«

»

Imprimer ce Article

Dis-moi qui tu es, comment tu te vois et je te dirai…

 souhaitsJe te dirai quoi ? Non pas ce que tu veux entendre, mais surtout ce que tu dois entendre… En effet, que feriez-vous pour manipuler quelqu’un qui baigne en pleine rêverie d’un Nouveau Monde ?

C’est simple, il suffit de lui dire ce qu’il veut entendre, et ensuite il vous suivra jusqu’à la porte où vous avez envie de l’emmener… Cela a marché de tous temps, à toutes époques, et avec la majorité des préhumains.

Je ne vous apprends rien de neuf, et pourtant cela ne vous empêche pas de tomber dans le panneau ! C’est si facile de vouloir croire à ce que l’on désire le plus, surtout quand cela relève du manque…

Quoi de plus facile que d’accepter le plateau repas quand on n’a pas mangé de la semaine ? Même moi, je me suis fait griller les ailes sur ce qui me semblait lumineux, élevé et pur. Et pan, d’un seul coup cela sentait le grillé !

Alors que faire ? Que croire ? Comment s’en sortir ? Ben, c’est facile : centrez vous dans le cœur ! Ben voyons, que c’est facile à dire ! Car après tout, celui qui n’est pas dans l’action semble ne pas vraiment prendre de risques….

C’est vrai, plus le temps passe, et plus nous nous approchons de ce moment, si désiré par certains et probablement inconnu pour d’autres qui le traiteront de fumisterie, sans compter sur les faux prophètes qui en font leur choux gras.

J’ai décidé d’écrire cet article aujourd’hui, car plus on s’approche de ce moment fatidique, plus je ressens de l’irritabilité, de la susceptibilité, et quelquefois une grosse démangeaison afin d’exploser ce qui m’irrite (cf L’hypersensibilité et son traitement).

J’essaie pourtant de me calmer, de retourner à une forme de zénitude, et pourtant cela revient sans cesse à la charge. C’est un peu à l’image de la crème apaisante que l’on se met sur la plaie, et qui fait le contraire de tout ce que vous en attendiez.

Vous pensiez mettre de l’eau sur le feu, mais en fait c’est comme si vous balanciez quelque chose qui fera que le feu deviendra encore plus fort, plus virulent, et donc plus chatouillant là où ça fait mal. J’ai donc regardé la chose avec une certaine acuité et curiosité….

Sans nulle doute, cela est probablement dû aux nouvelles énergies qui nous cuisent comme au micro-ondes (cf. Elles sont là, devant nous, mais qu’allons-nous en faire ?). Au début, on ne sent rien, et puis plus ça va plus ça chauffe, jusqu’au moment où la sauce vient à se projeter sur les parois dudit micro-ondes. Ça sent la dégoulinade… Mais qu’est-ce donc au juste ?

Fin cuistot en cuisine karmique, agrégé en philosophie préhumaine et maître es-conférence en mayonnaise métaphysique, j’ai ouvert les écoutilles, sorti tous les reniflards connus, et commencé à ramasser les données volcaniques.

C’est ainsi que j’ai pu découvrir que nous sommes véritablement au milieu de la poêle cosmique en train de roussir dans le jus de nos propres croyances, héritées par ce manque permanent que nous expérimentons depuis un paquet de réincarnations.

En clair, nous projetons nos idées de paradis, nos idées de fraternité, nos idées d’entraide, nos idées de “comment se connecter aux Dieux”, nos idées de santé parfaite et nos idées de corps parfaits….

C’est vraiment à la fois angélique et ras des pâquerettes. Nous aimerions ascensionner et, si possible, avoir un corps mieux foutu, moins déglingué et au passage sérieusement relifté. On se voit comme dans les peintures artistiques en un apollon ou une déesse super bien gaulée, souriante et doucereuse à souhait….

Et paf, sur la paroi du micro-ondes une dégoulinade vient nous rappeler que ce n’était qu’une projection d’un manque, oui d’un manque d’amour par rapport à ce que l’on est, ici, maintenant, aujourd’hui…

Malgré nous, et avec la meilleure volonté du monde, nous sommes plus ou moins en train de projeter tout ce qui sera notre prison demain, dans ce Nouveau Monde que nous désirons si ardemment.

On recherche de l’info tous azimuts sur les dates, sur ce qui va se produire et comment cela va se faire. L’impatience nous gagne, et sincèrement pour beaucoup d’entre nous, cela nous chauffe à blanc d’attendre, encore attendre, et toujours attendre.

On est vraiment des gosses, des gosses de maternelle. C’est mignon, c’est touchant, mais pas vraiment “réaliste” et responsable. Imaginez un peu si nos rêves de gosse s’étaient réalisés ?

On aurait des vaches volant dans le ciel, des maisons défiant très sérieusement les lois de la gravité, des voitures qui suceraient 100 litres au cent, et puis surtout des amoureux ou amoureuses complètement loufoques…

Mouais, c’est pas faux, mais c’est pas vrai non plus me direz-vous. Il faut bien rêver, sinon où serait la poésie… dans ce monde si peu enviable de notre vie de tous les jours ? Mouais, mais y a un os !

De l’autre côté du voile, ce n’est pas le bordel, ce n’est pas le libre-arbitre (cf. Libre-arbitre: croyances et incompréhensions), ce n’est pas le bac à sable où chacun fait tout ce qu’il veut. Ce n’est pas “chacun pour soi et le reste on s’en fout pourvu qu’on ait l’ivresse”…

En clair, nos superbes projections enfantines vont se retrouver sévèrement recalibrées au point de nous être méconnaissables. En effet, qui aujourd’hui peut dire ce que vous allez devenir, puisque nous-même on est incapable de se rappeler qui l’on est ?

Certes, on peut avoir des vapeurs, des aperçus de ce que l’on est, mais vu le délabrement génétique dans lequel on baigne, il est difficile d’extrapoler, à la vue de la tôle pliée, que nous sommes aptes à retrouver la forme originale !

Dit autrement, il nous faut vraiment avoir l’intention (cf. Le pouvoir ultime de l’être humain) d’être nous-même, de vouloir retourner au bercail et d’oublier toute notre liste de désidérata basés sur nos manques, nos croyances et nos visions culturelles rabougries.

Il nous faut faire confiance à l’inconnu, il nous faut faire confiance à l’intelligence et à l’amour de nos anges afin que nous reprenions nos formes initiales, nos fréquences divines, mais aussi nos objectifs initiaux.

Tout le reste, toutes les projections que nous faisons, finiront, tôt ou tard, sur les parois du micro-ondes, car elles appartiennent à la 3D et à son cortège de rêveries préhumaines Urantiennes !

Sommes-nous la graine qui désire imposer son futur en visualisant la forme de ses feuilles, ou faisons-nous confiance au jardinier qui de l’autre côté saura nous mettre dans les meilleures conditions afin que nous déployions ce que lui-même ignore ?

D’après vous, pourquoi les jardiniers sont-ils autant aux petits soins pour nous, tout en nous disant que le boulot, c’est nous qui devons le faire ? Ils ne peuvent pousser pour nous. Ils ne peuvent que nous donner l’environnement adéquat.

Eux, ils sont de l’autre côté (avec beaucoup d’avantages), et nous, on est en plein humus en se disant qu’il y fait bien noir et que ça ne sent pas si bon que cela. Ils ne peuvent donc que remuer la terre un peu pour l’aérer de leur lumière et de leur amour.

Quand l’humidité de leur amour nous coule sur les joues et dans le cœur, il ne nous reste plus qu’à faire grandir ce germe de nous-mêmes dont nous n’avons vraiment aucune idée véritable.

C’est seulement quand cela sera révélé au grand jour que nos jardiniers sauront ce que le Sans Nom y avait caché (le petit coquin !)..Alors ne projetons pas nos écorces, nos racines, nos déchets, mais ce qu’il y a au plus profond de nous-mêmes.

Faisons confiance à cette petite voix, faisons confiance à nos jardiniers, et soyons fier de porter en nous l’idée germe du Sans Nom.

A ce titre nous sommes marqués à vie et pour toutes les autres vies futures, car le Sans Nom nous a gratifié d’un sceau qui nous permettra d’aller jusqu’à la 15ème dimension. Oui, je sais, ça fait beaucoup….

Alors même si nous sommes dans la 3ème avec une certaine impatience de passer dans la 4ème, on découvre que l’on est seulement à la 1ère marche d’une destinée dont nous n’avons aucune idée.

Êtes-vous donc prêt, et prête, à ne pas trop rigidifier le monde futur qui vous attend par vos grandes projections issues de la 3D ? Comprenez-vous que le lâcher-prise va même jusque là ? (cf. Rester centré, késako?)

En fait, on va avaler quelques couleuvres, comme on dit, car dans cette expérience de la “chute” où nous nous croyons les victimes, nous avons été en fait de véritables bourreaux !

En enfants turbulents, nous avons martyrisé nos parents, car nous pouvions leur faire tout ce que l’on voulait sans que eux puissent nous rendre les baffes. Par amour, ils ont encaissé, ils ont plié devant nos exigences, et certains de nos parents nous ont tourné le dos.

Sur nos 7 parents initiaux (nos 7 plans d’existences, nos 7 chakras), trois d’entre eux ont tourné les talons et ne veulent plus entendre parler de nous. Les autres sont restés parce qu’ils ne pouvaient pas nous laisser tomber.

Quand nous aurons ascensionné, nous aurons alors la responsabilité d’aller vers eux et de leur demander d’accepter notre pardon. N’en doutez pas, nous allons avoir quelques séances assez costaudes au niveau de notre sincérité véritable.

En effet, les préhumains que nous sommes sont de véritables girouettes qui effrayent par leur capacité à retourner leur veste et à changer d’avis plus vite que le vent de la pensée.

On parle de paix, et, si dans l’instant un frère taquine notre susceptibilité, on se transforme carrément à l’opposé de la paix de l’esprit et de l’âme. Et notre corps, en bon samaritain, encaisse, encaisse et encaisse…

Tous ces changements brutaux d’attitudes créent des tourbillons énergétiques d’une telle ampleur que même certains de nos créateurs ne croient plus en nous, en notre capacité à stabiliser nos états d’âmes, nos émotions.

L’enfant turbulent, le petit génie, le futur à découvrir, n’excuse pas tout ce que nous leur avons fait, car grâce à nous, certains ont pu découvrir ce qu’était la vexation de l’esprit et donc cette forme de souffrance qui nous habite ici sur Urantia Gaia.

Sincèrement, jusqu’où seriez-vous capable d’encaisser de l’enfant unique que vous avez eu, s’il faisait en permanence tout pour vous détruire et détruire tout ce qu’il y a autour. Le rébellion c’est OK, mais pas pour l’éternité !

La patience a des limites, et notre impatience caractérisée, ajoutée à une désinvolture et rejet total des règles cosmiques, a sérieusement mis à l’épreuve ceux-là même qui nous avaient créés !

Le rejeton est devenu le pire toxique de tous les mondes… Alors, sincèrement, pensez-vous que vos désirs, vos projections soient réalisables lorsque vous serez dans les prochaines dimensions ?

Pensez-vous qu’en étant encore dans un monde subissant la dualité, que le Paradis est l’opposé de l’Enfer. Il n’y a pas d’enfer et donc pas de paradis… Désolé de vous le dire, mais il faut bien regarder les choses en face un jour où l’autre…

Ceux et celles qui désireront prendre le chemin de l’ascension ne peuvent qu’arrêter d’être des toxiques en suivant avec vigilance, et surtout constance, les règles suivies par des milliards d’humanités vivant en osmose totale.

Ce n’est pas à nous de dire ce que nous voulons. C’est à nous de mettre genoux à terre et de reconnaître que notre profond courage ne doit pas être l’excuse pour continuer à foutre le bordel….

Nous avons été au front, nous avons souffert, mais aussi nous avons appris et découvert ce qui n’existait nulle part ailleurs. C’est génial, mais cela ne nous donne pas le droit de continuer à faire selon notre volonté.

Le retour au bercail, c’est d’abord réapprendre à suivre les règles divines avec constance et sans aucune idée de rébellion.

On doit rentrer dans le rang de l’amour universel. Ceux qui ne le veulent pas iront donc continuer à jouer dans un autre bac à sable sur une autre planète 3D qui a été prévue à cet effet !

Chacun de nous, isolément et individuellement, est au pied du mur de ses responsabilités où est posée cette question hyper importante : Veux-tu retrouver tes attributs divins en passant dans la classe adulte ?

Rien n’y sera facile, car il nous faudra nous dévêtir de milliers de guenilles que nous avons portées quand nous étions en exil sur Urantia. Morceau par morceau, il nous faudra lâcher nos projections, nos souhaits “matériels”, nos envies d’amour et bien d’autres cogitations issues d’un mental-ego totalement déséquilibré.

Mon conseil, à travers cet article, c’est de vous dire tout simplement d’être l’agneau innocent qui avance sur un chemin de foi. Un chemin qui le mènera ailleurs et avec des attributions qu’il ne sait pas.

La confiance doit être totale, et quand nous aurons prouvé notre détermination, notre constance à marcher droit devant sans nous retourner, alors probablement nos parents les plus immédiats seront vraiment contents, mais pour ceux qui ne croyaient plus en nous, alors ce sera pour eux aussi un retour au bercail.

Retrouver l’amour des parents qui nous ont tourné le dos sera d’une ampleur d’amour telle que même quand nous serons en contact avec tous nos frères galactiques nous ne pourrons imaginer la puissance de ces retrouvailles.

Ce n’est pas toutes les larmes de notre corps que nous pleurerons, mais toutes les larmes de notre ADN. L’énergie sera telle que d’humain que nous serons devenu (après notre stade d’aujourd’hui de préhumain) fera que nous exploserons en soleil d’une brillance inimaginable.

Alors sincèrement, ne projetez plus vos caprices, mais ayez seulement la ferme intention d’aller de l’avant, et cela vous suffira à gravir toutes les dimensions, tel un enfant qui suit les classes d’écoles.

Gardez une fluidité (cf Tais-toi et regarde) maximale et ne regardez pas en arrière. Seul l’objectif de retrouver votre déité, votre lumière, doit être suffisant pour avancer.

En ne demandant rien, vous recevrez encore plus, alors ne vous limitez pas par des projections aussi futuristes qu’elles puissent être !

Même en demandant de voyager avec votre Merkaba, cela n’est que le 1er étage de d’autres merkaba encore plus puissantes. Il en existe au moins 4 types, toutes plus costaudes les unes que les autres.

Même le plus grand délire que vous puissiez exprimer ne sera que pipi de chat par rapport à la réalité qui nous attend. Ne demandez donc rien, sauf l’aide de vos anges à vous répondre quand vous sentez que votre foi vacille.

Nous sommes des Dieux en mouvement sauf que là on a croupi sur un parking pendant des millénaires à l’image d’une voiture abandonnée en rase campagne. Ne demandez donc pas qu’on vous passe un anti-rouille, quand carrément on pourra vous proposer un ovni inoxydable, intemporel, vivant, autoréparable et multidimensionnel !

Laurent DUREAU

Article paru à l’origine sur le blog Booster Votre Influence le 28 septembre 2009 et réactualisé sur le blog 345D le 6 octobre 2012.

Lien Permanent pour cet article : http://345d.fr/dis-moi-qui-tu-es-comment-tu-te-vois-et-je-te-dirai/

«

»