«

»

Imprimer ce Article

Dilemme de l’indicateur de performance

 divers1Les jeux d’athlétisme venant de se terminer, je m’interroge sur la validité de la mesure de la performance. Beaucoup d’injustices et de déceptions sont générées à cause d’une vision étriquée et réductrice de la compétition.

En effet, je vais prendre pour exemple le saut en hauteur homme. Je vais seulement arranger les chiffres et les faits de telle manière que l’on ne vienne pas faire un cours d’histoire. A travers cet exemple, vous découvrirez l’injustice des compétitions « à l’ancienne ».

Classement pour la hauteur sautée :
1 – Russie 2,34 (3ème essai)
2 – Slovénie 2,32 (1er essai)
3 – Suède 2,30 (1er essai)
Tout semble logique, pourtant à bien regarder, les 3 compétiteurs se retrouvent dans un mouchoir de poche. Certes, le Russe a sauté le plus haut mais, s’il avait raté son 3ème essai, il aurait été à égalité avec le second ! Pour une ou deux tentatives de saut de plus ou de moins, l’un aura la médaille d’or ! Merci les nerfs…

Maintenant voici quelques chiffres :
le russe: taille 2,00m poids 80kg (en somme un grand mince, très mince)
le slovène: taille 1,90m – 105 kg (un colosse qui ressemble à un rugbyman)
le suédois: taille 1,70m – 70kg (bel athlète, bien fait mais pas grand)

Alors, que constate-t-on ?
1 – Performance par la taille (hauteur sautée / taille de l’athlète)
Le russe, taillé pour le saut en hauteur, a sauté 34cm au-dessus de sa taille et présente un rapport de 17% (2,34/2,00), alors que le slovène pointe à 22% (2,32/1,90) avec 42 cm au dessus de sa taille. Ce qui est le plus étonnant, c’est le suédois avec 35% (2,30/1,70) avec 60 cm au-dessus de sa taille.
Classement par le rendement (hauteur sautée / taille de l’individu)
1 – Suède 60 cm 35%
2 – Slovénie 42 cm 22%
3 – Russie 34 cm 17%
En bref, le suédois a sauté 2 fois plus que le russe à la médaille d’or ! Je pense que vous, lecteur, vous seriez déjà heureux de sauter à la hauteur de votre taille, mais imaginez 60cm au-dessus ! Moi, mon score à 18 ans était de -30cm et je me vois mal passer 2,40m !
Pour égaler la performance du suédois, le russe aurait dû sauter 2,70m (35% au-dessus de sa taille) et le slovène 2,56m.

2 – Performance par le poids (puissance développée)
Le russe a monté 80kg à 2,34m soit une puissance de 203 (80×2,34),le slovène de 244 et le suédois de 161.
Classement par la puissance
1 – Slovénie 244
2 – Russie 203
3 – Suède 161

3 – Performance par l’explosivité (puissance X rendement taille)
En résumé, le calcul donne :
1 – Suède 56,35 (161×35%)
2 – Slovène 53,68 (244×22%)
3 – Russie 34,51 (203×17%)

Alors maintenant, à la question : Qui méritait la médaille d’or du meilleur sauteur en hauteur en 2006, la palme revient à la Suède. La Slovénie conserverait la médaille d’argent alors que la Russie serait 3ème très loin derrière deux premiers.

A ce genre de calcul, si les jeux sont faits pour repousser les performances, il est bien de noter la hauteur maximale sautée par la race humaine, mais il faudrait s’affranchir des typologies physiques en regardant la véritable performance d’un sauteur.

Pour égaler la performance du suédois, le russe aurait dû sauter 2,70m et/ou peser 96kg. Le slovène aurait dû sauter 2,56m et/ou peser 93kg.

Si on cumulait les performances en un seul homme, la taille du russe, la puissance développée du slovène et l’explosivité du suédois, cela donnerait un saut de 2,70m pour un gaillard de 2,00m et 110kg.

Dans la typologie humaine,110kg pour 2,00m c’est un très bel athlète (ni gros ni maigre style basketteur noir de NBA) mais la seule différence c’est qu’il aurait une qualité musculaire lui permettant de passer les 2,70m en hauteur ou de toucher du bout des doigts une ampoule accrochée à 4 m du sol !

En résumé : Dans le cadre des indicateurs de performances d’une entreprise ou d’un individu, plutôt que regarder une valeur purement linéaire (style bac+5, ingénieur, MBA, Harvard,…) il serait intéressant de combiner des visions différentes afin de vraiment déceler les perles.
Qui aurait pu croire qu’un nain d’1,70m soit plus performant qu’une perche de 2m (le russe profilé pour le saut en hauteur) ou encore qu’un athlète slovène aux allures de rugbyman participe au concours !
Messieurs les dirigeants, messieurs les recruteurs, ne vous faites pas avoir par des idées préconçues.

NB : Qui aurait pu dire qu’une quadra/quinqua allait rafler tous les titres cyclistes loin devant toutes les petites jeunes (Jeannie Longo) ou encore un vétéran de 57 ans gagne une marche de 270 km en moins de 22h avec 5000m de dénivelé positif devant tous les meilleurs athlètes du monde !

Pour avoir une entreprise plus performante que les autres, il faut sortir des chemins battus, des méthodes éprouvées et aller chercher là où les autres ne vont pas !

Surprenez-vous et vous surprendrez vos concurrents.

Laurent DUREAU

Article paru à l’origine sur le blog Booster Votre Influence le 20 septembre 2006 et réactualisé sur le blog 345D le 7 mars 2012.

Lien Permanent pour cet article : http://345d.fr/dilemme-de-lindicateur-de-performance/

«

»