«

»

Imprimer ce Article

17 juillet 2010 et alors ?

 feuNous sommes des milliers, voire des millions, à avoir attendu que la fin des temps vienne. Constamment promise, constamment reportée, constamment déçus, nous avons quand même continué notre chemin…

Endurant nous avons été, persévérant et tenace nous le serons encore plus. Chaque jour est une victoire quand nous avons réussi à ressentir, ne serait-ce qu’un instant, la Vie dans son mouvement.

Depuis des siècles et des millénaires, nous avons attendu ce moment de délivrance, ce moment où les rêves peuvent devenir réalité. Nombre de nos ancêtres ont eu droit à quelques instant de ce bonheur suite à la fin d’une guerre par exemple.

Tout semblait possible, tout semblait pouvoir se réaliser, tout semblait à portée de main, tout semblait magnifique tant l’espoir d’un monde meilleur était réel… Et puis inéluctablement, on se renfonçait dans un monde extérieurement plus facile tandis qu’à l’intérieur rien ne changeait vraiment.

Cette fois-ci, on se dit que ce sera la dernière fois, la der des der… On ne nous reprendra plus à ce jeu du saute-mouton où la carotte de l’instant semble meilleure que toutes celles du passé.

On se dit que c’est la fin des temps. La fin des temps de la séparation d’avec nous-même. La fin des temps de séparation d’avec les entités bienveillantes habitant les autres mondes, derrière le voile de l’oubli…

Puis de l’autre côté, on ne jure que par la fin de l’injustice, de la faim, de la pauvreté, de la corruption, du combat, de la survie, de l’exploitation outrancière des hommes et de la nature. Mais y croit-on vraiment ?

Vraiment, en regardant au fin fond de notre cœur, il y a l’éternelle envie d’être dans un monde plus facile, plus douillet, moins superficiel et surtout plus fraternel. Or, qu’est-ce ce qui va arriver ?

Je n’en sais rien, car nombre de choses semblent si irréelles que l’on peut se demander si nous ne sommes pas encore en pleine illusion pour ne plus voir ce monde actuel qui nous pèse sur la patate de plus en plus chaque jour…

En ce jour du 17 juillet, on nous promet que ça y est, on y est et qu’aucun retour en arrière ne sera possible. On nous dit qu’enfin “Ceux qui le peuvent” vont enfin nous refiler un coup de main…

Depuis des mois, on nous refile des infos au compte-goutte comme si on était dans un TV thriller de plus. On nous dit que c’est pour notre bien, pour nous permettre d’aller vers un Nouveau Monde…

Moi, je veux bien et je m’y engage à fond en évitant de regarder dans le rétroviseur. On s’en fout du passé et de sa kyrielle d’emmerdes, mais cela n’est pas une raison pour foncer tête baissée vers la prochaine falaise…

Certes, les effluves du Nouveau Monde semblent bien réelles, mais est-ce une nouvelle arnaque pour voir si on est toujours des moutons toujours aussi cons d’aller aussi vite pour se faire bouffer au prochain méchoui des “Dieux menteurs”?

Est-ce encore l’agitation d’un drapeau rouge annonçant la fin d’un monde ? Il est où le toréador qui va nous mettre à mort dans cette arène de la Vie ? Qui sont les spectateurs qui ont payé leur place pour voir le spectacle renouvelé de ce préhumain qui ne pense qu’à pouvoir se tirer de l’arène, de son foutoir ?

Moi-même, je tombe dans le piège de l’illusion des dates pour me faire croire que ce n’est pas comme avant et que c’est bien la fin des temps tant promise et toujours tant attendue…

Tout le monde parle du cœur, de l’écoute de sa petite voix et de cet amour qui serait si différent. Des fois, je me dis que l’on est en pleine méthode Coué où la répétition ne fait que graver plus profondément nos espoirs les plus fous…

Alors, on y croit encore plus dans ce fameux 17 juillet, suivi d’un 7 août, puis d’un 18 août, puis d’un octobre, puis d’un 3 novembre… Bref, on nous balade de date en date mais, au final, cela ne reste qu’extérieur à nous-même et c’est là toute la question !

N’est-on pas en plein délire où une partie de la population se fait mener par le bout du nez ? On nous a promis la fin du monde moult fois, et à chaque fois le monde continue comme avant, sinon en pire…

On se dit qu’un de ces jours ça va bien finir par se casser la figure, mais en attendant on ronge notre frein sans trop savoir comment cela va se passer pour nous au quotidien une fois que cela se sera passé.

Mais dit donc Laurent, t’as perdu la foi ou tu es dans une déprime passagère ? Ni l’un ni l’autre mon capitaine, mais je ne fais que mettre en avant que l’espoir ne doit pas obscurcir notre discernement.

En effet, combien de fois ai-je vécu ces moments de délivrances supposés et qui ne sont pas vraiment venus ? Combien de fois a-t-il fallu que je me reconstruise pour continuer à avancer ? Je n’ose plus les compter…

Alors, pour vous, pour chacun d’entre nous qui sommes engagés dans ce projet d’un Nouveau Monde, ce n’est pas l’heure de s’abandonner à nos rêveries totalement teintées de nos manques.

Restons lucides et clairs à ce propos : les dates que l’on nous donne ne sont que des cailloux temporels sur un chemin qui est loin d’être terminé. Ce n’est pas en deux coups de cuillère à pot que l’on va ranger aux oubliettes nos millénaires d’expérimentations.

Je sais par expérience que l’endurance, la ténacité et la persévérance, ne viennent pas d’une émotion passagère qui se fait sur un mirage temporel, ô combien sexy soit-il !

Cela fait plutôt appel à un ressenti très profond qui vous dit que c’est par là que ça se passe, car dans cette affaire c’est bien notre mental et son imagination qui va nous foutre le blues si la chose ne se réalise pas à la date indiquée.

Je sais, nos attentes sont fortes et c’est d’autant plus vrai qu’il va falloir rester lucide. Il n’y a rien de plus désastreux au moral qu’une attente non remplie. Or, que voit-on aujourd’hui : des rêveurs de paradis…

Il suffit de se balader un peu sur Facebook pour se rendre compte que chacun y va de sa petite partition pour mettre une petite vidéo “bandante” par-ci par-là, quand ce n’est pas une image évanescente…

On dirait que certaines y passent leur vie tant elles font des publications. On dirait que ces personnes essaient de se convaincre que le Nouveau Monde sera aussi éthéré que les images ou vidéos publiées.

Je peux paraître un peu rabat-joie maintenant, mais prenez un peu de recul car cela vous permettra d’avoir la vraie force qui fait que, malgré les aléas, vous allez pouvoir continuer dans votre détermination sans trop ralentir le pas.

Ce qui compte, ce n’est pas de courir vite pendant un temps relativement court, mais surtout de maintenir votre rythme quelles que soient les montées et les descentes de l’actualité.

Préférez l’idée du marathonien plutôt que celle du coureur de 100m, car le Nouveau Monde ne s’installera pas en 6 mois, 1 an ou 2. Il y aura probablement un changement de mentalité important d’ici 2012, mais cela ne veut pas dire pour autant que cela en sera terminé pour la transition.

Ce sera, en effet, comme un basculement, comme si une petite boule de neige immobile au sommet d’une montagne venait à bouger. Il lui faudra un peu de temps pour grossir et changer la donne malgré quelques petites avalanches locales qui diront aux gens de la vallée que la montagne s’est réveillée.

Chaque jour, des flocons de neige viennent grossir le mouvement de la petite boule de neige du Nouveau Monde, mais nous ne sommes qu’au commencement, alors pensez marathon plutôt que sprinter…

Cet été verra normalement le début du mouvement de cette boule de neige qui changera la donne de notre humanité mais, s’il-vous-plait, arrêtez de croire que d’un claquement de doigt tout va changer d’ici 2012.

Remettez-vous dans le contexte temporel du système solaire et de la galaxie et vous comprendrez que 2 ou 3 ans ne représentent rien. Soyez-donc des rocs dans la poursuite de votre périple et restez ancrés sérieusement à la Terre.

Le style « tout feu tout flamme » va devenir une mode importante d’ici 2012, mais sachez transformer cette énergie afin de devenir une braise qui durera plus longtemps.

C’est comme lors de l’allumage d’un feu de bois. Au début, ça flambe vite et ça crépite dans tous les coins, et il peut y avoir une forte chaleur à un moment donné mais vite le feu se ratatine au point de s’éteindre carrément.

Il faut donc y mettre les bûches de votre foi, les bûches de votre intégrité, les bûches de votre conviction profonde. Les nouvelles énergies sont là pour nous sécher de nos pleurs et de nos désolations du passé.

Ce mois-ci verra quelques étincelles divines essayer d’allumer le feu dans les papiers d’éternité que nous portons en nous, et comprenez bien que c’est surtout les brindilles de vos espoirs actuels qui pourront enflammer véritablement les bûches du Nouveau Monde.

Soyez donc dans la joie de l’allumage, mais ne prenez pas celui-ci comme un aboutissement, considérez-le plutôt comme un démarrage pour quelque chose de plus grand, de plus durable et de plus consistant.

Sachons transformer nos flammèches d’amour en braises incandescentes car cela donnera plus de chaleur d’amour, même si au départ la lumière du feu nous éblouira.

Allons au delà de l’illusion de la lumière pour redécouvrir la profondeur de l’amour véritable.

Nous, les anciens, sommes là afin que les indigos puissent enfin prendre le relais et permettre aux enfants cristaux de vivre enfin la 5D dans toute sa splendeur. Restons conscient que nous jetons les bases du mouvement du Nouveau Monde, et à ce titre, nos enfants comptent vraiment sur nous.

Nous serons leur fondation, leur soutien, mais aussi leur sagesse de ce qui a été car, bien qu’ils soient connectés aux livres de la Connaissance de l’Univers, ils sont loin de pouvoir se débrouiller dans ce monde de matière dense.

Dans les années à venir, beaucoup d’indigos vont se rappeler pourquoi ils sont venus sur cette Terre mais pour l’instant, pour une bonne majorité, l’incompréhension de leur venue fait qu’ils se détruisent connement.

Une fois le papier journal des anciens allumés, les brindilles indigos pourront vraiment donner de leur force au bûcher des cristaux. Néanmoins, plus les anciens pourront devenir des braises ardentes, et plus les œufs des forces de l’ombre seront cuits !

Laurent DUREAU

Article paru à l’origine sur le blog 4D5D le 19 juillet 2010 et réactualisé sur le blog 345D le 5 septembre 2012.

Lien Permanent pour cet article : http://345d.fr/17-juillet-2010-et-alors/

«

»