«

»

Imprimer ce Article

Conscient et inconscient, la relation intime du UN-conscient

Un-conscientJe crois qu’il est temps que l’on aborde un sujet qui a foutu les jetons à la civilisation occidentale depuis qu’elle existe : la relation avec notre inconscient. Cette autre partie justement placée derrière l’autre côté du voile, celui de l’inconnu, a été si durement diabolisée que cela se retrouve dans l’une des croyances les plus profondément enfouies du collectif humain “occidental”.

Nous savons qu’il existe aussi une relation évidente avec “’l’un-con-sciant”, c’est-à-dire le pédant bouché à l’émeri qui vous les scie tellement il est aveugle à la véritable nature de ce qui est au-delà de son conscient, qu’il veut supérieur à tout. Or, qu’est-ce que la conscience sinon l’exploration de ce qui nous est inconnu ?

Nous parlons tous de dualité, de ce qui nous sépare d’avec nous-même, et nous ne comprenons pas que cette zone inconnue qu’est l’inconscient est justement la partie habitée par notre Soi Supérieur qui ne désire qu’aller à notre rencontre. Dit autrement, nous désirons tous étendre nos capacités et pourtant, dans notre quotidien, nous affirmons par nos actes et pensées une totale défiance à ce qui nous provient de cette zone si mystérieuse.

En effet, quand votre esprit conscient ferme les volets pendant votre sommeil, c’est votre esprit inconscient qui prend les rênes et qui vous emmène dans d’autres dimensions que nous nommons affectueusement les rêves. Ainsi, avoir peur de cette autre vie qui vous bouffe au bas mot 1/3 de votre vie, vous amène obligatoirement à être aussi ratatiné qu’une vieille patate en attente d’être plantée…

Les peuples “connectés” à la Terre et aux Esprits accordent une attention toute particulière aux rêves, car ils savent d’instinct que leurs rêves ne sont pas des émissions gazeuses et puantes d’une activité cérébrale consciente qui va aux toilettes pendant le sommeil. Non, ils savent que l’accès au rêve conscient est en fait l’accès aux dieux qui nous gouvernent.

Or, qui sont ces Dieux sinon votre propre Soi Supérieur qui vous emmène en balade à travers de multiples dimensions, faisant ainsi que vous ayez des messages compréhensibles à travers une sorte de vie “virtuelle” où votre corps physique ne peut être transporté. En effet, on est tellement lourd dans notre démarche consciente que l’on croit que les rêves ne sont qu’une illusion, parce que justement notre corps physique reste comme pierre morte dans un lit…

En effet, quand on sait que nous ne sommes pas notre corps physique, que notre individualité n’a rien à voir avec le véhicule physique, on peut alors comprendre aisément que nous sommes un esprit en balade dans les différents mondes, dans les différentes dimensionnalités qui sont au-delà de la matière lourde de l’incarnation.

Alors d’après vous, comment voulez-vous développer votre multidimensionnalité si vous portez en vous la chape de plomb abêtissante et obscurcissante de la croyance que l’inconscient est une zone interdite, et surtout très radioactive à votre notion de “réalité” ? Comprenez-vous que ceci a été mis en place justement afin de vous séparer de vous-même, de l’allié le plus pertinent qui soit pour vous…

Tout le monde rêve de communiquer avec son âme, son Soi Supérieur, sa partie féminine, sa partie vibratoire afin d’égayer sa vie. Alors on essaie de se mettre dans son cœur, de ressentir, et puis après on se plaint que l’on n’y arrive pas vraiment et que c’est très dur. C’est normal me direz-vous, car on exclut littéralement la vie que nous avons pendant notre sommeil et qui est, justement, la connexion à cette partie voyageant au-delà du voile de l’oubli…

Mais non, me direz-vous, et pourtant je vais vous démontrer, dans un premier temps, comment inconsciemment vous mettez toutes ces frontières dans votre quotidien, et puis ensuite, comment les enlever afin de développer vos capacités à vous reconnecter à votre autre partie de votre Soi, votre autre Moi qui se balade partout où il veut dans les différentes multidimensionnalités.

Lors de visites touristiques de châteaux, n’avez-vous jamais remarqué pourquoi les lits des monarques étaient si petits ? Ce n’était pas parce qu’ils étaient des nains de jardin, mais parce qu’ils dormaient pratiquement assis tellement ils avaient peur d’être en connexion avec l’enfer, l’enfer des rêves, l’enfer de l’inconnu, l’enfer des cauchemars, l’enfer des vies parallèles, l’enfer de l’immatériel et donc l’enfer de la mort. Ils allaient donc dormir avec la peur au ventre… sans compter bien sûr les visites des fantômes du bas astral…

Bref, cela fit qu’au fil de l’histoire une séparation de plus en plus grande se fit entre l’utilité d’avoir les yeux ouverts et l’inutilité des rêveurs. En effet, nous savons tous qu’un rêveur est considéré comme non connecté à la Terre, et donc inutile au monde de la matière. Être un rêveur ou être traité de rêveur est une insulte, en général, dans notre monde matérialiste.

Dit autrement, il n’y a que les artistes qui se complaisent dans la rêverie car les pragmatiques, les matérialistes, ceux qui sont ancrés, sont ceux qui font avancer le monde tandis que les rêveurs sont des fabricants d’eau de rose qui, ma foi, sont tolérés car d’une certaine manière ils donnent raison aux matérialistes qui affirment que seul la matière EST…

Un rêveur étant donc étiqueté comme un glandeur de première, la croyance en la volatilité inutile d’aller faire des emplettes dans les autres mondes, le monde s’est considérablement alourdi au point d’interdire les siestes en cours de journée. Un travailleur bosse et seul les paresseux dorment pendant la journée…

C’est ainsi que la nuit et le noir ont été inconsciemment associés au point que la nuit, c’est fait pour dormir et le jour, pour travailler. Très bien, c’est parfait, car ainsi la multidimensionnalité de l’être humain a été laminée au maximum afin que ce préhumain soit vraiment coupé de sa véritable liberté.

On en est donc venu à mettre en œuvre tout le contraire de ce qu’il faut pour augmenter le contact avec votre âme, avec votre Soi Supérieur. Pour cela, on s’y est pris selon plusieurs manières qui, une fois cumulées, font que vous avez vous-même fermé toutes les portes de sortie. En clair, vous êtes le taulard qui s’enferme lui-même en fermant scrupuleusement chaque porte et sous l’œil bienveillant des tauliers…

La porte du réveil
C’est la porte la plus importante de toutes, et donc la plus luxueuse. En effet, entre le moment du “je ne suis pas ici” (=totalement inconscient) et le “j’ai repris conscience” (=j’ai repris mes esprits), il y a un moment plus ou moins long. Nous savons tous que lorsque c’est le week-end ou les vacances, cette période de réveil est assez vaseuse et pas forcément désagréable.

D’une certaine manière, on aime aller à se laisser aller, car rien nous oblige à lever nos fesses pour aller au turbin. Si, éventuellement, une obligation d’aller aux toilettes se présente, on y va par dépit mais on rêve de revenir au chaud continuer cet état de semi-rêverie qui nous fait du bien…

Cette période de semi-rêverie est la zone de transition du monde virtuel au monde réel. C’est donc la zone où vous pouvez prendre conscience de ce que vous raconte votre Soi supérieur ou votre âme. C’est donc la période la plus importante, car la plus propice à engager la conversation avec l’autre partie de vous-même.

Or, que fait-on véritablement tous les jours quand on se couche crevé et à des heures impossibles ? On s’affale au point que les lattes du matelas résistent avec peine à notre lourdeur. En contrepartie, il nous faut un réveil “matin” costaud pour nous sortir de notre nuit. Ça va donc de la grosse horlogerie en passant par la radio (les news) ou, pour les plus délicats, à la musique.

En gros, vous êtes quelque part très loin et d’un seul coup d’un seul on vous sort de cet état. C’est quasiment comme recevoir une baffe en plein sommeil, ou comme si un adjudant scrupuleux et teigneux bascule votre lit (ou le met en cathédrale) pour vous réveiller (ça m’est déjà arrivé, surtout que j’étais au 2ème étage du lit superposé… Ça fait drôle…).

En clair, la période de communication avec votre Soi Supérieur est réduite à néant, tout simplement. Dit autrement, vous allez vous lever comme un zombie prêt à reprendre ses habitudes moutonnières. Les tauliers ont donc marqué un point d’entrée de jeu. Je vous décrirai en fin d’article les bonnes choses à faire pour gagner votre véritable liberté. Continuons donc la suite…

La porte de l’abrutissement
Un fois réveillé, vous allez faire tout le nécessaire pour faire face à toutes vos obligations “matérielles”, et cela sans discontinuer jusqu’au soir, voire tard dans la nuit… Dit autrement, vous allez infliger à votre corps une durée d’effort de veille d’environ 2/3 d’une journée, soit environ 16 heures. En gros, cela donnera 2/3 les yeux ouverts en zombie et 1/3 les yeux fermés en zombie également.

En effet, votre corps n’ayant eu aucun repos (pas de siestes) la quantité de fatigue accumulée va faire que vous allez vous écrouler totalement dans votre lit, au point que même se souvenir d’un rêve sera pratiquement impossible. Dit autrement, les tauliers marquent un second point puisque vous allez sombrer corps et âme dans l’inconscience totale.

La porte de l’insomnie
S’il y a des récalcitrants au programme ci-dessus, c’est-à-dire des personnes qui n’arrivent pas à dormir pendant 8 heures d’affilées, on leur fait croire qu’elles sont insomniaques, qu’elles ont des troubles du sommeil et qu’il leur faut donc prendre des médicaments qui vont carrément les assommer en les coupant totalement du processus de rêve…

Dit autrement, toute personne présentant un comportement hors de la norme se verra tout simplement drogué et, si elle refuse cet état de fait, elle sera donc considérée comme un perturbateur du système. Rentrent dans cette catégorie toutes les personnes qui s’adonnent à des repos abondants permettant de nombreuses rêveries.

Ces derniers seront donc étiquetés “rêveurs” et se verront déconsidérés par le système qui les traitera de glandeurs, de paresseux, et donc de profiteurs du système. Les bébés, par nature, ne rentrent pas dans cette logique “travailleuse”, parce qu’ils sont par définition improductifs et totalement à la charge de la société. Il faut quand même bien renouveler le cheptel !

Cependant, ceux qui sont à l’opposé, c’est-à-dire tous les retraités, les vieux, les impotents, etc. (en gros les improductifs) se verront dévalorisés d’une manière ou d’une autre. En façade, on joue la compassion et le respect, mais dans les coulisses si on pouvait s’en débarrasser on le ferait avec célérité… Quand on voit l’état d’esprit des mouroirs, on comprend vite que la joie y est absente…

En gros, vous pouvez constater que tout a été fait afin que le préhumain soit coupé de toute communication avec sa partie virtuelle qui accède à toutes ses multidimensionnalités. Alors, que faut-il faire pour reprendre la main de sa destinée et retrouver la joie des retrouvailles célestes ? C’est simple, et je vais vous le dire de suite.

Tout d’abord, dans un premier temps, multipliez les périodes de veille et de sommeil au maximum pour casser la porte de l’abrutissement. Profitez de chaque plage disponible dans votre agenda pour piquer un roupillon. Cela aura de multiples avantages comme :

1 – Permettre au corps de se requinquer plus vite, et donc d’être moins fatigué en fin de journée
Votre corps pourra ainsi vous donner plus de patate en permanence. Les coups de barre n’existeront plus, tout simplement. Vous serez donc plus efficace, plus optimal, vous donnant ainsi plus de temps pour vous reposer encore plus ou pour abattre un boulot encore plus vite.

2 – Augmenter votre temps consacré à vous-même
Ainsi vous développerez une attention plus soutenue à vos véritables besoins, autant ceux de votre corps que de votre esprit à vouloir se connecter à votre Soi supérieur.

3 – Augmenter votre capacité à communiquer avec votre âme
Plus vous aurez de réveil à faire, et plus vous pourrez communiquer consciemment avec votre inconscient. Dit autrement, plus vous aurez l’occasion de traverser le voile et plus votre façon de voir la vie “réelle” s’en trouvera changée.

4 – Remettre en marche votre horloge biologique
Vous constaterez que vous pourrez programmer à volonté la durée du sommeil consenti. Si vous avez 10 mn de libre, votre inconscient vous réveillera dans 10 mn exactement. Cela peut-être 20, 30 mn, voire 1 heure, et ça marche à merveille ! Dans les débuts, je mettais une sorte de petit réveil électronique (mais on peut aussi le faire avec un tél portable) et j’ai découvert que je me réveillais toujours 1 mn avant que cela sonne.

En effet, vous verrez que votre âme n’aime pas du tout se faire brusquer lorsque vous devez revenir en mode veille. Pour elle, c’est quasiment du viol, d’où la seconde loi : Bannissez quasiment toute forme de réveil qui ne soit pas naturelle. Cela inclut donc tous les réveille-matin en priorité. Vous pouvez toujours les garder en termes de sécurité, mais normalement, votre horloge biologique fera en sorte que vous vous réveillerez 1 à 2 mn avant que la sonnerie s’enclenche. C’est magique, et ça marche véritablement !

Vous en conviendrez que se réveiller à 7h00 tapante avec les infos débilitantes n’est pas la meilleures des choses à faire pour non seulement commencer une nouvelle journée, mais surtout pour déclencher la joie de l’âme… Se réveiller sans réveil est quasiment le plus grand luxe que vous pouvez vous offrir.

Et puis, si vous vous faites réveiller par les gamins, le chien ou votre partenaire, vous aurez pu constater que c’est nettement moins assommant que le réveille- matin… En effet, votre âme savait déjà avant vous, alors elle s’y est préparée et donc c’est plus cool… Ensuite vient la 3ème loi : Favorisez la période entre le réveil et votre levée effective du lit.

C’est dans cette période que la véritable communication entre vous et votre inconscient est la plus grande. C’est en ce moment précis que l’échange du “témoin” entre le coureur de la nuit (le rêveur) et le coureur du jour (celui qui expérimente) a lieu. Personnellement, je me mets sur le dos avec un oreiller ou deux afin de n’être plus complètement à l’horizontale et donc de ne pas me rendormir.

C’est pendant cette période que j’observe ce qui se passe en moi, et c’est là que je peux cogiter-dialoguer plus facilement avec la signification de mes rêves, à la planification des actions que l’on me demande d’entreprendre (comme par exemple écrire un article sur tel sujet et pas un autre) ou à la résolution de certaines questions techniques ou métaphoriques.

C’est donc pour moi le moment le plus crucial de la journée, tout en sachant que lorsque mon corps me dit d’aller me coucher (j’ai les paupières qui tombent), je le fais dans la mesure du possible. En effet, à chaque fois que mon corps me fait signe pour aller fermer les yeux, je sais que c’est mon âme, mon Soi Supérieur, qui veut rentrer en communication avec moi, alors j’obéis autant que je peux.

Des fois ce n’est pas possible, mais croyez-moi, il sait que je ferai tout mon possible pour lui obéir, car je sais que c’est important pour la suite. Recevoir un coup de bigophone de son Soi Supérieur est pour moi plus important que continuer à taper la causante avec quelqu’un ,ou toute autre chose pensée comme socialement inévitable.

Bref, beaucoup de personnes veulent développer leurs capacités “surnaturelles” et elles sont prêtes à suivre des stages, dépenser des fortunes, suivre tous les processus même les plus contraignants, alors qu’il leur suffit de prendre le temps de dormir et surtout d’être suffisamment longtemps entre deux eaux pendant leur réveil pour dialoguer avec leur inconscient où siège la conscience de leur âme…

Cet inconscient brumeux, noir, inconnu et surtout diabolisé par toutes les religions est, en fait, la porte vers la liberté multidimensionnelle. Certains le savent, mais ils veulent y aller d’une manière “hard” comme l’hypnose, la drogue ou des rituels plus ou moins “chamaniques”. Ces façons sont prises comme du viol par votre Soi Supérieur, car c’est le mental-égo qui vient faire ses petites affaires afin de renforcer sa domination sur vous.

Tout est en nous, et c’est avec une méthode aussi simple que le réveil que vous pouvez effectivement vous réveiller de l’endormissement dans lequel notre civilisation nous tient artificiellement. Prenez du repos aussi souvent que possible, multipliez vos contacts naturels avec votre inconscient, et vous verrez que les deux réunis vous amèneront encore plus vite vers le UN-conscient.

Nous savions qu’il fallait sortir de la dualité, alors commençons par ne plus affronter notre temps de veille et notre temps de sommeil. Dormir plus souvent vous fera dormir moins longtemps à chaque fois et, au final, les proportions seront conservées. Ce sont donc les agencements selon les besoins de votre corps physique ou de votre Soi Supérieur qui feront que votre progression sera maximale avec un effort minimal.

Etre performant commence par être en accord avec nos rythmes intérieurs, et non en suivant un rythme extérieur imposé. Nombre de lampadaires commencent sérieusement à ne plus supporter l’horloge extérieure qui n’a, en fait (au vu de notre civilisation), que l’objectif de faire de vous un robot biologique corvéable et unidimensionnel.

Reprenez les rênes de vos multidimensionnalités en reprenant les rênes de vos cycles naturels de veille et de sommeil. Vivez selon vos temps intérieurs (pyramide supérieure du temps) qui vous fait rentrer en contact avec l’information, avec l’amour, avec les énergies féminines de votre êtreté, en ramenant à sa juste valeur le temps linéaire extérieur (celle de la pyramide de la matière, de l’espace).

Le but n’est pas de déséquilibrer l’un au profit de l’autre, mais de rétablir la balance entre votre féminin et votre masculin, entre votre matérialité et votre immatérialité, entre votre temps de rêve et votre temps de veille, entre votre communication extérieure et votre communication intérieure, entre votre inconscient et votre conscient.

Et puis sachez ne point négliger le temps de transition entre ces deux mondes, car c’est l’unique moment où véritablement votre Soi Inférieur peut communiquer avec votre Soi supérieur, et réciproquement. C’est pendant cette période spéciale que l’union entre les deux côtés du voile peut se faire, alors ne gâchez pas ces moments en sautant trop vite dans l’un des camps.

Avoir une jambe dans le conscient et l’autre jambe dans l’inconscient permet donc une meilleure sexualité entre nos deux parties. Ne gâchez pas ces moments en tombant dans votre lit comme un monolithe de plomb ou en sautant du lit comme un déjanté qui est déjà en retard pour le boulot…

Faites en sorte que votre endormissement soit doux et agréable avec des bonnes pensées et que votre réveil soit aussi doux, voluptueux et jouissif, tel un ange de Lumière qui s’apprête à éclairer le monde de sa bonté, de sa bienveillance et de sa force tranquille qui renversera avec fluidité l’affront d’une dualité incomprise.

Soyez le UN conscient qui se lève et marche enfin les yeux du cœur ouverts droit devant lui avec la clarté et la limpidité de l’esprit comme frère de toujours. Quand le deux fera un…

Laurent DUREAU

Article paru à l’origine sur le blog 5D6D le 25 janvier 2012 et réactualisé sur le blog 345D le 15 novembre 2012.

Lien Permanent pour cet article : http://345d.fr/conscient-et-inconscient-la-relation-intime-du-un-conscient/

(1 commentaire)

  1. amélie

    Ah oui! je vais essayé avec les coussins pour resté éveillé et écouter les messages de mon Soi Supérieur avant le lever. Etablir un contact plus régulier afin qu’un véritable dialogue s’instaure et me laissé guider. Merci. 😉

Les commentaires sont désactivés.

«

»