«

»

Imprimer ce Article

Allez, pour une fois, faites vous vraiment confiance !

 confianceBien des gens se sentent vraiment vaillants et courageux quand il faut lire, apprendre et comprendre afin de devenir meilleur et pouvoir enfin se sentir dans la voie de l’épanouissement personnel.

C’est comme un combat de chaque instant et nous y mettons toutes nos tripes, seulement voilà qu’au moment de vaincre, au moment où l’on sent que cela va être décisif, quelque chose commence à nous faire douter et le bras devient nettement moins certain dans son mouvement final.

Vous avez, et nous avons tous, vécu cela. Un doute surgit au moment même où vous alliez enfin toucher à votre but. Que ce soit pour vaincre votre timidité face à une beauté dont vous avez rêvé toute votre vie, un relent subtil vous fait faire marche arrière.

Pourtant toutes les conditions étaient là, c’était idéal et pourtant vous avez battu en retraite. Encore une fois, vous avez laissé votre chance passer et, après la déception du moment, votre optimisme vous remet d’attaque en vous disant que la prochaine fois sera la bonne.

Combien de fois ai-je plié du genou pour aller demander une augmentation, pour inviter la fille qui m’éblouissait, pour dire non à une demande qui je sais va se retourner contre moi plus tard. Pourquoi toujours ce petit recul après tant d’efforts et de détermination ?

La réponse est simple et je vais vous la donner maintenant, car tout être humain la possède en lui au plus profond de ses entrailles, de ses mémoires et de ses vies antérieures : l’auto-sabotage.

Qui viendrait à croire que notre plus grand ennemi se cache en nous ? Il est subtil, invisible et pourtant bien présent. Il est à la source de nos anxiétés et de ces ramollissements qui font que nous perdons confiance en nous, en nos capacités et souvent en nos objectifs et rêves.

Les battants connaissent bien cet ennemi de l’ombre qui n’ose montrer sa face que lorsque nous sommes sur le point de gagner une victoire sur nous-mêmes. Cette énergie ressemble à une peur que nous alimentons depuis des millénaires.

Au plus profond de nous, cette peur ancestrale remonte à quand nous avons “chuté” dans la matière et la dualité y afférant. Cette séparation entre le Divin et l’humain nous traumatise encore et encore.

En effet, pourquoi voulons-nous devenir meilleur ? C’est simplement parce que nous pensons que nous ne sommes pas assez bons, pas assez excellents, pas assez beaux, pas assez intelligents, pas assez lumineux, alors on court vers ces objectifs qui nous semblent inatteignables.

C’est alors, lorsque nous allons toucher l’inatteignable, qu’un petit programme vieux comme le monde vient nous faire craquer afin de confirmer ce qui vit au plus profond de nous.

Nous parlons à Dieu parce que nous pensons que nous ne sommes pas Dieu. Nous parlons aux anges parce que nous pensons vraiment que nous n’en sommes pas un. Nous aimerions vivre au paradis parce nous pensons qu’il est impossible d’y vivre pendant notre vivant.

Derrière tous nos actes héroïques, nos combats quotidiens pour devenir “plus” quelque chose, nous ne faisons qu’affirmer que nous ne le sommes pas.

Alors, plus on est proche du miracle et plus notre programme de sabotage interne se révèle à nous.C’est simple et aussi simple que cela.

C’est nous-mêmes qui nous empêchons d’atteindre nos buts, car une autre peur encore plus ancienne vous instille, celle que vous allez perdre “votre” identité…

C’est fou comme l’être humain s’est compliqué la tâche pour être heureux. Il complique tout à l’envie. Il élabore des plans les plus tordus pour être et avoir plus, pour qu’au final il se saborde lui-même !

Vous dites avoir confiance en vous et vouloir le meilleur, mais au fond de vous, dans votre tréfonds le plus abyssal, vous couvez tout le contraire. La tête pense une chose mais le cœur en raconte une autre.

Alors, n’ayez pas la confiance en vous du mental mais la confiance en vous du cœur. J’appellerai cette confiance “la confiance implicite”. Celle qui ne peut être ôtée, séparée, déclinée ou absente.

Ressentez en vous cette force indicible qui saura qu’au dernier moment vous ne plierez pas du genou. Ayez cette foi, malgré toutes les agitations mentales qui essaieront de vous faire changer d’avis au dernier moment.

La foi, c’est avant tout une fermeté qui s’appuie sur une volonté sans faille.

Développez une confiance implicite à chacun de vos instants de vie. Croyez en elle et vous verrez votre vie se transformer d’une manière étonnante. En effet, vous ne serez plus arrêté en chemin par de la peur ou de l’anxiété.

Comme vous le savez, le succès entraîne le succès, et ainsi de suite. On attire à nous ce qu’il y a en nous. Alors, si vous avez vraiment confiance en vous, les gens vous feront confiance.

La confiance implicite est l’arme principale des leaders, car là où il n’y a pas de doute, il y aura toujours des gens qui vous suivront. Les premiers à vous suivre seront d’abord les anges et, croyez-moi, vous allez récolter gros.

En effet, seriez-vous prêt à aider quelqu’un à fond si vous savez qu’il craquera dans les derniers mètres ? Voulez-vous jouer votre énergie sur un canasson ou sur un étalon ?

Sur le plan de l’amour universel, la Vie privilégie inévitablement ceux qui auront déminé leur programme de sabotage intérieur.

Personne ne veut parier sur les “loosers”, sur les perdants de base, car ces derniers ne sauront que reproduire leur “mauvaise” fortune. Les pauvres “victimes” de leur propre ignorance.

Ils pleurent et ils gémissent en se disant qu’ils n’y peuvent rien. En clair, cela sent plutôt le flemmard de base qui préfère suivre la musique des autres plutôt que la sienne.

Il est si facile de se déresponsabiliser en prétextant l’ignorance et la fatalité. Tout est en nous mais il faut aller le chercher. Votre bonheur ne vient pas des choses extérieures à vous mais bien de ce qui se passe en vous.

Si vous voulez avoir confiance en la Vie, il faut donc commencer par avoir confiance en vous, car je vous le rappelle, vous êtes la vie incarnée dans un corps humain.

Vous défiler devant vous, c’est clairement énoncer que vous vous défilez par rapport à la Vie.

Alors ne venez pas vous plaindre qu’elle ne vous apporte rien à part les emmerdes. Bien sûr, vous pouvez toujours masquer votre faiblesse à vous aimer vous-même et à ce que vous êtes en vous faufilant dans les rangs d’idéologies acceptées par la société.

A part toutes les religions connues et acceptées dont on connaît le véritable objectif, vous vous ôtez toute possibilité de découvrir que vous êtes un Dieu incarné. Vous préférez être mené par le bout du nez, quitte à choisir plein d’autres méthodes.

L’une d’entre elles, habillée de toutes ses lumières mentales, est celle du “Etre positif”. Comme vous pouvez le constater, le simple fait d’énoncer qu’il faut être positif démontre que vous partez du pôle négatif.

Vous êtes alors dans une dualité insoutenable puisque vous partez d’un postulat incorrect. Comme je l’ai écrit maintes fois, le négatif n’existe pas tout comme le positif. Par contre, ce qui existe est bien la manière dont vous le prenez !

Rien n’est bon ou mauvais en soi. La “chose” est ce qu’elle est, tout simplement, alors faites de même. C’est alors que vous découvrirez qu’au fond de vous vit la joie, le sourire et la sagesse.

C’est seulement votre conditionnement, votre paire de lunettes, qui vous dit que c’est bon ou non. Alors, si vous écoutiez directement votre cœur en vous faisant une confiance totale dans vos ressentis ? (cf. Émotion, sentiments, ressentis, c’est pas du pareil au même!)

Je puis vous assurer que votre vie va vraiment changer, car il faut vraiment se rendre à l’évidence : nous nous faisons “un peu” confiance. Et “un peu”, cela ne fait pas “beaucoup” !

Certes, on peut se faire confiance dans des domaines que l’on a appris. C’est normal puisque c’est mental. Mais si l’on aborde les messages de notre corps, de nos instincts, de nos ressentis, là c’est une autre paire de manche !

Notre corps physique n’est pas une simple machine “froide” dont on remplace les pièces détachées à l’hosto. C’est une machine vivante fabriquée par des milliards de cellules autonomes qui, regroupées par famille (les organes), font œuvre de dévouement à la cause supérieure qui est votre âme.

Chaque seconde, des milliers de cellules meurent afin que vous continuiez à vivre. Et vous, que faites-vous ? Vous ingurgitez des saloperies à tour de bras, et puis ensuite vous vous étonnez d’être malade !

Faites confiance à votre corps physique et à ce qu’il vous dit. Idem pour les autres corps (énergétique, émotionnel, mental et spirituel, voir Les 7 plans d’harmonisation 5). Ils ont tous quelque chose à vous dire afin de vous amener là où vous avez demandé à être.

Allez, soyez franc avec vous-même, car vous savez pertinemment que l’optimisme de façade, celui de votre mental, n’est que pacotille face à une certaine réalité et adversité de la vie.

Optez pour la vraie confiance, celle qui est issue du plus profond de vous-même et qui est située dans votre cœur.

Ne voyez pas votre cœur juste comme  une pompe, car en lui se situent 2 éléments capitaux. D’abord votre âme, qui circule ainsi dans votre sang et qui est donc en contact avec chaque cellule de votre corps, et puis votre étincelle divine (la représentante de l’esprit) qui ne peut vous parler directement.

En effet, l’expérience humaine est celle où l’esprit ne peut plus directement parler aux cellules, à la matière, car l’âme s’est interposée entre les deux. C’est notre œuvre !

En effet, l’homme, de par sa séparation avec le divin, a créé une nouvelle entité appelée âme. C’est son bébé, alors écoutez-la avec attention comme une mère ou un père écouterait les pleurs de son bébé tout en accueillant aussi les sourires et la joie dudit bébé.

Cette âme est notre enfant intérieur et ses cris s’appellent les émotions. Son débardeur est notre corps physique, tandis que ses envies spirituelles proviennent de l’esprit.

N’avez-vous pas constaté combien un bébé est joyeux, combien il est souriant, combien il est curieux et combien il est craquant ? Rien que pour cela, on lui donne à bouffer, on lui change les couches culottes, on accepte ses petites colères et ses bêtises parce qu’on se dit qu’on l’aime…

Alors pourquoi n’aimez vous pas votre âme ? Pourquoi vous ne lui faites pas confiance ? Pourquoi rejetez-vous la forme, la couleur et la taille du débardeur ? Pourquoi vous obstinez-vous à croire qu’il n’est pas assez beau, assez intelligent, assez quelque chose ?

Dit autrement, accepteriez-vous que les voisins disent de votre gosse qu’il est con, trisomique, handicapé et mal sapé ? En tant que parents, non seulement vous mettrez un pain à celui ou à celle qui aurait dit cela mais, au fond de vous-même, vous vous serez vraiment senti insulté.

Alors, pourquoi ne faites-vous pas confiance à l’enfant qui vous habite. Est-il indigne de vous ? Vous êtes ce que vous êtes, et tant que votre mental-ego vous dira le contraire, soyez assuré que ce dernier continuera son sabotage afin que vous ne découvriez pas la vérité qui vous habite.

En effet, comment votre ego-mental pourrait-il rester aux commandes s’il ne vous faisait pas plier du genou aux moments capitaux ? Comment ferait-il pour gouverner s’il n’entretenait pas sa place de dénigreur en vous faisant croire que vous n’êtes pas assez ceci ou pas assez cela ?

Réveillez-vous ! Reprenez les commandes et sachez que votre enfant intérieur est votre richesse; arrêtez de croire que votre identité sera annihilée si vous fusionnez avec la Nature et tous les royaumes célestes.

Celui qui sera annihilé sera votre mental-ego et non votre véritable identité et personnalité. Je vous reparlerai de cela dans un autre article dont j’ai déjà écrit le titre : CIA – La Carte d’Identité Angélique.

Votre mental-ego se sert de la dualité pour vous faire voir la lumière quand vous êtes dans l’ombre et réciproquement. Alors tant que vous jouerez ce jeu avec lui, vous serez ballotés d’un côté ou de l’autre et vous ne serez jamais en paix.

La paix intérieure, la véritable, ne s’acquiert pas avec le mental, car ce n’est pas quelque chose qui appartient à la dualité. Ce n’est pas non plus au-delà, car la véritable victoire est dans l’association des pôles de la dualité.

Grâce au recul, vous découvrirez ainsi que le masculin n’est qu’une partie du tout, au même titre que le féminin. En ne jouant plus l’opposition comme le préconise votre mental-ego, jouez plutôt dans la coopération.

N’avez-vous pas entendu rire votre bébé au moment où il coule un bronze dans la couche culotte ? Il est heureux, car cela lui fait du bien de sentir qu’il est incarné dans la matière, même si vous à côté vous hurlez parce que vous avez oublié de renouveler le stock de couche culotte.

Avoir les mains dans la merde avec le sourire, c’est dire ouvertement que vous avez compris que l’on ne peut avoir que les avantages sans avoir les inconvénients.

Vous en souriez, car vous savez que tout est en équilibre et que c’est bien ainsi. C’est cela la paix intérieure. Grâce à elle, vous serez plus prompt à écouter votre cœur et à vous faire confiance.

Le bon Dieu vous a-t-il mis sur le dos la problématique de comment doit se développer le bébé ? Non pas du tout, vous avez juste à lui donner à manger, beaucoup d’attention et d’amour, et un jour vous aurez un valeureux gaillard qui vous donnera à manger quand vous n’aurez plus de dents et que vous aurez besoin à votre tour d’une couche culotte..

Alors commencez dès aujourd’hui, faites-vous confiance en développant votre confiance “implicite”, celle qui ne se dit pas avec les mots mais qui s’exprime par la joie et la gaieté qui vous habitent.

En faisant confiance à votre enfant intérieur, à son look et à son style, vous êtes sûr que vous aurez l’Être le plus attentionné et protecteur de votre vie.

Faites-vous confiance et laissez le bébé se développer, vous verrez alors la perfection du plan de cette petite graine que papa a refilé à maman il y a déjà bien longtemps !

Laurent DUREAU

Suite de cet article: MOI et Moi, séparation, sabotage et coups tordus

Article paru à l’origine sur le blog Booster Votre Influence le 22 juin 2009 et réactualisé sur le blog 345D le 19 septembre 2012.

Lien Permanent pour cet article : http://345d.fr/allez-pour-une-fois-faites-vous-vraiment-confiance/

(3 commentaires)

  1. Nicole.A

    Merci Laurent.

    C’est magnifique, toujours la simplicité dans cette belle confiance implicite.

  2. cricri

    Même si ce texte date de la nuit des temps Désormais
    Il est tellement vrai

    J’ai confiance en moi
    En 4d tout est si différent ! Si fort

    Super ❓

  3. Pierr'Un

    Merci Laurent, tu dis tout avec clarté, mieux que je ne pourrai jamais le faire:

    LA FOI C’EST AVANT TOUT UNE FERMETE QUI S’APPUIE SUR UNE VOLONTE SANS FAILLE

    L’information c’est de l’amour. C’est des pépites

Les commentaires sont désactivés.

«

»