«

»

Imprimer ce Article

Ho’oponopono, pas facile à lire mais si puissant !

 hooponoponoEn l’An de grâce 2009, des vérités font surface. Je vous en soumets une qui est d’une portée réelle, bien que difficilement compréhensible dans le monde mental des occidentaux.

Cette technique, issue d’Hawaï, capitale de la Lémurie plantée en plein milieu du Pacifique, sonne totalement dans le registre des gens du cœur. Ça me plait, alors je vous l’offre avec une petite chanson pour commencer.

 

Cette chanson très cool et très romantique est, comme vous l’avez vu, dans le registre de l’amour. Loin de l’édenté qui a du mal à rouler les r, je ne parle pas de ô-porno-porno (o-po’no-po’no) mais de Ho’o-pono-pono.

Il pouvait y avoir confusion, alors je tenais à confirmer que cela n’a rien à voir dans le fond ni dans la forme quoique vu sous un certain angle, Ho’oponopono visent à démêler ce qui a été mêlé…

Alors, qu’est-ce que Ho’oponopono ? C’est une technique simple qui n’est pas remboursée par la sécu pour la simple raison c’est qu’elle n’est pas vendue en pharmacie car gratuite.

Vous avez déjà vu des pharmaciens vous refiler quelque chose gratuitement et qui plus est vous redonne la santé ? Jusqu’à maintenant, je n’ai connu que le contraire : c’est payant et pas assuré du tout sur le résultat, surtout à long terme !

Je ne dénigre en rien ces pauvres pharmaciens habillés tout de blanc dans une atmosphère tellement aseptisée que je me demande encore comment ils font pour survivre dans leur aquarium.

Bref, au passage, je tiens quand même à remercier l’unique pharmacien qui a joué avec la peau de mon crâne à Noël dernier. A la piscine du coin, j’ai trouvé l’occasion de tomber dans les pommes pendant mon petit pipi.

Passé de la position verticale consciente à celle d’horizontale en pleine mare de sang, les pompiers et les secouristes locaux n’en menaient pas large au vu de la beauté de l’éclatement crânien.

Il faut dire que 95 kg tombés en arrière droit comme un pic sur un carrelage tout neuf sans même avoir plié du genou, ce n’est pas tous les jours que cela arrive. Bref, il m’a fallu être très ferme pour signer toutes les décharges du monde afin d’éviter l’hosto et toutes les bestioles qui grouillent là-dedans.

Je suis donc passé, casqué comme un pharaon en fuite, chez le premier pharmacien du coin pour acheter du sparadrap ! La très jolie jeunette derrière le comptoir appela très rapidement son chef rien qu’à la vue de la partie de sarcophage que j’avais sur la tête.

Bref, je vis débarquer un superman aux yeux étincelants à l’idée de pouvoir aider un ET dérouté. Il m’invita dans une espèce d’arrière boutique où il me fit assoir afin de me décoffrer.

A la vue de mes futures cicatrices, je crus ressentir un gloussement de sa part. Je suis sûr qu’il avait loupé l’école de médecine, section chirurgie, tant il était aux anges de pouvoir enfin passer à l’action.

Il a fait du travail de pro avec ses sparadraps mais à un moment donné, j’ai senti son hésitation quand, suite à sa désinfection par un alcool costaud, j’ai commencé à blanchir comme un linge.

Assis sur le bord de la chaise, je pense qu’il a entrevu une nouvelle rencontre carrelesque mais cette fois-ci par le devant. C’est vrai qu’avec ses 70 kg, je le voyais mal remuer ma carcasse.

Bref, je lui rends hommage car maintenant je me balade avec un beau Y derrière le crâne sur lequel on ne voit aucune suture. Obama venait d’être élu et se balader avec un beau “Y”es we can en cicatrice sur le crâne, tout le monde ne peut en dire autant !

Bien que l’idée d’être recousu ne soit pas vraiment ma tasse de thé, il m’a de plus fait cadeau de toute l’intervention incluant le matériel utilisé. Il m’a même refilé des compresses supplémentaires car il y avait encore des fuites.

Alors quelle relation avec Ho’oponopono ? Moi, j’en vois une et qui n’est pas des moindres : je lui ai donné la chance de pouvoir faire ce qu’il aurait probablement aimé faire toute sa vie : aider en faisant don de sa connaissance.

Une petite dette karmique ? Je n’en sais rien, sauf que je n’étais pas parti à la piscine pour me fracasser le crâne et finir dans une pharmacie coincé entre deux piles de cartons. On m’expliquera plus tard… dans une autre vie.

Et bien que n’étant pas en adamantium comme Volverine, je me demande encore comment j’ai pu faire pour m’en sortir à si bon compte. Il faut dire que tomber dans les pommes en arrière en étant débout devant l’urinoir n’est pas courant !

Bref, pour revenir dans le sujet, je vous propose d’aller explorer le Ho’oponopono en allant à l’article suivant. Il est un peu long mais lire la bonne moitié suffira pour les plus curieux.

En résumé, Ho’oponopono, c’est l’art de vous guérir de quelque chose que vous ne pensiez ou ne saviez pas avoir. Voyez que ça n’est pas très rationnel pour un cerveau occidental mais cela n’empêche pas que ça marche.

Sinon moi qui me disais que mes articles étaient de plus en plus longs, vous pouvez vraiment remercier le Ciel que je fasse dans le résumé ! C’est ça toute la différence entre des études scientifiques et littéraires.

Les premières font dans la formulation mathématique tandis que les secondes font dans la formulation de l’épandage. C’est vrai que l’on n’a pas la même vision de la page blanche.

Pour un littéraire, il faut la remplir absolument sous peine d’être vu comme un nul tandis que pour le scientifique, c’est juste un brouillon où il va tenter d’écrire un résultat le plus simple et le plus juste possible.

On comprend que les deux mondes ont un peu de difficulté à se causer et à se comprendre. Bref, avec l’âge, je vois que j’écris de plus en plus car en fait je ne serais plus capable d’écrire quelques formules correctement.

On peut donc en conclure que l’écriture est une dégénérescence qui commence par la disparition des cellules matheuses laissant ainsi des vides neuronaux à remplir par un verbiage se voulant rassurant.

Et puis, je conçois assez bien que les cellules matheuses ne soient pas données de naissance à tout le monde sinon je signerais robocop depuis longtemps…

Dis papa, c’est quoi Alzheimer ? J’sais plus mon fils mais c’est peut être l’inventeur de l’alka selzer. Tu sais le truc pour ne plus avoir mal à la tête (suite aux nombreuses questions du fiston…).

Laurent DUREAU

PS1 : Cet article est écrit et publié en cette date du 8 mai, jour commémoratif de tous ceux qui se sont tapés dessus et étripés parce qu’on leur avait demandé de le faire. Ho’oponopono, bandage spirituel du présent pour corriger les erreurs du passé, est donc totalement approprié !

PS2 : D’autres vidéos pour le comment faire sont associées à celle du début de cet humble article. Les Anglophones s’y retrouveront. Pour les autres, allez brûler un cierge et peut-être quelqu’un vous expliquera…

Article paru à l’origine sur le blog Booster Votre Influence le 8 mai 2009 et réactualisé sur le blog 345D le 14 juillet 2012.

Lien Permanent pour cet article : http://345d.fr/hooponopono-pas-facile-a-lire-mais-si-puissant/

(8 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Energi63

    J’ai beaucoup ri en lisant tes déboires urino-aquatiques…
    Désolée, Pardon, Merci, Je t’aime Laurent

  2. paulette

    a h ah ah sur l’alzheimer and alka selzer great

    bon week end

  3. doxin

    excellent ! A garder à l’esprit chaque fois que la vie prend une tournure morose.

  4. Françoise

    alors on fait

    ho’opono pono à Laurent et ses collaboratrices et aussi à nos questions à la « con » parfois car dans le mental-ego encore…
    merci pour ce site
    bisou à tous

  5. Jacquin

    Je trouverais cool que nous puissions, nous, simples français pas anglophones, lire et entendre des messages écrits et enregistrés dans la langue de Shakespeare…
    N’y-a-t-il pa moyen de donner des liens en français ou nous indiquer comment trouver une solution à notre handicap ?
    Merci à vous

    1. Brigitte

      Une simple recherche « ho oponopono en francais » sur Youtube m’a conduite à cette page de résultats:
      http://www.youtube.com/results?search_query=ho+oponopono+en+francais&oq=ho+opo&gs_l=youtube.1.1.0i10j0.2591.5545.0.7698.6.6.0.0.0.0.88.452.6.6.0…0.0…1ac.xe4aAaxtsF0
      Est-ce cela que tu cherchais ?

  6. christine

    j adore ton humour Laurent …..On pourra dire que tu me fait pleurer (de rire) : pardonne moi, je suis désolée, je t aime, MERCI ……………..

  7. Dodienina

    Je crois que je vais aller brûler un cierge …

Les commentaires sont désactivés.

«

»