«

»

Imprimer ce Article

15-09 : Comment se nourrir selon les EDLN

09-nourritureSujet important quand on y regarde de près, mais ô combien massacré par des habitudes liées à des concepts et traditions locales. En effet, bien que connaissant moult concepts nutritionnels où chacun affirme sa vérité comme étant une vérité incontournable, nous savons tous que tout n’est que contradiction et surtout menant à des résultats ne nous sauvant pas de la tombe…

Bref, en résumé, la façon de se nourrir des EDLN et autres entités vibratoirement plus élevées n’a quasiment rien à voir avec tout ce qui est pratiqué sur Terre par les préhumains. On pourra même dire que nous faisons exactement l’inverse de tout ce qu’il faut faire, et que l’industrialisation n’a fait qu’enfoncer le clou concernant notre destin vibratoire.

Dit autrement, nous n’avons jamais été aussi bas vibratoirement et il est évident que l’approche scientifique ne fait qu’empirer les choses, au point que plus on y mettra du mental et de la logique et plus on descendra dans les bas-fonds fréquentiels. L’urgence est donc littéralement de virer tout ce que vous savez, puisqu’en fait tout est fait pour que la populace crève le plus vite possible (pour cause de surpopulation).

En effet, vous n’êtes pas sans savoir que les involuants cherchent à contenir par tous les moyens le troupeau de moutons qui n’arrête pas d’épuiser les ressources et surtout réserves de la Terre au point de nous mener tout droit à l’extinction finale. En clair, tous les moyens sont bons pour faire du nettoyage basique tout en hurlant dans tous les médias que c’est pour votre sécurité et donc longévité.

Maintenant que la vérité commence à remonter à la surface, on découvre que la vaccination est une saloperie sans nom. On découvre que des produits hautement recommandés par les pubs sont des poisons lents mais certains. On découvre que pour le progrès (la joie de communiquer), on vous micro-onde par une technologie qui vous paralyse n’importe quel antenne placée par le Sans Nom et qui en même temps vous cuit littéralement les cellules…

Bref, je ne vais pas rentrer dans la danse en citant des noms et des marques car d’autres blogs sont très en avance sur ce point, mais plutôt vous dire ce que les EDLN me transmettent. Vous pouvez bien sûr vous imaginer que je ne vous transmets que ce que j’ai vérifié par moi-même sur ma propre carcasse et avec un certain recul temporel.

En effet, par définition, un préhumain (surtout s’il est en plus un bisounours, hyper crédule par définition) a plutôt tendance à vouloir diffuser une information (pour flatter son égo) sans même prendre le temps de voir si ça marche réellement. Vous allez me dire que, de toute façon, il trouvera quand même un argumentaire positif puisque ce sera son mental-égo qui sera aux commandes…

Ce n’est donc pas un gage de fiabilité, alors je ne vous parle pas des preuves scientifiques qui, comme à l’accoutumée, mesurent l’aspect dont ils sont sûrs, puisque par définition la science est basée sur le palpable, le quantifiable et surtout le renouvelable. Or justement, autant l’alimentation peut être contrôlée, autant la vibration de l’individu (en perpétuel changement vibratoire normalement sauf quand il touche le fond constamment) ne peut l’être.

Dit autrement, tu peux mesurer la hauteur du bouchon mais pas la hauteur de la vague ou des vaguelettes qui traversent le lac où tu pêches. Et comme nous savons qu’il y a toujours un enfoiré (une personne, un film, une émission de télé, etc…) qui balance un pavé dans la mare ou s’exerce aux ricochets, vous comprenez aisément qu’avoir la sécurité d’un bouchon stabilisé est aussi illusoire que croire qu’un bébé n’a jamais faim…

Bref, je vais vous ressortir des règles immuables totalement ânonnées par les préhumains, et donc finalement incomprises puisqu’ils ne font que répéter un truc qu’ils ont en apparence compris par le mental mais en aucun cas par le cœur….  Alors quand vous dites “Tout est vibration” et “Tout est énergie”, ils vous regardent en se demandant avec quelle profondeur vous essayez de ridiculiser leur intelligence et surtout leur très longue expérience du comment on bouffe correctement.

Même si nous vivons dans une carcasse qui par définition joue dans des fréquences très basses (la matière), cela n’empêche que c’est bien votre corps énergétique qui fait que vous bougez encore. La différence matérielle entre une personne morte et 3 minutes avant qu’elle meure est nulle, car ce n’est pas une affaire d’atome, de vitamine ou de je ne sais quoi de matériel (la 1D). Non, c’est juste une affaire vibratoire sur un plan supérieur que nous appelons le plan énergétique (la 2D) qui est un plan justement vibratoire.

Dit autrement, vous pouvez balancer par-dessus bord toutes les conneries écrites sur les étiquettes de ce que vous achetez car c’est du flan total. C’est aussi la raison pour laquelle c’est toujours écrit aussi petit premièrement, et secundo c’est mieux de ne pas savoir avec quoi vous êtes en train de vous suicider. Et puis pour les produits ne nécessitant pas d’affichage précis comme les légumes et les fruits en étalage, on pense que c’est inutile puisque cela devrait être top.

Néanmoins on sait bien que la super belle tomate toute reluisante, parfaite dans sa forme et solidement agrippée à sa branche devrait être le nec le plus ultra. Certes, c’est vrai, elle l’est mais dans le sens totalement opposé à ce qu’il faut, car vous avez affaire à une tomate probablement modifiée génétiquement ayant poussée sous serre, les pieds dans un bac à flotte où circulent des produits soi-disant top pour sa croissance.

En clair votre super belle tomate est sur le plan matériel parfaite, mais sur le plan vibratoire elle est quasiment nulle. Je prends un exemple basique que sont les fraises. Elles sont dans des barquettes empilées dans les étals et elles vous appellent de toute leur couleur rouge. Alors en bon copain avec les EDLN, vous en prenez quelques-unes et vous allez avec un cœur gros comme ça leur offrir avec les meilleures intentions du monde.

Le résultat est garanti, mais absolument pas dans le sens que vous croyiez. C’est, en effet, le résultat inverse que vous recevrez, c’est-à-dire une fin de non-recevoir car vous venez de leur offrir un cadeau non seulement absolument mort mais qui en plus va quasiment leur pomper l’énergie….Dit autrement ce que la société vous met sous le nez en vous disant qu’il faut bouffer 5 fruits et légumes par jour, c’est juste pour vous dire qu’il faut que vous vous suicidiez encore plus vite afin de faire tourner le business agroalimentaire mais aussi toutes les industries de la santé…

Hé oui, les EDLN nous disent que ce n’est absolument pas la partie matérielle qui nous nourrit mais la partie vibratoire. Or, que fait l’industrie ? Elle fait absolument tout pour tuer la vibration au profit des aspects extérieurs. “Oui, mais moi, je mange bio !” Là encore, la foutaise est de mise car même si c’est vous-même qui faites votre jardin, vous êtes encore à côté de la plaque. Moins, mais quand même à côté de la plaque !!!

Alors vous allez me dire que c’est moi qui vous raconte des conneries et qu’il serait bien que j’équilibre mes chakras parce que cela ne doit pas tourner correctement vu mes déficiences en fer, cuivre, telle vitamine ou autres… Mais non, ce n’est pas moi qui invente cela, car je ne fais que rapporter ce que d’autres entités (ne connaissant pas la mort telle que nous la vivons) nous disent.

Cela demande donc de reprendre les choses à la base sans pour cela rejeter tout ce que nous faisons actuellement. En effet, notre corps de matière nécessite du temps pour se réajuster à sa véritable nature originelle, et comme ça fait des milliers et des milliers d’années que l’on creuse notre tombe avec les dents, il est nécessaire d’avoir un temps de transition avant de tomber définitivement le dentier.

Ah oui, je vois, tu parles de vivre de lumière !!! Eh bien non, car là aussi c’est une conception qui a mené bien des individus dans des états énergétiques encore pire qu’avant. Hé oui, tout énergéticien digne de ce nom sait qu’un “respirien” ayant fait une démarche mentale en ce sens puis appliquée sur son corps devient un individu ayant de réels troubles énergétiques.

Il semblerait néanmoins que certains respiriens ne possèdent pas ces troubles, parce que justement leur démarche n’a pas été faite par le mental mais qu’ils ont suivi tout naturellement ce que leur corps leur demandait tout simplement. Dit autrement, ils n’ont pas du tout suivi la méthode pour devenir respirien mais le sont devenu sans même savoir que ça existait.

Bref, la 1ère règle de toute : Si c’est votre mental qui décide de ce qu’il y a dans votre assiette vous pouvez être quasiment assuré que vous êtes à côté de la plaque (que ce soit du bio ou non !). Certes, vous verrez quand même la différence entre s’enfiler un Mac Do ou un plat de légumes qui vient tout droit de votre jardin. C’est donc positif mais il faudrait plutôt parler d’un moindre mal. En d’autres termes, c’est la moins pire des solutions mais ça reste quand même dans le mauvais camp…

Bon alors, faut faire quoi ??? Il faut faire différemment, c’est-à-dire changer votre angle de vision et non plus regarder l’aspect matière (pesticide, pas pesticide ? Engrais chimique ou pas chimique ? Couche de cire ou pas ? Etc…). Certes, moins ça sera trafiqué et mieux ça vaudra, mais vous allez voir qu’un aliment énergétisé par vos soins, même si c’est un produit non bio, sera supérieur à un produit bio non énergétisé par vous-même.

Dit autrement, il n’est absolument pas obligatoire de dépenser des fortunes en produits bio pour augmenter sa fréquence car la seconde règle est la suivante : Manger peu. L’idée n’est donc pas de se goinfrer mais le contraire. Je ne parle pas de réduire la quantité de bouffe dans le style « je vais faire un régime », non, pas du tout, mais plutôt d’arrêter de manger par habitude…

Hé oui, la 3ème règle est celle de ne manger que lorsque vous avez faim. Et donc, de faire tout votre possible pour balancer les habitudes temporelles (le petit-déj, le déj, le diner, etc…). Ce n’est pas l’horloge qui doit être aux commandes mais votre estomac. Il est évident que les habitudes sociales (c’est-à-dire les moments que nous passons autour de la table avec les autres) doivent être remises en cause dans la limite du possible.

Je sais que cela n’est pas évident et c’est pour cela qu’il faut y aller mollo au début, sinon vous laisserez tomber les recommandations afin d’avoir une paix sociale et ce n’est pas là le but final de l’exercice. Il faut donc y aller à pas feutrés mais y aller quand même car là, on touche le respect de chacun, y compris de votre propre avancement personnel.

La 4ème règle est nettement plus difficile car incompatible avec notre façon de faire les courses au supermarché. En effet, quand un EDLN a faim, il regarde autour de lui et va voir quelle est la nourriture énergétique qui lui convient ici et maintenant. Puis, en accord avec l’aliment lui-même, il pourra prélever un petit peu et laisser la plante se revigorer. Si c’est un fruit qui de toute façon terminera dans la pelouse pour recyclage alors là, il sera autorisé à le vider complètement s’il a une grosse faim.

Bref, vous comprenez qu’acheter ses légumes et autres pour la semaine à venir ou plus est une aberration totale. Heureux sont donc ceux qui ont un petit jardin ou un magasin de proximité, puisque vous pourrez ainsi prélever ce que votre corps vous demande exactement dans votre icité. On voit donc qu’il va falloir faire avec la 3D du mieux que l’on peut.

L’exercice consiste donc à trouver un aliment sain (le moins industrialisé dans tous les cas) et à l’énergétiser-vibrationner. Certes, tout le monde pensera à passer la paume de la main au-dessus. C’est une méthode mais il y en a une encore plus efficace et surtout moins dépensière, car elle est basée sur l’abondance de l’Univers lui-même. En effet, quand vous énergétisez avec votre propre énergie, vous vous pompez en quelque sorte.

C’est presque une hérésie puisque vous dépensez de l’énergie pour en acquérir. Et on sait que, par nature, le rendement est faible, c’est-à-dire que vous allez dépenser plus d’énergie que ce que vous allez recevoir puisqu’il faudra transmuter les saloperies dudit aliment…. Bref, la musique consiste donc à énergétiser avec le cœur en mettant directement l’aliment concerné au niveau du cœur physique.

C’est clair qu’à la maison ça va faire drôle même si vous avez prévenu tout le monde, alors ne parlons pas du restaurant… j’ai décrit la méthode dans un article concernant l’eau et comme la majorité de nos aliments contiennent de l’eau, vous pouvez l’appliquer allègrement. Ainsi, et avec un peu de temps pour ancrer l’habitude, je le fais systématiquement avec tout fruit ou légume cru ne passant pas par une cuisson obligatoire.

Bref, comme on fait du camping et que c’est l’été, la partie est plus simple pour commencer. Quand il fera plus frisquet, on avisera pour l’élément cuisson, tout en sachant que généralement il y a quand même de l’eau en quantité. Bien sûr, vous vous en doutez bien, tout produit de provenance animale est à diminuer voire carrément arrêter. Chacun va à son rythme, car il faut vous rappeler que c’est votre corps qui commande et non votre mental.

Dit autrement, si après quelques jours-semaines vous vous sentez une envie irrésistible pour une moule-frite ou un steak saignant, posez-vous la question si c’est une demande du mental ou du corps. Si c’est effectivement celle du corps, alors allez prendre votre pied avec la légèreté de l’être. En effet, toute tentative de contraindre le corps physique par votre volonté amènera quasi automatiquement l’inverse de ce que vous souhaitez.

Bref, concrètement pour énergétiser une carotte, je visualise tout simplement une terre riche, sablonneuse, un vent frais, une humidité idéale et un soleil radieux. Parfois j’y vais avec l’odeur de la mer, un coucher de soleil voire la visite d’un EDL, EDLN. Ainsi plus vous serez inventif et que cela vous sortira du cœur, plus l’aliment lui-même s’accordera sur cette fréquence tout en se syntonisant avec votre propre vibration.

Dit autrement, vous auto-calibrez l’aliment qui alors sera mieux intégré à votre unicité. Bref, que du bon, mais pour cela il faut s’en donner les moyens. Commencez donc la chose et vérifiez la différence entre la carotte non énergétisée (vous en croquez un bout) et puis celle que vous aurez énergétisée. Vous verrez que la différence est subtile mais elle est là.

Bon voilà pour l’essentiel et je vous en dirai plus long dans quelques semaines, car pour l’instant j’en suis tout au début.

Laurent DUREAU

Lien Permanent pour cet article : http://345d.fr/15-09-comment-se-nourrir-selon-les-edln/

«

»