée à elle-même. De plus, quand elle s’acoquine à l’émotion ou au sentiment, alors là elle laboure littéralement le champ de la matière qui tôt ou tard se révèlera.

La mèche c’est votre pensée, le bâton de dynamite vos émotions, alors évitez de jouer avec le feu sous peine d’avoir des accidents de parcours plutôt castrateurs.

Si, par contre, la pensée et l’émotion sont canalisées dans une direction donnée, alors cela devient une force de propulsion comme un réacteur de fusée. C’est le même principe mais la finalité est très différente.

Maintenant c’est à vous de voir si vous désirez diriger vos pensées quotidiennes vers le Ciel, ou si vous préférez vous la jouer champ de bataille avec hémoglobine et pleurs à l’appui.

Laurent DUREAU

Article paru à l’origine sur le blog 4D5D le 19 avril 2010 et réactualisé sur le blog 345D le 13 octobre 2012.

Lien Permanent pour cet article : http://345d.fr/la-pensee-notre-force-et-notre-faiblesse/

(2 commentaires)

  1. Lisa

    vraiment excellent et vérifié ➡ Merci pour cette écriture si limpide Laurent !!

  2. Pierr'Un

    Suis toujours d’accord avec Laurent. Lorsqu’il y a un accident d’avion, il en survient un ou deux trés rapprochés que les médias justifient par la loi des séries alors qu’il faudrait plutôt l’appeler la loi de l’égrégore. Le doute, la peur, les craintes de la population en focalisent la cristalisation dans l’éther puis, la vie courante. D’ou les accidents à répétition. Tes cours devraient être divulgués à l’échelon internationnal dans toutes les écoles.
    C’est une tâche extraordinaire que tu accomplis là Laurent. On ne peut que t’en remercier ainsi que ton équipe au sol. Au fait, sont-elles prêtes pour le décollage presqu’immédiat …

Les commentaires sont désactivés.

«

»