«

»

Imprimer ce Article

Illusions 3D rattachées à la Pensée Créatrice

betaillereBien qu’intentionnés positivement, beaucoup d’illuminés n’arrivent pas à comprendre pourquoi leurs désirs n’arrivent pas à se produire, malgré une connaissance assez bonne de la loi d’Attraction. Ceci est dû principalement à une méconnaissance des principaux éléments en jeu, surtout en termes vibratoires.

En effet, mentalement, tout est connu comme si on avait appris par cœur le code de la route, et qu’ensuite on s’étonne que l’on ne sache toujours pas conduire. Hé oui, il y a un monde de différence entre la théorie et la pratique. Autant savoir à minima le code de la route est essentiel, autant il est vital de passer un certain nombre d’heures de conduite accompagnée afin de ne pas terminer au cimetière trop rapidement.

Alors imaginez un peu ma réaction quand je m’entends dire que la pensée est créatrice par des préhumains fiers de ce savoir. C’est comme m’annoncer qu’un tuyau de gaz d’échappement évacue des gaz. Le seul truc qu’ils oublient de dire, c’est qu’ils sont aussi toxiques, et que ce n’est pas du tout bon de les respirer.

Il y a donc des intoxiqués graves de la pensée “créatrice” qui pensent qu’après avoir lu des rudiments sur la loi d’Attraction, ils vont pouvoir vivre leur vie en attirant à eux les biftons, le partenaire idéal sans compter la bagnole et la propriété de rêve… Comme vous le comprenez, tout cela n’est que de la 3D pour marchands de rêves voulant s’en mettre plein les fouilles.

Ces “marchands du temple”, bien que très persuadés de cette vérité, constatent malheureusement que le taux de réussite, que le taux de transformation du rêve à la réalité, est bien faible par rapport à ce qu’il devrait normalement être. En fait, à part eux-mêmes, les autres n’arrivent pas vraiment à amplifier les chiffres de leur compte en banque…

Dit autrement, même si le code de la route de la loi de l’Attraction est correct par définition, sa mise en pratique reste très ollé-ollé parce qu’en fait, l’essentiel pour la mise en pratique n’est pas clairement énoncé pour être bien vécu. En effet, un apprenti conducteur fera forcément des erreurs de conduite, faisant en sorte que son désir ne se réalise pas ou que très partiellement.

Comme vous le savez, La Création n’est pas basée sur le mental mais sur la vibration, le mouvement. Certes, la connaissance de la voiture est importante, mais tant que celle-ci est garée en mode parking, la distance vous séparant de la ligne d’arrivée rêvée restera identique. Il est donc de bon ton de démarrer le moteur, desserrer le frein à main et d’avoir le GPS qui vous mènera à destination.

En effet, beaucoup savent démarrer le moteur mais tout autant ignorent qu’il y a un frein à main, sans compter que la majorité ne savent même pas qu’il faut un GPS. On peut donc comprendre que malgré les cours de code et de conduite, nombre de personnes abandonnent rapidement l’idée que l’on peut avoir tout ce que l’on veut (et surtout avec facilité !).

Mais dis-moi Laurent, pourquoi tu nous parles de tout ça ? Toi aussi, tu tombes dans le matérialisme 3D ? La réponse est OUI et NON à la fois, car l’apprentissage de la 4D est justement de découvrir notre véritable identité qui est celle justement de l’UN en action. Or, comment l’UN peut-il passer en actions s’il n’a pas la capacité de matérialiser ses désirs ?

La 4D est la dimension dans laquelle nous allons apprendre à jouer de la cocréation consciente où, justement, cela implique l’acceptation que nous sommes à l’origine de notre réalité quotidienne, en opposition à la cocréation inconsciente de la 3D qui vous fait croire que vous êtes une victime de l’environnement.

Dans un de mes articles précédents, je vous ai démontré que ce sont nos états émotionnels et mentaux qui créent la météo et que cette dernière nous influence en retour. Ainsi quand il fait un sale temps, c’est parce que le collectif auquel nous appartenons l’a créé, alors que l’on ne vienne pas me dire que la dépression ceci ou cela, car cette dépression est d’abord en nous.

Sachant que l’eau c’est l’émotion et le vent nos pensées, vous pouvez donc savoir où le collectif en est dans son agitation intérieure à partir de la météo réelle. Nous créons notre environnement sous toutes les coutures et dans toutes les dimensions qui nous influencent, même si on n’est pas au courant qu’elles existent.

Je vous rassure, tout cela est normal tant que l’on est sous le voile de l’oubli, mais au fur et à mesure que celui-ci va disparaitre, on sera mis en face de la véritable réalité des choses : nous sommes les créateurs du monde dans lequel nous évoluons. Ainsi chacun d’entre nous, individuellement, est un cocréateur local venant ajouter ses cocréations au collectif.

Ensuite, ce collectif moyenne le tout et offre donc bien l’environnement que la moyenne de l’humanité désire. Les réservoirs de stockage des différentes énergies se feront selon la dimension appropriée afin que cela impacte la totalité de l’environnement. Les différentes couches de l’atmosphère avec ses égrégores (comme les nuages par exemple) œuvreront donc selon leurs vibrations, en accord avec la loi d’attraction et de résonance.

Quand le ciel est bas et lourd, généralement notre humeur individuelle et collective suit la même musique, au même titre quand il est haut et léger… On peut donc comprendre qu’au fur et à mesure que l’on va élever notre vibration personnelle, la météo ira vers plus de clémence, au point qu’un jour plus aucune fringue ne sera nécessaire, donc exit le chauffage et les climatiseurs.

On ira même beaucoup plus loin puisqu’il n’y aura plus de jour ou de nuit, donc exit les lampadaires et les éclairages de tous types. Hé oui, en 5D la dualité jour-nuit n’existera plus, car nous vivrons dans l’intra-terre afin d’être encore plus proche du noyau cristallin de la Terre. La lumière ne sera plus extérieure mais intérieure…

Bref, il nous faut passer de la cocréation inconsciente à la cocréation consciente selon la loi de l’UN, soit la cocréation UN consciente. Il nous faut donc décortiquer plus précisément les lois permettant cette cocréation consciente. Cela va donc demander de dépoussiérer lourdement les illusions de 3D rattachées à la loi de l’Attraction précisément.

En effet, vous ne pourrez plus dire alors que vos désirs ne se réalisent pas (et donc que vous êtes nul), car vous allez comprendre qu’il faut absolument regarder la loi d’attraction sous un autre angle concernant son application pratique. Ainsi lorsqu’une personne commence à marcher sur le chemin de l’éveil, soit celui de son Êtreté, cela implique forcément que l’on a à faire avec un état vibratoire et non un état seulement mental !

Vouloir conduire un véhicule demande de passer le permis de conduire, sous peine d’avoir à faire avec des chauffeurs fous comme dans certains pays en voie de développement. Voyager sur les routes de l’univers demande donc un apprentissage réel avec un passage de permis obligatoire. La 4D (l’Ascension ou le processus de l’Ascension) correspond donc à l’auto-école et la résurrection au lâchage total du diplômé en 5D et plus.

Il y aura donc beaucoup d’appelés (les élèves) et un peu moins d’élus (ceux qui réussiront l’examen du permis de conduire). Ce permis de conduire s’appelle tout simplement la maîtrise de la pensée cocréatrice, avec la prise en charge de toutes ses conséquences. Dit autrement, la reconnaissance que tout ce qui vous arrive origine de vous, et uniquement de vous.

Ainsi, si vous égratignez la caisse, pliez une tôle, cassez un rétro ou émettez des gaz toxiques ou bruits inharmonieux, vous ne pourrez pas dire “C’est pas moi. C’est pas ma faute. C’est l’autre. C’est mon karma. C’est à cause de mon enfance. Etc.” Entre l’état d’ignorance caractérisée par le voile de l’oubli 3D et l’état de pleine connaissance de causes à effets de la 4D, vous pouvez constater qu’il y a un certain “travail” de nettoyage à faire.

Si vous lisez cet article, cela veut dire que vous êtes déjà assis au volant de votre véhicule et que vous avez décidé de quitter le mode parking de 3D, où l’environnement immédiat prête rapidement à l’auto-intoxication par les gaz toxiques que nous émettons. Il est donc de bon ton de fermer les fenêtres (ne plus regarder la TV, lire les journaux trafiqués, etc.) permettant aussi de descendre le volume sonore ambiant.

Ainsi une fois confortablement installé et non distrait par les bruits, odeurs et autres joyeusetés extérieures (conjoint, gosses, collègues et autres), vous allez pouvoir commencer à prendre connaissance avec la bétaillère… C’est sûr qu’au début ce n’est pas vraiment jouissif de reconnaître que notre mode de vie a quelque peu dégradé le carrosse originel.

Il est donc conseillé d’arrêter au plus vite les éléments les plus polluants (viande, alcool, tabac, médicaments, drogues, tél portables, bluetooth, écouteurs dans les oreilles, etc.) afin de mieux entendre les cliquetis et couinements du véhicule. C’est sûr que si le moteur est à l’arrêt, normalement vous n’entendrez pas grand chose, sinon l’autoradio qui tourne en boucle ou qui débite les conneries vibratoires usuelles des radios.

Un fois que vous aurez baissé le volume de l’autoradio qu’est votre mental-égo, tout en changeant vers une chaine musicale moins agressive que les actualités, c’est alors qu’il serait intéressant de démarrer le moteur de la conscience. C’est sûr que lancer le démarreur va créer dans les débuts quelques bruits bizarres, mais surtout des gaz peu propices à la compréhension pour autrui.

Ainsi si votre entourage se sent gazé par vos aspirations ascensionnelles, souriez pacifiquement et comprenez que pour eux ce n’est pas forcément facile de vous voir en train de vous isoler. S’ils essaient donc de vous extirper de votre véhicule, restez zen et fermez bien toutes les portes à clé. Quand ils verront qu’ils ne peuvent rien faire, ils vous foutront la paix tôt ou tard.

Le second effet du démarrage du moteur de la conscience, c’est que vous allez rapidement découvrir les vibrations qui se propagent et s’entrecroisent dans la carcasse du véhicule. C’est la phase de la prise de conscience de l’état vibratoire de la caisse. C’est sûr que dans les débuts, ça branle un peu partout, mais après un certain temps (le temps que chaque chose prenne une position d’équilibre), vous allez découvrir quels sont les objets en trop, voire indésirables, qu’il faudra évacuer pour ensuite aller visiter les couinements de la caisse elle-même.

Toute cette phase de démarrage a pour objectif de vous faire prendre conscience que votre véhicule est là pour vous faire rouler sur les voies de la cocréation consciente, plutôt que d’être une espèce de caravane mobile-home qui restera toute sa vie sur le même parking de sa naissance à sa mort… Vous comprendrez alors l’illusion de construire une clôture, d’y planter des fleurs pour soi-disant faire beau et plus joli tout en vous assurant que vous êtes bien le propriétaire des lieux…

En effet, un véritable cocréateur n’a nul besoin de stocker quoi que ce soit ou d’emmagasiner pour cause d’un sentiment de manque. Un véritable cocréateur, c’est celui qui reste dans la fluidité du mouvement et qui bougera d’une place de parking à l’autre selon la route qu’il aura fait. Il ne s’emmerde donc pas avec les garde-meubles, la clôture ou le jardin, car il sait qu’il aura tout selon ses désirs.

La question donc est d’abord de démystifier le mot désir, car bien évidemment, là encore, on nous dit d’abandonner notre corps de désir afin de ressusciter. En effet, le corps de désir de 3D est totalement ancré dans le manque, dans le besoin d’une survie et donc dans l’illusion totale créée justement par le voile de l’oubli. C’est donc totalement normal, mais il y a aussi le désir de 4D, et celui-ci n’a pas du tout la même odeur que son homologue de 3D.

C’est à l’image du “Ne sois pas égoïste” de 3D. Pourtant si tu veux passer en 4D, il va te falloir justement devenir égoïste, mais pas dans le sens de la 3D, c’est-à-dire dans l’aspect purement matériel. Ainsi le désir de 4D est en fait l’impulsion intérieure (et donc non mentale) qui te pousse à vouloir évoluer en termes de fréquence afin de vivre une expérience encore plus enrichissante et surtout nettement moins traumatisante.

Le désir dans sa version 4D n’est en fait que l’impulsion naturelle à vouloir rejoindre notre Êtreté. C’est en cela qu’il ne sert à rien de vouloir convaincre quelqu’un de s’impliquer dans le processus de l’Ascension, car s’il est possible de mettre dans le crâne un pseudo-désir (c’est le rôle de la pub) il en est tout autre pour que cela vienne du cœur…

La cocréation consciente ne peut se mettre en place véritablement que si cela provient d’un désir du cœur qui n’est en fait qu’une “commande bienveillante” provenant de votre Soi Supérieur afin que vous puissiez (en tant que conducteur) savoir où vous devez aller pour remplir votre contrat de vie. C’est ainsi que vous aurez la direction qu’il vous faudra renseigner dans votre GPS (votre mental conscient).

Une fois le désir, l’impulsion reconnue, il vous faudra enclencher la 1ère vitesse et desserrer le frein à main. Nous verrons donc à quoi cela correspond dans le prochain article tout en y replaçant aussi la fonction essentielle des émotions. D’ici là, je vous souhaite une bonne intégration de ces quelques éléments.

Laurent DUREAU

Article paru à l’origine sur le blog 5D6D le 11 mai 2012 et réactualisé sur le blog 345D le 23 novembre 2012.

Lien Permanent pour cet article : http://345d.fr/illusions-3d-rattachees-a-la-pensee-creatrice/

«

»