«

»

Imprimer ce Article

Evolution et transformation du corps humain…

evolution-corpsIl est clair qu’en ces temps d’Ascension, beaucoup d’informations s’entrechoquent dans les multiples canalisations faites par-ci et par-là si bien qu’au final, il devient difficile d’y voir clair et d’y voir une cohérence tant les vocabulaires employés sont disparates.

Je dirais même que derrière un même mot, les définitions sont très différentes et qu’un même concept est souvent exprimé avec des mots très différents. L’exercice du marcheur ne consiste donc pas à vouloir seulement marcher vers sa divinité intérieure mais surtout à débroussailler la verdure qui encombre le chemin…

Je vais donc une fois de plus vous aider à y voir clair car au fur et à mesure que l’on avance, la flore et la faune évoluent elles aussi ! Cet article va donc aborder plein de points différents qui, ne payant pas de mine individuellement, vous aideront sûrement à aborder le tableau général avec plus de clarté.

Je rappelle, à tout hasard, que je ne suis le canal de personne, d’aucune entité distincte de moi, et qu’à ce titre je n’ai aucun message à vous transmettre ! Cependant, il semblerait que ma capacité à rendre simple les choses et à les expliquer serait mon humble mission-participation au mouvement actuel d’Ascension.

Dit autrement, je ne suis pas une antenne connectée à des êtres supérieurs (un canal) mais plutôt celui qui se sert de cette information fortement colorée par le vocabulaire local du receveur et des concepts qu’il peut comprendre. En fait, je suis un décodeur qui ne fait qu’afficher l’image sur l’écran de la conscience. Je métaphore donc lourdement tout en utilisant un vocabulaire plutôt populaire.

Hé oui, si le spectateur s’ennuie à mourir devant le poste de radio plus ou moins orienté à cause de sa fabrication culturelle qu’est un canal, le poste de télé a une autre corde à son arc, autre que seulement le son : celui de fabriquer des images, d’y introduire du mouvement et tout cela avec joyeuseté afin que le spectateur se détende et rigole un peu…

Je fais donc dans le visuel autant métaphoriquement que dans les dessins. J’y ajoute de l’humour tout en utilisant un langage simple et accessible à tous. J’évite donc la majorité des mots ésotériques qui font bien (style sanscrit, hébreu, etc.) ou appartenant à des enseignements spécifiques utilisant un vocabulaire très pointu.

Je vais donc me permettre aujourd’hui de vous offrir un début de dictionnaire par rapport à certains canaux. Je ne dis pas qu’ils racontent des bêtises, bien au contraire, mais cela appartient à votre discernement et non au mien. J’ajouterai juste que la quasi-majorité des canalisations reçues par des américains ne parlent que de Dieu et de l’âme parce qu’ils ne connaissent que ça pour exprimer ce qui est de l’autre côté du voile.

Cela n’enlève rien à la véracité de leur message mais complique un peu les choses car ces 2 mots sont utilisés à toutes les sauces. Dit autrement, ils ne possèdent que 2 mots dans leur dico alors que les Européens en auraient plusieurs dizaines. Il est donc intéressant d’avoir cela à la conscience quand vous lisez des canalisations d’origine anglophone. Ça vous permet de prendre du recul et de ne pas prendre à la lettre les 2 mots incriminés.

Comprenez que je n’ai rien contre les américains mais qu’il faut seulement comprendre que leur formatage culturel est quasiment basé sur la bible. Ils versent donc assez facilement dans la citation de versets bibliques tout en sachant que “Dieu” est sur chacun de leurs billets de banque… Ils sont donc culturellement totalement englués dans une version alors que nous, en Europe, nous avons pris du recul. Ce n’est pas un jugement mais juste un constat, et il est important de l’avoir à l’esprit pour mieux décoder leurs canalisations.

Cela étant dit, autant les américains ratatinent tout à Dieu et à l’âme, nous avons l’inverse en Français où c’est plutôt le déluge de mots ou, pour certains canaux les mots devenant insuffisants, on en arrive carrément à des expressions à rallonge. Mélangez tout ça à des mots ésotériques appartenant à d’autres langues (principalement le sanscrit et l’hébreu), et vous serez prêt à faire l’envol dans les mondes éthérés de l’incompréhension totale…

Nous avons des forts en thème à ce sujet qui ont largement la stature de Walsh (Conversation avec Dieu) ou Lee Carol (Kryeon), c’est-à-dire un message réel, pertinent et structuré, sauf qu’il est enrobé d’un vocabulaire imbitable ! C’est sûr que ça revient quasiment à apprendre une langue étrangère pour décoder. Je pense que vous savez de quel enseignement je parle.

Il y a les Noces célestes, le feu de l’éther, la couronne radiante, le sacrum, le retour du Christ, l’Annonce de Marie, le Retournement de la conscience, la conscience Unitaire, le canal marial, le feu du coeur sans oublier le bindu, les différents Samadhi, les trucs kodesh, etc. C’est un vrai déluge de mots et d’expressions fait uniquement pour les lettrés ayant passé des décennies à étudier les enseignements védiques ou hébraïques…

Bref, pour le commun des mortels, et surtout celui qui vient juste d’ouvrir les paupières concernant l’Ascension, le message est loin d’être assimilable instantanément ou, dirons-nous, sans trop d’effort. Je vais donc à ma manière vous démystifier tout ça avec quelques concepts basiques et un dessin.

Mais avant cela, il va vous falloir comprendre ce qu’est un moteur électrique et comment il fonctionne. Un moteur électrique est constitué de 3 parties principales. Il y a un stator et un rotor qui sont maintenus dans une cage. Cette cage sera la structure extérieure qui maintiendra et inclura les 2 autres parties.

Le stator n’est qu’un fil de cuivre enroulé sur lui-même comme le serait une botte de laine creuse. Il sera fixé sur la cage afin qu’il ne puisse bouger sur lui-même. Le rotor est lui aussi une botte de laine en cuivre enroulée sur un axe et qui sera mise à l’intérieur de la botte de laine du stator. Le moteur électrique est donc au final un rotor (enroulé autour d’un axe) qui est inséré dans un stator lui-même fixé à la cage extérieure.

Ce moteur électrique est la partie matérielle et visible que nous voyons. Seulement quand il est tout seul, il ne sert à rien car rien ne le parcourt… Il est donc mort quand il est à l’arrêt. Il est à l’image de votre corps physique quand vous êtes mort. Tous les constituants sont là mais il y manque l’énergie. A ce titre, il est équivalent à votre 1er chakra (c’est de la matière, du minéral et ça ne bouge pas d’un iota !).

Pour donner mouvement à ce moteur “électrique”, il faut donc lui apporter un courant électrique. Ce courant électrique est invisible à vos yeux mais peut être perçu si vous mettez les doigts dans la prise… Ça vous secouera un peu, voire beaucoup selon la tension et l’intensité du courant qui pourra passer.

Cette force invisible va donc parcourir le fil de cuivre du stator, ce qui aura pour conséquence de créer un champ magnétique important à l’intérieur de la pelote de laine. Et comme à l’intérieur de celle-ci il y a une autre botte de laine (le rotor) celle-ci se verra mettre en mouvement car le champ magnétique du stator lui transmettra une force invisible mais réelle.

Ainsi la partie qui était inerte (mais pouvant bouger) va se mettre à tourner dès qu’un champ magnétique va se créer à la mise sous tension. Le sens de branchement de l’électricité au stator va déterminer dans quel sens le rotor tournera. A ce titre, l’électricité est à l’image de votre 2ème chakra, c’est-à-dire celui qui va donner vie au corps physique, voilà pourquoi on l’appelle le corps énergétique.

Si l’électricité faiblit, le moteur ralentira. S’il y a des coupures, le moteur en subira directement les ralentissements pouvant aller jusqu’à l’arrêt total. Juste à titre d’info, si vous avez une crise cardiaque c’est parce que le jus a été coupé, donc le moteur s’arrête, tout bêtement. Et pour le redémarrer, les toubibs aiment bien vous appliquer les électrodes du défibrillateur qui vous envoie quelques centaines de volt dans la carcasse. Comme on dit, on vous met au courant…

Voile-oubli-1C’est ainsi que les choses fonctionnent dans notre corps physique où 3 moteurs différents sont à l’œuvre. Il y a le moteur de la Terre (le fameux sacrum), le moteur de l’humain (le feu du cœur) et le moteur du Ciel (la couronne radiante).

Alors à la question “Ai-je le feu du cœur en route”, la réponse est toujours invariable : Si le moteur tourne, tu ne poserais pas la question parce qu’il y a une différence fondamentale entre un moteur arrêté et un moteur en mouvement.

S’il est arrêté, tu te poses la question car tu restes un observateur. Tu es donc encore dans ton mental (le stator fixé à la carcasse que l’on nomme égo). Par contre, si le courant passe, cela veut dire que l’énergie féminine du cœur est vraiment à l’œuvre parce qu’elle a atteint un courant suffisant pour casser la résistance de la rouille du mental…

Ainsi quand on vous dit de lâcher prise, d’avoir du détachement, c’est pour faciliter le démarrage du moteur du cœur. Et s’il a vraiment démarré, cela voudra dire que vous avez trouvé votre centre, là où le sentiment de l’unité intervient.

Or, quand on regarde ce dessin, on remarque que l’énergie “électrique”, l’énergie vibratoire ne peut venir que de votre Soi Supérieur car il est la partie vibratoire, la partie féminine de votre incarnation terrestre qui, elle, est masculine (votre Soi Inférieur).

Voilà pourquoi, les messages canalisés ont commencé par la couronne radiante (le moteur du ciel) où les 12 étoiles n’étaient que la représentation des 12 aimants permettant la rotation du moteur. Ainsi quand on vous parle des croix fixes ou mutables, ce n’était qu’une explication correspondant à une remise en route du moteur du Ciel (le yin-yang bleu).

C’est ainsi que si le feu de l’Esprit venait à être suffisant fort, la couronne radiante allait être de nouveau en mouvement. C’est aussi le pourquoi des protocoles donnés qui aujourd’hui ne sont plus forcément d’actualité, mais cela dépend surtout de la rouille accumulée par chacun…

De plus, pour que le courant passe de nouveau entre votre Soi Supérieur et le Soi Inférieur, il a bien fallu transpercer le second voile de l’oubli que j’ai représenté en vert. Cela a correspondu au transpercement, au trouyautage de ce qui est nommé l’ionosphère, soit l’équivalent de l’astral supérieur.

Laissant passer de plus en plus de jus (les noces), le moteur du Ciel a donc eu plus de chance de redémarrer ou non. Ainsi, selon le degré de résistance (de rouille) de chacun, le moteur a vibré, toussoté, démarré puis calé pour redémarrer, etc. C’est pour cela qu’il est impossible de dire l’état exact de la vitesse de rotation de chacun, sauf que chaque tentative de démarrage s’est fait entendre par la note SI qui, je le rappelle, est la note du 7ème chakra, soit le 1er chakra “matériel” du Soi Supérieur.

Cette note Si est donc le couinement de la remise en route du moteur du Ciel. Ensuite si vous sentez des trifouillis comme si on vous enfonçait des aiguilles à tricoter au sommet du crâne, cela indique que le rotor est en mouvement et qu’il nécessite encore quelques ajustements pour être parfaitement axé. La note SI se déplacera alors des oreilles vers l’intérieur dans l’axe vertical de votre crâne.

Ainsi, que le moteur du Ciel remis sous tension ne démarre pas ou peine à se lancer, cela n’empêchera pas le courant d’aller se propager au moteur de l’Humain (le yin-yang jaune vert) via le fameux canal de l’éther. Là encore il y aura des secousses, des soubresauts et ça durera jusqu’au moment où le moteur sera définitivement lancé.

La conscience Unitaire n’est vraiment là que lorsque ce moteur tourne. Il n’y a donc plus à penser, à observer, à réfléchir mais seulement à suivre La Vibration qui vous anime. Cela s’appelle ÊTRE et n’appartient donc plus au comprendre, à ce mental qui n’en est encore qu’à l’observation d’un moteur arrêté. C’est le technicien qui veut savoir mais une fois le moteur en route, le technicien n’a plus rien à faire sinon obéir à ce que lui dit de faire le moteur en action.

Hé oui, un moteur électrique qui tourne pour rien ça n’existe pas. Il a donc de fixé sur l’arbre du rotor une hélice qui ventilera ou qui coupera le concombre en rondelle ou toute autre chose comme faire tourner un DVD dans un lecteur. C’est donc la ménagère qui décide de couper du concombre ou de faire des carottes râpées, et la ménagère s’appelle le Soi Supérieur. On l’appelle Marie tandis que la forme de l’instrument s’appelle Mikaël (vous vous rappelez de son épée, celle qui coupe et tranche !).

Grâce à la tension venant du haut, maman Gaia n’est pas en reste puisque, elle aussi, elle peut faire un pas vers le haut. C’est ainsi que le sacrum (le moteur de la Terre – le yin-yang rouge orange) peut s’activer lui aussi. On peut se sentir avoir un peu le feu aux fesses (ou les hormones si vous préférez) dans ce processus.

La rencontre principale se fait donc au niveau du cœur, au niveau du moteur de l’Humain, là où se situe justement le 1er voile de l’oubli. On voit donc que les voiles de l’oubli sont comme des barrages, des isolants au passage de l’énergie. Le 1er voile de l’oubli est personnel et il se situe au niveau du diaphragme. C’est donc à chacun de voir midi à sa porte pour débloquer toutes les énergies et émotions qui l’habitent (d’où l’impossibilité de vouloir sauver quelqu’un lors de la phase d’Ascension).

A part que ce centre de blocage est lié au bas astral, et a donc quand même une connotation collective. Là encore, vous comprendrez qu’en agissant à notre niveau dans notre intériorité, nous perforons l’enveloppe du bas astral que nous avons créé depuis des millénaires et des millénaires. Donc inutile d’aller courir dehors pour faire des choses mais bien de vous installer dans le cœur de ce qui vous êtes et de le vivre à fond dans l’instant présent en toute humilité et simplicité !

Le second voile de l’oubli est purement collectif et touche notre constitution même en tant qu’humanité. Cependant cet astral supérieur est en contact avec le Ciel, c’est-à-dire avec notre Soi Supérieur ( votre féminin) qui navigue d’une certaine manière entre le Soleil et nous. Ainsi quand on vous parle de votre corps d’Êtreté qui vient du soleil à votre rencontre (vents magnétiques dues aux éruptions solaires) c’est bien une réalité !

L’ensemble de ces venues individuelles des corps d’Êtreté s’agrègent en un véhicule immense (la Merkabah Interdimensionnelle collective) faisant en sorte que le Nouveau Monde se matérialise de plus en plus pour l’humanité toute entière. Le changement de conscience sera donc collectif, bien qu’au départ il dépende du nombre d’individus ayant eu l’intention de retourner à la maison en retrouvant tout simplement leur divinité.

Ce 2ème voile de l’oubli est physiquement le corps calleux, c’est-à-dire la membrane osseuse qui contient les glandes des 6ème et 7ème chakras et qui sépare notre hémisphère gauche (la logique linéaire – le masculin) du cerveau droit (la logique quantique – le féminin). Ainsi à chaque fois que vous vous sentez trafiqué par le haut du crâne (et plus particulièrement du côté gauche – le côté obstrué du mental linéaire), c’est bon signe. Si par contre c’est du côté droit, du côté féminin quantique, c’est que des entités malveillantes veulent vous obstruer votre retour à l’état quantique.

Le Christ sera donc de retour à n’importe quel moment, c’est-à-dire au moment où la liaison entre vos 2 hémisphères sera suffisante pour laisser passer totalement votre Soi Supérieur. L’Ascension consiste donc à la destruction simultanée des deux voiles de l’oubli qui bloquaient la transmission des informations d’abord entre votre Soi inférieur et votre Soi supérieur.

Marie vous cause via le cœur (4D) et Mickaël tranche en 3D (votre mental remis à sa place comme outil et non plus comme commandeur mais comme exécutant). Donc personnellement, vous vous occupez du 1er voile de l’oubli qui vous est strictement perso et cela a pour conséquence de démolir le second voile de l’oubli qui, à travers la réunion du Soi inférieur et du Soi Supérieur, vous fera découvrir les noces avec le Christ qui n’est en fait que la réunion de votre Grand SOI (qui va de la 13D à la 24D) avec votre petit Soi.

Comme vous le voyez, il est important de se séparer de l’image religieuse du Christ car c’est, en fait, l’histoire d’un individu appelé Jésus qui est venu faire la démonstration publique que chacun pouvait devenir Christ. Il n’a été que la graine démonstrative qu’en chacun de nous, il réside le pouvoir total de reprendre conscience de qui nous sommes réellement. Ainsi le choc de l’humanité, la nuit noire de l’âme et tout le bataclan, ne sont que verbiage pour un mental-égo affolé qui sait qu’il va aller sur la croix… et qui brandit le drapeau de la peur à tout va.

Quand le cœur est sous tension car alimenté par le véritable amour, le moteur du mental ne cherche plus que l’unité s’il ne veut pas exploser en vol. Sa foi sera inébranlable, même s’il ne sait pas encore s’il va râper des carottes ou monter les œufs en neige… Il abandonne toute projection car, en fait, il est peut-être monté sur des pales d’hélicoptère ou d’un sous-marin.

Mais il a compris qu’il était une pièce, un rouage, dans une mécanique immense qui sans lui ne tournerait pas vraiment rond. Il s’abandonne donc avec humilité à ce qui le dépasse tout en sachant qu’il est aussi important (pas plus, pas moins) que n’importe quelle pièce. Il sait qu’il est “au service de” et qu’il remplira son rôle, si et seulement si, il s’abandonne au mouvement de son cœur qui lui indiquera à chaque instant ce qu’il est et ce qui le définit en fin de compte : l’UN observant son propre mouvement à travers sa propre création !

Laurent DUREAU

Article paru à l’origine sur le blog 4D5D le 17 octobre 2011 et réactualisé sur le blog 345D le 11 septembre 2012.

Lien Permanent pour cet article : http://345d.fr/evolution-et-transformation-du-corps-humain/

(5 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Nicole.A

    Merci Laurent,

    Comme je connaîtt le langage sanskrit et hébraïque je suis parfois un peu perdue avec ton langage très imagé populaire (argo français).

    Mais par cette simplicité du langage que tu utilise je pense que tu touche le cœur de beaucoup de jeunes, ce qui est formidable.

    Et quand je ne saisi pas tout de suite, vive le lâcher prise, ça rentre directement par la porte du cœur.

  2. Nicole.A

    Merci Laurent,

    Explications très complètes et claires .

  3. Isabelle

    Bonjour à vous!,

    Comme c’est merveilleux de pouvoir comprendre bien des choses.

    Votre travail est essentiel à beaucoup de personnes qui cherche

    une voie et qui ne comprennent pas tous ce charabia.

    Bravo! et continuer de nous encourager à progresser en comprenant

    bien ce qui se passe en nous et autour de nous.

    À bientôt et continue de vous suivre…

  4. Fabrice

    Bonjour,

    Je ne comprends pas, je cherche et je trouve à travers vos textes les explications fondamentales de la vie, des réponses à des questionnements qui datent de mon adolescence, et je ne peux m’empecher d’éclater de rire, tout seul, toutes les 2 minutes !
    C’est bizarre non ?
    Ne changer rien, c’est vraiment parfait !
    Mille fois merci en tout cas.

  5. Didier

    Notez la petite anecdote amusante de Pierre qui était sur une barque, gros temps, grosses vagues etc. en compagnie de quelques potes.

    Jeshua arriva vers la barque en marchant sur l’eau.
    Pierre lui demanda d’ordonner qu’il puisse le rejoindre.
    Jeshua lui dit : Vas-y gros, keep cool.
    Pierre fit quelques pas sur l’eau.

    Mais quand l’info est arrivée au cerveau, le mental ne sût pas quoi en faire, ça sortait des trucs « normaux » alors il prit peur, et lança les torpilles d’adrénaline.

    Et Pierre, plus très cool, coula.

    C’est ballot, hein ?

Les commentaires sont désactivés.

«

»