«

»

Imprimer ce Article

Blanc ou Noir ? Les deux, mon général !

dualite Nous aimerions tous que la vie soit simple, comme oui – non ou toute autre réponse qui fait dans la dualité du blanc et du noir, du zéro ou du 1. Mais la réalité nous amène plus à être dans le gris en termes décisionnels.

La tiédeur nous est particulièrement difficile à vivre, surtout quand on voudrait une réponse claire et précise du style : tu m’aimes ou tu m’aimes pas ? Tu veux ou tu veux pas ? On comprend alors notre grise mine…

Contrairement aux nombreuses idées reçues, le blanc et le noir ne sont pas des couleurs. Le blanc serait la somme de toutes les couleurs, alors que le noir serait l’absence totale de couleurs.

C’est un peu à l’image de l’ombre. L’ombre n’existe pas vraiment car ce n’est qu’une intensité lumineuse diminuée par un objet opaque. Pourtant, on jurerait que l’ombre a une couleur !

Voyons donc cela via la paire de lunettes, non pas d’un scientifique pur et dur, mais d’un initié aux écritures divines ayant de bonnes connaissances en physique, et notamment en optique.

D’abord, une couleur correspond à une longueur d’onde ou fréquence. En regardant les couleurs du spectre visible, on aperçoit les 7 principales couleurs que nous connaissons mais point de noir ou de blanc !

En effet, le noir correspond à l’annulation respective d’une longueur d’onde par la même longueur d’onde déphasée (l’une positive est annulée par l’autre négative), tandis que le blanc est la somme de toutes les longueurs d’onde.

En physique, quand on parle de lumière blanche, on indique un spectre lumineux se rapprochant de celui de notre Soleil. Ce dernier comprend toutes les longueurs d’onde inimaginables. En clair, le blanc en tant que longueur d’onde unique est inexistant, tout comme le noir !

Bref, en passant par le côté spirituel cette fois, le blanc et le noir sont désignés comme étant la dualité. C’est un mode de fonctionnement et non un mode de graduation. Le gris est donc un mélange statistique entre deux polarités complémentaires et opposées.

Vu sous un angle plus terrain, un homme ne peut avoir un utérus et porter un enfant tandis qu’une femme enceinte ne peut avoir les bijoux de famille de monsieur. Biologiquement, si vous êtes l’un, vous ne pouvez être l’autre.

Par contre, si vous êtes un homme, vous pouvez avoir des couleurs et comportements féminins (l’inverse étant tout aussi vrai !). Voici pourquoi nos chakras ont chacun une couleur prépondérante où le blanc et le noir n’existent pas.

Nous vivons l’expérience des couleurs dans une logique de noir et blanc. Si quelque chose est rouge, il n’est pas bleu. S’il est vert, il n’’est pas rose, et ainsi de suite. En résumé, nous vivons dans un monde d’expérimentation ayant des plans vibratoires précis (telle couleur), tandis que notre logique ne suit que des 1 ou des 0.

Ceci est à bien comprendre quand on veut découvrir le mode de fonctionnement de l’humain. Ce dernier vit selon un empilement de 7 couleurs précises où, sur chaque couleur, il aura enregistré et pris conscience d’un certain nombre de choses.

Il est comme un livre à 7 chapitres distincts où des choses seront écrites en blanc ou en noir selon l’expérimentation qu’il aura vécue. Écrit en blanc, cela voudra dire que c’était lumineux et que l’expérience s’est parfaitement bien déroulée.

Écrit en noir, cela veut dire que l’énergie est restée coincée et n’a pu aller circuler sur les autres plans. On appelle cela un blocage. Selon le chapitre, ce sera un blocage physique, énergétique, émotionnel, mental ou spirituel.

Vu sous un autre angle, un être humain possède 7 cartes perforées. Savoir lire les cartes perforées, c’est faire un grand pas vers la compréhension du mode de fonctionnement de l’automate que vous étudiez.

Je sais, ce n’est pas bien de dire qu’un être humain est un automate. Pourtant, c’est la stricte vérité tant il a abandonné ses pouvoirs aux autres. Les curés s’occupent de son plan spirituel, les gouvernements et leurs écoles de leur plan mental (comment il faut réfléchir), les psy du plan émotionnel, les toubibs, les multinationales chimiques et alimentaires de son plan énergétique et physique.

Pour le vérifier, c’est simple ! Allez voir un toubib et dites-lui que vous avez mal ici. Dans la microseconde qui suit, vous aurez un traitement idoine avec passage à la pharmacie. Idem pour tous les autres.

Dites à un scientifique qu’on peut aller plus vite que la lumière, et hop vous vous retrouverez dans le camp des crétins de base, bon pour une révision profonde de la circuiterie par des éminents spécialistes aux statuts de fonctionnaire…

L’exercice consiste donc à se déboucher les trous sans passer par la colle translucide de leurs médicaments. En effet, ces derniers donnent l’illusion d’avoir résolu l’affaire, mais au lieu de déboucher, ils bouchent avec un matériau qui laisse passer la lumière mais pas les énergies.

C’est ingénieux, mais quand l’eau des émotions doit s’écouler, elle se trouve devant un mur et va donc déborder sur les circuits d’à côté. On appelle cela les réactions secondaires. On en déduit que plus un individu se gave de médicaments, et plus la circuiterie va être encrassée et rouiller rapidement.

Alors on ne s’étonne plus des faux contacts et des mises à la masse ! Péter les plombs n’est donc pas une expression à côté de la plaque comme disjoncter par exemple. Bref, l’être humain est une machine optoélectronique hyper évoluée.

Bref, pour revenir à mon propos premier, voici un petit schéma qui va vous résumer sous forme de couleurs quels sont les plans d’expérimentation de l’être humain ainsi que comment va se dérouler son schéma de vie.

yogi2 Sur chaque plan d’expérimentation (ou chakra), nous allons toujours retrouver la même structure vibratoire. Coincé entre l’entité de la dualité Noir-Blanc (ou Ombre-Lumière), une couleur principale sera expérimentée à travers les 7 autres.

Dans le cas de cette figure, le chakra principal est celui du plexus solaire (3ème chakra – le jaune) en rapport avec les 7 autres couleurs de chakras secondaires. Chaque année, notre expérimentation passera d’une couleur secondaire à l’autre. Ainsi, il nous faudra 49 ans pour faire le premier tour d’horloge complet. J’ai déjà expliqué cela dans cet article Les 7 plans d’harmonisation de l’être humain (6) où j’explique où vous en êtes en fonction de votre âge physique.

Pour bien s’assurer qu’il y a une progression dans chaque plan d’expérimentation, chacun d’entre eux est soumis à une tension dualiste représentée par le noir et le blanc.

Le noir et le blanc sont comme les deux plans d’un condensateur où les particules vont chercher à se différencier. En clair, en expérimentant chaque plan de couleur vous êtes soumis à une tension séparatiste.

Vous ne pourrez ascensionner que si chaque plan arrive à être en équilibre. C’est-à-dire que toutes les charges se trouvent à l’exact milieu (au centre) des deux extrêmes. Comme par hasard, celui-ci correspond au vert (chakra du cœur).

Et comme chaque plan est inséré en couleur dans chaque chakra, il est clair qu’un individu cessera son expérimentation dans la matière quand il aura équilibré chaque couleur entièrement sur les 7 plans.

En clair, l’âme de cet individu aura tout expérimenté et aura tout équilibré, ce qui aura pour conséquence qu’il aura fini son expérimentation dans cette dimension spatio-temporelle.

Il pourra donc aller dans une autre dimension où il n’aura plus forcément besoin de ce corps de matière. Selon notre terminologie, il deviendra une entité sans corps de matière spécifique mais pourra prendre la forme qu’il veut puisqu’il aura la maîtrise parfaite de son corps d’énergie.

Cette fameuse MerKaBa ou corps de lumière correspond à cet état où toute dualité a été maîtrisée au point que l’individu est au-delà de la dualité. Il possède donc, entre autrse, la capacité à se mouvoir où il veut, à l’endroit où il veut, dans cette dimension qui nous est chère.

Tout cela vous deviendra plus clair au fil des articles, car nous sommes loin d’avoir encore tout vu sur la merveille technologique que nous sommes. Alors, revenons un peu sur cette dualité représentée par le noir et le blanc.

Pour bien vous faire comprendre ce qu’est la couleur, prenons l’exemple de votre écran de TV ou d’ordinateur. Ils possèdent tous une entrée RVB (rouge–vert-bleu). Par le mélange de ces 3 couleurs fondamentales, nous pouvons recréer toutes les couleurs de notre spectre lumineux.

Ces 3 couleurs correspondent à la Terre (l’Agartha – le rouge – le corps – la matière), à l’âme (le cœur – le vert – la nature – l’amour) et à l’esprit (le ciel – le bleu – l’air). En clair, c’est la fusée à 3 étages corps-âme-esprit. Ils correspondent physiquement à des capteurs bien précis de l’œil humain.

Donc, en revenant à notre écran, il existe toujours quelques boutons de réglage car les couleurs peuvent être aussi fades, ternes comme lumineuses. Pour cela, nous possédons 2 réglages de base qui sont la luminosité et le contraste.

En réglant la luminosité, nous ne faisons qu’éclairer ou assombrir plus ou moins ce que nous voyons à l’écran. En réglant trop fort la luminosité, l’image tire vers le blanc, vers le surexposé, tandis que dans l’autre sens tout s’assombrit (sous exposition).

Un bon réglage en luminosité est important mais insuffisant, car l’autre réglage est celui du contraste. Cette dernière opération a pour objectif d’augmenter la différence entre le blanc et le noir afin que les lignes et les contours deviennent plus fins et donc plus visibles.

Par un aller-retour entre la luminosité et le contraste, nous arrivons progressivement à trouver le juste milieu pour une vision parfaite. Eh bien, il en est de même avec votre esprit !

Quels que soient la couleur et le spectre regardés, votre “luminosité” intérieure va interférer avec votre contraste, c’est-à-dire avec votre interprétation des choses. Plus vous serez dans le flou, et plus votre luminosité sera difficile à régler.

En sachant prendre du recul, vous vous permettez de regarder la dualité sous l’angle du contraste, et grâce à votre compréhension des choses vous en ajusterez votre luminosité.

Le contraste et la luminosité n’appartiennent pas du tout aux couleurs car ils sont neutres par rapport aux couleurs. Ils ne font que permettre une mise au point “visible” entre l’interaction des 3 couleurs principales.

Nous sommes donc bien dans un monde de couleurs (les 7 couleurs de nos plans d’expérimentation) que nous expérimentons via la dualité (le noir et le blanc, l’ombre et la lumière).

Comprenez-vous pourquoi maintenant, il y a toujours une cartouche de noir parmi d’autres couleurs dans votre imprimante jet d’encre ? Sans le noir (sur une page blanche), les couleurs imprimées seraient fades et d’un ton pastel.

Si le pastel rappelle le ciel et le côté angélique, cela va un moment car ce côté cotonneux est à la longue très fatigant. C’est le contraste (l’ombre-lumière) qui va donner le piquant de la vie que nous connaissons.

Quand l’être humain aura compris que c’est grâce à la dualité qu’il peut comprendre son monde, alors il ajustera son regard en ne jugeant plus mais en observant la beauté des mélanges de couleur.

La vie n’est qu’une association de couleurs dont la dualité permet de prendre conscience.

Une fois centré, une fois à l’équilibre entre le blanc et le noir, nous pouvons goûter véritablement la vibration de chaque couleur. Cet équilibre porte aussi le nom de paix. Il reflète l’équilibre de la voie du milieu de celui qui a compris et intégré que le blanc et le noir ne sont que 2 expressions différentes de la même chose.

Une pièce de monnaie ne peut exister avec une seule face. Être en paix, c’est être assis sur la tranche de cette pièce en se disant que ni le blanc ni le noir ne sont supérieurs l’un à l’autre. Ils sont les deux faces d’une même réalité !

Alors, placé au centre de cette dualité, vous pouvez voguer sur l’arc-en-ciel de vos expérimentations avec l’objectif de peindre le plus merveilleux tableau que vous pouvez imaginer.

Votre créativité n’a aucune limite, sauf celles de vos croyances.

Nous avons 7 couleurs à expérimenter, alors ne perdons pas notre temps à nous battre contre les fantômes du noir et du blanc. Eux n’existent pas, mais à trop y croire, nous ne voyons la vie qu’en termes d’opposition alors que tout n’est que coopération. Comprenez-vous ?

Laurent DUREAU

PS: Pour plus de détails

Article paru à l’origine sur le blog Booster Votre Influence le 15 mai 2009 et réactualisé sur le blog 345D le 25 juillet 2012.

Lien Permanent pour cet article : http://345d.fr/blanc-ou-noir-les-deux-mon-general/

«

»