«

»

Imprimer ceci Article

Dans la conscience Père-Mère

Aspect_mereNous sommes entrés dans la dernière semaine précédant le 12-12-12, et elle correspond au décrassage du 6ème chakra. En effet, je viens de me rendre compte que toute la semaine précédente, je fus dans l’activité du “bricolage”, dans l’activité de l’action extérieure, dans l’activité du Père, dans l’activité du “Créateur”, dans l’activité créatrice du 5ème chakra.

Cette semaine qui vient de débuter, l’activité Mère est venue me visiter tôt ce matin en me faisant comprendre l’autre facette indéfectible qui est à l’action. C’est celle qui unit, qui rassemble, qui unifie magnétiquement les choses, à contrario du Père qui unifie conceptuellement. Cette action ne demande aucune réflexion mentale, mais seulement une réflexion-miroir de l’Êtreté en son cœur.

Je vous écris donc aujourd’hui juste pour rester en contact avec vous, et non pour vous instruire d’une quelconque façon. Le sentiment d’appartenance est une action féminine forte, car elle permet la cohésion des électrons libres et indisciplinés que nous sommes en tant qu’individualités représentatifs de l’impulsion créatrice primordiale.

Que nous soyons homme ou femme, que nous soyons une charge électriquement négative, (un électron = un homme qui gravite autour) ou une charge électriquement positive (un proton = une femme qui est au centre), c’est bien l’attraction-répulsion qui nous permet de rester en équilibre (le fameux amour…). L’enfant (un neutron) n’étant qu’un futur pas encore polarisé suffisamment, d’où sa nature à vouloir rester collé au centre de la famille…

Hé oui, autant il nous semble évident qu’une autre personne électriquement complémentaire nous fait du bien, ce n’est que grâce à l’envie de partager que nous trouvons notre équilibre véritable. A une autre échelle (notre androgynie), cela relève du même principe, où en même temps nos impulsions de savoir qui nous sommes nous poussent hors de nos limites, nécessitant un amour de nous-même encore plus grand.

Savoir maintenir de front notre aspect électrique (l’aspect Père, l’aspect masculin) avec notre aspect magnétique (l’aspect Mère, l’aspect féminin) est un équilibre instable, qui, quand même, trouve une stabilité dans le mouvement. En effet, à l’image du vélo, c’est en pédalant que l’on a le plus de chance d’être en équilibre stable, bien qu’instable de par son mouvement propre.

Par l’expérience, nous savons que plus le terrain est plat et plus il nous sera facile de tracer vers la Source. Cependant, nous savons aussi que le simple fait qu’il y ait des côtes ralentit la musique, au point parfois de douter de notre avancement personnel, tant on a l’impression de faire du sur-place malgré tous nos efforts de bonne volonté.

A contrario, dans les descentes, c’est euphorique et on voudrait que ça continue pour l’éternité, surtout qu’en plus, le moindre effort est surmultiplié dans ses effets. Que ça fait du bien de sentir le vent de l’êtreté nous heurter le visage ! Car on prend ainsi conscience que nous existons dans la brise du bien-être de la Création.

L’aspect Père est bien souvent synonyme d’une montée, d’une côte, car c’est véritablement une impulsion matérielle qu’il nous faut donner, tandis que l’aspect Mère, ce serait la descente et la jouissance. Mais sans montée, il ne peut y avoir de descente… Ainsi cette semaine passée a été une montée (et donc une descente vibratoire = les roues ont tourné moins vite = vitesse faible = plus d’efforts), tandis que cette semaine qui vient de commencer sera une descente (et donc une montée vibratoire = vitesse plus grande et de moindre effort).

Passer du 5ème chakra au 6ème dans notre processus de décrassage-reconnexion est une bénédiction, car nous savons tous que l’aspect masculin, de par sa puissance, fait rarement dans la douceur et la finesse. Il faut du mollet pour appuyer sur les pédales, et à contrario il nous faudra faire bon usage des freins dans la descente, sous peine de se prendre une gamelle si on perd connexion avec notre ancrage à la terre…

Dit autrement, cette dernière semaine qui nous sépare du 12-12-12 devrait normalement être moins agressive et beaucoup plus aimante. Cependant, il ne va pas falloir perdre l’attention nécessaire sur ce qui se passe en nous. Ce sera subtil (comme toute chose féminine), et cela ne se passera pas forcément dans la tête et par la tête.

Je compte donc bien me laisser porter par le souffle féminin dans cette descente, afin d’augmenter ma fréquence au point de pouvoir ouvrir les ailes de papillon ou, au pire, le parachute pour éviter les barbelés du champ d’en face, là où le troupeau de 3D est nerveux… J’espère donc que cette semaine s’écoulera dans le flux laminaire des énergies féminines reposantes et bienfaitrices.

En effet, à partir du 12-12-12, nous allons être en contact encore plus rapproché avec notre Soi Supérieur, où se situe le second voile de l’oubli. Je vous rappelle que notre Soi Supérieur est la partie féminine de notre incarnation terrestre. Il est donc de bon ton de s’imprégner des énergies féminines du 6ème chakra afin d’être encore plus dans l’attitude aimante, doucereuse et mielleuse, afin que le sucre de l’amour inconditionnel vienne lui coller aux basques s’il se pointe par l’odeur alléchée et l’envie à lécher….

Je vous souhaite donc tout de bon pour ces quelques derniers jours, et je reviendrai vers vous lundi pour un dernier petit message avant le 12-12-12. Dans l’attente, je vous embrasse tous de ma fraternité et gratitude de nous savoir ensemble regardant dans la même direction.

Laurent DUREAU

Article paru à l’origine sur le blog 5D6D le 7 décembre 2012 et réactualisé sur le blog 345D le 11 décembre 2012.

Lien Permanent pour cet article : http://345d.fr/dans-la-conscience-pere-mere/

1 commentaire

  1. SUZY.

    Mais sans montée il ne peut y avoir de descente.

    Pour qui a réussi à sortir et à demeurer l’esprit libre, il n’y a plus ni joie ni douleur, toujours de
    sang-froid et calme il vit comme s’il n’avait point de corps.

Les commentaires sont désactivés.

«

»